Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cimetière

Dossier IA33007320 réalisé en 2013

Fiche

  • Place et portail.
    Place et portail.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • monument aux morts
    • mur de clôture
    • portail
    • fontaine
    • logement
    • monument
Parties constituantes non étudiées monument aux morts, mur de clôture, portail, fontaine, logement, monument
Dénominations cimetière
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Hydrographies Gironde la
Adresse Commune : Saint-Estèphe
Lieu-dit : Adresse : R.D. 204E3
Cadastre : 2015 1186, 1187, 1173, 2212, 2213

Jusqu’au milieu du 19e siècle, le cimetière entoure l’église, au cœur du bourg : il est ainsi représenté sur le plan cadastral de 1825. Son exiguïté et les problèmes de salubrité publique conduisent dès 1841 à envisager son déplacement à distance, sur des terrains (au lieu-dit Lafue) jusqu'alors plantés en vigne et finalement acquis par la commune en 1850. L’ancien cimetière est progressivement abandonné : les registres de délibérations indiquent qu’ "on a cessé d’inhumer depuis le 24 septembre 1845 dans le cimetière situé au midi de l’église".

Dès 1850, Martin Alcuet, ancien maire de la commune et propriétaire de Carcasset, souhaite acquérir un terrain dans le nouveau cimetière afin d’y bâtir un caveau pour la sépulture de sa famille. Ce monument, un obélisque, y est encore conservé ; d’autres sépultures de ces années 1850-1860 ont également été recensées.

C’est un peu plus tard en 1876 qu’un dépositoire est projeté, "pour y déposer provisoirement les cercueils pour des familles qui n’ayant pas encore de caveau désirent en faire construire".

Dès 1874, le cimetière est jugé trop petit. Son agrandissement, au sud, à l’est et à l’ouest, s’accompagne d’un projet de clôture et de portail ; en 1879, s’y ajoute "un logement pour le fossoyeur qui en même temps servirait de concierge au cimetière", tandis que le maire doit hâter l’acquisition des terrains nécessaires.

Puis en 1880, les plans et devis dressés par Jean-Edouard Bonnore, architecte à Lesparre, sont adoptés : le cimetière est inauguré le 2 janvier 1881 comme l’atteste l’inscription sculptée au revers du portail. La place dégagée au-devant et plantée d’arbres est équipée d’une salle d’attente et du logement du concierge.

A cette époque, on procède à la translation des cendres du curé Pézet, "le caveau destiné à recevoir les corps des prêtres décédés étant terminé". La dalle funéraire du monument porte encore son épitaphe.

A la suite de la souscription lancée en 1918, le monument aux morts est réalisé par le sculpteur Gaston Leroux, directeur de l’École des Beaux Arts de Bordeaux, et installé à la fin de l’année 1921.

Un autre monument aux morts de la guerre 1914-1918 est situé contre le mur ouest : on y aurait inhumé les soldats enterrés dans le cimetière du lazaret, au moment où la raffinerie de pétrole s'étend.

Autre monument commémoratif, cette plaque installée au revers du portail en 1948 évoquant la catastrophe du Prosper Corue, chalutier en provenance de Terre Neuve, ramenant le corps de son capitaine décédé pour être enterré à Pauillac. La chaloupe permettant de regagner le bateau après l’enterrement s’enlise, chavire et 14 hommes périssent dans l’estuaire dans la soirée du 31 octobre 1881 : 6 d’entre eux furent inhumés dans le cimetière.

Plusieurs noms de marbriers ont été repérés sur les sépultures : Berlan (rue d'Arès, 137 à Bordeaux), Sandaux, Sandres (Lesparre), Bibard et Ardouin (Leyssac). La chapelle funéraire de la famille Dumas était éclairée par des vitraux : l'un d'eux, représentant saint Pierre, est signé "Lieuzère et fils, Bdx" et daté 1879.

Période(s) Principale : milieu 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1881, porte la date
Auteur(s) Auteur : Bonnore Jean-Édouard,
Jean-Édouard Bonnore (19/10/1820 - )

FERET Edouard, Statistique générale de la Gironde, Personnalités et notables girondins. De l’Antiquité à la fin du XIXe siècle, Bordeaux, 1889, p. 82 :

"BONNORE (Jean-Edouard)

Architecte, né à Lesparre (Gir.) le 19 octobre 1820. Élève de Jules Bouchet à Paris, sous le patronage de Visconti, archit. Fixé à Lesparre en 1852, architecte de l’arrondissement et de la ville de Lesparre, du lazaret de Trompeloup ; a été membre correspondant de la commission des monuments historiques de la Gironde. A fait édifier ou restaurer dans les arrondissements de Lesparre, de Blaye et de Libourne 24 églises dont 18 neuves ; ce sont celles de Lesparre, Carcans, Vendays, St-Vivien (les nefs, l’abside et le clocher, monument historique de 1re classe, vient d’être reconstruite, sous la direction de M. Bonnore, aux frais de l’Etat) ; Verdon, Talais, Grayan, Naujac, Ordonnac, Potensac, St-Girons, Pugnac, Saugon, Donnezac, St-Androny, St-Caprais, Néac, St-Christoly-de-Médoc (façade principale, monument historique). Nous pourrions énumérer plus de vingt mairies, écoles ou presbytères et un grand nombre de maisons bourgeoises ou châteaux parmi lesquels nous citerons : le château de Sipian, à Valeyrac (V. son dessin, tome II, p. 511) ; château du Port, à M. Eycart de Morin, à St-Vivien ; château de P. Bert, à Talais ; château Troussas, à M. Ph. Brannens, à Valeyrac. Citons encore le portail du cimetière de St-Estèphe et les plans d’un nouveau lazaret projeté à Padarnac, etc. Auteur de : Quatre vues pittoresques de la vieille église de Soulac, avec notice descriptive et hist., Bx, s. d., in-f°, 2pp. de texte et 4 lith."


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, signature
Auteur : Lieuzère et fils,
Lieuzère et fils

Jean-Baptiste Lieuzère (1817-1889) et son fils Pierre (1844-1915).

Atelier à Bordeaux, rue d'Albert en 1876 (AM Saint-Genès-de-Blaye, non coté).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier, signature
Auteur : Leroux Gaston, sculpteur, attribution par source

Le cimetière est situé à distance, à l'ouest du bourg. Il occupe un vaste espace de plan rectangulaire, clos de murs et accessible par un portail au sud. De part et d’autre de l’arc principal, deux portes piétonnières sont ménagées. L’ensemble est orné de motifs funéraires traditionnels : flambeaux, couronnes mortuaires, croix, branches de laurier, omégas.

Deux constructions en rez-de-chaussée sont disposées de part et d'autre de l'entrée ménageant une place plantée d'arbres. L'une d'elles servait de salle d'attente, l'autre de logement pour le gardien.

A l'entrée du cimetière se trouve le monument aux morts : une figure féminine en marbre de Carrare déposant au pied de la croix le casque et l’épée symbolise à la fois la douleur et la paix.

A proximité, le dépositoire se présente sous la forme d'une imposante dalle ornée d’une couronne d’immortelles et d’une frise de vigne.

Le cimetière de Saint-Estèphe conserve par ailleurs des exemples de sépultures aux formes très variées, allant de la simple croix en fonte ou en pierre au sarcophage, à l’obélisque ou à la chapelle funéraire.

Notons également les clôtures métalliques entourant les tombes ou bien le mobilier funéraire (porte-couronnes en verre et zinc, prie-Dieu en zinc, vitraux, autels…) dont subsistent quelques vestiges.

Couvrements
Techniques sculpture
Représentations couronne mortuaire, flambeau, laurier, croix, symbole chrétien
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Inventaire sommaire du cimetière

    PORTAIL

    Inscriptions

    -INAUGURÉ / LE 2 JANVIER 1881 / PAR ( ?) DESCOMBES / (…) PRETRE / (…)-ÉRIGÉ EN L’AN 1880 / SOUS L’ADMINISTRATION / DE MM. / BREUIL Maire / DUMAS et GRAND adjoints / ÉDOUARD BONNORE

    -A LA MÉMOIRE / de la Catastrophe du PROSPER CORUE / du Port de DIEPPE / en rade du LAZARET (St Estèphe) / dans la Soirée du 31 octobre 1881 / 14 VICTIMES / DANS CE CIMETIÈRE / sont inhumées 6 de ces victimes / DANS LE CHAMP St ROMAIN / Fosse n°26 ROUSSEL Pierre Charles Narcisse 37 ans / n°28 DETAIN Alfred Désiré Frédéric 25 ANS / n°29 HEURTAUX François Benoni 19 ANS / n°30 LEFEVRE Georges Emmanuel Théophile 27 ANS / DANS LE CHAMP St ÉTIENNE A / Fosse n° 2 DAMIEN Henri Georges Charles, 14 ANS / n°3 LANCEL Cheri Auguste Sénateur, 19 ANS / UN DEPROFONDIS S.V.P.

    TOMBES

    -Tombeau de la famille Alibert ; Signature : Berlan, rue d’Arès, 137 ; Constantin Alibert, docteur en médecine, chevalier de la Légion d’Honneur, décédé le 8 mars 1882 âgé de 62 ans ; François Alibert, ancien conseiller général de la Gironde, décédé au château de [?] (Queyrac), le 27 février 1906 à l’âge de 50 ans.

    -Sépulture de la famille Guidon Pierre, 1908 ; Initiales PG.

    -Tombe de la famille J. Beli(…), 1890.

    -Tombe de Bernard Henry, 1887.

    -Tombeau de la famille Légé Bonifet, 1895.

    -Tombe de la famille Cazes, Louis Cazes et Gabriel Cazes décédés le 8 août 1937 et le 24 décembre 1937.

    -Enclos métallique daté 1888, TIFON ( ?)

    -2 Croix métalliques : Françoise Maifrin ( ?), épouse Mizan ( ?) âgée de ?3 ans, décédée le 15 mars 1890 / Ci gît Pierre Mizan âgé de 70 ( ?) ans décédé le 23 octobre 1890.

    -Famille Roulet : Suzanne Feygri épouse Roulet, 2 mars 1894 / Pierre Roulet 15 juin 1899.

    -2 croix métalliques ; Ici repose P. Ardouin décédé le 30 octobre 1874 ; (…) veuve Ardouin, 1896.

    -Sépulture des époux Castet, 1939.

    -Sépulture de la famille Cintrat, 1940.

    -Caveau de la famille Pirau ( ?) 1869 ; croix métallique avec IHS.

    -Sépulture de la famille Maurice Voltière, 1950.

    -Obélisque de la famille Hillaret aîné, 1869.

    -Caveau de la famille Barre, 1860.

    -Monument en l'hommage de Louis d’Estournel.

    -Obélisque Martin Alcuet.

    -Tombeau de la famille J. Bert et Gabriel Bert.

    -Tombeau de la famille Grazilhon Jeune, 1876 ; signature : Berlan rue d’Arès 137.

    -Tombeau de la famille Tourteau Aîné, 1879 ; signature : Berlan rue d’Arès 137.

    -Sépulture de l’abbé Boutiton : Ici repose l’abbé Boutiton, décédé le 21 mars 1887 à l’âge de 53 ans, priez pour lui.

    -Tombeau de la famille J. Grazilhon aîné ; signature : Sandaux.

    -Tombeau de la famille Desplats, 1881 ; grille datée 1881 et initiales BD entrelacées.

    -Série de tombeaux entourés de grilles : dont le tombeau de la famille Berthe, 1884 et celui de la famille Audoire aîné, 1884.

    -Tombeau des familles Balande et Brousseau, 1889.

    -Tombeau famille Gany : grille avec initiales entrelacées CJ ( ?).

    -Tombeau de la famille Signoret : Angelle Augeau épouse Signoret décédée le 10 juillet 1899 ; signature Berlan.

    -Tombeau des familles Videau Jacques, Videau Pierre Fils, 1881.

    -Tombe avec enclos métallique : initiales EF.

    -Tombe avec enclos métallique : initiales FJ ?

    -Tombeau des familles Ardouin P ? Chem Renom ; signature Bibard et Ardouin, Leyssac.

    -Tombeau de la famille La Porterie, 1890 ; grille avec initiales LP.

    -Tombeau de la famille Louis Charmolue, sépulture de la famille Hostein de Fontpetite 1884.

    -Tombeau de la famille Tourteau Jeune, 1884.

    -Tombeau famille Marc Papot ; signature Sandres Lesparre.

    -Tombeau de la famille Papot, Lusseau, Lefèvre ; signature Bibard et Ardouin Leyssac.

    -Tombeau de la famille Henri Dubuc, 1881 ; signature Bibard et Ardouin Leyssac.

    -Tombeau de Jean Pénicaud décédé le 1er juillet 1890 à l’âge de 62 ans.

    -Tombe avec motif des mains des époux ; nom illisible.

    -Tombeau double, 1911.

    -Tombe de Jean Renom, 1938.

    -Tombe de L. Ard J, 1948.

    -Tombeau Famille G. Etienne, 1949.

    -Tombeau des familles Elmlinger Majeau, 1918.

    -Tombeau des familles Bernard (du Parc) et Soum

    -Tombeau de la famille Eissan et Mouchiroud, 1880.

    -Tombeau de la famille Chevrier et Roulet, 1880.

    -Chapelle funéraire de la famille Beneteau-Caveau, des familles Seurin et Beneteau, 1926 ; signature : Pascal ; grille avec initiales JB.

    -Sépulture de la famille Vve Gerbaud.

    -Tombeau de la famille Roulet (main et couronne).

    -Sarcophages des familles Michelon et Brossard (1873).

    -Sépultures de Desplat (1869) et Arnaudy (1869).

    -Obélisque : Ci-gît Michel Chevalier de Moulinier-de-Gastodie, né le 12 janvier 1759, décédé le 31 août 1851, époux tendre et doux père, fidèle à l’honneur et l’amitié, il laisse à sa famille et ses amis, des regrets bien mérités ; De profundis.

    -Chapelle funéraire : porte avec vantail en fonte, avec les initiales PD ; à l’intérieur, vitraux : Saint-Pierre, signé Lieuzère et fils, Bdx 1879 (tombeau de la famille Dumas (Marbuset).

    -Tombeau des familles Bernard Louis, Simon Silvain, Artiganum ? Jean, Beney ? Jean, Eymep ? 1874.

    -Dalle de Pierre Jean Pezet curé de St Estèphe décédé le 10 mai 1857, âgé de 60 ans.

    -Tombeau de la famille Jarris Jne, 1881.

    -Tombeau famille Morange (Cap-horniers) ; ancre.

    -Tombeau de la famille Fatin Mizan, 1884 ; grille avec initiales : MF.

  • Extraits d'archives

    AD Gironde, 2 O 3121. Lettre au sous-préfet concernant achat d'un terrain à la veuve Gaston en 1810 pour le nouveau cimetière, 31 juillet 1811.

    Contrat d'achat passé dès le 19 juin 1808 ; finalement cimetière laissé en l'état ; remboursement de la somme à M. Capbern, maire (?).

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1811 à 1835, Copie de l'ordonnance royale qui autorise la concession en faveur de M. Moulinier, propriétaire au lieu de Fonpetite d'une portion de cimetière pour y élever un mausolée à sa fille, 1817/10/15.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1835 à 1862, Projet d'acquisition de terrain pour le nouveau cimetière, 1841/05/24.

    Exiguïté de l'emplacement où est situé le cimetière ; nécessité d'acquérir un terrain pour un nouveau cimetière : terrain appartenant à Mme Phélan situé au nord du bourg au lieu-dit le Porge ; visite du terrain par le maire le 4 novembre 1841 : terrain jugé étroit et humide ; autre terrain envisagé appartenant à M. Luetken, situé sur le chemin de la chapelle.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1835 à 1862, Estimation d'un terrain de M. Phélan pour installation du cimetière, 1843/03/13.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1835 à 1862, Transfert du cimetière, 1843/03/22.

    Tout récemment le conseil municipal a reconnu qu'il était très urgent pour la salubrité publique, par respect humain et pour se conformer à la loi de changer le cimetière qui, placé autour de l'église au centre du bourg, n'est même plus depuis longtemps en rapport avec la population de la commune et est devenu un horrible charnier obligés que nous sommes de ne laisser les morts confiés à la destruction que deux ans et demi.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1835 à 1862, Acquisition pour le nouveau cimetière, 1850/02/09.

    Suite à la disposition du portail, l'entrée se trouve obturée par quelques règes de vigne qui rendent l'arrivée peu convenable : achat proposé pour redresser l'avenue que l'on pourrait planter d'arbres.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1835 à 1862, Demande de M. Martin Alcuer d'acquérir un terrain dans le nouveau cimetière afin d'y bâtir un caveau pour la sépulture de sa famille, 1850/08/25.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1835 à 1862, Aménagement d'une place à l'emplacement de l'ancien cimetière, 1851/11/16.

    On a cessé d'inhumer depuis le 24 septembre 1845 dans le cimetière situé au midi de l'église et le temps voulu par la loi étant expiré, la commune peut rentrer en possession de ce terrain comme elle a déjà fait pour la portion au nord de l'église et qui a servi à agrandir la place principale du bourg (...). Le maire demande l'autorisation de faire abattre les murs de clôture, d'en tirer un parti avantageux au moyen d'une enchère, de faire niveler le terrain et continuer la plantation d'arbres qu'il a déjà commencé de son chef.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Réparations aux murs, 1872/02/04.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Projet d'agrandissement du cimetière qui devient insuffisant pour le service des sépultures, 1874/02/15.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Dépôt provisoire à construire dans le cimetière, 1876/11/19.

    "pour y déposer provisoirement des cercueils pour des familles qui n'ayant pas encore de caveau désirent en faire construire".

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Rapport concernant l'agrandissement du cimetière, 1877/02/18.

    Plan d'agrandissement ; premières dépenses ne comprendraient que l'agrandissement par la partie sud seulement avec entrée principale sur la route de Vertheuil, tout en conservant malgré cela l'entrée qui existe aujourd'hui et qui serait spécialement réservée à l'entrée des matériaux nécessaires aux constructions et l'entrée que vous propose la commission sur la route de Vertheuil serait exclusivement réservée aux cortèges. La deuxième série de dépenses comprendrait ensuite l'agrandissement par les parties est et ouest ce qui terminerait le plan que vous avez sous les yeux ; plan approuvé.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Rapport de la commission chargée du projet d'agrandissement du cimetière, 1879/08/24.

    Vu le grand nombre de plaintes qui sont journellement portées au sujet de l'entrée quotidienne du cimetière, la commission trouve opportun de joindre au projet d'agrandissement la construction d'un logement pour le fossoyeur qui en même temps servira de concierge au cimetière. Ce logement serait pratiqué à l'entrée même du cimetière sur la route de Vertheuil tout en ayant ses issues au dehors.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Rapport de la commission chargée du projet d'agrandissement du cimetière, 1880/02/01.

    Plans et devis dressés par M. Albert Labbé architecte à Bordeaux et fils de l'architecte départemental et par M. Edouard Bonnore, architecte de l'arrondissement, architecte à Lesparre : plans de Bonnore choisis car devis moins cher ; proposition de faire un caveau sous la croix monumentale qui sera placée à peu près au centre du cimetière. Ce caveau serait destiné à recevoir les restes des prêtres morts dans la paroisse ; proposition de construire un dépositoire : vous savez combien de familles ont été déjà obligées de demander à un parent, à un ami, l'ouverture de son caveau pour y déposer provisoirement un des siens (...) ; nécessité de construire un puits, d'une plantation d'arbres, du nivellement des allées, d'une clôture sur la route ; projets validés.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Honoraires dus à M. Labbé architecte pour les plans de construction des murs de clôture du cimetière (non exécutés), 1880/11/14.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Présentation d'un plan et devis dressés par M. Bonnore architecte à Lesparre, relatifs à la construction d'une clôture pour le terrain qui précède le cimetière communal, 1880/12/19.

    Et désignation d'un concierge pour le cimetière ; translation des cendres de M. le curé Pézet : le caveau destiné à recevoir les corps des prêtres décédés pendant l'exercice de leurs fonctions dans la paroisse de Saint-Estèphe est terminé.

    AD Gironde, 156 T 3 B, Rapport de la commission des Bâtiments civils concernant la clôture d'un terrain attenant au cimetière, 2 février 1881.

    Auteur du projet : Bonnore ; terrain situé au sud du cimetière.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Le maire demande l'autorisation de traiter de gré à gré avec un entrepreneur pour la clôture en bois à construire au sud du cimetière, 1881/02/27.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Affectation de terrain dans le cimetière à l'inhumation de soldats morts sous les drapeaux, 1898/12/11.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1899 à 1922, Subvention pour la Société des Vétérans et pour un monument élevé au cimetière en l'honneur des soldats de St Estèphe morts au champ d'honneur, 1917/02/18.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1899 à 1922, Lancement d'une souscription pour les enfants de St Estèphe tombés au champ d'honneur, 1918/12/01.

    18150,75frcs (le 8 mai 1920).

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1899 à 1922, Présentation du projet et de la maquette de monument aux morts : adopté, 1919/11/09.

    M. Leroux, auteur de la maquette du monument aux morts, directeur de l'école des Beaux Arts.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1899 à 1922, Devis monument aux morts, 1920/06/20.

    Monument en marbre de Carrare blanc (22000 frcs), socle en ciment armé et moellons recouverts d'une pierre dure destinée à recevoir le marbre (3000 frcs) ; inscriptions qui se feront à Paris (2600 frcs).

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1899 à 1922, Mention du monument aux morts en place depuis peu de jours, 1921/12/04.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre des délibérations du conseil municipal, 1811 à 1835

    Archives municipales, Saint-Estèphe
  • Registre des délibérations du conseil municipal, 1835 à 1862.

    Archives municipales, Saint-Estèphe
  • Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898.

    Archives municipales, Saint-Estèphe
  • Registre des délibérations du conseil municipal, 1899 à 1922.

    Archives municipales, Saint-Estèphe
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire