Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Aubin

Dossier IA40001600 réalisé en 2014

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Saint-Aubin
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Saint-Aubin
Cadastre : 2016 A 293

Comme l'ont montré les travaux de l'abbé Lamaignère (1938), la paroisse de Saint-Aubin dépendait à l'origine de la seigneurie de Poyaller, dont le titulaire possédait le droit de collation à la cure. L'église est une fondation romane de la seconde moitié du XIIe siècle (J. Cabanot, 1987) présentant des traits communs avec d'autres édifices voisins (églises de Nerbis, Caupenne et Larbey), tous dans la mouvance stylistique de l'abbaye bénédictine de Saint-Sever, comme le décor sculpté de Saint-Aubin en fait foi. Le bâtiment primitif comportait un vaisseau unique. La nef rectangulaire, au couvrement charpenté (actuellement lambrissé), percée d'une porte au sud, ouvre sur une abside semi-circulaire en cul-de-four, voûtée dès le XIIe siècle.

Les ajouts et réfections apportés par la suite n'ont toutefois pas dénaturé les dispositions d'origine. Au XIVe siècle, époque de troubles, une tour massive est construite sur la première travée de la nef, dont les murs sont exhaussés pour l'occasion. Dans le même temps, le chevet est surélevé d'un niveau fortifié. Un collatéral, plus court que l'ancienne nef romane, est ajouté au nord, peut-être au lendemain de la guerre de Cent Ans, plus probablement au début du XVIe siècle, comme le montre le profil des nervures de sa voûte d'ogives. Brûlée lors du passage des troupes protestantes en 1569 (les capitaines Touzin, Langlade de Labat et Gabriel de Poches), l'église est probablement restaurée sommairement au XVIIe siècle.

Les dernières adjonctions notables consistent dans l'édification d'une sacristie dans le courant du XVIIIe siècle et d'une petite "chapelle" baptismale à l'extrémité occidentale du collatéral par le maître-maçon Jean Labat, dit Labarre, en 1764. Les XIXe et XXe siècles n'apportent que des modifications mineures : percement d'une porte dans le mur nord du collatéral en 1859, dégagement de l'arcature intérieure romane du chœur en 1877-1878, exécution d'un décor peint par le Mugronnais Tiburce Meyranx en 1881, pose d'un dallage en céramique blanche en 1912. En revanche, ni le projet de construction d'un collatéral sud par les architectes départementaux Jules Sibien en 1855 et Alexandre Ozanne en 1872, ni celui de l'érection d'une flèche au clocher grâce au legs de l'ancien maire Ulysse Dupoy (1888), ni, surtout, celui d'une reconstruction totale de l'église par l'agent-voyer de Saint-Sever V. Séron, souhaitée par la fabrique et heureusement rejetée par l'évêque et le préfet (1901-1905), n'aboutiront. En 1911, l'architecte mugronnais Jean Temboury procède à une restauration générale de l'édifice.

Période(s) Principale : 1ère moitié 12e siècle
Principale : 14e siècle
Principale : 1er quart 16e siècle
Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1764, daté par source
1859, daté par source
1911, daté par source
Auteur(s) Auteur : Labat Jean, dit(e) dit Labarre,
Jean Labat , dit(e) dit Labarre

Maître maçon en Chalosse dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître maçon, attribution par source
Auteur : Séron V.,
V. Séron

Architecte municipal de la Ville de Dax (en poste en 1895), agent-voyer de l'arrondissement de Saint-Sever (travaille aux églises de Nassiet et Castaignos-Souslens en 1893, Aubagnan et Monségur en 1894, Castel-Sarrazin en 1898, Banos en 1900-1901, Morganx et Saint-Aubin en 1901, Lahosse en 1902-1904, Amou en 1903 et Laurède en 1906).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
agent voyer, attribution par source
Auteur : Temboury Jean,
Jean Temboury

Agent voyer à Mugron dans la première moitié du XXe siècle ; transforme la mairie de Mugron (1884) en foyer municipal en 1930-1933.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L'église, érigée sur une butte dominant le village et autrefois entourée par le cimetière, est un édifice à deux vaisseaux bâti essentiellement en moyen appareil de grès (friable) pour ses parties romanes et en moellon de calcaire et de grès pour les parties ajoutées au XIVe siècle (clocher) et au XVe-XVIe (collatéral). Elle est entièrement couverte en tuiles creuses (toit à longs pans et croupe ronde pour la nef et le chevet, toit à deux pans pour le clocher, en appentis pour la sacristie). La nef romane est une salle rectangulaire, couverte à l'origine d'une charpente et actuellement d'un lambris en plâtre à doucines ; une porte romane à rouleau et archivolte sculptée est percée dans le gouttereau sud. La première travée du vaisseau est surmontée d'un clocher massif, fortifié, de plan rectangulaire, érigé sur les murs exhaussés de la nef. Le mur nord du vaisseau est percé de deux arcades en tiers-point sur piliers arrondis aux bases sculptées de congés. Elles ouvrent sur un collatéral de deux travées couvertes de croisées d'ogives, dont les nervures se fondent sans solution de continuité dans les demi-colonnes qui les supportent. Une porte moderne (1859) est percée dans le gouttereau nord au niveau de la première travée (murée entre 1992 et 2014).

Le vaisseau principal ouvre à l'est sur une travée droite de chœur et, par l'intermédiaire d'un arc triomphal à chapiteaux sculptés, sur une abside en hémicycle légèrement plus étroite, couverte en cul-de-four et ornée intérieurement d'une arcature en plein cintre sur colonnes à chapiteaux. Extérieurement, le chevet, surélevé d'un niveau fortifié (maçonné jusqu'à une date récente, aujourd'hui fermé de planches de bois), est percé de cinq étroites fenêtres romanes inscrites dans des arcs cintrés sur colonnettes à chapiteau sculpté. D'épais contreforts ou pilastres, régnant sur la hauteur du chevet (niveau fortifié inclus) en raidissent le pourtour.

Murs grès pierre de taille
calcaire moellon enduit partiel
Toit tuile creuse mécanique
Plans plan allongé
Étages 2 vaisseaux
Couvrements voûte d'ogives
voûte en berceau
cul-de-four
Couvertures toit à longs pans croupe ronde
toit à deux pans
appentis
Techniques vitrail
sculpture
sculpture
peinture
peinture
Représentations entrelacs, feuille, homme
Précision représentations

Décor sculpté des chapiteaux des arcades encadrant extérieurement les fenêtres du chevet (mauvais état) : cordes nouées, entrelacs, feuilles, un homme assis jambes écartées (chapiteau de droite de la fenêtre nord-ouest). Décor sculpté de l'archivolte de la porte sud de la nef : frise de rosaces. Décor sculpté du linteau de la porte de la sacristie (XVIIIe siècle) : deux tables saillantes, rectangulaires horizontales à oreilles, séparées par deux besants.

Fragments de décor peint sur enduit, sur les pilastres raidissant le chevet et au-dessus des arcades de ses fenêtres (XIXe siècle ?) : motifs végétaux dans des panneaux rectangulaires à fond rose saumon, bordés de rouge sombre et se détachant sur un champ vert bouteille ; cartouches bordés de voltes ocres et ornés de bandeau perlés, d'étoiles dorées, de palmettes romanes, etc.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 2007/04/17
Précisions sur la protection

Arrêté de protection : l'église en totalité (cad. A 293) : inscription par arrêté du 17 avril 2007.

Annexes

  • Extrait de la monographie paroissiale de Saint-Aubin (s.d., vers 1880-1890)

    Acte du curé Victor Delisle : "Il sera en mémoire qu'en 1764 nous avons fait percer le mur de l'églize du cotté du couchant pour faire une chambre où nous avons placé les fonts baptismaux [...], que nous avons fait faire la chaire à prêcher, de pierre, n'y en ayant cy-devant qu'une de bois toute pourrie, le tout a été fait par Jean Labat, dit Labarre, maître masson. [...]"

  • Extraits des archives paroissiales de Saint-Aubin concernant l'église et son mobilier (XVIe-XXe siècles)

    I. Recueil paroissial (1572-1906) : transcriptions de documents anciens par l'abbé Lamaignère, notes diverses prises en vue de sa monographie paroissiale de Saint-Aubin

    - P. 1-2 : "Procès-verbal de l'an 1572 (extrait). / Guerre de religion, pillage, incendie de l'église de St-Aubin. Extrait du verbal de l'an 1572 par l'ordre de Charles IX roi de France touchant les églises du diocèse d'Aire, ruinées par les gens de la religion prétendue réformée. M. André Bourgeois, prieur du monastère de Ste-Quiterie [sic] du Mas, vic. gén., sede vacante, étant nommé commissaire nommé par la cour : "L'église paroissiale de St-Aubin et son annexe Hauriet est à la collation du seigneur de Poyaller et l'institution à l'évêque d'Aire et y a cure d'âmes et en est curé Mr Jean Duvigneau, étudiant en l'université de Paris. Le divin service y est fait par un vicaire et les saints sacrements administrés comme auparavant. Lesdites églises ont été brûlées à la venue des vicomtes par les capitaines Touzin et Langlade de Labat et autres et Gabriel de Poches et tout pillé. Auparavant on avait porté une partie des ornements au château de Poyaller, et a été démolie par le capitaine Castaignet tenant garnison audit château de Poyaller et l'église de Hauriet fut brûlée et les ornements pillés par les gens du capitaine Soun de la dite religion et les commissaires de Montamet ont pris les fruits de la fabrique de Hauriet." / Tiré mot à mot du verbal. Tous ces ravages, comme il paraît par toutes les pièces, arrivèrent au mois de 7bre de l'année 1569."

    - P. 2-5 : liste des curés de Saint-Aubin (1572-1931).

    - P. 13-15 : "Ordonnance de Mgr de Sarriac", évêque d'Aire.

    - P. 39 : "Réparations faites à l'église. / A son arrivée dans la paroisse, M. L'abbé Camicas [curé de 1876 à 1881] trouva tout l'intérieur du sanctuaire recouvert d'une vieille boiserie toute vermoulue. Ayant voulu l'enlever afin de la remplacer par une nouvelle plus convenable, il découvrit les magnifiques arcades qui ornent ce sanctuaire. / C'est M. Camicas qui a fait décorer l'église par M. Meyranx de Mugron. / M. Fescaux [curé de 1883 à 1887] a fait placer la sainte table ; il a employé à ce travail une somme de 600 f. laissée à l'église par M. Théron de Ledevèze [curé de 1881 à 1882]. C'est également à M. Camicas que l'on doit les deux autels en terre cuite et les statues du Sacré-Cœur et de St Joseph. Ces différents meubles sont le produit de diverses souscriptions. / Le maître-autel était surmonté d'un ciborium en terre cuite. Ce ciborium a été enlevé pour faire place à une statue de Notre-Dame de Lourdes donnée par Mme Labat et érigée le 29 avril 1894."

    - P. 93 : "Confrérie du chemin de la croix" établie dans l'église en 1887.

    - P. 97 : "Confrérie du Saint Scapulaire" établie en 1887. Liste des réceptions à la confrérie.

    - P. 101 : "Confrérie du Saint Sacrement", établie en janvier 1707 par un bref du pape Clément XI.

    - P. 105-108 : "Dons faits à l'église. / Fauteuil et tabourets donnés par la famille Soubaigné à Pémarque. / Bouquets bleus, Mme Darrieutort. / Bouquets Ste Face, Mme Darrieutort. / Bouquets dorés (4), Mme Darrieutort. / 4 p. bouquets dorés, Mme Soubaigné. / Nappes d'autel données par Mme St Martin à l'occasion de la 1ère communion de sa fille Jeanne. / Statue de N. D. de L[ourdes] (grande), Mme Rosalie Labat. / Croix de la mission 1889, bois donné par Mr de Lagarrigue, Christ acheté par souscription principalement par Mme Soubaigné Loupret de Mugron et les familles Balette, Perron, G. Pouyon, Charron, Beaulieu. / Bannière renouvelée par les familles citées dans le tableau des quêtes et refaite par Mlles Valérie Lavie, Françoise Candau et Zélie Lailhargue. / Croix de mission 1892. Le chêne qui a servi pour la confection de cette croix a été donné par Mr Grégoire Soubaigné à Pémarque. / Étole double, Mme Gaye. / Chaises. A l'occasion du baptême du fils de M. de Lagarrigue, Mlle de Poyusan qui était marraine a fait [... phrase inachevée]. / Dais, acheté en 1891 par les familles dont les noms figurent, payé 68 avec l'offrande de chacune d'elles. / Aube, Mme Soubaigné. / Ornements. Un ornement blanc donné par Mme Soubaigné à l'occasion du mariage de sa fille. Les ornements vert, rouge et blanc (très usé) sont dus à l'œuvre des tabernacles. [...] / Mission décennale. Une mission décennale a été fondée à St-Aubin par M. le Chevalier de Lagarrigue qui a envoyé à cet effet à l'évêché la somme de 1000 f. le 22 mai 1890. / Siège du prêtre et tabouret des enfants de chœur, don de M. Soubaigné (Pémarque). / Mission décennale, fondée en 1890 par M. le Chevalier de Lagarrigue. / Croix de l'autel de St Michel, donnée par M. le Chevalier de Lagarrigue. / Legs de M. Dupoy. M. Ulysse Dupoy ancien notaire et maire de St Aubin [en 1878] a laissé 2000 f. pour la construction d'une flèche au clocher. Cette somme a été versée par les héritiers et perçue par la municipalité de St Aubin. [...] Sac pour la visite des malades. Travail de Madame Gaye qui se montre d'un zèle infatigable pour tout ce qui regarde l'ornementation de l'église ou les divers soins à donner aux autels. / Drap mortuaire. Ce drap a été donné par Madame Soubaigné à Pémarque. / Grands bouquets dorés avec fleurs blanches, donnés par Mr D. / Relique de la vraie Croix (mai 1897) Don fait à l'église de St-Aubin par le R.P. Urbain (M. l'abbé Pédedieu de Mugron), religieux franciscain, vicaire custodial de la Terre Sainte, venu dans sa famille pour célébrer son jubilé sacerdotal. / Reliquaire offert par Mes G... et D... / Bannière de la congrégation. Bannière achetée à la maison Périer jeune d'Aurillac pour 120 f. Elle est due au zèle de Mlles J. et M.D St-Martin et à Mlle Hélène Darrieutort qui ont pour faire cet achat ouvert et recueilli elles-mêmes une souscription."

    - P. 124-125 : "Relique de la vraie Croix. / L'acte attestant l'authenticité de cette relique a été accordé par la Patriarche de Jérusalem en date du 9 du mois d'avril 1891 et visé par Sa G[randeu]r Mgr Delannoy évêque d'Aire et de Dax. / Mgr Delannoy a visé en même temps un autre acte authentique d'une relique de la colonne de la flagellation de N.S.J. portant la signature même du Patriarche de Jérusalem en date du 13 9bre 1896. / Cette dernière relique est la propriété de M. Moumiet, curé de St-Aubin [de 1887 à 1911], tandis que la relique de la vraie Croix et le reliquaire argenté qui la renferme appartiennent à la paroisse. Le reliquaire doré appartient à M. le Curé. // 1er juin 1897. L'inauguration du culte des reliques de la vraie Croix dans St-Aubin a été faite le dimanche de la Trinité 1897 par le R.P. Urbain, religieux franciscain, vicaire custodial en Terre Sainte. Chaque année, la fête de l'Exaltation de la vraie Croix sera célébrée par une procession solennelle qui aura lieu le premier dimanche après la fête si celle-ci ne tombe un jour férié. La procession sera suivie du baisement de la relique."

    - P. 159 : "Crèche. / Depuis Noël jusqu'au 2 février inclusivement on expose à l'autel de St Michel une crèche composée de 9 personnages, d'un âne, d'un bœuf et du berceau de l'Enfant Jésus, le tout en terre cuite et d'un berger avec son troupeau. : Cette crèche n'est pas la propriété de la fabrique, elle appartient à M. le curé (1895) ainsi que les candélabres dorés, les missel et pupitre, les 8 bouquets feuillages d'or avec niche assortie, le carillon, les burettes avec plateau cuivre verni, et le tableau de la Ste Face."

    - P. 163 : "Achat de la chasuble d'or fin".

    - P. 177 : "Bannière de St Joseph pour les hommes. / Selon ce qui a été convenu dans l'acceptation du trieur par la fabrique les premiers produits ont été employés pour l'achat d'une bannière de St Joseph. Cette bannière a été demandée à la maison Périer jeune d'Aurillac. Elle est [en] moire soie antique, broderies en relief, or fin. Elle coûte 200 f. Cette somme doit être soldée en deux paiements de 100 f., l'un aura lieu fin janvier 1902, et l'autre fin novembre 1902."

    - P. 183 : "Achat d'une chape drap d'or. Une chape drap d'or sur métal et une étole assortie avec médaillons sur velours grenat a été achetée à la maison Argod frères de Crest (Drôme), le tout pour 180 f. (produit du trieur) / Écharpe de bénédiction. L'écharpe assortie à la chape a été achetée à la maison Argod pour 60 f. (produit du trieur). / Étole double face. Achetée en février 1905 à la maison Argod pour la somme de 19 f. (donnée par M. Gabriel Lafitte à Pébor)."

    II. Inventaire du mobilier de l'église (30 juillet 1842)

    - "L'an mil huit cent quarante deux et le trente du mois de juillet, nous membres de la fabrique de St-Aubin soussignés réunis en séance ordinaire avons dressé et conformément aux règlements le présent inventaire du mobilier de l'église de St-Aubin, et avons trouvé que le mobilier se composait des objets suivants, savoir : / un calice en argent, une patène idem, un ostensoir id., deux ciboires id., cinq corporaux, trois palles, / un ornement rouge, un blanc, un violet, deux noirs, un omnicolor, un rose blanc, trois draps mortuaires, deux chapes omnicolores, une chape noire, une étole pastorale soie-or, une autre omnicolor, une autre noire, un voile, cordons, / huit aubes, trois surplis de toile, trois surplis de chœur, 24 nappes d'autel, six nappes de communion, 24 serviettes la moitié usée, 40 purificatoires, 20 manuterges, deux draps pour le monument, / un Dais, deux croix d'argent, deux croix de métal, un aspersoir, deux paires de burettes, six sonnettes, deux bonnets carrés, trois jeux de carton d'autel, trois croix d'autel, deux encensoirs, deux navettes, / une cuvette baptismale, trois crémières [sic], dix chandeliers de métal, trois lampes suspendues, une petite cloche en [laiton ?], quatre vases à fleurs, six bouquets d'autel, / un missel, un rituel, des livres de chant usés, trois pupitres, un te igitur, / trois confessionnaux, trois armoires, deux coffres, une table, trois bancs mortuaires, 2 douzaines de chaises, une bourse d'extrême-onction."

    III. Registre des délibérations du conseil de fabrique (1851-1906)

    - P. 3-4 : "Récolement du mobilier de l'église [24 janvier 1851]. / Linge. Corporaux 10. Aubes 7. Surplis fins 4. Surplis de confessionnal 4. Aubes d'enfants de chœur 5. Nappes d'autel 17. Garnitures d'autel 7. Linceuls 4. Purificatoires 126. Nappes pour la sainte table 4. Amist (sic) 10. Manuterges 53. Serviettes 13. Devant de chaire 1. / Ornements d'église. Chasuples (sic) 7. Étoles pastorales 2. Chappes (sic) 3. Voiles pour le St Sacrement 3. Dais pour la procession du St Sacrement 2. Bouquets d'autel 20. Croix d'autel 3. Croix pour la procession 5. Croix pour l'enterrement des enfans (sic) 1. Encensoirs 2. Navettes 2. Aspersoir 1. Canons d'autels 5. Sonnettes 3. Lanternes 2. Bouquets pour le St Sacrement 2. Lampes 2. Pales 9. Burettes d'autel 2. Draps mortuaires 5. / Linge (sic). Cordons pour la Messe 3. Petits paniers pour le linge 2. Boîtes en bois 2. Bonnets carrés 1. Barrette 1. / Livres lithurgiques (sic). Missels 4. Gd graduel antiphonaire 1. Psautier romain 1. Missel romain noté 1. Rituel d'Aire 1. Petit office des morts 1. Petits vespéraux 2. / Vases sacrés. Calices 1. Patènes 1. Ciboires 2. Custode avec la bourse 1. Cremières (sic) pour les baptêmes et l'extrême onctions 3. Ostensoir pour la salut 1. Vases non sacrés. G. chandeliers d'autel 12. Chandeliers de métal petits 12. Le présent inventaire a été dressé [...]"

    - P. 10 : "Budget de 1853. / Dépenses extraordinaires [...] Grosses réparations de l'église et de la sacristie - 100." (au mur extérieur du clocher "sur le couchant").

    - P. 23-24 : "Récolement du mobilier de l'église" [12 juillet 1853]. Copie exacte de l'inventaire du 24 janvier 1851 (cf. ci-dessus).

    - P. 29 : érection du maître-autel en autel privilégié par l'évêque d'Aire François Adélaïde Adolphe Lanneluc,à la demande du curé Étienne Faudouas, 14 décembre 1854.

    - P. 35 : "Assemblée ordinaire du mois d'octobre 1854" [22 octobre 1854] / [...] nous membres du conseil de fabrique avons délibéré et arrêté ce qui suit : / Article 1er. Vu que la fabrique a dépensé une somme de 200 francs pour des réparations urgentes qui ont été exécutées au clocher de l'église. [...] Vu que la fabrique a l'intention de faire construire dans l'église un autel dédié à la Très Sainte Vierge, et que d'ailleurs elle manque de fonds pour couvrir cette dépense. / Article 2. Le conseil de fabrique à l'unanimité exprime le désir et émet le vœu que la caisse communale rembourse à la fabrique la somme qu'elle a employée pour la muraille du clocher. [...]"

    - P. 43 : "Assemblée ordinaire du mois de juillet 1855 [25 juillet]. Même objet que ci-dessus.

    -P. 53-54 : "Récolement du mobilier de l'église, fait le 18 septembre 1856". Copie exacte de l'inventaire du 24 janvier 1851, à quelques menus détails près ("chasuples" [sic] : "9" surchargé en "11" ; "chasubliers de la confrérie de St Michel 6").

    - P. 55 : "Assemblée ordinaire du mois de janvier 1857 [18 janvier 1857]. / [...] Considérant que l'autel dédié à St Michel en raison de sa vétusté, exige des réparations [...] le conseil de fabrique arrête que l'autel dédié à St Michel sera réparé au printemps prochain. Article 2. En conséquence, la fabrique fera prochainement les démarches convenables aux fins de trouver un artiste expérimenté qui soit apte à exécuter les réparations à faire. [...]"

    - P. 63 : "Assemblée ordinaire du mois d'octobre 1857 [25 octobre 1857]. / [...] Considérant que les vitraux de l'église sont dépourvus de rideaux, lesquels cependant sont néanmoins indispensables surtout pendant la saison d'été pour se garantir du soleil qui lance ses rayons dans l'église [...]."

    - P. 86 : "Assemblée ordinaire du mois de janvier 1860 [29 janvier 1860]. / [...] Considérant que le conseil de fabrique a depuis longtemps exprimé le vœu qu'il soit pratiqué dans le latéral de l'église donnant sur le nord une porte en style ogival pour faciliter aux fidèles leur entrée dans l'église [...]" : travaux prévus au printemps prochain.

    - P. 95 : "Érection du chemin de la croix" par l'évêque d'Aire Louis Marie Olivier Epivent, 5 juillet 1860.

    - P. 105 : "Récolement et inventaire des effets et du mobilier de l'église, fait le 8 juillet 1862." Renvoie à la page 53 du registre (inventaire du 18 septembre 1856).

    - P. 109 : "Assemblée ordinaire du mois d'octobre 1863 [11 octobre 1863]. / [...] Considérant que dès l'année 1862, le conseil de fabrique [...] avait décidé qu'il serait acheté une statue de la Très Sainte Vierge et qu'à cette époque il vota pour l'acquisition de cet objet une somme de 50 francs. / Considérant que cette statue devint indispensable vu les confréries du Saint Rosaire et du Scapulaire établies dans la paroisse, et pour l'exercice du mois de Marie qui se pratique chaque année [...] le conseil de fabrique émet le vœu qu'une statue convenable de la Très Sainte Vierge soit achetée dès le commencement de l'année prochaine."

    - P. 110 : érection du maître-autel en autel privilégié, 17 octobre 1863.

    P. 111 : "Assemblée ordinaire de dimanche de quasimodo 1864 [3 avril 1864]. / [...] Considérant que l'enceinte de l'église de St-Aubin est circonscrite dans des limites trop étroites, et qu'elle est insuffisantes à la population de la paroisse ; / Considérant que l'église de St-Aubin, qui possède plusieurs confréries de la Très Sainte Vierge, n'a pas d'autel dédié à l'auguste Reine du Ciel ; / Le conseil de fabrique à l'unanimité émet le vœu que l'église soit agrandie par la construction d'une chapelle qui sera bâtie dans une partie latérale de l'édifice religieux. /Le conseil de fabrique chargera un homme de l'art de dresser le plan et le devis des travaux et des dépenses à faire pour l'objet ci-dessus mentionné. / Cela fait, le conseil de fabrique, dont les ressources sont insuffisantes, fera auprès du Gouvernement les démarches convenables aux fins d'obtenir de lui un secours [...]."

    - P. 117 : "Assemblée ordinaire du dimanche de quasimodo 1865 [23 avril 1865]". Même objet que ci-dessus. Appel au conseil municipal devant "l'urgence de l'agrandissement de l'église, de faire dresser ensuite par l'architecte du département [Alexandre Ozanne] les plans et devis des travaux à exécuter, et cela fait d'adresser au Gouvernement par la voie hiérarchique une demande de secours accompagnée de l'envoi des documents voulus et exigés en pareil cas."

    - [non paginé] : délibération du 24 avril 1870. Même objet qu'en 1864 et 1865 : "agrandissement de l'église" et "construction d'une nef de style ogival".

    - [non paginé] : érection du maître-autel en autel privilégié par l'évêque d'Aire Louis Marie Epivent, 16 octobre 1870 (renouvellement).

    - [non paginé] : "Assemblée extraordinaire du conseil de fabrique. L'an mil huit cent soixante quatorze et le deux août [...]". rappel des engagements pris en 1873 de "faire des réparations à l'église paroissiale". Renouvellement de la demande de secours au gouvernement.

    - [non paginé] : prise de possession du nouveau curé Jean-Jacques Passicos et récolement du mobilier de l'église, 1er octobre 1876. "Linge. Corporaux 13. Aubes en tulle 2. Id. fil guipure 3. Id. fil commun 4. Id. hors d'usage 1. Cordons 3. Aubes d'enf. de chœur (usées) 3. Ceintures et pèlerines rouges pour les mêmes 3. Surplis fins 4. Id. hors de service 2. Surplis de confessionnal 4. Id. hors d'usage 1. Nappes d'autel (pour dessous) 12. Nappes d'autel longues (dessus) 5. Garnitures d'autel en tulle 5. Id. rouges d'autel de St Michel 1. Id. en fil 5. Id. avec dessus 1. Id. hors d'usage 2. Linceuls pour le jeudi saint 3. Une ... pour la même circonstance 1. Purificatoires 100. Manuterges 60. Nappes pour la table sainte 3. Nappes violettes pour le jeudi saint 2. Petits voiles violets pour les croix 5. Amicts 9. Serviettes 23. Pales 4. Drap mortuaire (assez bon) 1. Id. très usés 2. Garnitures de crédence 3. Garniture de dais 1. Couvre autels 2. Couvre-croix lustrine bleue 3. Id. tulle pour dessus 3. Couvre chandeliers (pour St Michel) 6. Id. pour le maître-autel (usés) 6. Voile pour la statue de la Ste Vierge 1. Petits drapeaux 50. Bonnets carrés 1. Bannières 2. // Vases sacrés et autres. Calices (argent) 2. Ciboires 2. Custode pour le St viatique 1. Crémières pour le Baptême 2. Id. pour l'extrême onction 1. Ostensoir (vermeil) 1. Id. argent 1. Chandeliers à l'autel 12. Chandeliers petits 6. Encensoirs 2. Navette 3. Vase pour l'eau baptismale 1. Lanternes 2. Burettes (jeux de) 1. Boîtes en bois 2. Petites corbeilles pour le linge 2. Porte-missels 2. Couronnes de lampe 3. Encens (boîte d') 1/2. Bouquetiers pour l'autel de St Michel 9, petit porcelaine. Sonnettes 1. Bouquetiers pour le maître-autel (bois doré) 4. Corbeilles pour les cierges 2. Fer à couper les petites hosties 1. Bouteille pour gaz 1. Croix d'autel 2. Croix pour les processions en argent 2. Id. sans valeur 3. Aspersoir 1. Canons d'autel (carton) 1. Id. dorés 1. Boîte en fer blanc pour les hosties 1. Ciseaux une paire 1. Cierges qui se trouvent à l'église 12. Ornements. Blancs (bons) 2. Id. usés 3. Fil façon or 1. Rouges 1. Violet (neuf) 1. Noirs 2. Vert 1. Étoles pastorales noire 1 blanche 1. Id. usées 2. Chape blanche déchirée 1. Chape velours côte noir 1. Dais pour les processions 1. Voiles pour la bénédiction du S.S. 2. Bouquets d'autel (rouge et or) 4. Id. petits pour l'autel de St Michel 5. Autres bouquets usés et sans valeur 8. Fer à hosties 2. Chaises appartenant à la fabrique 300. Livres. Missels 2. Id. des morts 1. Vespéral grand (Digne) 1. Graduel id. (id.) 1 (Soubaigné). Rituel d'Aire 1 (Soubaigné). Cérémonial d'Aire 1. Office des morts 2 (Fescaux). Graduel (Lecoffre) 1. Vespéral (Lecoffre) 1."

    - [non paginé] : "Achats d'ornements d'église divers servant au culte divin depuis mon arrivée [celle du curé Jean-Henri Camicas, en 1876] jusqu'à ce jour", 1er octobre 1877. "Bouquetiers 8 dont 4 pour les fêtes ordinaires et 4 autres pour les grandes fêtes de l'année. Garnitures d'autel 3 dont 2 au crochet et 1 brodée à la main. Chapes 1 noire renouvelée, et une autre fil d'or toute neuve. Ornements 1 fil d'or assorti à la chape. Étoles 2 dont 1 noire et une autre blanche et violette. Intérieurs de tabernacle 2 pour les deux autels. Lampe de sanctuaire 1. Candélabres 2 paires fleurs de lys. Porte-Dieu 1. Chandeliers, 4 paires, une argentée. Bobèches 2 douzaine 1/2. Calice vermeil 1. Le ciboire a été doré. Les lampes du maître-autel et de l'autel de St Michel ont été argentées ainsi que l'encensoir et la navette. Te Igitur pour les grandes fêtes. Voile du ciboire. Bénitier doré au vernis. Lustre cristal. Cordons d'aube 2. Bannières 2, l'une a été achetée par la paroisse et l'autre m'appartient. Missel 1. Burettes cristal 1 jeu. Clochettes argentée 1. Autre garniture pour l'autel de St Michel 1."

    - [non paginé] : "Séance de Quasimodo 1881 [25 avril 1881]. / [...] M. le curé [Jean-Henri Camicas] rend compte des dépenses occasionnées par les réparations faites dans l'intérieur de l'église depuis environ un an. Il est surtout heureux de pouvoir leur [aux membres du conseil de fabrique] apprendre que les travaux exécutés à la chapelle de St Michel et s'élevant à la somme d'environ 1450 f. sont à l'heure qu'il est intégralement payés. [...] Quant aux travaux de peinture exécutés à la nef principale et qui touchent à leur fin, il voit déjà qu'ils vont s'élever à la somme de 650 f. Mais pour couvrir ces dépenses, il lui suffira des produits de la quête qu'il a faite soit dans la paroisse, soit près des personnes étrangères qui ont des propriétés dans la commune. [...] / Après cela, M. le curé émet le vœu qu'on remplace au plus tôt le maître-autel du sanctuaire par un autre autel en terre cuite en harmonie avec le style de l'église, et qui doit lui revenir de 1350 à 1400 f. ; il pense que dans le courant de l'année, avec les 300 f. que le Gouvernement a bien voulu lui allouer pour la seconde fois, et qu'il tient en réserve, la fabrique pourra, aidée par les deux confréries du S.S. et de St Michel, réaliser une somme de 600 f., ce qui lui permettrait de faire l'achat de l'autel, la maison à laquelle il s'adresse pour cela lui ayant offert des facilités pour le reste du paiement. [...]"

    - [non paginé] : "Récolement du mobilier de la sacristie au 25 9bre 1881". / Vases sacrés. 1 calice (petit) vermeil. 1 id. (très haut et sans forme) argent. 1 ciboire vermeil (petit). 1 id. argent et fer. 1 ostensoir (très haut) arg. & vermeil. 1 custode (pour l'ostensoir). 1 cremières avec trois burettes (mechior [sic pour "maillechort" ?]). 1 custode pour porter le bon dieu (argent). / Objets divers. 3 jeux de tableaux d'autel ou teigitur cadre en bois doré, dont un seul encore propre. 1 tabord (sic) en bois doré. 2 porte-missel (de nulle valeur). 2 missels (dont l'un en très mauvais état). 2 encensoirs avec navette, le tout en très mauvais état et hors d'usage. 1 bénitier avec son goupillon. 1 paire burettes en verre commun. 2 croix de procession (dites argent). 1 id. plus petite et hors d'usage. 3 jeux de bouquetiers (en porcelaine et verre). 3 jeux de bouquets (rouge ou bleu) dont l'un en papier. 6 chandeliers & croix bois doré pour maître-autel. 6 id. et croix cuivre verni pour l'autel de St Michel. 2 paires de candélabres en cuivre verni et lis en verre oppaque (sic). 1 paire de petits chandeliers en cuivre verni. / Ornements. 1 ornement, dalmatique, chape et voile en drap d'or, imitation. 1 chasuble en damas blanc (fort salie). 1 id. en fil cuivre (fort mal tenue). 1 id. en damas rouge (en très mauvais état). 1 id. en velours violet galons argent (attaqués par les rats). 1 id. verte (très sale, en très mauvais état). 1 étole pastorale damas blanc brodé soie jaune (sale, fort mal tenue). 2 chasubles noires. [annotation marginale : Ces ornements ont été si mal tenus que la poussière et les rats les ont tous salis et rongés.]. 2 étoles pastorales en damas noir. 1 chape or imitation (mentionnée plus haut avec l'ornement dont elle fait partie). 1 chape damas blanc broché. 1 id. fil de cuivre (hors d'usage). 1 id. noire assez détériorée. 1 bannière blanche (Ste Vierge). 1 id. velours rouge (St Joseph, appartenant à la société de secours mutuels). 2 draps mortuaires (dont l'un appartient à la confrérie de St Michel). Lingerie. 6 aubes dont deux très communes et 4 un peu plus de mise. 6 surplis en mousseline (quelques-uns en mauvais état). 4 id. en toile très grossière. 5 nappes d'autel. 2 nappes de communion. 4 cordons ou ceintures. Devant d'autel. 8 corporaux. 4 douzaines de purificatoires (beaucoup devraient être mis à la réforme). 2 douzaines d'amicts (plusieurs sont rapiécés). 5 douzaines de lavabos. 1 1/2 douzaine de serviettes. / Livres. 3 missels (mentionnés plus haut) dont l'un est hors d'usage. 1 petit missel des morts (absolument déchiré). 1 rituel tout déchiré. / Supplément. 2 petites couronnes en cuivre verni. 1 lustre en cristal. 1 lampe en cuivre argenté."

    - [non paginé] : "Inventaire du mobilier de l'église fait le 17 février 1897. / 7 aubes. 4 autres usées. 7 nappes d'autel (pour dessus). 10 nappes d'autel (pour dessous). 7 nappes pour le sainte table. 30 purificatoires. 5 pales. 46 manuterges. 11 corporaux. 10 serviettes. 20 amicts. 7 surplis fins. 4 surplis de confessionnal. 2 devants d'autel bleu. 2 id. jaunes. 1 id. rouge argenté. 11 id. blancs vieux et neufs. 4 cordons d'aube. 6 chiffons. 7 soutanes d'enfant de chœur (rouge). 5 id. noires. 12 surplis d'enfant de chœur. 5 calottes rouges pour enfants de chœur. id. noires. 5 bonnets carrés rouges pour enfants de chœur. 5 camails. 3 draps mortuaires. 2 dessous d'autel rouges. 1 id. bleu. / Ornements. Neufs : 1 ornement rouge (chasuble). 1 id. blanc. 1 id. violet vert. Ordinaires : 2 ornements drap d'or. 1 id. violet. 1 id. rouge. 1 id. vert. 1 id. blanc. 1 id. noir. Usés : 2 ornements noirs. 2 id. blancs. 2 dalmatiques. 1 chape drap d'or. 1 id. noire. 3 étoles pastorales noires. 1 id. blanche. 1 id. blanc-violet (double). 1 bannière de la Ste Vierge. 1 dais drap d'or avec montant neuf. 1 id. rouge et vieux. 4 tentures noires pour funérailles. 1 sac rouge pour malades. 1 bourse blanche id. 30 oriflammes. 1 voile pour bénédiction (drap d'or). 1 id. et avec fleurs. 1 id. blanc usé. 19 cierges. 2 (7 ?) pavillons pour ciboire."

    - [non paginé] : Séance du 17 avril 1901. "[...] Le conseil s'est ensuite occupé des travaux urgents à faire à l'église. Voici le résultat de sa délibération. / Attendu que d'une part le rapport de M. Séron, agent-voyer de l'arrondissement de Saint-Sever délégué par l'administration a conclu au danger imminent présenté par l'état de délabrement de l'église et à l'impossibilité d'une réparation quelconque et à la nécessité d'une reconstruction totale de l'église. / Attendu que depuis la date de ce rapport, c'est à dire depuis le 4 avril 1900, le porche de l'église s'est effondré, plusieurs morceaux de pierre effrités se sont détachés de l'arc triomphal et qu'il s'est produit dans celui-ci un affaissement très sensible, le conseil consulté a conclu qu'il était urgent de cesser l'exercice du culte à l'autel principal. Le sanctuaire de cet autel reste donc interdit jusque [phrase inachevée]. / De plus, comme un effondrement total de toute la voûte du sanctuaire est à craindre et que cet effondrement aurait pour conséquence la perte du maître-autel et des cinq vitraux du sanctuaire, il est urgent de procéder à l'enlèvement de cet autel et des vitraux. / D'un autre côté, les ressources de la fabrique ne lui permettant pas de supporter ces dépenses, le conseil décide de s'adresser au conseil municipal et de le prier de vouloir bien se charger de faire faire ce travail au plus tôt. / Le conseil émet de plus le vœu que M. le maire fera incessamment les démarches nécessaires pour qu'on puisse procéder à la reconstruction de l'église. / [...] Ces choses étant réglées, M. le curé a fait part à la fabrique d'un vote de la caisse rurale en vertu duquel le trieur de ladite caisse est concédé gratuitement à la fabrique aux conditions suivantes [...] 2° Les premiers produits du trieur jusqu'à obtention de la somme nécessaire seront affectés à l'achat d'une bannière pour les hommes. Cette bannière portera l'image de St Joseph avec cette inscription : Paroisse de St Aubin, St Joseph patron des ouvriers priez pour nous. [...] / [ajout d'une autre main au bas de la page :] Nota. Cette décision n'a été approuvée ni par Mgr l'évêque ni par le préfet (5 7bre 1905)." [voir notice IM40006072]

    IV. Reçus et factures divers (1842-1914)

    - Un "tapis d'orient envoyé le 15 avril 1902" (de Paramé, Ille-et-Vilaine).

    - "Reçu de M. l'abbé Darcet, curé de St-Aubin, la somme de trois cent cinquante francs (350) comme quittance de deux confirmaux [sic pour "confessionnaux"], Maylis, le 26 février 1914 / D. Destribats [illisible] au monastère."

    - Reçu de Moncassin, "fabrique de mobilier d'église tous genres, statues, chemins de la croix, modèles nouveaux grand-relief, décoration artistique, dorures en tous genres, chasublerie, broderies garanties au premier titre", 21 rue Bayard, Toulouse, 1er octobre 1912 : "Reçu de M. l'abbé Darcet la somme de cent quatre vingt cinq francs pour solde de : une garniture de chandeliers cuivre verni, renaissance, de 0m82 de hauteur (7 pièces)", "1 encensoir argenté et sa navette", "1 baiser de paix, "1 goupillon", "réparation et réargenture d'un encensoir, bénitier avec navette".

    V. Registre des recettes et dépenses de la fabrique (1869-1906)

    - "Année 1876. Janvier, 20. Payé à M. Passicos |curé] ornement d'église - 92,00."

    - "Année 1876. Aout 1er. Payé à Meyranx, peintre à Mugron - 280,00.

    - "Année 1891. 20 avril. Achat du dais 140 f. payé pour la façon, ferrures 7f85, forgeron 1f50 - 167,45."

    VI. Liasse "renseignements paroissiaux, achats du curé Raphaël Lamaignère" (1931-1947)

    - Facture de la "maison F.-D. Monna, Monna frères & sœur successeurs, sculpteurs statuaires 22-23, rue Saint-Étienne à Toulouse", 21 mai 1931 : fourniture d'une "Ste Thérèse de l'Enfant Jésus, modèle Lisieux, en 1m20, décoré" (400 f.) et d'un "support assorti, décoré" (96 f.). [voir notice IM40006077]

    - Facture de "Au Lys de Pâques", "maison fondée par Léon Lhomer en 1878, Bourdier - J. Planty gendre, bureau et ateliers 45 rue de Sèvres, maison de vente 35 de la même rue, Paris 6e", 6 juin 1931 : fourniture d'un "croissant roses étoffe" (65 f.), "1m25 guirlandes roses de mai" (65 f.), une "paire appliques bronze doré" (115 f.).

    - facture de la Procure générale du clergé et des établissements catholiques, Chalon-sur-Saône,18 août 1931 : fourniture d'un drap mortuaire (396,50 f.).

    - Facture des établissements Pierre Nissen, Versailles (45, rue Carnot et 26, rue de la Paroisse), "mobilier d'église et scolaire, statues, chemins de croix, chasublerie...", 11 septembre 1931 : fourniture de "2 porte-missel" (69,50 francs) et de "2 coquilles de baptême" (62 f.).

    - Facture de A. Pégaz, "spécialités d'articles pour l'ornementation des églises, Villefranche près Lyon", 30 septembre 1931 : fourniture de "2 plats de quête de 24 cm laiton poli" (51,60 f.).

    - Facture de Pierre Pouplard, "manufacture de vêtements ecclésiastiques, chasublerie, bronze, orfèvrerie", 9 rue Saint-Georges à Angers, 19 octobre 1931 : fourniture de "6 chandeliers verni or h. 0.26" (288 f.).

    - Reçu d'E[rnest] Leduc, "peintures décoratives pour églises et appartements, Bordeaux (50, rue des Trois-Conils)", 31 octobre 1932 : reçu de 3.500 f. "pour les peintures du sanctuaire de l'église", plus 185 f. "pour diverses fournitures". [voir notice IM40006080]

    - Reçu de Couture, marbrier à Aire-sur-l'Adour, 27 avril 1933 : "fourniture et mise en place d'un autel en pierre dure de Vilhonneur en l'honneur de la Sainte Vierge", payé comptant 2.340 f. Une souscription a donné 1.504,50 f. "Acheté à l'Évêché une pierre d'autel 50 francs".

    - Facture d'Omer Daraignez, maçon à Larbey, 30 mai 1933 : travaux à l'église pour 599,75 f.

    - Facture des établissements Pierre Nissen, Versailles (45, rue Carnot et 26, rue de la Paroisse), "mobilier d'église et scolaire, statues, chemins de croix, chasublerie...", 28 novembre 1933 : fourniture de "1 croissant électrique 8 fleurs de lys" (80 f.), "8 lampes dépolies" (31,20 f.), "4 gerbes paillons lys et roses 70 cm" (108 f.), etc.

    - Facture d'André Mouneu et fils "entreprise de travaux publics" à Mugron, 2 janvier 1936 : "fournitures pour la croix de la Mission à St-Aubin" (gravier, sable et blocs de ciment) pour 122 f.

    - Facture de V. Amarot, de Brassempouy, "maçonnerie, ciment armé, monuments funéraires", 26 janvier 1936 : pour "croix et sa base avec fourniture de fer, ciment et armature de 4 piquets ou bornes" ; coût : 1.039 f.

    - Facture des établissements Pierre Nissen, Versailles (2, rue du Chemin-de-Fer), "art religieux, mobilier, ornements et toutes fournitures pour églises, patronages, pensionnats, fournitures scolaires", 8 mai 1937 : fourniture de "1 boîte saintes huiles simple" (21 f.), "boîte saintes huiles double" (46 f.), "étui simple en buis" (21 f.), "étui double en buis" (29 f.).

    - Facture des établissements Pierre Nissen, Versailles (2, rue du Chemin-de-Fer), "art religieux, mobilier, ornements et toutes fournitures pour églises, patronages, pensionnats, fournitures scolaires", [date dissimulée par papillon collé] : fourniture de "4 gerbes F A f, vert, h. 80" (149 f.).

    - Facture de la maison A. Argod et Compagnie à Crest (Drôme), "manufacture de vêtements ecclésiastiques", 26 août 1937 : fourniture de "1 chasuble lampassette noire, galon argent" (270 f.) "1 chasuble damas simili blanc" (225 f.) et "1 ceinture ruban rom[ain]" (16,25 f.).

    - Facture de la "maison F.-D. Monna, Monna frères & sœur successeurs, sculpteurs statuaires 22-23, rue Saint-Étienne à Toulouse", 7 novembre 1941 : fourniture d'un "chemin de croix n° 79 de 98 x 60, staff ivoiré, 2 tores filet or et cadre faux bois..." (3.000 f.), d'une "Ste Jeanne d'Arc n° 584 de 1m20 de haut stuc décoré simple" avec "support n° 1969 assorti" (890 f.). [voir notice IM40006077]

    - Facture de P. Prat, "Grande fabrique de statues religieuses, ancienne M[ais]on Moncassin et Miquel-Camus réunies, 21 rue Bayard, Toulouse", 7 décembre 1946 : fourniture d'un "St Aubin évêque, 1m20, décor simple mais artistique" (8.748 francs) et d'un "support assorti" (2.304 f.).

    - Facture de (Jean-Laurent) Meyranx, peintre-décorateur à Mugron, 31 mars 1947 : "enlèvement d'un panneau de vitrail, remontage des verres et réfection totale, remise en place de ce vitrail, consolidation des autres vitraux de la nef, fournitures diverses [...], total 3.300 f."

    __________________________________________________________________________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Recueil paroissial (1572-1906) : transcriptions de documents anciens par l'abbé Lamaignère, notes diverses.

    Archives paroissiales, Saint-Aubin
  • Registre des délibérations du conseil de fabrique (1851-1906).

    Archives paroissiales, Saint-Aubin
  • Registre des recettes et dépenses de la fabrique (1869-1906).

    Archives paroissiales, Saint-Aubin
  • Reçus et factures divers (1842-1914).

    Archives paroissiales, Saint-Aubin
  • Renseignements paroissiaux, achats du curé Lamaignère (1931-1947).

    Archives paroissiales, Saint-Aubin
  • Église (1830-1933).

    Archives départementales des Landes : 2 O 1779
  • Monographie paroissiale de Saint-Aubin.

    Archives départementales des Landes : 16 J 20 bis
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 19 février 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 294/9
  • Église : demandes de secours pour acquisition d'objets mobiliers (1879-1881).

    Archives départementales des Landes : 70 V 294/5
  • Dons et legs à la fabrique (1843-1888) : Jean Barrouillet (1843-1845), Marie Saint-Genez épouse Saint-Martin (1843), Joseph Lafitte (1843), Jeanne Dubedout veuve Barrouillet (1843), Catherine Duthil veuve Dubroca (1848-1850), Jean-Baptiste Campagne (1857-1858), Jean Auguste Ulysse Dupoy (1887-1888).

    Archives départementales des Landes : 70 V 294/10
Bibliographie
  • LAMAIGNERE Raphaël. La paroisse de Saint-Aubin (Landes). Pages d'histoire locale d'après les documents officiels. Vaison-la-Romaine : imprimerie Bonne Presse du Midi, 1938.

  • Dictionnaire des églises de France. Sud-Ouest. Paris : Ed. Robert Laffont, [1967]. Tome 3.

  • CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.

    p. 50-52
Multimedia
  • LAMAIGNERE Raphaël. La paroisse de Saint-Aubin (Landes). Pages d'histoire locale d'après les documents officiels, 1938. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/st_aubin.htm

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe