Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Édifice fortifié, puis demeure noble de La Tour, puis demeure

Dossier IA24001393 réalisé en 2011

Fiche

Dénominations édifice fortifié, demeure
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Montignac
Adresse Commune : Saint-Amand-de-Coly
Lieu-dit : la Tour
Cadastre : 1818 B1 41 ; 1986 ZE 6

L'ancienneté de l'occupation du site (des vestiges d'habitat antique ont été mis au jour en 1891), le toponyme « La Tour », la qualité de l’appareillage et le fait que cette demeure comporte une dépendance (un moulin) suggèrent que l'on a affaire au siège d'un ancien fief. On ne peut qu'émettre l’hypothèse, car cet édifice n'est pas documenté. Implanté sur un rocher surplombant la Chironde, il s'agit vraisemblablement de la tour évoquée par le toponyme. Il faut rappeler que le ruisseau la Chironde (dérivé de randa ou equaranda) marquerait la limite du territoire pétrucore (J.P. Bost, 1983, fig. p. 35 ; Gaillard, 1997, p. 211) : une « tour », siège d'un fief à cet emplacement, ne peut être anodine. Par ailleurs, l’appareillage (grand ou moyen appareil) de pierre de taille suggère une construction médiévale, largement arasée (Il semble que l'édifice d'origine comportait au moins un niveau supplémentaire) et remaniée (baies). Du reste, les deux fenêtres de l'élévation sud-ouest, qui peuvent dater du milieu du XVIe siècle, à chanfrein droit (retaillé pour permettre l'installation de volets extérieurs) et à traverse et moulure à doucine dans l’ébrasement, s’insèrent maladroitement dans la maçonnerie préexistante, ce qui renforce l’hypothèse d’une construction médiévale reprise après des destructions de la guerre de Cent Ans. Au XVIIIe siècle, le site n'est déjà plus considéré comme un domaine noble (carte de Belleyme, planche n° 23 levée en 1768). Le linteau de la porte du pignon porte le millésime 1858. C'est peut-être à cette date qu'une partie des fenêtres et la porte ont été reprises. Le plan cadastral ancien (1818) montre que la route de Condat à Sarlat contournait le site par l'ouest et figure, en amont, le moulin de la Tour aujourd'hui disparu.

Période(s) Principale : 14e siècle , (?)
Secondaire : milieu 16e siècle , (?)
Secondaire : 3e quart 19e siècle , porte la date
Dates 1868, porte la date

Édifice de plan rectangulaire fondé sur une excroissance rocheuse au bord de la départementale 62. L'ensemble est appareillé en pierre de taille et couvert en tuile mécanique. Au sud, une baie à perdu sa traverse. La feuillure d'un contrevent a été taillée dans son chanfrein.

Murs calcaire pierre de taille
Toit tuile mécanique
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
États conservations mauvais état
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Saint-Amand-de-Coly. Dessin, encre et aquarelle, par Lacoste, 1818.

    Section B, 1ère feuille Archives départementales de la Dordogne : 3P3 4062-4077
  • Carte de la Guyenne par Belleyme. Reproduction en fac-similé de l'édition du XVIIIe siècle conservée à l'Institut géographique national, par Pierre de Belleyme, IGN.

    planche n° 23 Archives départementales de la Dordogne : 1 Fi 2 Dordogne 0013
(c) Conseil départemental de la Dordogne ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Marabout Vincent - Pagazani Xavier