Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Sauman

Dossier IA33007146 réalisé en 2012

Fiche

Précision dénomination château viticole
Appellations château Sauman
Parties constituantes non étudiées cour, chai, cuvage, puits, parc, logement
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite) - Bourg
Adresse Commune : Villeneuve
Lieu-dit : Sauman
Cadastre : 1819 A 1052, 1053 ; 2011 A1 145, 153

Le lieu "Saumant" figure sur la carte de Cassini de la seconde moitié du 18e siècle. Sur le cadastre de 1819, "Saumant" est un bâtiment de plan rectangulaire prolongé à l'est par une aile en retour d'équerre. Deux tourelles s'élèvent sur le bâtiment : l'une à l'angle ouest et l'autre à l'arrière du logis. Le bâti est complété par un enclos de jardin parcouru d'allées régulières et doté de plusieurs puits.

Signalée comme lieu de résidence de Jean-Jacques Robert et de son épouse Jeanne Montbrun dans la première moitié du 19e siècle, la propriété passe dans les biens de la famille Sinan au milieu du siècle. Le nom d'E. Sinan (Edmont Sinan) apparaît en effet dès l'édition de 1850 du Cocks et Féret, avec une production de 30 tonneaux. D'après la matrice cadastrale, la maison connaît une augmentation de construction en 1858 et 1864 et une nouvelle construction en 1874. L'aile en retour d'équerre, qui n'existe plus aujourd'hui, a probablement été détruite à cette époque.

A la fin du 19e siècle, les deux filles d'Edmont Sinan, maire de la commune, se marient respectivement avec M. Braud, fils d'un bijoutier-joaillier, et avec M. Martineau, viticulteur. Les deux familles résident dans la propriété familiale divisée : deux propriétés vinicoles distinctes sont mentionnées dans les éditions successives de Bordeaux et ses vins entre 1922 et 1949. En 1965, la famille Braud prend seule la tête du domaine, sous l'appellation de Château Sauman. Des anciens bâtiments à l'est de la demeure sont remaniés et agrandis pour abriter de nouvelles dépendances agricoles et viticoles, alors que l'ancien chai à l'ouest est transformé en remise. L'illustration publiée dans l'édition de 1982 de Bordeaux et ses vins ne permet pas de voir le corps de logis principal mais l'élévation postérieure donnant sur le chemin ; celle-ci est composée des bâtiments viticoles et d'un logis secondaire, vraisemblablement destiné aux ouvriers de l'exploitation.

En 1993, la famille Braud crée une Société Civile à vocation agricole.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle

Situé en bordure d'un chemin, le château est composé d´une demeure prolongée de chaque côté par les bâtiments viticoles et d´autres bâtiments de dépendances. La demeure à étage est couverte d´un toit à croupes en tuiles mécaniques. La façade principale au sud est construite en pierre de taille et rythmée de dix travées. La cinquième travée est en léger ressaut et la porte d´entrée est cintrée. La modénature de la façade est composée d'un bandeau médian, d'un bandeau à hauteur d'appui des baies pour les cinq dernières travées et d'une corniche denticulée. Sur l'élévation postérieure sont adossés deux bâtiments : un logis en appentis, correspondant certainement à l'ancien logement du régisseur, doté d´un comble à surcroît et, à l´est, une partie du cuvier prolongeant la demeure. Une tourelle s'élève à l'angle sud-ouest, coiffée d'un toit conique en ardoise surmonté d'une girouette. A l'intérieur du cuvier, les cuves sont en ciment. Dans le prolongement de la demeure, à l'ouest, et légèrement en biais, des dépendances abritent l'ancien chai. Ce dernier est lui-même prolongé d'un bâtiment annexe en appentis sur lequel, à l'angle nord-est, vient se greffer un mur en arrondi, correspondant probablement aux vestiges d'une tour. A l'est de ces bâtiments se trouvent d´autres dépendances abritant garage, cuvier (cuves en inox) et espace de stockage. Au sud de la demeure, de l'autre côté de la cour, est aménagé un parc arboré avec un bassin et un lavoir.

Murs calcaire pierre de taille enduit
Toit tuile creuse, tuile mécanique, ardoise
Étages 1 étage carré, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans croupe
appentis
toit conique

Estuaire

TRAVEE 10
FORBAIE plate-bande (porte) ; plate-bande (fenêtre) ; baie cintrée (porte)
POSRUE autre
POSPARC sur rue
POSTOPO coteau
ORIENT sud
VUE vue étendue
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Actes notariés divers (1823-1969).

    Vente veuve Lureau aux époux Robert, 1843 Archives privées
Bibliographie
  • COCKS Charles. Bordeaux, ses environs et ses vins, classés par ordre de mérite, reproduction intégrale de l'édition de 1850. Bordeaux : Ed. Féret et Fils, 1984.

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1908, enrichie de 700 vues de châteaux viticoles (8e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1922 (9e édition).

    P. 824.
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1929 (10e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1949 (11e édition).

  • FERET Edouard. Bordeaux et ses vins, classés par ordre de mérite dans chaque commune.... Bordeaux : Féret et Fils, 1982. 13e édition revue et augmentée par Claude Féret.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer