Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Demeure, dite Château Monsourdaine

Dossier IA33007099 réalisé en 2012

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • cour
    • puits
    • grange
    • chai
    • cuvage
    • écurie
    • étable

Á rapprocher de

Appellations Château Monsourdaine
Parties constituantes non étudiées cour, puits, grange, chai, cuvage, écurie, étable
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Saint-Vivien-de-Médoc
Adresse Commune : Talais
Lieu-dit : les Vigneaux
Adresse : 18 route des Vigneaux
Cadastre : 1833 C1 97 ; 2011 C1 372

Sur un plan du 18e siècle figure un bâtiment en L, à l'emplacement du logis actuel, appartenant à Pierre Gaillard. La propriété est composée de : "Maison, fournière, pigeonnier et autres bâtisses, puits, jardin entouré de murailles, places et terre".

Sur le plan cadastral de 1833, on retrouve les bâtiments appartenant à la même famille, organisés autour d'une grande cour (parcelle 97) : deux dépendances disposées perpendiculairement se situent au sud du logis ; une aile en retour au nord longe la voie route.

Le registre des augmentations/diminutions des matrices cadastrales indique deux augmentations de constructions sur la parcelle C 97 en 1862 et 1883 : il s'agit très probablement de l'ajout du pavillon et de la tourelle adossés à la façade postérieure du logis.

Dans la seconde moitié du 20e siècle, la demeure est appelée Château Monsourdaine.

Le corps de logis est remanié au début des années 2000.

Période(s) Principale : 2e moitié 18e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle

Les bâtiments, organisés autour d'une vaste cour fermée à l'est par un portail en ferronnerie, sont constitués de la demeure en rez-de-chaussée avec pavillon à étage au centre et de dépendances au nord et au sud.

Le logis est bâti en moellons enduits, la pierre de taille étant réservée au traitement du corps central à étage. La façade principale est disposée à l'est et ouvre sur la cour. Le corps central est percé d'une porte en rez-de-chaussée et de deux fenêtres à l'étage inscrites dans des encadrements traités en léger ressaut ; les parties en rez-de-chaussée sont percées de trois ouvertures, ornées d'une agrafe et également inscrites dans un léger ressaut.

Sur la façade postérieure, à l'angle sud-ouest du corps central s'élève un pavillon de base carrée, coiffé d'ardoise, sur lequel est greffée une tourelle d'escalier circulaire à toit conique également en ardoise. Elle est ornée d'une corniche à modillons et de baies aveugles moulurées.

Une aile en retour d'équerre du logis au sud abritait peut-être un chai.

Une autre aile en retour au nord abrite une ancienne étable-grange, présente une maçonnerie en moellons raidie par des jambes harpées sur son élévation nord, percée de petites ouvertures au niveau du comble.

D'autres dépendances complétaient l'ensemble au sud : l'une est ruinée (écuries?), la seconde est transformée en habitation.

Murs calcaire
moellon enduit
pierre de taille
Toit tuile creuse, ardoise
Étages en rez-de-chaussée, 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
toit conique
toit en pavillon
croupe

Estuaire

TRAVEE 7
FORBAIE linteau droit (porte) ; linteau droit (fenêtre) ; agrafe ornée (fenêtre) ; chambranle mouluré (porte) ; chambranle mouluré (fenêtre)
POSRUE autre
POSPARC en retrait
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer