Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cuvier de la Grande Canau

Dossier IA33003954 réalisé en 2012

Fiche

Dénominations cuvage, chai
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Hydrographies Gironde la
Adresse Commune : Saint-Vivien-de-Médoc
Lieu-dit : la Grande Canau
Cadastre : 2014 B1 156

Le cuvier fait partie des bâtiments de dépendance de La Grande Canau dont les plans sont dressés par l'architecte Ernest Minvielle à partir de 1887-1888.

Le cuvier est prévu avec deux chais à barriques disposés perpendiculairement sur la façade nord ; deux autres chais doivent compléter l'ensemble (plan en H).

En février 1890, puis en mai, Ernest Minvielle présente le plan du cuvier et son élévation principale au sud. Il s'agit d'un cuvier à étage large de 11 travées, avec une travée centrale formant pignon et percée d'une porte haute pour la réception de la vendange. D'après une note manuscrite, ce plan est annulé. Au mois d'avril puis en juillet, l'architecte travaille sur le pignon ouest du cuvier, également doté d'une porte haute.

En avril 1893, le cuvier est construit et l'architecte s'attaque à l'édification des deux vaisseaux perpendiculaires abritant les chais ; en novembre 1893, il présente un plan d'ensemble des chais avec les deux vaisseaux complémentaires au nord.

Sur un plan d'ensemble daté 1903, les bâtiments sont construits, excepté le dernier vaisseau de chai au nord.

En août 1893, la production de vin sur le domaine s'élève à 500 tonneaux.

Seul le cuvier est aujourd'hui conservé ; les chais ont été détruits dans les années 1950. La propriété, détenue de nos jours par la famille Aubert, produit céréales et légumes. Le cuvier a été utilisé un temps comme fournil.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Auteur(s) Auteur : Minvielle Ernest, architecte, attribution par source

Le bâtiment de plan rectangulaire fait plus de 45 m de long. Il est orienté nord-est/sud-ouest.

Le pignon ouest présente 3 travées délimitées par des jambes en brique et pierre. La travée centrale est aujourd'hui ouverte d'une vaste porte et couronnée d'une triple baie. Les travées latérales sont percées de baies en arc segmentaire en brique avec clé centrale en pierre. Sur le côté oriental, une travée étroite abrite un escalier.

Les ouvertures sont mieux conservées sur le pignon est, notamment celles de la travée centrale : porte en arc segmentaire en brique, porte haute avec linteau métallique reposant sur des consoles et triple baie.

La façade latérale (sud) est marquée en son centre par une travée formant pignon traité comme les pignons principaux. De part et d'autre, quatre travées de baies : à encadrements en pierres de taille harpées au rez-de-chaussée ; celles de l'étage présentent des appuis saillants en pierre et des allèges en brique.

Les dispositions intérieures ont été modifiées, mais le plancher est en partie conservé : l'espace sert actuellement de stockage ; un four à pain y a également été installé.

Murs calcaire pierre de taille
brique
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
appentis
toit à deux pans
Typologies cuvier médocain
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Fonds Minvielle, plans Soulac et Le Verdon

    Archives municipales, Bordeaux : 150 S 233
Bibliographie
  • BALDE Jean. La maison au bord du fleuve, souvenirs bordelais. Avant propos de Jean-Marie PLANES. Bordeaux : L´Horizon Chimérique, 1990.

    p. 188
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1893 (6e édition).

    p. 256-257
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire