Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens

Croix de procession

Dossier IM40006047 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations croix de procession
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Nerbis
Emplacement dans l'édifice sacristie

Cet objet est l'une des très rares croix de procession en argent du XVIIIe siècle conservées dans les églises landaises, avec celles de Laurède (réf. IM40005820) et de Mugron (réf. IM40005939). Comme cette dernière, conservée dans l'église matrice de celle de Nerbis, elle a été classée en 1979 au titre des Monuments historiques. La datation "1758" et le lieu de fabrication ("Amiens ou Paris") proposés dans l'arrêté de protection reposent toutefois sur une interprétation erronée des poinçons. L'objet présente en réalité, comme la navette à encens également conservée à Nerbis (réf. IM40006043), le poinçon de charge ou de "reconnaissance" de Bayonne entre les années 1720 et la Révolution (AB couronné) et deux lettres-dates au R et au S couronnés, sur lesquelles on reviendra. Le poinçon de maître (I B sous une couronne royale fermée) est celui de Joseph Bécane (vers 1717-1780), fils de l'orfèvre dacquois d'origine toulousaine Florent Bécane et frère cadet de François Bécane, également orfèvre à Dax, qui travailla en 1748 à Mugron (réf. IM40005873). Les lettres-dates bayonnaises R et S correspondent aux millésimes 1760 et 1783 pour la première, 1761 et 1784 pour la seconde. Joseph Bécane étant mort le 20 mars 1780, seules les dates de la décennie 1760 sont pertinentes : la croix proprement dite a donc été exécutée en 1760, la hampe et la douille l'année suivante. Le style, archaïque à ces dates, des fleurons à angelot qui terminent les bras suppose la réutilisation de moules du XVIIe siècle.

L'objet apparaît tardivement dans les inventaires des biens de la fabrique : celui du 3 mai 1885 mentionne "une croix processionnelle avec hampe et bâton, le tout en argent, grande valeur" (n° 88) ; celui du 13 avril 1890, une "croix de procession en argent avec bâton du même métal", dont il précise qu'elle figure au nombre des objets "sauvés de la Révolution par Dominique Darzacq" (le marguillier de l'époque) ; celui du 1er septembre 1909, une "croix de procession en argent avec hampe du même métal (Louis XIV)".

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Dates 1760, daté par travaux historiques
1761, daté par travaux historiques
Lieu d'exécution Commune : Bayonne
Auteur(s) Auteur : Bécane Joseph,
Joseph Bécane (1717 - 1780)

Fils de Florent Bécane, orfèvre à Dax (lui-même neveu et apprenti de l'orfèvre toulousain Jean François Bécane) et de Jane Morphains ; frère de François Bécane, orfèvre à Dax. Joseph Bécane, né à Dax vers 1717, fut orfèvre à Bayonne, où il mourut le 20 mars 1780. Il épousa à Bayonne, par contrat du 9 août 1750, Magdeleine Gauget, fille de l'architecte Arnaud Gauget et de Marie Hiriart (source : Famille Bécane / Bécanne, document en ligne : http://www.famille-becane.fr/).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
orfèvre

Croix entièrement constituée de lamelles d'argent fixées sur une âme de bois, y compris la hampe et la douille ; nœud volumineux en forme de balustre ; croix emboîtée ; Christ en demi relief, fondu, à revers sculpté, rivé à la croix par trois clous à tête carrée ; au revers, effigie de la Vierge à l'Enfant en demi relief, à revers creux, soudée ; gloires en argent découpé, gravé et doré, rivées par des écrous sur la face et au revers de la croisée. Les fleurons aux extrémités des bras de la croix sont fondus, repercés, repris au ciselé et soudés. Le Christ, les deux gloires, la feuille d'acanthe au bas du montant et les fleurons des bras sont dorés, le reste de la croix (y compris la Vierge au revers) est en argent blanc.

Catégories orfèvrerie
Matériaux argent, décor en demi relief, décor en bas relief, décor rapporté, décor dans la masse, repoussé, ciselé au trait, ciselé au mat, découpé, fondu, doré au mercure
bois, intérieur, tourné
Mesures h : 224.0
h : 149.0
h : 12.0
h : 63.0
Iconographies Christ en croix, Vierge à l'Enfant, INRI, gloire, angelot
ornementation, cartouche, godron, fleur, feuille d'acanthe
Précision représentations

Le Christ est représenté mort, la tête penchée sur l'épaule dextre, les pieds cloués l'un sur l'autre reposant sur le suppedaneum, les hanches ceintes d'un perizonium avec pan flottant sur la hanche senestre. Au revers de la croisée, une effigie de la Vierge à l'Enfant, debout sur un globe sur lequel se détachent trois chérubins. Au-dessus des têtes du Christ et de la Vierge, des gloires découpées et dorées, celle de la face en forme de soleil anthropomorphe. Aux extrémités de la traverse (le motif sommital du montant est remplacé), des ornements ajourés constitués d'une tête d'ange "à bavoir" et aux ailes déployées, entourée de volutes et sommée d'un fleuron. Au bas du montant, une feuille d'acanthe. Le nœud en balustre est ciselé, sur le culot, de larges feuilles d'ornement nervurées, sur le renflement médian et sur l'épaulement, de gros cartouches à volutes et rocailles alternant avec des godrons surmontant des fleurettes à six pétales.

Inscriptions & marques poinçon de maître
poinçon de charge
lettre-date
Précision inscriptions

Poinçon de maître (quatre fois sur la hampe et la douille, deux fois sur la croisée de la croix) : lettres I B de part et d'autre d'un point, une couronne royale fermée en chef, un point ou grain en pointe. Poinçon de charge de Bayonne entre les années 1720 et la Révolution (quatre fois sur la hampe et la douille) : lettres AB accolées sous une couronne royale fermée. Lettre-date (trois fois sur la croisée de la croix autour de la tête du Christ, une fois sur la tranche de la croix à droite de la tête du Christ) : R couronné (Bayonne, 1760). Lettre-date (quatre fois sur la hampe et la douille) : S couronné (Bayonne, 1761).

États conservations partie remplacée
Précision état de conservation

L'ornement sommital du montant de la croix (un motif de volutes et de feuille) est une réfection du XIXe siècle. La gloire au revers de la croisée est mutilée.

Rare croix de procession en argent conservée dans les Landes.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1979/12/14
Précisions sur la protection

Arrêté de classement : Amiens ou Paris, vers 1758.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre des délibérations du conseil de fabrique (1877-1899).

    inventaires des 3 mai 1885, 13 avril 1890, 1er septembre 1909 Archives paroissiales, Nerbis
  • Monographie paroissiale de Nerbis, par l'abbé Darricau, vers 1890.

    Archives départementales des Landes : 16 J 16 b
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 12 février 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 240/9
Bibliographie
  • HELFT Jacques. Le poinçon des provinces françaises. Paris : F. de Nobele, 1968.

    p. 69, n° 198-199

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe