Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste

Dossier IA40001554 réalisé en 2011
Vocables Saint-Jean-Baptiste
Parties constituantes non étudiées cimetière
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Dax sud
Adresse Commune : Siest
Cadastre : 2007 OB 39

L'édifice actuel résulte de nombreuses campagnes de travaux échelonnées du XIIe au XIXe siècle. La simplicité du plan et la forme semi-circulaire de l'abside révèlent une fondation romane, dont témoignent encore quelques vestiges du mur sud de la nef, notamment une petite fenêtre cintrée. L'essentiel de la construction remonte toutefois au XIIIe siècle, époque où le vaisseau reçoit un couvrement d'ogives, dont seuls subsistent aujourd'hui les dosserets ; la voûte elle-même, comme l'arc triomphal, furent probablement détruits lors des troubles des guerres de Religion. L'édifice subit encore d'importants remaniements avec la construction, vers le milieu du XIVe siècle, d'un portail occidental au riche décor sculpté, et celle d'un clocher-porche au XVe ou au XVIe siècle. Les seules modifications ultérieures, outre la destruction déjà mentionnée de la voûte, concernent la construction d'une sacristie au sud de l'abside, sans doute au XVIIIe siècle, et des réparations de nature non précisée en 1806.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 13e siècle
Principale : milieu 14e siècle
Principale : 15e siècle , (?)
Principale : 16e siècle , (?)
Secondaire : 18e siècle
Secondaire : 1er quart 19e siècle
Dates 1806, daté par travaux historiques, daté par source

Édifice à vaisseau unique, percé à l'ouest d'un portail ogival et prolongé à l'est par un arc triomphal ouvrant sur une abside semi-circulaire, elle-même épaulée d'une sacristie au sud. L'extrémité orientale de la nef et le chœur conservent les bases des dosserets qui portaient la voûte d'ogives primitive, aujourd'hui remplacée par un lambris de couvrement à solives apparentes. A l'ouest s'élève une massive tour-porche fortifiée à laquelle s'adosse au sud une tour d'escalier circulaire. L'édifice est bâti en un bel appareil calcaire régulier, à l'exception du clocher, de sa tour d'escalier et de la sacristie, en moellon partiellement enduit. La couverture est en tuile creuse, sauf celle du toit polygonal de la tour d'escalier, en ardoise.

Murs calcaire
enduit partiel
moyen appareil
moellon
Toit tuile creuse, ardoise
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements lambris de couvrement
Couvertures toit à longs pans
appentis
croupe ronde
pignon couvert
Techniques sculpture
Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 2008/10/15
Précisions sur la protection

inscrit en totalité

Annexes

  • Œuvre disparue.

    Cloche

    Bronze, 1753. Classée au titre des monuments historiques par arrêté du 5 novembre 1912. Refondue illégalement en 1920 à l’initiative du maire Jean-Baptiste Berniolles (élu en 1919), comme le mentionne une lettre du préfet des Landes, datée de 1921 et conservée aux Archives départementales des Landes : "Un arrêté du 5 novembre 1912 a classé dans l’église de Siest une cloche de bronze datée de 1753. / Or, en signant l’état concernant le récolement de cette cloche, le maire de la commune a mentionné qu’elle avait été refondue en avril 1920. / M. le ministre de l’Instruction publique n’ayant pas autorisé cette refonte [...], il en résulte que l’autorité locale a enfreint les prescriptions de l’article 22 de la loi du 31 décembre 1913 [...]". D’après l’inventaire dressé le 8 mars 1906, la cloche portait l’inscription : "Ora pro nobis, parrain Lafitte curé, marraine Marie de Lourre". La cloche fondue en 1920 sortait de la fonderie Dencausse de Tarbes (réf. IM40003914).

  • Liste des oeuvres non étudiées.

    Tableau commémoratif des morts de la guerre de 1914-1918 [porche, mur nord] (fig. 01)

    Vers 1920. Marcel MARRON d’après Charles DESVERGNES. Plâtre blanc.

    Plaque rectangulaire verticale. Décor moulé : à droite, un ange en pied, debout sur une nuée et tenant une couronne de feuilles et des branches d’olivier ; croix de guerre aux angles.

    h = 152 ; la = 93.

    Dédicace (en lettres dorées) : A NOS HÉROS / MORTS POUR LA FRANCE / 1914-1915-1916-1917-1918

    [suit une liste des 8 noms]. Signature et marque de fabricant : "Ch. Desvergnes" (sur la face, à droite), "684 / M. MARRON / ÉDITEUR / ORLÉANS" (sur la tranche, à droite).

    Croix de cimetière [cimetière] (fig. 02)

    Limite 19e s.-20e s. Fer forgé, ciment.

    Croix en fer forgé (à décor de volutes) sur socle de plan carré en ciment.

    Lutrin [chœur]

    19e s. Bois tourné et peint.

    Base tripode.

    h = 119.

    Clôture de chœur [chœur]

    19e s. Bois taillé.

    Clôture à balustres tournés.

    h = 76,5.

    État : il manque le portillon central.

    [N° 9, inv. 1906 : « une grille en bois avec porte ; de 6m x 0,50 ».]

    Boîte à hosties (n° 1) [sacristie]

    20e s. Alliage argenté et doré.

    Réserve en forme de coupe, avec couvercle emboîtant. Décor fondu et soudé sur le couvercle : croix rayonnante.

    h = 8 ; d = 10.

    Boîte à hosties (n° 2) [sacristie]

    20e s. Alliage argenté et doré.

    Réserve circulaire, couvercle emboîtant. Décor gravé sur le couvercle : croix.

    h = 8.

    Ensemble de 2 chandeliers d’autel [chœur, maître-autel]

    4e quart 19e s. Laiton et bronze dorés.

    Style néo-médiéval. Pied triangulaire ajouré, tige tubulaire, nœud torique, bobèche à bord dentelé, broche. Décor végétal stylisé ajouré sur le pied, croix grecques en relief sur la tige.

    h = 45,5.

    Croix d’autel [sacristie]

    Milieu 19e s. Laiton et bronze peints (argenté).

    Style néoclassique. Base triangulaire sur pieds en volute, nœud en vase godronné, croix en bronze, avec Christ (revers creux), titulus (porté par un ange) et palmettes à l’antique fondus.

    h = 62,5 ; la = 24.

    Sonnette d’autel [sacristie]

    1ère moitié 20e s. Bronze doré.

    Encensoir [sacristie]

    2e moitié 19e s. Laiton argenté.

    Style néoclassique. Pied circulaire, couvercle emboîtant ; décor : godrons.

    h = 26.

    Navette à encens [sacristie]

    2e moitié 19e s. Alliage argenté.

    Décor gravé sur le couvercle : rinceaux.

    h = 8.

    Ensemble seau à eau bénite et goupillon [sacristie]

    2e moitié 19e s. Laiton argenté, bois.

    Seau en vase Médicis à décor de feuilles lancéolées estampées ; goupillon à manche de bois.

    Seau : h = 20.

    Croix de procession [sacristie]

    Milieu 19e s. Laiton (argenté), bronze.

    Style néo-18e. Douille emboîtante en laiton, nœud en forme d’urne ; Christ et titulus fondus et rivés. Décor : embouts des bras en forme de petite urne entourée de rinceaux Régence.

    h = 55,5 (avec la douille).

    État : hampe perdue ; argenture presque entièrement disparue.

    [N° II/35, inv. 1906]

    Chemin de croix [nef]

    Vers 1970. Cuivre repoussé et doré, bois.

    Panneaux carrés en cuivre, avec personnages travaillés au repoussé, fixés sur croix en bois.

    Drap mortuaire [sacristie]

    1ère moitié 20e s. Feutre noir, fil blanc (passementerie).

    [Repéré en 1992, disparu avant 2011.]

    Ensemble de 3 ornements [sacristie] (fig. 03)

    1ère moitié 20e s. (sauf indication contraire).

    A. Satin de coton et soie blanc, fil métal doré (passementerie, décor). Décor brodé (croix dorsale de la chasuble) : monogramme I.H.S. (de style Art déco).

    B. Damas de coton et soie vert, fil jaune-or (passementerie, décor). Décor brodé (croix dorsale de la chasuble) : monogramme J.H.S.

    C. Velours de coton rouge, fil métal doré (passementerie, décor). Décor brodé (croix dorsale de la chasuble) : croix entre des griffons et des oiseaux. Milieu 20e s.

    [Ornements repérés en 1992, disparus avant 2011.]

    Armoire [sacristie]

    1ère moitié 20e s. Pin teinté faux chêne (bâti), loupe d’orme ( ?, battants).

    Armoire à deux battants, corniche rapportée.

    h = 223 ; la = 141 (sans la corniche).

    [A remplacé après 1906 « une grande armoire placard en chêne à 5 portes fermant à clé » (n° 24, inv. 1906).]

    Console [chœur]

    Limite 19e s.-20e s. Plâtre polychrome.

    Console de statue de style néo-rocaille ; décor moulé : coquille ourlée de dorure et surmonté de motifs feuillagés, grappes de raisin.

    [Repérée en 1992, disparue avant 2011.]

    Ensemble de 2 chandeliers [chœur, maître-autel]

    Milieu 19e s. Cuivre doré.

    Base circulaire, tige en balustre, binet en vase, bobèche mobile.

    h = 26.

    Ensemble de 5 statues

    Limite 19e s.-20e s. Plâtre polychrome (sauf mention contraire).

    Notre-Dame de Lourdes (chœur ; h = 138, la = 39 ; couronne en laiton doré). Saint Joseph et l’Enfant Jésus (chœur ; h = 120 environ). Saint Vincent de Paul (chœur ; h = 61). Sainte Jeanne d’Arc (nef, baie sud ; h = 84). La Vierge (plâtre blanc ; combles ; mauvais état).

    Livre : Missel romain [sacristie]

    1942. MAME, éditeur-imprimeur à Tours. Papier, carton, cuir.

    Page de titre : « Missale romanum […] Turonibus / Sumptibus et typis MAME / MCMXLII ».

    _____________________________________________________________________________________________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église, 1806-1927.

    Archives départementales des Landes : 2 O 1929
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 8 mars 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 322/9
Bibliographie
  • CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I, 1968 ; tome II, 1970 ; tome III, 1972 ; tome IV, 1974.

    Capbreton, 1972, t. III, p. 387-392
  • DUFOURCET Eugène. L’Aquitaine historique et monumentale, Dax, 1890.

    t. 1, p. 137-144
  • LERAT Serge (dir.). Landes & Chalosses. Pau : Cairn, 1984.

    t. II, p. 1129
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe