Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Notre-Dame de Lagastet

Dossier IA40001609 réalisé en 2016

Fiche

Vocables Notre-Dame
Parties constituantes non étudiées cimetière
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Aurice
Lieu-dit : Lagastet
Cadastre : 2016 E 272

La petite église Notre-Dame de Lagastet, dépendance de la paroisse de Cauna depuis 1617 au moins, a été rattachée à celle d'Aurice en 1845. La "chapelle", dont les sources locales attribuent la fondation au XIIIe siècle - elle est mentionnée dans un acte de 1273 -, appartint jusqu'à la fin de l'Ancien Régime au domaine des barons d'Estignols (puis des Spens d'Estignols à partir de la fin du XVe siècle), qui l'auraient fait bâtir. Le plan simple, à vaisseau unique (originellement) et chevet semi-circulaire, pourrait être effectivement l'indice d'une fondation romane, mais les nombreux remaniements ultérieurs, la construction à une époque indéterminée d'un collatéral au sud et la présence d'enduits ne permettent pas d'en préciser la datation. Des pierres rubéfiées à l'extrémité occidentale de la nef sont l'indice d'un incendie, sans doute celui causé par le sac des huguenots en 1569 (attesté par le procès-verbal dit "de Charles IX" en 1572). L'évêque Sarret de Gaujac, lors de sa visite pastorale de 1755, trouve l'édifice dans un état de délabrement complet et réclame des réparations, mais on ne sait si elles furent effectuées. Un carreau de terre cuite du pavement de la nef, daté 1789, indique une campagne d'aménagement à cette époque, dont il est impossible de juger l'ampleur. Un registre de paroisse conservé aux Archives diocésaines (étudié par Michèle Tastet-Brethes, 2008) garde la trace d'autres travaux réalisés à cette époque : réparation de la toiture entre 1863 et 1879 grâce à un don de 2000 francs d'Élisabeth de Basquiat, baronne de Toulouzette ; exécution en 1883, par le peintre Peyruquéou (sans doute Raymond), de Saint-Sever, d'un décor dans le chœur (détruit) ; réfection du plafond en 1885. L'ancien clocher-mur est remplacé en 1898 par un petit clocher dans-œuvre, pour un coût de 2950 francs, couvert en partie par un legs de 1000 francs de la baronne de Toulouzette (décédée en 1888) et par un don de la même somme par Mme Escalier, héritière du général Lamarque.

Période(s) Principale : 13e siècle , (?) , (détruit)
Principale : 16e siècle , (?)
Secondaire : 4e quart 18e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Dates 1789, porte la date
1898, daté par source
Auteur(s) Auteur : Peyruquéou Raymond,
Raymond Peyruquéou (1826 - 1893)

Peintre décorateur né à Tartas et actif à Saint-Sever.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, décorateur, attribution par source

L'église, entourée par un cimetière, est orientée. Quelques éléments de ses parties anciennes (mur nord de la nef en partie) sont bâties en moyen appareil de pierre de taille calcaire ; l'essentiel - le chevet, le collatéral, la sacristie et le clocher - sont en petit moellon de calcaire mêlé de brique et enduit extérieurement de ciment ; les autres éléments en pierre de taille sont les piliers et arcades de la nef, les encadrements de baies (XIXe siècle) et les chaînes d'angle du clocher. Le vaisseau rectangulaire ouvre à l'est, par l'intermédiaire d'un arc plein cintre en brique et moellon, sur un chœur en abside semi-circulaire éclairé par deux fenêtres et épaulé au sud par une sacristie. Le mur sud du vaisseau principal est percé de deux grandes-arcades appareillées en plein cintre donnant accès à un collatéral de même longueur. Tous deux sont couverts de plafonds de bois. L'élévation occidentale, raidi par deux gros contreforts, est percée d'une porte en arc brisé très simple et surmontée d'un petit clocher dans-œuvre, à baies jumelées, couvert d'une flèche hexagonale en ardoises, à égout retroussé de plan carré. Le reste de l'édifice est couvert de tuiles creuses.

Murs calcaire moellon enduit
calcaire pierre de taille
brique
Toit tuile creuse, ardoise
Plans plan allongé
Étages 2 vaisseaux
Couvrements lambris de couvrement
Couvertures toit à longs pans croupe ronde
flèche polygonale
Techniques vitrail
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Extraits du registre de la paroisse de Cauna (avec "Notice historique sur la paroisse de Cauna-Lagastet" par le curé Jean François Régis Gaulin), Archives diocésaines de Dax (communiqué par Michèle Tastet-Brethes)

    [p. 1] "Lorsque les protestants envahirent tout ce pays, ils brûlèrent les églises de Cauna et de Lagastet. L'incendie épargna seulement les murs de ces deux édifices. [...] C'est au commencement du 17e siècle que nous voyons reparaître les cahiers contenant le nom de personnes baptisées, mariées ou ensevelies au cimetière de St Barthélemi de Cauna et dans celui de Lagastet. Ces divers documents nous aideront à connaître les noms des curés qui se sont succédé depuis 1617 jusqu'à nos jours. [...]"

    [p. 20-21] "Bâtiments religieux. / La paroisse de Cauna possède deux églises servant actuellement au culte, l'église de Cauna dans la commune du même nom, et l'église de Lagastet, située dans la commune d'Aurice. Il n'est pas facile de déterminer l'époque de l'érection de l'église de Lagastet. Mais tout porte à croire qu'elle remonte très haut. [...] / Il y a à Cauna deux cloches et une à Lagastet. Les habitants de Lagastet attribuent une grande vertu à leur cloche contre les orages. Lorsqu'en 1854, on la transporta à Dax pour la refondre, deux marguilliers furent délégués par la population pour surveiller le travail et empêcher le fondeur de changer la matière."

    [p. 21-23] "Guerres de Religion. Les protestants portèrent dans la paroisse de Cauna et Lagastet la mort et la désolation. Les prêtres furent massacrés et les églises saccagées. [...]"

    [p. 28-29] "1898 [...]. Clocher de Lagastet. Un gracieux clocher remplaçant un pan de mur a été construit durant le cours de cette année à Lagastet. 2920 f. ont été dépensés à cette construction. Sur cette somme, 1000 f. avaient été légués à cette église par Madame la baronne de Toulouzette, et 1000 f. ont été donnés par Madame veuve Escalier, de St Sever, dont le mari avait été fait héritier par le comte Lamarque. Rien n'obligeait cette dernière à faire cette générosité. Mr le comte Lamarque avait laissé, il est vrai, par testament 2000 f. à l'église de Lagastet, mais c'étaient les héritiers du domaine de Lagastet (Gd Séminaire d'Aire, hospice et bureau de bienfaisance de St Sever) qui devaient payer ce legs. L'État n'ayant pas approuvé cette donation, Madame Escalier, pour compenser cette perte faite par l'église de Lagastet, a donné les 1000 f. dont il est question plus haut. Rien, je le répète, ne l'y obligeait, puisque son mari n'avait pas hérité du domaine de Lagastet. Le refus de l'État d'approuver le legs fait par Mr le comte Lamarque était basé sur la non-existence légale de l'église."

    [p. 81] "1953. 25 mai. Pèlerinage à Notre-Dame de Lagastet, présidé par Monseigneur Mathieu, évêque d'Aire et de Dax. Restauration de l'église. [...] Il fut décidé que l'on allait restaurer l'intérieur et la façade de l'église. Ce n'était certes pas sans besoin : la façade lépreuse n'était guère accueillante, l'intérieur de la chapelle sale, détérioré par des gouttières exigeait également un nettoyage complet. M. Marsan, peintre en bâtiments à St Sever fut chargé de fournir un devis qui fut adopté. M. Léon Priam, entrepreneur de maçonnerie, fut sollicité pour restaurer la façade. [...] [Suit la liste des souscripteurs et le montant de la souscription : 124.600 francs.]

    "Détail des dépenses engagées à Lagastet pour la restauration de l'église à l'occasion de la visite épiscopale. / Peinture générale de toute l'église et la sacristie. Cf. facture de M. Marsan, Entrep. peinture à Saint-Sever - 127.000 f. / Fourniture de verres de couleur pour les fenêtres des deux nefs, entièrement renouvelés. Cf. facture Guibert, artisan verrier, 7, impasse Dulac, Bordeaux - 9.449 f. / Démolition de l'avant-chœur de l'autel de St Martin, béton et chape de ciment coloré en rouge, estrade en ciment blanc. / Crépissage de la façade de l'église, réfection de l'arcade de la porte d'entrée, réparation des contreforts et des murs de la statue de l'Immaculée Conception, au bout de l'allée des platanes (Entreprise Léon Priam à Cauna) - 40.335 f. / Portes neuves de l'appentis de l'église + socle + réparations des portes d'entrée de l'église. Cf. facture de Claude Lucbéreilh, menuisier à Cauna - 14.682 f. / Ferrures des portes de l'appentis et des socles des statues de Ste Bernadette et St Antoine (facture Marsan, forgeron à Cauna) - 3.000 f. / Modification de l'installation électrique au chœur (2 lampes projecteur) - 863 f. / Achat d'une aube sacerdotale et 2 cordons - 5.190 f. / Doublures diverses + galons pour la restauration de quelques ornements liturgiques - 7.200 f. / Achat d'une étole et chape ivoires (sic) confectionnées par les Religieuses du Carmel de St Sever - 15.000 f. / Achat d'une étole (blanc-violet) - 4.000 f. / Frais divers journée de Pèlerinage - 3.085 f. / 229.804 f."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre paroissial de Lagastet, annexe de Cauna (1875-1892).

    Archives diocésaines, Dax
  • Registre paroissial de Cauna et de son annexe Lagastet (1882-1991), monographie paroissiale de l'abbé Gaulin.

    Archives diocésaines, Dax
  • Questionnaire circulaire de novembre 1843 : demande de rattachement du quartier de Lagastet annexé à la circonscription de Cauna (1843-1844).

    Archives départementales des Landes : 70 V 21/1
  • Projet de réunion du quartier de Lagastet dépendant de la succursale de Cauna, à la succursale d'Aurice (1839-1845).

    Archives départementales des Landes : 70 V 21/2
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique (1906).

    Archives départementales des Landes : 70 V 21/6
Bibliographie
  • TASTET-BRETHES Michèle. Chronique d'une paroisse landaise : Cauna et Lagastet au XIXe siècle. Master 2 d'histoire. Université Michel-de-Montaigne - Bordeaux III, 2010.

  • CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I, 1968 ; tome II, 1970 ; tome III, 1972 ; tome IV, 1974.

    tome II, p. 37-41
  • SOUSSIEUX Philippe. Dictionnaire historique des Landes. Études landaises, 2012.

    p. 58

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe