Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption

Décor sculpté en terre cuite de la façade

Dossier IM64004097 réalisé en 2019

Fiche

Dénominations niche, arc, pilastre, corniche, console d'architecture, fronton, statue, relief, vase, obélisque décoratif
Aire d'étude et canton La Bastide-Clairence (commune)
Adresse Commune : La Bastide-Clairence
Emplacement dans l'édifice façade antérieure

La reconstruction du clocher de l'église fut réalisée de 1838 à 1857 sur commande de l'abbé Jean-David Saint-Guily (1796-1879), curé de 1835 à 1857 et futur archiprêtre de Pau (où il fut le promoteur de la construction de l'église Saint-Martin). Ces travaux entraînèrent la reprise complète du décor de la façade de l'église, qui fut ornée au cours des années suivantes d'un riche décor en terre cuite sorti de la célèbre fabrique toulousaine Virebent frères, fondée par Auguste Virebent à Launaguet en 1831. Le cachet apposé sur le socle du groupe de Raphaël et Tobie mentionne en outre l'auteur du modèle, le sculpteur Martial Clerc (1828-1906), collaborateur de la maison Virebent depuis 1852 - date qui fournit donc un terminus post quem pour l'exécution d'une partie au moins de l'ensemble.

La plupart des différents éléments du décor d'architecture ainsi que deux des trois rondes-bosses qui occupent les niches figurent au catalogue de la fabrique. L'Album Virebent de 1890 (Toulouse, musée Paul-Dupuy) présente ainsi le modèle des pilastres néo-Renaissance des niches latérales à la planche 27, n° 258. Les consoles à feuille d'acanthe des mêmes niches sont à la planche 6, n° 680 ; les médaillons à croix de Toulouse à la planche 11, n° 1644 ; les consoles à volutes à la page 224 ; les motifs d'amortissement au sommet des pyramides sous le n° 3065 à la page 218 (avec variantes). La statue de l'Immaculée Conception, dans son grand format (1m80), figure sous le n° 1259 (pages 113 et 116), celle de l'Ange gardien sous le n° 4024 (page 135). Le Saint Michel, en revanche, ne correspond à aucun des quatre modèles commercialisés par la maison à la fin du siècle.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Stade de création oeuvre de série
Auteur(s) Auteur : Virebent frères,
Virebent frères

Fabrique de statues et d'ornements en terre cuite, fondée en 1831 à Launaguet près de Toulouse par Auguste Virebent (1792-1857) et par trois de ses frères (le dessinateur Sylvestre, l'avocat Victor et le manufacturier Prosper) sous la raison sociale "Virebent frères".


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de statues, signature
Auteur : Clerc Martial,
Martial Clerc

Sculpteur, né le 21 août 1828, mort le 9 avril 1906. Élève à l’École des Beaux-arts et de l’industrie de Toulouse en 1843, étudie auprès des sculpteurs Salamon, Mathieu et Delaistan. Lauréat en 1850 du grand prix municipal de Toulouse, qui lui permet de poursuivre ses études à l’École des beaux-arts de Paris. Collaborateur à partir de 1852 de la fabrique toulousaine Virebent, dont il devient le principal sculpteur. Sur l'artiste, voir : Ménoire, Peggy, Martial Clerc et son temps (1828-1906), mémoire de DEA d'histoire de l’art sous la direction de Luce Barlangue et Jean Nayrolles, Université de Toulouse-Le Mirail, 2005.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, auteur du modèle, signature

Le décor en terre cuite comprend la totalité des éléments en relief des trois arcades du rez-de-chaussée (bandeau d'archivolte de la voussure et impostes) et des niches percées dans la face antérieure du clocher et dans les édicules amortissant les corps latéraux de la façade (pilastres, arcs, agrafes en console, consoles en volute, rampants des frontons). S'y ajoutent les bandeaux et corniches régnant au niveau inférieur, les médaillons à croix de Toulouse surmontant les arcades latérales et les motifs d'amortissement des quatre obélisques flanquant la façade, enfin les trois statues occupant les niches du clocher et des édicules, et probablement les deux urnes drapées couronnant les piédroits du portail d'entrée du cimetière. Les ornements d'architecture sont laissés dans la couleur naturelle de la terre cuite ; seules les trois statues sont peintes en blanc.

Catégories sculpture
Structures d'applique revers sculpté
Matériaux terre cuite, moulé, décor en bas relief, décor dans la masse, décor en ronde bosse, peint
Mesures h : 170
Précision dimensions

Ornements d'architecture : dimensions non prises.

Iconographies Immaculée Conception
saint Raphaël archange, Tobie
saint Michel terrassant le démon
ornementation, pilastre, grotesque, croix, console, agrafe, volute, frise, médaillon, croix de Toulouse, pyramide, angelot, urne, soleil
Précision représentations

La statue de l'Immaculée Conception occupe la niche centrale, le groupe de l'Archange Raphaël et du jeune Tobie celle de l'édicule de gauche, le groupe de saint Michel terrassant le démon (sous figure humaine) celle de l'édicule de droite.

Le bandeau d'archivolte de l'arcade centrale est orné de bouquets de fruits. Des médaillons circulaires timbrés de la croix de Toulouse (cléchée et pommetée) surmontent les arcades latérales. La niche centrale est flanquée de pilastres néo-Renaissance doubles, à cercle médian fleuronné et demi-cercles aux extrémités ; la voussure, gravée de l'inscription IMMACULEE CONCEPTION, comporte une frise de canaux sur le rouleau interne et une guirlande de laurier sur l'archivolte ; son agrafe, décorée d'une large feuille d'acanthe, est amortie d'une gloire d'angelots soutenant une croix rayonnante frappée du monogramme marial MA. Les niches des édicules latéraux ont des pilastres néo-Renaissance à grotesques (candélabres avec médaillons à têtes, trépieds, pot à feu ou aigle sommital, etc.), une voussure à canaux et course de postes, une agrafe à acanthe amortie d'une croix fleuronnée. Les frontons triangulaires des édicules, aux rampants sculptés d'oves et dards, sont ornés de trois angelots dans une gloire de nuées et de rayons. Des consoles en volute à chute de laurier et feuille de chêne épaulent la partie inférieure des édicules. Les quatre obélisques ou pyramides qui flanquent le clocher et les corps latéraux sont amortis d'ornements chantournés à volutes affrontées, palmettes et vase sommital godronné. Les urnes drapées amortissant les piédroits du portail d'entrée du cimetière sont posées sur un bouillon d'acanthe et entourées de soleils rhodiens et de tablettes à la romaine.

Inscriptions & marques cachet d'atelier, en creux
Précision inscriptions

Cachet d'atelier (sur le côté droit du socle du groupe de sainte Anne) : VIREBENT FRES / TOULOUSE / PROPRIÉTÉ / CLERC. SCULPT.

États conservations oeuvre restaurée
Précision état de conservation

Le décor en terre cuite a été restauré en 2000 ; quelques éléments manquants des frises ont été complétés.

Statut de la propriété propriété de la commune
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe