Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme

Dossier IA33006203 réalisé en 2011

Fiche

Parties constituantes non étudiées cour, puits, hangar agricole, logement, chai, grange, écurie, bergerie, abreuvoir, étable
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite) - Saint-Ciers-sur-Gironde
Adresse Commune : Anglade
Lieu-dit : Gros Jean
Cadastre : 1828 C2 1333 ; 2010 C4 1255

Gros Jean est mentionné sur la carte de Belleyme levée entre 1761 et 1774, ce qui pourrait confirmer la datation du logis, très certainement du 18e siècle : travées non ordonnancées de la façade, arc segmentaire délardé de certaines ouvertures. Les bâtiments sont visibles sur le plan cadastral de 1828 et organisés autour d'une cour. Seul le hangar agricole n'est pas encore construit. Selon les matrices cadastrales, le domaine composé de bâtiments, de jardins et de vignes appartient au maire M. Malangin puis, en 1840, à Jean-Amant Malangin. Le nom de Gros Jean apparaît pour la première fois dans l'édition de Cocks et Féret de 1874 : le propriétaire, Maurice Robert, produit 35 tonneaux. Il est probable que certains bâtiments aient été remaniés dans la seconde moitié du 19e siècle comme l´indique la date de 1877 inscrite sur l'enduit de la façade postérieure du chai actuel. Un plan de la propriété datant très probablement de la première moitié du 20e siècle mentionne les différentes fonctions des bâtiments : maison d´habitation au sud, chais, "fabrique" et seconde habitation à l´est ; autre chai et grange à l´ouest, l´ensemble entouré de champs et de prés. D´après une information orale, le chai situé à l´ouest abritait également une écurie et une remise.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1877, porte la date

Organisés autour d´une cour, les bâtiments sont composés du logis au sud, prolongé à l´est et en retour d´équerre par le bâtiment des métayers, d´une bergerie, d´une étable et d´une grange au nord-est, des bâtiments viticoles et d´un hangar à l´ouest. La cour est dotée d´un puits et d´anciens abreuvoirs. Le logis recouvert d´un enduit et orienté au sud est composé d´un rez-de-chaussée et d´un comble à surcroît et organisé selon huit travées. Certaines ouvertures du comble sont en arc segmentaire délardé. Coiffé d´un toit à croupes et aux pans asymétriques, le logis présente une façade postérieure donnant sur la cour, percée de huit baies. Une dépendance couverte d´une demi-croupe est accolée sur le flanc est. Une double génoise orne la façade principale ainsi que les élévations latérales du bâtiment. En retour d´équerre, le bâtiment des métayers présentant un toit aux pans asymétriques est percé de jours en forme de losange. L´arrière du bâtiment abrite des dépendances. Au nord-est de la cour, les bâtiments abritant d´anciens chais, une grange, une étable et une bergerie sont bâtis en moellons de calcaire et disposés également en retour d´équerre. Ils sont chacun composés d´un rez-de-chaussée et d´un comble à surcroît. De l´autre côté de la cour, au nord-ouest, le bâtiment dédié à la viticulture est disposé en L et percé de deux ouvertures harpées en arc segmentaire donnant sur la cour. Un hangar se situe dans le prolongement. A l´écart des bâtiments, au sud et en bordure de route, se trouvent les un portail en ferronnerie flanqué de deux piliers maçonnées prolongé par les restes d´un muret. Il s´agit probablement de l´ancienne entrée du domaine.

Murs calcaire moellon enduit
pierre de taille
Toit tuile creuse
Étages en rez-de-chaussée, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans
croupe
demi-croupe

Estuaire

TRAVEE 0
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Carte de Belleyme, 18e siècle.

    Archives départementales de la Gironde : 2 Fi 1490
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer