Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Biré

Dossier IA33007763 inclus dans Île de Macau réalisé en 2014

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination Château viticole
Parties constituantes non étudiées portail, puits, fabrique de jardin
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Sud Médoc Estuaire
Adresse Commune : Macau
Lieu-dit : le Bout de l'Île
Adresse : 141 chemin du Bord de l'Eau
Cadastre : 1810 B5 1146 ; 1843 A4 778 ; 2013 A 727
Précisions


Le domaine du Bout de l'Île est mentionné au milieu du 18e siècle : en 1769, les frères Féger lèguent à leur sœur Elizabeth et à son mari Joseph-André de Foucques "la maison et bâtiments par eux nouvellement édifiés". La maison est estimée à 38000 livres, les meubles et vaisseaux vinaires 8000 et 4000, pour la récolte "pendante par branches et racines" en cours. En 1776, sur la carte de la palu de Macau, le bâtiment est de forme rectangulaire avec deux excroissances à l'est et à l'ouest.

Avant la Révolution, le domaine est transmis à leur fille Marguerite-Marie : son mari Jean-Joseph de Biré donne son nom au château.

La première moitié du 19e siècle voit se succéder les Béraud et Drouilhat de Ségalas qui vendent en 1833. A cette date, Henri-Charles Féger-Kerhuel (1792-1857) rachète la propriété. À sa mort, ses héritiers vendent pour 67000 francs aux frères négociants Jean et Philippe-Joseph Dussaud.

Le plan cadastral de 1843 représente un bâtiment avec un décrochement sur la façade latérale nord.

Lors de la vente de 1858 aux Dussaud, l'inventaire fait mention "d'une maison de maître en pierres, couvert en tuiles, élevée d'un étage, ayant sept fenêtres de façade, à l'est et à l'ouest, et deux pièces de profondeur ; contenant sept grandes chambres à coucher, deux salons, cuisine, chambres domestique, cabinet, etc...". Cette description qui ne fait état que de 7 fenêtres ne correspond manifestement pas à la construction actuelle ; en revanche la distribution avec 7 chambres est celle restituée par le plan de 1919. La demeure aurait donc été rhabillée dans la seconde moitié du 19e siècle et agrandie avec l'ajout de trois (?) travées supplémentaires surélevées d'un étage au nord. Les corniches régnantes paraissent avoir été réalisées d'un seul jet afin d'harmoniser la reconstruction. La famille Dussaud semble avoir voulu rendre visible la demeure avec cette surélévation purement symbolique, couronnée d'une terrasse à balustrade. La régularité de la façade est conservée avec des travées de baies en majorité aveugles.

Ces reconstructions peuvent aller de paire avec la construction des logements ouvriers au nord, précisément datés avec l'inscription 1878 à l'angle de la corniche. En 1898, la production viticole du domaine s'élève à 90 tonneaux.

Au cours de la 1ère Guerre Mondiale, la propriété passe, par mariage, aux Claverie, propriétaires d'autres domaines à Ludon.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle

La demeure de Biré se situe au lieu-dit le Bout-de-l'Île, à l'extrémité sud du Chemin du Bord de l'Eau, en léger retrait face à la Garonne.

Au sud-ouest, un chemin traverse les terres plantées en vigne et mène aux dépendances (chai et cuvier, maison d'ouvrier) ; au nord se trouvent le jardin d'agrément, des dépendances et des logements d'ouvriers ; à l'est, au-delà de la route, une allée plantée d'arbres donne accès à deux kiosques aménagés sur la rive de la Garonne.

Le logis, de plan rectangulaire, est composé de trois parties :

- Une partie de huit travées, à un étage, qui abrite le vestibule d'entrée et les pièces principales ;

- Une partie de deux travées, à 2 étages, dans laquelle se trouvent le grand escalier et un escalier de service ;

- Une partie d'une travée, en léger décrochement, à 2 étages couronnés d'une terrasse avec balustrade. La façade latérale nord compte trois travées avec une majorité de fenêtres aveugles et l'entrée de service.

Sur la façade principale, les deux portes d'entrée menant au vestibule sont équipées d'une marquise en fer ouvragé. Les niveaux sont séparés par un bandeau mouluré et des corniches à denticules.

Dans le jardin, les vestiges d'une fabrique de jardin (charpente) et un puits artésien sont conservés.

Murs calcaire pierre de taille
Toit tuile creuse
Étages 2 étages carrés, 1 étage carré
Couvrements
Couvertures toit à longs pans croupe
terrasse demi-croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre, escalier en vis avec jour, en maçonnerie
Jardins parterre de carrés
Techniques sculpture
Représentations denticule
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Acte de vente du domaine de Biré, 7 octobre 1769

    "Étienne-Simon Féger de Latour et son frère François, demeurant aux chartrons, ainsi que Jean-Baptiste Féger, conseiller du Roy, greffier en chef du Parlement, héritier de feu messire Philippe-Julien Féger son père […], lesquels ont cédé et transporté à dame Élizabeth Féger leur sœur, épouze de messire Joseph-André de Foucques, écuyer, de luy bien et duement autorizée […] stipulante et acceptant c’est à savoir les bourdieux, biens et domaines situés dans l’isle et parroisse de Macau en médoc, ainsy et comme ils les ont acquis dudit sieur Joseph-André de Foucques, par contract du trente août 1756, passé pardevant Guy qui en a la minute […] ensemble les fonds par eux acquis d’Arnaud Prevost, tonnelier par contract du 3 décembre 1767 pardevant ledit Guy et son confrère aussy duement contrôlé et insinué ; la maison et batimens par eux nouvellement édiffiés dans le susdit bourdieu, les meubles et effets mobiliaires qui sont dans ladite maison et bourdieu. Enfin la récolte actuellement pendante par branches et racines de tous lesdits biens sans en rien réserver ny excepter, et ont subrogé ladite dame leur sœur à tous les droits qu’ils ont, ne peuvent avoir sur tous les susdits biens, tels qu’ils sont désignés, limités et confrontés par les susdits contracts. Ladite cession et transport ainsy faite à ladite dame Féger, scavoir pour les fonds immeubles moyennant la somme de 38 000£. Pour les meubles meublans, cuves, vaissaux vinaire et autres effets mobiliaires 8 000£. Et la récolte actuellement pendante par branches et racines, pour 4 000£. Revenant lesdites sommes à celle de 50 000£, sur laquelle lesdits sieurs Féger chargent ladite dame leur sœur, et luy délèguent à payer à leur aquis la somme de 800£ de capital qui est due à Arnaud Lacaze, charpentier, pour sa portion dans les fonds de la vente faite audit sieur Fouques, tant par ledit Lacaze, que par Jean Larauze, suivant le contrat du 22 octobre 1750 énoncé dans celuy du 30 août 1756 […].

  • Acte de vente et inventaire du domaine de Biré, 1858

    Domaine de Biré ou bout de l’Île dans la palus de Macau.

    1. Une maison de maître construite en pierres, couverte en tuiles, élevée d’un étage, ayant sept fenêtres de façade, à l’est et à l’ouest, et deux pièces de profondeur ; contenant sept grandes chambres à coucher, deux salons, cuisine, chambres domestique, cabinet, etc…

    2. Une cour et un jardin anglais entourant la maison de maître ayant une contenance approximative de onze ares, cinq centiares.

    3. Une grande allée traversant la propriété de l’est à l’ouest, d’une contenance approximative de vingt-et-un ares, cinquante-cinq centiares.

    4. Une maison de paysan construite en pierres, couverte de tuiles, élevée d’un étage, contenant quatre grandes pièces avec un hangard à bois, derrière.

    5. Un jardin fruitier et potager confrontant à l’est au chemin de la mer par toutes les autres faces à la propriété, d’une contenance approximative de six ares dix centiares.

    6. Une autre maison de paysan construite en pierres couverte en tuiles.

    7. Une pièce en nature de jardin potager, confrontant par toutes les faces à d’autres pièces de la propriété, d’une contenance approximative de six ares, soixante centiares.

    8. Un cuvier et un chai à la suite construit en pierres, couvert en tuiles, ledit chai pouvant contenir en sol deux cent quatre-vingts barriques recouvert d’un grenier dans toute son étendue ; les dits bâtiments bordant à leur extrémité ouest le chemin dit du milieu.

    9. Une grange construite en pierres, couverte en tuiles, ouverte sur le chemin du milieu.

    10. Une troisième maison de paysan construite en pierres couverte en tuiles.

    11. Une pièce en jardin fruitier et potager, borné au sud-est par la Maqueline, d’une contenance approximative de dix ares, soixante-dix centiares.

    12. Une pièce complantée en vigne confrontant du nord à Bernard, de l’est au chemin du milieu, du sud à une pièce de la propriété, de haut à la Maqueline, du sud aux soeurs Gaussan d’une totalité approximative de quarante ares, soixante-cinq centiares.

    * [EN MARGE : Numéro treize : une pièce complantée en vigne, sur une étendue approximative de vingt-quatre ares, soixante-dix centiares et complantée en blé sur une étendue approximative de quinze ares quatre vingt-cinq centiares, confrontant du nord à la pièce précédente, de l’est au chemin du milieu, à l’ouest à la Maqueline, du sud aux sœurs Gaussan d’une contenance totale approximative de quarante ares, soixante-cinq centiares.]

    13.

    14. Une pièce de complantée en vigne sur une étendue de un hectare quatre vingt-quatorze ares et complantée en blé ou fèves sur une étendue de un hectare quarante trois ares, confrontant au nord à l’allée de la propriété de Lortan [sic], chemin de la mer, de l’ouest au chemin du milieu, à d’autres pièces de la propriété et aux sœurs Gaussan d’une contenance totale approximative de trois hectares trente-sept ares.

    15. Une pièce de nature d’aubarèdes, confrontant du nord à Monsieur Gauteyron, de l’est à la rivière, de l’ouest au chemin de la mer, du midi à Monsieur Bernard, de la contenance approximative de treize ares soixante-quinze centiares.

    16. Une pièce labourable, confrontant du nord à monsieur Rambaud, de l’est à la rivière, de l’ouest au chemin de la mer, du midi à l’ormière de la propriété de la contenance approximative de dix huit ares trente centiares.

    17. Une ormière avec cale de débarquement à son extrémité. Est bornée à l’ouest par le chemin de la mer de la contenance approximative de neuf ares cinquante-cinq centiares.

    18. Une pièce de terre labourable confrontant de l’est à la rivière, de l’ouest au chemin de la mer, du nord à l’ormière, de la contenance approximative de soixante-deux ares, cinq centiares.

    19. Une pièce de terre labourable confrontant du nord à la précédente, de l’est à la rivière, de l’ouest au chemin de la mer, du midi à madame Jossante, de la contenance approximative de cinq ares trente-cinq centiares.

    20. Une pièce de terre complantée en vi[g]ne confrontant du nord à madame Jossante, du midi à monsieur Barbanteau, de l’ouest au chemin de la mer, de l’est à une pièce d’aubarèdes de la propriété, de la contenance approximative de cinq ares soixante-dix centiares.

    21. Une […]

    Récapitulation

    - Bâtiments 12 ares, 65 cent.

    - Jardins 34 a., 45 cent.

    - Aubarèdes 1h., 52a., 95c.

    - Vignes 10, 94, 97

    - Terres lab. 4, 91, 58

    - Oseraies 0, 36, 50

    - Ormières 0, 34, 10

    Total 17, 87

    Immeubles

    1. Deux cuves cerclées en fer, sept cuves cerclées en bois et fer de différentes contenances.

    2. Un pressoir double.

    3. Un pressoir simple avec vis en fer.

    4. Trois entonnoirs.

    5. Quatre échelles.

    6. Une dalle.

    7. Six comportes.

    8. Treize bastes.

    9. Trente paniers.

    10. Quarante-cinq barriques de vidange ou pour la piquette.

    11. Deux robinets en cuivre.

    12. Vingt chevrons ou tains à barriques.

    13. Un soufflet de chai.

    14. Trente-cinq sécateurs.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives privées du château Biré à Macau.

Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

    p. 144
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes Médoc-Estuaire - Grollimund Florian