Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Notre-Dame

Dossier IA40001614 réalisé en 2016

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Notre-Dame
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Audignon
Cadastre : 2016 F 220

Malgré l'absence de textes explicites, la proximité immédiate de la prestigieuse abbatiale de Saint-Sever est certainement liée à la fondation de l'église romane d'Audignon, comme le prouvent, entre autres indices, le style et les thèmes du décor sculpté de son abside. Celle-ci, construite dans un moyen appareil régulier, est - peut-être avec quelques parties du vaisseau central (unique à l'origine) - le seul vestige de l'édifice primitif, probablement érigé dans le second quart du XIIe siècle. Comme la plupart des constructions romanes de Chalosse, l'église a subi par la suite différents ajouts et remaniements qui en ont entièrement modifié l'aspect, tout comme les réparations consécutives au sac de l'édifice par les troupes protestantes de Montgomery entre les 8 et 20 septembre 1569. Le puissant clocher-tour date du XVe ou du XVIe siècle. Le collatéral sud, comme l'indiquent les dates portées sur deux clefs de voûte, a été achevé en 1550, peut-être à l'initiative du baron Paul d'Andouins, dont les armes figurent sur une autre clef. Le collatéral nord, non documenté et de construction plus fruste, est sans doute plus tardif (XVIIe siècle ?) ; il existait en tout cas avant 1725, date à laquelle les maçons François Duplantier et Jean Bielle refirent "la fenêtre proche de l'autel de la chapelle Saint-Michel". Les registres de la fabrique, conservés pour les XVIIIe et XIXe siècles, font état de nombreuses réparations de détail à l'époque moderne (voir annexe).

Période(s) Principale : 2e quart 12e siècle
Principale : 14e siècle
Principale : 15e siècle , (?)
Principale : 3e quart 16e siècle
Secondaire : 3e quart 18e siècle
Dates 1550, porte la date
1761, daté par source
Auteur(s) Auteur : Duplantier François,
François Duplantier

Maçon à Dumes près Saint-Sever (Landes) dans la première moitié du XVIIIe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maçon, attribution par source
Auteur : Biella Jean,
Jean Biella

Maçon à Dumes près Saint-Sever (Landes) dans la première moitié du XVIIIe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maçon, attribution par source
Auteur : Larroucan Jean Pierre,
Jean Pierre Larroucan

Plâtrier à Saint-Sever (Landes) dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
plâtrier, attribution par source
Auteur : Gachard,
Gachard

Qualifié de "maître-architecte" à Arzacq (actuellement Arzacq-Arraziguet, Pyrénées-Atlantiques) en 1767.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Fauthoux-Pailheau Pierre,
Pierre Fauthoux-Pailheau

Maître-maçon à Audignon près Saint-Sever (Landes) au milieu du XIXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maçon, attribution par source
Auteur : Larrieu François,
François Larrieu

Maître charpentier à Audignon (Landes), documenté en 1824 (Eyres-Moncube) et 1853 (Audignon).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
charpentier, attribution par source

L'église, entourée par le cimetière, est un édifice à trois vaisseaux bâti en calcaire (sans doute local) appareillé, en moyen appareil régulier pour le chevet, entièrement crépi pour le reste des élévations. La couverture est en tuiles creuses, à l'exception de celles du clocher et de sa tourelle d'escalier, en pierre.

Le chevet roman se caractérise par une corniche en surplomb, surmontée d'un mur nu de cinq assises et supportée par une série de modillons sculptés et par deux contreforts-colonnes à chapiteaux également sculptés.

Le vaisseau central et le collatéral sud sont composés de quatre travées, le collatéral nord en compte une de moins à l'ouest. Le chœur architectural, surhaussé de trois marches, est prolongé par une abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four. L'arc triomphal du chœur, en plein cintre, repose sur des chapiteaux sculptés qui couronnaient à l'origine des colonnes engagées (supprimées). La travée droite, couverte d'un berceau plein-cintre, est séparée de l'abside en hémicycle par un retable-refend gothique percé d'une porte au sud. Le chœur et l'abside présentent une surépaisseur du mur à partir d'une hauteur de 2,50 m ; ce surplomb, décoré (dans l'abside seulement) de quatre rangs de billettes repose en alternance sur sept colonnes adossées à chapiteau (trois subsistent) et sur huit consoles (trois subsistent). Dans le mur nord de la travée de chœur est percée une niche (armoire eucharistique ?) au décor extérieur bûché, couverte intérieurement d'une petite croisée d'ogives.

Le vaisseau central communique avec les collatéraux par des grandes arcades brisées. Il est couvert d'une voûte en berceau brisé, divisée par des doubleaux retombant sur des piliers engagés à cinq pans, dont la base cubique comporte des congés sculptés ; un bandeau d'imposte règne à la naissance du berceau. Le collatéral nord est voûté de croisées d'ogives simples (moulurées d'une plate-bande entre deux cavets) retombant sur des culots ou sur des colonnes engagées (mur oriental). Le collatéral sud possède un voûtement d'ogives plus complexe, à liernes pour les deux travées occidentales, à liernes et tiercerons pour les deux orientales ; les nervures, formerets et doubleaux pénètrent dans des colonnes engagées de part et d'autre du collatéral ; les clefs de voûte sont toutes sculptées. Des fenêtres ébrasées en arc brisé éclairent les deux collatéraux. Une sacristie rectangulaire (moderne) s'adosse au mur oriental du collatéral nord et au mur nord du chevet.

Le clocher-porche est une tour à trois niveaux surmontée d'une flèche et raidie du côté ouest par d'épais contreforts angulaires. Les deux premiers niveaux sont de plan carré, le troisième est octogonal ; des trompes angulaires rachètent la différence de plan. Un escalier en vis hors-œuvre, logé dans un cage de plan trapézoïdal, est accolé à l'angle sud-est. La tour et la tourelle d'escalier sont coiffées de flèches octogonales en pierre (celle du clocher ornée de crochets).

Murs calcaire pierre de taille
calcaire moellon crépi
Toit tuile creuse mécanique, pierre en couverture
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte d'ogives
voûte en berceau plein-cintre
cul-de-four
Couvertures toit à longs pans croupe ronde
flèche polygonale
Escaliers escalier hors-oeuvre
Techniques vitrail
sculpture
peinture
Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1975/05/12

Annexes

  • Extrait du procès-verbal de l'état des églises du diocèse d'Aire, dit verbal de Charles IX (5 octobre 1571)

    Source : "Recherches historiques sur l'influence du protestantisme dans la province d'Auch pendant la seconde moitié du XVIe siècle. Procès-verbal de l'état des églises du diocèse d'Aire en vertu des Lettres clauses de Charles IX, roy de France, en date du 5 octobre 1571", Bulletin du Comité d'Histoire et d'Archéologie de la province ecclésiastique d'Auch (Revue de Gascogne), t. 1, 1860, p. 459 (orthographe modernisée).

    - "L'église d'Audignon a été démolie et la couverture abattue par Jean d'Esclaux, Bernard de Fillucat, un cordonnier nommé le cordonnier de Saint-Sever et le petit Pantaignan, le petit Lyon, Monpeslié de Montault et ledit d'Esclaux a pris et s'en est allé porter la tuile et la faîtage à sa maison. / Les ornements, livres et joyaux ont été dérobés et les campanes rompues et perdues par les vicomtes et ne s'y peut faire le service divin."

  • Travaux de réparations menés dans l'église du XVIIe au XIXe siècle (d'après les registres de fabrique)

    - 1650 : achat de tuiles pour réparer "le pavillon qui est au devant de l'église" (sans doute l'actuel pavillon d'entrée du cimetière).

    - 1711 : couverture du "pavillon de la porte du cimetière" (voir ci-dessus).

    - 1711 (11 septembre) : accord passé avec un maçon et un charpentier (non nommés) pour "réparer le grand et le petit clocher" (c'est-à-dire les deux flèches du clocher).

    - 1718 (18 octobre) : François Duplantier, maçon à Dumes, promet "d'ouvrir un jour au midi à côté du maître-autel semblable à celui du Nord" (l'une des fenêtres latérales du chœur), de réparer les voûtes du vaisseau central "depuis le cul-de-four jusque sous le clocher", et de recarreler l'église en marquant les sépultures.

    - 1725 (26 décembre) : François Duplantier et Jean Biella, maçons à Dumes, sont payés "pour avoir refait la fenêtre proche de l'autel de la chapelle de Saint-Michel" (collatéral nord) et "avoir refait l'arceau au bas de cette même chapelle" (cette dernière mention signifie peut-être qu'on ouvrit seulement alors sur le vaisseau principal la première travée du collatéral).

    - 1761 (23 mars) : décision de faire plâtrer le sanctuaire, de faire sauter les "bourdons" (colonnes engagées) de l'arc triomphal en mettant sous les chapiteaux une coquille ou une palmette, de faire raser "les pierres sous les vitraux en laissant suffisamment d'appui". Au haut de la voûte serait "fait un cadre avec un Saint-Esprit encadré par deux autres cadres" ; on raserait également le "bourdon" à droite de la chaire, le cadre situé derrière elle et "l'avancement de l'arceau sur la porte de la sacristie".

    - 1762 (18 juin) : marché pour l'établissement d'un tambour de bois sous la tribune.

    - 1767 (11 décembre) : Gachard, "maître-architecte" à Arzacq, promet "de faire les arêtes et les voûtes et les voûtes en bas de la chapelle Sainte-Catherine" (première travée du collatéral sud).

    - 1835 (1er mars) : la foudre endommage les deux flèches et le parapet du clocher et la toiture.

    - 1836 (8 février) : le maître-maçon Fauthoux établit un devis de réparations pour le clocher et la toiture (montant : 600 francs).

    - 1844 (18 décembre) : Pierre Fauthoux-Pailheau, maître-maçon à Audignon (sans doute le même que le précédent), s'engage à réparer une lézarde de la voûte au-dessus des fonts baptismaux, à remplacer des pierres au sommet des contreforts du mur nord, à nettoyer et crépir en partie le côté nord du clocher, à recouvrir de tuiles plates le petit pavillon du cimetière.

    - 1846 (27 juillet) : devis du même maçon pour le remplacement de vingt-deux marches de l'escalier du clocher et la réparation du mur du cimetière.

    - 1853 (16 juillet) : devis du maître-charpentier François Larrieu. "Il convient de supprimer les étais placés sous les entraits de trois fermes du vaisseau principal qui appuient sur la voûte, de changer les arbalétriers de ces trois fermes et huit autres arbalétriers. Sur le collatéral droit il faut établir une seconde ligne de pannes et sur le collatéral de gauche changer un tirant. La couverture doit être remaniée complètement parce que de nombreuses tuiles sont brisées. Les portes de l'église ont été enlevées à la Révolution et celles du porche sont détériorées ainsi que les vitraux."

  • Délibération concernant la décoration du sanctuaire de l'église, 23 mars 1761 (AP Audignon, transcrit en 1969)

    "Le vingt-trois mars mil sept cents (sic) soixante un dans la sacristie de l'église d'Audignon étant assemblé Mr Maître François Lalanne, prêtre, docteur en théologie et curé dudit Audignon, Sr Jean Barrouilhet, marguillier de ladite église, et autres principaux habitants du présent lieu étant assemblés pour délibérer entre eux sur le plâtrage qu'il avait été verbalement convenu entreux de faire faire au sanctuaire de la dite église et, après s'être convoqués, vu et examiné le tout, ils ont délibéré d'une voix unanime de faire plâtrer ledit sanctuaire et faire d'icellui depuis l'arceau qui est vers Sainte Catherine jusques à la porte de la sacristie, de faire racler le blancq dans les endroits où le plâtre doit être posé et poincer avec un marteau à masson tout le sanctuaire et façade d'icellui afin de faire que le plâtre en prenne mieux et soit placé solidement et durable, de faire sauter les deux bardons qui appuyent l'arceau de l'entrée du dit sanctuaire jusques aux chapiteaux d'iceux et de faire faire une coquille ou palmette à chacun desdits chapiteaux pour en dérober les dits bordons d'appuis, de faire raser en laissant suffisament l'appuy les pierres sous les vitreaux qui sont sur les sièges des prêtres, de faire faire un cadre à chacun des vitreaux dudit sanctuaire, un cadre en ovale en haut de la voûte d'icellui avec un Saint Esprit au millieu dudit cadre, embrassé par deux cadres collatéraux aux deux côtés de la voûte dudit sanctuaire, faire faire une corniche à la retraite de la voûte, de faire raser le bourdon à la droite de la chaire à prêcher jusques à la retraite de la voûte, d'y faire faire un agrément en plâtre d'une coquille ou d'une palmette, de faire raser à fleur de muraille le cadre du dossier de la chaire et de la faire plâtrer à [un mot non lu] d'avec le dit dossier et faire suivre un agrément de chaque côté parallèle du bord du dossier de la dite chaire jusques à la place d'un dais qu'il convient d'y faire faire en bois de menuiserie et d'y faire raser le cadre qui y est actuellement en pierre pour placer le dit agrément ci dessus et raser l'avancement de l'arceau sur la porte de la sacristie. [...]" Le marguillier a fait contrat avec Jean Pierre Larroucan, "m[aîtr]e plâtreur, habitant de Saint-Sever, qui fera le travail moyennant 57 livres pour la main seulement ; il mettra un mois après l'avoir commencé dès qu'il en sera requis."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église, réparations (1835-1836, 1840, 1846, 1854, 1889-1890, 1905).

    Archives départementales des Landes : E dépôt 17/2 M
  • Fabrique, inventaire des biens (1905-1906).

    Archives départementales des Landes : E dépôt 17/1 P 1
  • Fabriques : budgets, comptes (1894-1903).

    Archives départementales des Landes : E dépôt 17/1 P 2
  • Legs Lamothe, de Captan et Claverie à l'église (1850, 1857-1858, 1878).

    Archives départementales des Landes : E dépôt 17/1 P 3
  • Réponse à la circulaire de mai 1905 concernant les bâtiments ; secours pour réparation de l'église et refonte d'une cloche (1846, 1886).

    Archives départementales des Landes : 70 V 18/3
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique (1906).

    Archives départementales des Landes : 70 V 18/5
  • Dons et legs à la fabrique (1811-1885) : Saint-Genez (vers 1811), Jean Saint-Genez dit Cé (1811), Jean Daugreilh (1844), Jeanne Pancaut veuve Lamothe (1837), Marie-Anne de Larhède veuve de Jean Castaignos-Guibat (1846), Rose-Philippe-Hippolyte, marquis de Galard (1877), Jean-Pierre Fauthoux (1885).

    Archives départementales des Landes : 70 V 18/6
  • Délibération concernant la décoration du sanctuaire de l'église, 23 mars 1761.

    Archives paroissiales, Audignon
  • Registre de délibérations du conseil de fabrique (1842).

    Archives paroissiales, Audignon
  • Dossier de pré-inventaire de l'église d'Audignon, 1969.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
Documents figurés
  • Plan de l'église par l'agence des Bâtiments de France, Mont-de-Marsan, 14 janvier 1970.

Bibliographie
  • CABANOT Jean. Gascogne romane. Zodiaque, collection « La nuit des temps », n° 50, 1978.

    p. 167-170, pl. 61 à 67
  • CABANOT Jean. Les débuts de la sculpture romane dans le sud-ouest de la France. Paris : Picart, 1987.

    p. 280, 281
  • LAVIT, Jean-Georges. "Le retable de l'église Notre-Dame d'Audignon (Landes) : histoire de la seigneurie d'Audignon au XVe siècle". Le grand retable de Narbonne. Le décor sculpté de la chapelle de Bethléem à la cathédrale de Narbonne et le retable en pierre du XIVe siècle en France et en Catalogne. Actes du 1er colloque d'histoire de l'art méridional au Moyen Âge, Narbonne, Palais des Archevêques, 2-3 décembre 1988, Narbonne, 1990.

    p. 121-123
  • SUBES-PICOT Marie-Pasquine. "Étude de l'architecture et du décor sculpté du retable d'Audignon". Actes du 1er colloque d'histoire de l'art méridional au Moyen Âge, Narbonne, Palais des Archevêques, 2-3 décembre 1988, Narbonne, 1990.

    p. 124-130
  • DELOFFRE Raoul, BONNEFOUS Jean. Églises, châteaux et fortifications des Landes méridionales. Du Moyen Âge à la Renaissance. Biarritz : Atlantica, 2000.

  • Dictionnaire des églises de France. Sud-Ouest. Paris : Ed. Robert Laffont, [1967]. Tome 3.

    p. 11
Périodiques
  • "Recherches historiques sur l'influence du protestantisme dans la province d'Auch pendant la seconde moitié du XVIe siècle. Procès-verbal de l'état des églises du diocèse d'Aire en vertu des Lettres clauses de Charles IX, roy de France, en date du 5 octobre 1571", Bulletin du Comité d'Histoire et d'Archéologie de la province ecclésiastique d'Auch (Revue de Gascogne), t. 1, 1860.

    p. 459
  • CAZAURAN Jean-Marie (abbé). "Pouillé du diocèse d'Aire", Bulletin de la Société de Borda. Dax, 1884, p. 21-34, 97-119, 201-216 ; 1885, p. 131-162, 229-244, 255-286 ; 1886, p. 1-29, 281-283.

    p. 104, 114, 202, 209-210
  • LAPEYRE André. "Audignon village de Chalosse : l'église Notre-Dame de l'Assomption". Bulletin de la Société de Borda, 1952, n° 1, p. 12-36.

  • ROUSSEAU Francis. "Le chœur roman d'Audignon". Bulletin de la Société de Borda, 1969, n° 333, p. 37-58.

  • ROUSSEAU Francis. "Les retables de Notre-Dame en Audignon". Bulletin de la Société de Borda, 1965, n° 320, p. 367-384, et 1966, n° 321, p. 3-14.

  • DELOFFRE, Raoul, BONNEFOUS, Jean. "Les églises fortifiées des Landes". Bulletin de la Société de Borda, 2001, 464, p. 459-498.

    p. 469
  • Bulletin de l'Association des Amis des Églises Anciennes des Landes.

    mai 2009

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe