Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Demeure dite maison Requier

Dossier IA24001306 inclus dans Ville de Montignac réalisé en 2012

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations maison Requier
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Montignac
Adresse Commune : Montignac
Adresse : 17 quai Mérilhou
Cadastre : 1813 C 119 ; 2011 AP 93

La partie la plus ancienne de cette demeure, une porte cochère flanquée d'une porte piétonne ouvrant sur l'actuelle place Joseph Joubert, remonte au XVIe siècle. La demeure fut ensuite modifiée au XVIIIe siècle : la façade sur le quai Mérilhou date de ce siècle. En 1813, elle appartenait au notaire Requier. Sur un plan du 6 février 1863 (AD 24, 12 0 323), l'ensemble de l'îlot est identifié comme "maison Requier".

Période(s) Principale : 18e siècle
Secondaire : 19e siècle

La parcelle semble constituée d'au moins deux demeures. La première correspond à la façade du quai Mérilhou, qui présente une belle composition sur trois niveaux (auquel s'ajoute celui de comble, ouvert par une lucarne). Le rez-de-chaussée faisant office de soubassement est ouvert par trois arcades, autrefois fermées par des menuiseries, deux en plein-cintre et une, au centre, à arc légèrement déprimé. Ce premier niveau est séparé des autres par un large bandeau nu. Au-dessus, ces deux niveaux forment en effet une composition unitaire que flanque de chaque côté un fin pilastre d'ordre colossal. Ils sont ouverts par deux travées de fenêtres réunies par leur chambranle qui est continu verticalement. Seul un fin bandeau, ressautant au droit des chambranles, marque la limite entre premier et deuxième étage. Les fenêtres, sans allège, sont munies de garde-corps dont les fers forgés dessinent des entrelacs, et de chambranles formés d'un bandeau nu ; elles sont couvertes par une plate-bande droite au premier étage et en arc segmentaire à clé saillante au deuxième étage. La corniche est soulignée de denticules. Située au sommet de cette composition, dans le toit, la lucarne est l'une des plus raffinées de la ville, avec des piédroits de motifs entrelacés évoquant un caducée, supportant un fronton souligné de denticules, orné d'une coquille encadrée de branches. La deuxième demeure, du côté de la place Joseph Joubert (l'ancienne place de la Halle), présente un angle coupé pour faciliter le passage des véhicules. Bâti en pierre de taille, un portail à portes cochère et piétonne, en plein-cintre, ouvrait autrefois la cour de cet hôtel.

Murs calcaire pierre de taille
Toit ardoise
Étages 2 étages carrés, étage de comble
Couvertures toit à longs pans
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan cadastral ancien de la commune de Montignac, 1813 (AD Dordogne, 3P3 3210-3228)

    Section C, 1ère feuille, éch. 1/2500, 1813 (3 P 3/3215). Archives départementales de la Dordogne : 3P3 3210-3228
  • Plan d'alignement des rues de Montignac, 1835-1836 (AM Montignac).

    2e feuille Archives municipales, Montignac
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Ferlier Ophélie