Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Domaine de la Chapelle

Dossier IA33007952 réalisé en 2015

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination domaine viticole
Appellations La chapelle
Parties constituantes non étudiées cuvage, écurie, grange, puits
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Sud Médoc Estuaire
Adresse Commune : Ludon-Médoc
Lieu-dit : Gilet
Adresse : chemin de Labarde
Cadastre : 1843 B1 175 ; 2013 B 593
Précisions


Le nom du domaine de la Chapelle provient d'un prieuré, annexe de l'abbaye de Bournet en Charente, cité dès le 15e siècle. Le prieuré reverse une partie de ses revenus à l'abbaye de Sainte-Croix, encore au 18e siècle. Elle ne figure pas dans la liste des visites épiscopales de 1611, en revanche elle fait l'objet d'une description sommaire en 1691, indiquant le mobilier et préconisant des réparations. Toutefois, elle n'est pas représentée sur les cartes de Masse (1723) et Belleyme (vers 1770). Des prieurs sont cités jusqu'à la fin du 18e siècle. Le lieu de Gilet apparaît comme un village à part entière jusqu'au levé du plan cadastral de 1843.

Le logis le plus ancien date probablement de la seconde moitié du 18e siècle, au vu des ouvertures en arc segmentaire et agrafes à cannelures, semblables à celles du domaine voisin de Bermant ; le cuvier et le chai (disparu) sont contemporains de cette construction (arc segmentaires et agrafes des baies de décharge visibles en 1976). Le guide ou conducteur de l'étranger à Bordeaux précise en 1827 que le propriétaire est Girard puis Imbert, qui y produisent du vin de palus, activité qui se poursuit jusqu'au milieu du 20e siècle.

Dans les années 1960, une nouvelle maison est construite au sud de l'ancien logis, les baies du cuvier accolé sont modifiées. Après 1976, le bâtiment en retour au sud, sans doute l'ancien chai, est détruit.

Période(s) Principale : milieu 18e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle

Le domaine de La Chapelle est situé dans les palus de Ludon, au lieu-dit de Gillet, à proximité du ruisseau de la Mouline.

La partie habitation est composée d'un logis ancien, dont la façade à 4 travées donne sur une cour au nord. Les baies sont traitées en arc segmentaire avec agrafe à canaux ; la porte d'entrée est cintrée et moulurée avec crossettes. Des pilastres à bossage encadrent la façade.

Dans le prolongement, un ancien cuvier avec baie de décharge a été transformé en garage. Au sud de l'habitation, un logis "neuf" a été accolé. Subsiste de l'ancien chai, le cartouche en amortissement portant l’inscription "DOMAINE DE LA CHAPELLE".

Une écurie-grange pour des chevaux de course est construite à l'écart, au nord.

Murs calcaire pierre de taille enduit
moellon
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans croupe
Typologies IC3
Techniques sculpture
Représentations cartouche, agrafe
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Documents d'archives metionnant le prieuré de Gillet

    AD Gironde

    1456 : Enquête à l'occasion d'un procès avec l'abbaye de Bournet, relativement à un droit de dîme dû par le prieuré de Gilet (H 1279).

    1748 : Mariage d'Etienne Brocheux et de Marie Decercellier, fille d'Adrien Dercecellier, directeur général des vivres de la Marine, la cérémonie a lieu dans la chapelle du prieuré de Ste-Madeleine de Gilet, paroisse de Ludon (Série E).

    1766 : Reconnaissance par Pierre-Charles Dubos, prieur de Gillet (H 806 ; fol. 88).

    Paul Duchesne, Chronique de Ludon en Médoc, 1960.

    p. 93-94

    1691 : "Visite de l'église et de la chapelle de Gilet par M. Charbonnel, curé de Bruges, député par Mgr Louis d'Anglure de Bourlement, archevêque de Bordeaux [...]. Visite de la chapelle de Sante-Madeleine de Giley ; située à une demi-heure de chemin de l'église paroissiale, appelée le prieuré de Gilet, nous y avons trouvé l'autel propre, en tout un calice, une chasuble, mais l'aube est fort usée et l'amict à ne pouvoir servir. On ne connaît presque point les figures qui sont dans le tableau et les figures de la Sainte-Vierge et de sainte Magdeleine qui sont l'une du côté de l'évangile, l'autre du côté de l'épître, ont perdu tous leurs traits. Nous estimons qu'il serait mieux qu'il n'y en eut pas. Tous les vitrages de la chapelle sont fracassés. Feu Mgr, dans sa visite, ordonna qu'on fermerait un grand jour qu'il y a au milieu sur l'autel, qu'on mettrait une croix dans le cimetière, qu'on réparerait la chambre destinée au prêtre servant, dont on n'a tenu aucun compte. Non plus que d'y faire dire messe les dimanches et fêtes, comme il fut ordonné par Mgr. Le prieur s'étant contenté pendant longtemps d'y faire célébrer de quinze en quinze. Cependant, le prieuré, dont le revenu consiste en agrières et décimes, avec son enclos, a été affermé dans le temps commun de cinq à six cents livres".

    p. 106

    1759 : Le 14 août, décéda, dans la maison du prieuré de Gilet, M. Jacques Anglin, prêtre irlandais, aumônier dudit prieuré, et fut inhumé dans le cimetière de Ludon.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Plan cadastral napoléonien de Ludon levé en 1843.

    Archives départementales de la Gironde : 3 P 256
  • Registre des augmentations/diminutions de Ludon (1851-1891)

    Archives départementales de la Gironde : Non coté
Documents figurés
  • Carte de Belleyme, planche n°20, levée entre 1762-1778.

  • Plan du bourdieu de madame Grenier, fief de Gillet, représentant le château l'Ermitage 1790.

    Archives départementales de la Gironde : 2 Fi 475
Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1868 (2e édition).

    p. 103
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

    p. 132
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes Médoc-Estuaire - Grollimund Florian