Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale de l'Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie

Dossier IA40001562 réalisé en 2013

Fiche

Œuvres contenues

Vocables de l'Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie
Parties constituantes non étudiées cimetière
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Montfort-en-Chalosse
Adresse Commune : Garrey
Cadastre : 2012 A 179

La paroisse de Garrey constituait sous l'Ancien Régime, avec celles de Clermont et de Saugnac, un archiprêtré du diocèse de Dax et le siège d'une baronnie relevant du marquisat de Poyanne. L'église de l'Assomption, comme la plupart des lieux de culte chalossais, est sans doute une fondation romane du XIe ou du XIIe siècle, ainsi que l'indique son plan originel à vaisseau unique et chœur semi-circulaire. L'absence d'éléments datants (toutes les baies ont été repercées par la suite) et la présence d'un enduit total ne permettent pas toutefois de préciser la chronologie des travaux. Peut-être pourvue d'éléments défensifs pendant la Guerre de Cent Ans, elle fait l'objet de plusieurs ajouts au cours des siècles suivants : un collatéral au nord, sans doute érigé au XVe ou au XVIe siècle, un porche devant la façade occidentale, enfin une sacristie sur le flanc sud du chœur au XVIIIe siècle. La date 1739 gravée sur l'escalier de la tribune signale une vaste campagne de décoration intérieure et peut-être d'ameublement. Diverses restaurations mineures sont entreprises entre 1831 et 1915. La dernière modification d'importance concerne le clocher, partiellement reconstruit et couvert d'un toit à l'impériale et d'une flèche en 1904 (la croix sommitale de fer est ajourée en 1960).

Période(s) Principale : limite 11e siècle 12e siècle , (?)
Principale : limite 15e siècle 16e siècle , (?)
Principale : 2e quart 18e siècle
Principale : 19e siècle
Dates 1739, porte la date
1904, daté par source

L'église, entièrement entourée par le cimetière, comporte un vaisseau de trois travées, séparé d'un collatéral au nord par deux arcades en plein cintre de largeur inégale. Le vaisseau principal ouvre à l'est sur une abside semi-circulaire de même largeur, épaulée au sud par une sacristie. Les deux vaisseaux sont couverts de plafonds à doucines en plâtre, le chœur d'un cul-de-four en bardeaux de bois peint. A l'ouest, un clocher-tour carré, couvert d'un toit à l'impériale et d'une flèche en ardoise, surmonte la première travée de la nef ; un porche de même largeur que le vaisseau est adossé à la façade. Les élévations extérieures et intérieures sont entièrement enduites.

Murs calcaire
enduit
moellon
Toit tuile mécanique, ardoise
Plans plan allongé
Étages 2 vaisseaux
Couvrements lambris de couvrement
cul-de-four
Couvertures toit à longs pans
toit à l'impériale
flèche polygonale
croupe ronde
Escaliers escalier dans-oeuvre
Techniques vitrail

peinture
Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église, presbytère, cimetière, 1816-1937.

    Archives départementales des Landes : 2 O 777
Bibliographie
  • CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I, 1968 ; tome II, 1970 ; tome III, 1972 ; tome IV, 1974.

    tome III, 1972, p. 131
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe