Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Casino

Cheminée néogothique

Dossier IM64004045 réalisé en 2018

Fiche

Dénominations cheminée
Aire d'étude et canton Pyrénées-Atlantiques
Adresse Commune : Eaux-Bonnes
Adresse : rue Castellane
Cadastre : 2018 AN 203
Emplacement dans l'édifice premier étage, ancienne salle de jeu

Équipement indispensable de toute station thermale de la seconde moitié du XIXe siècle, le casino des Eaux-Bonnes fut édifié par Henri Geisse dont le projet fut sélectionné par le jury du concours parce qu'il répondait entièrement aux attentes de la commune, en particulier la dimension pittoresque incombant à une station située dans un environnement naturel spectaculaire.

Au sein de cet édifice éclectique, mêlant inspirations romanes, gothiques, mauresques et vernaculaires, l'architecte imagina un décor historiciste incitant à la rêverie. Cependant, de ces décors originels ne subsistent que peu d'éléments, parmi lesquels deux cheminées néogothiques installées dans deux salles superposées, l'une se trouvant dans l'ancienne salle de bal au rez-de-chaussée, l'autre dans un espace plus intime dédié aux jeux au premier étage. La présence de tels éléments s'inscrit dans la période de transition entre le chauffage traditionnel au bois et l'apparition imminente des premières chaudières au début du XXe siècle.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1876, daté par source

Tandis que la cheminée du rez-de-chaussée se caractérise par sa sobriété tant matérielle qu'ornementale, avec l'emploi de la pierre blanche d'Angoulême et de motifs relativement épurés, celle du premier étage se distingue par son parti plus élaboré et sa polychromie.

L'application des couleurs, loin d'être aléatoire, résulte de la pratique et des théories rationalistes gothiques largement diffusées sous le Second Empire et la Troisième République. Afin de valoriser la structure constructive, chaque élément de l'assemblage est en effet teinté d'une couleur différente, avec des dominantes jaune d'or, rouge, bleu et verte. Le choix des couleurs témoigne, autant que faire se peut, d'une quête d'équilibre dans le rapport chromatique, avec des tonalités tranchées, souvent primaires, comme le rouge, dont la surface est inversement proportionnelle à son intensité, ce qu'a théorisé Eugène-E. Viollet-le-Duc notamment dans son article "Peinture" du Dictionnaire raisonné de l'architecture française.

L'ensemble des motifs ornementaux provient du répertoire gothique, remis au goût du jour dans l'architecture nationaliste française au XIXe siècle. La hotte, le linteau et le foyer sont ainsi ornés d'entrelacs végétaux ordinaires de la décoration néogothique. Le linteau s'enrichit en revanche de la présence de quatre cartes à jouer à l'effigie des dames du jeu de cartes traditionnel, réparties autour d'un écusson central associant les quatre "couleurs" - pique, cœur, carreau, trèfle -, l'ensemble se référant manifestement à la vocation de cet espace dédié au jeu. Pour les questions utilitaires et hygiéniques habituelles, le contre-cœur est doté d'une plaque en fonte alors que le foyer est agrémenté d'un tapis de carrelage néogothique en ciment, composé d'un damier ocre et rouge entouré d'une frise de rinceaux ocres sur fond marron.

Le parti pris néogothique de cette cheminée témoigne, malgré la disparition de la plupart des décors, de l'ensemble ornemental éclectique du casino qui, outre des inspirations classiques - à l'instar des colonnes de la scène du théâtre -, comprenait de nombreux éléments d'influence médiévale tels que les fenêtres à vitraux occultées dans le salon du rez-de-chaussée ou les loges en bois partiellement peintes des tribunes du théâtre.

Catégories taille de pierre, sculpture, peinture
Structures colonne, 2
Matériaux pierre, décor en relief, décor dans la masse, mouluré, peint, polychrome
Précision dimensions

Dimensions non prises.

Iconographies jeu de cartes, écusson
ornementation, rinceau
Précision représentations

Les quatre dames ou reines du jeu de cartes sont figurées sur le linteau, entourant un écusson central écartelé aux quatre couleurs (pique, cœur, carreau, trèfle). Le contre-cœur du foyer et le tapis de carrelage sont ornés de rinceaux néogothiques.

États conservations altération de l'épaisseur de la matière
oeuvre menacée
Précision état de conservation

La hotte présente d'importantes lacunes du plâtre et de la couche picturale qui laissent apparaître sa structure de briques. Le manteau et les autres éléments décoratifs comportent des détériorations essentiellement liées à la dégradation de la peinture. Les carreaux de terre cuite de l'âtre sont en mauvais état.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Bâtiments communaux. Casino, 1875-1883 (dont : rapport des membres du jury du concours au préfet, 1876 ; note après plaidoiries, 1883).

    Archives municipales, Eaux-Bonnes : B3
Bibliographie
  • VIOLLET-LE-DUC Eugène. Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle. Morel : Paris, 1854-1868.

    Article "Peinture", vol. 7, p. 56-109.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Université de Pau et des Pays de l'Adour - Delpech Viviane