Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Pierre

Clôture de sanctuaire

Dossier IM40004740 réalisé en 2013

Fiche

Dénominations clôture de choeur
Aire d'étude et canton Montfort-en-Chalosse
Adresse Commune : Cassen
Emplacement dans l'édifice choeu et collatéraux

Cette clôture a été probablement installée lors de l'achèvement de la nouvelle église en 1874 - il ne s'agit pas d'un remploi, comme le prouve sa parfaite adéquation à la largeur de l'édifice. Son modèle figure au catalogue 1868 (planche 288, cote AL) de la maison Durenne, fondée en 1857 à Sommevoire (Haute-Marne) par Antoine Durenne (1822-1895).

Le portillon ouvrant sur le chœur a été déposé après le concile Vatican II et remployé en table d'autel "face au peuple".

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle , daté par travaux historiques
Dates 1874
Stade de création oeuvre de série
Auteur(s) Auteur : Établissements Métallurgiques A. Durenne,
Établissements Métallurgiques A. Durenne

La Société anonyme des établissements métallurgiques A. Durenne, fondée par Antoine Durenne en 1857, avait ses ateliers à Sommevoire (Haute-Marne) et son siège social à Paris (26 rue du Faubourg-Poissonnière, anciennement au 30 rue de la Verrerie). Spécialisée dans la fonte d'art, elle devient la S.A A. Durenne à la mort de son fondateur en 1895. Après plusieurs rachats, dont celui de la fonderie d'art du Val d'Osne en 1931, l'entreprise prend le nom de Société Générale Hydraulique et Mécanique (G.H.M.) en 1971.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabrique, attribution par travaux historiques
Auteur : Durenne Antoine,
Antoine Durenne (1822 - 1895)

Fondeur d'art et éditeur d'art, né le 7 juillet 1822 à Paris, mort le 12 juillet 1895 à Presles (Val-d'Oise) ; rachète en 1857 la fonderie de Sommevoire (Haute-Marne). En 1889, le siège social de la Société anonyme des établissements métallurgiques A. Durenne se situe, 26 rue du Faubourg-Poissonnière, à Paris (anciennement au 30 rue de la Verrerie).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de mobilier religieux, attribution par travaux historiques

Clôture régnant sur toute la largeur de l'édifice ; plan droit avec ressauts devant les autels des collatéraux ; portillon à deux battants ouvrant sur le chœur (déposé et remployé en table d'autel) et portillons à battant unique dans chaque collatéral. Décor fondu, billes étampées.

Catégories fonderie, ferronnerie
Structures battant, 4
Matériaux fonte de fer, fondu, décor en relief, décor dans la masse, peint
Mesures h : 90.0
Iconographies La Croix, La couronne d'épines, Les instruments de la Passion, MA
ornementation, volute, feuille
Précision représentations

Sur les longs panneaux dormants, des parcloses reliées par des cercles fleuronnés et incluant des médaillons ovales avec le monogramme MA ou une croix grecque fleuronnée ; sur les battants des trois portillons, des cadres néo-17e siècle à volutes fleuronnées et échancrures entourant la Croix et les instruments de la Passion (titulus, couronne d'épines à la croisée, suaire suspendu à la traverse, roseau, fouet, verges, palme, clous, marteau et tenaille au pied du montant).

États conservations oeuvre mutilée
remaniement
partie en remploi
Précision état de conservation

Le portillon central a été remployée pour constituer une nouvelle table d'autel "face au peuple".

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale de Cassen et Louer, par le curé Jean Farbos, 1er octobre 1890.

    Archives départementales des Landes : 16 J 19
Bibliographie
  • Catalogue des Établissements métallurgiques Antoine Durenne, 1868.

    planche 288, cote AL

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe