Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Martin

Croix de procession

Dossier IM40005526 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations croix de procession
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Caupenne
Emplacement dans l'édifice sacristie

Cette croix, classée en 1975 comme une œuvre du XVIIe siècle, est en réalité très proche de modèles languedociens de la première moitié et du milieu du XVIe siècle. Parmi les pièces montrées lors de l'exposition du musée Paul-Dupuy de Toulouse consacrée en 2005 aux Trésors d'orfèvrerie en Languedoc au XVIe siècle, plusieurs croix de procession en argent présentent avec celle de Caupenne de fortes similitudes de composition (croisée carrée, excroissances oblongues au milieu des bras) et de motifs (extrémités fleurdelisées, médaillons à l'effigie du Tétramorphe) qui autorisent ce rapprochement. Même si ces caractéristiques se retrouvent parfois très tard dans le courant du XVIIe siècle hors du Sud-Ouest (croix de Sainte-Foy-Tarentaise, 1647), il semble que la croix de Caupenne, dépourvue de toute marque en raison de son matériau non précieux, puisse être datée des années 1530-1550, hypothèse confortée par les motifs ornementaux d'inspiration Renaissance (candélabres à dauphins héraldiques) estampés sur ses bras. Elle est, avec la croix de Bias (réf. IM40000626), l'une des rares pièces d'orfèvrerie antérieures aux années 1650 conservées dans le département des Landes.

Période(s) Principale : 1ère moitié 16e siècle

L'objet, entièrement en laiton, comporte une douille tubulaire (la hampe manque) et un nœud torique en deux éléments montés en coquille. La croix proprement dite, à double face, est constituée d'une âme de bois recouverte de feuilles de laiton repoussées et clouées, au décor en partie estampé, en partie ciselé au trait et poinçonné au perloir. Les feuilles qui couvrent les côtés et en épousent les courbes sont fixées par les bords repliés des feuilles frontales. La croisée carrée est rapportée. Des médaillons circulaires (quatre à l'origine) rapportés par soudure cantonnent les bras de la croix. Des rosettes rapportées dissimulent les clous. La croix comportait à l'origine une effigie en ronde bosse ou en haut relief du Christ crucifié, aujourd'hui perdue, et peut-être une autre figure au revers de la croisée.

Catégories bronze d'art
Structures double face
Matériaux laiton, martelé, repoussé, estampage, gravé au trait, découpé, doré
bois, structure
Mesures h : 63.5
h : 43.5
la : 38.2
Précision dimensions

Dimensions de la croisée carrée : h = 7,3 ; la = 7,3.

Iconographies en médaillon, Le Tétramorphe, La Croix
ornementation, fleur de lys, candélabre, dauphin, rosette, croix, vase, bouquet
Précision représentations

Les extrémités des bras de la croix affectent la forme d'une fleur de lys héraldique, dont le champ est estampé de vases à bouquets et la base quadrilobée d'une croix grecque fleurdelisée dans un cercle (sur le modèle des monnaies françaises contemporaines). Le champ du montant et de la traverse, délimité par deux rangs de perles, est rempli par des motifs d'inspiration Renaissance : des candélabres constitués de dauphins affrontés phytomorphes et liés autour d'une tige centrale couronnée d'un vase godronné. La croisée carrée est ornée sur ses deux faces d'un médaillon circulaire cantonné de fleurons et portant une croix cléchée (mais non vidée ni pommetée). Des médaillons circulaires soudés aux extrémités des bras (et brochant sur les grandes fleurs de lys) représentent, à gauche, le lion de saint Marc, à droite, le bœuf de saint Luc, au bas du montant l'homme de saint Matthieu (le médaillon sommital avec l'aigle de saint Jean est perdu). Des rosettes décoratives à huit "pétales", de deux tailles différentes, dissimulent les clous de fixation sur toute la surface de la croix.

États conservations mauvais état

manque
Précision état de conservation

Plusieurs éléments sont manquants : la hampe, le Christ sur la face (les trous de fixation des clous sont encore visibles à droite et à gauche de la traverse ainsi qu'au bas du montant, au-dessus du médaillon de saint Matthieu), le médaillon avec l'aigle de saint Jean au sommet du montant, plusieurs rosettes rapportées dissimulant les clous. Les plaques de laiton, en partie soulevées ou détachées de l'âme de bois, présentent plusieurs trous et lacunes : sur la face, aux angles supérieur droit et inférieur droit de la croisée, au milieu du bras gauche de la traverse, etc. Traces de vert-de-gris sur la face de la croisée et sur ses rosettes.

Rare pièce d'orfèvrerie antérieure au XVIIe siècle conservée dans les Landes.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1975/07/21
Précisions sur la protection

Arrêté de classement : XVIIe siècle.

Références documentaires

Bibliographie
  • PENENT Jean (dir.). Trésors d'orfèvrerie en Languedoc au XVIe siècle. Catalogue d'exposition, Toulouse, musée Paul-Dupuy. Toulouse : Un, Deux... Quatre Éditions, 2005.

    p. 22, 47, 48, 52, 53
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe