Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Dépendances viticoles et agricoles du Château Ormes de Pez

Dossier IA33008631 inclus dans Hameau de Pez réalisé en 2013

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées cuvage, fenil, logement d'ouvriers, puits
Dénominations chai, étable à vaches
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Hydrographies Gironde la
Adresse Commune : Saint-Estèphe
Lieu-dit : Pez
Adresse :
Cadastre : 1825 F1 1330, 1331, 1323, 1335 ; 2015 OF 3010

Les chais figurent sur le plan cadastral de 1825. Une date portée, 1793, indique que le bâtiment existait probablement à cette époque. Les maçonneries en moellons plaident également pour une construction du 18e siècle.

Ces bâtiments ont été largement remaniés, notamment dans les années 1950, avec l'installation de cuves en béton, puis dans les années 1980 avec des cuves en inox.

Les logements d'ouvriers, également présents sur le plan cadastral de 1825 et construits en moellons, pourraient dater du 18e siècle.

L'étable-fenil est sans doute construite dans la 1ère moitié du 19e siècle, à l'emplacement d'un petit bâtiment figurant sur le plan cadastral de 1825.

Période(s) Principale : 1ère moitié 19e siècle
Principale : 4e quart 18e siècle
Dates 1793, porte la date

Les chais sont situés au nord du château. D'anciennes baies de décharge aujourd'hui condamnées attestent la présence du cuvier. L'une d'elles présente une agrafe portant la date 1793. Un caveau voûté en pierre de taille, accessible par un escalier, est ménagé sous les chais.

Les logements d'ouvriers, disposés le long de la route, réunissent plusieurs unités d'habitation. Ils sont aussi construits en moellons.

Le bâtiment abritant l'étable-fenil présente une mise en œuvre soignée, avec un porche central permettant la communication entre deux cours. Des échelles en bois donnent accès, depuis cet espace central, au comble à surcroît utilisé pour faire sécher l'osier ou "vîme" servant de lien pour la vigne. A l'est, le niveau de comble est percé de baies en arc outrepassé en plein-cintre avec claveaux à bossage. Ces ouvertures sont fermées par un essentage de planches en bois. Construit en moellons, le bâtiment est doté de pierre de taille pour les encadrements des baies, les chaînages d'angle et les jambes harpées qui raidissent la maçonnerie, ainsi que pour le bandeau et la corniche à denticules qui couronnent l'élévation. Des traces d'ouvertures dans les maçonneries en partie basse sont encore visibles, correspondant aux étables. La façade ouest est aujourd'hui quasi aveugle, excepté une petite fenêtre au-dessus du porche. Toutefois d'anciennes ouvertures, condamnées, apparaissent dans la maçonnerie de moellons.

Un puits est situé à proximité, inséré dans le mur de clôture du jardin du château : l'accès pouvait donc s'effectuer côté jardin et côté cour des communs.

Murs calcaire moellon enduit
Toit tuile creuse
Étages en rez-de-chaussée, comble à surcroît
Couvrements
Couvertures toit à longs pans
Techniques sculpture
Représentations denticule
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire