Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Saugeron, actuellement foyer de retraite du combattant

Dossier IA33004582 réalisé en 2013

Fiche

Appellations Château Saugeron, Foyer de retraite du combattant
Destinations maison de retraite
Parties constituantes non étudiées parc, mur de clôture
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite)
Adresse Commune : Blaye
Lieu-dit : Saugeron
Adresse : avenue de Verdun
Cadastre : 1832 B1 584, 585 Parcelles du parc : 574 à 583. ; 2017 AT 31

D'après l'étude historique réalisée par Johel Coutura, le premier propriétaire connu de la maison noble de Saugeron est Thomas de Blaignan, attesté en 1458. Elle apparaît en 1521 entre les mains de Gabriel de Terragne, puis dans celles d'André de Benoist, jurat de Bordeaux (également détenteur du domaine de Tayac à Bayon), qui rend hommage au roi en 1571. Antoine de Benoist de Tayac est seigneur de Saugeron au début du 17e siècle, puis Guillaume, qui rend à son tour hommage en 1635. La construction du corps de logis principal à l'ouest, flanqué de deux tours d'angle avec traces d'anciennes canonnières, peut être attribuée à cette famille.

Passé peu de temps en possession d'un certain Pierre Laroche, le domaine est acquis en 1644 par Arnaud Hillaire, juge royal du Vitrezais. Son héritier, Jean Hillaire (ou Hilaire), substitut du procureur de la ville de Blaye, est mentionné en 1663 comme membre du bureau de l'hôpital. Son fils Fiacre Hillaire de Saugeron, conseiller du roi à la cour des Aydes de Guyenne, rend hommage en 1725. Après sa mort, Élie Cugneau en fait l'acquisition en 1742. Le dénombrement de 1761 indique que le domaine est alors d'un seul tenant et en partie ceint de murs. Le famille Cugneau conserve la jouissance de la propriété jusqu'aux premières décennies du 19e siècle.

Toujours selon Johel Coutura, la demeure serait achetée en 1827 par Bernard Frouin (ou Froin), riche propriétaire de la contrée. Cependant, Paul Cugnaud [sic] est mentionné comme propriétaire dans la matrice du plan cadastral de 1832. L'ensemble bâti comprend alors un corps de logis de plan en équerre flanqué de tours, complété de vastes bâtiments de dépendances au sud, de jardins, prairies et pièces d'eau à l'ouest, sur la rive droite du ruisseau de Frédignac.

A la suite du mariage d'une fille Froin, le domaine entre dans les biens de la famille Favereau, avant de passer par mariage à Édouard Ollière. Ce dernier entreprend la restauration complète de la demeure et de ses dépendances en 1847, chantier interrompu par son "éloignement" au début du Second Empire comme républicain. Les travaux reprennent cependant dès son retour, en 1858, ainsi que l'indique le registre des augmentations et diminutions de la matrice. Le château est à la tête d'un vignoble, considéré "de temps immémorial" comme premier cru de la commune de Blaye, d'après l'édition de 1874 de l'ouvrage Bordeaux et ses vins ; la production s'élève alors à 70 tonneaux.

Le château est enfin détenu par le gendre de la veuve Ollière, Louis Potiron de Boisfleury, avant d'être acheté en 1957 par l'association des Victimes de guerre et d'anciens combattants. La demeure est alors convertie en foyer de retraite des anciens combattants, inauguré en 1960. Un nouveau bâtiment est adjoint dans le prolongement de l'aile est au milieu des années 1960 et l'architecte Georges Grange réalise un projet de modernisation au début de la décennie suivante. Une importante restructuration intervient enfin dans les années 2000 par l'agence d'architecture Gaussen & Phuc, accompagnée de la destruction d'anciens bâtiments de servitudes et la construction de nouveaux locaux, mais aussi de la restauration du corps de logis. Le nouvel EHPAD est inauguré en 2010.

Période(s) Principale : 15e siècle , (détruit)
Principale : 2e moitié 16e siècle, 1er quart 17e siècle , (?)
Secondaire : 2e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 21e siècle

Le domaine situé au nord-ouest de la ville, en limite de commune, est traversé par le ruisseau dit de Saugeron ou de Frédignac. Il est entouré par un mur de clôture. Le château établi sur la rive droite du ruisseau est précédé à l'ouest d'un parc arboré avec pièce d'eau. Trois arcades plein-cintre, donnant sur des salles en soubassement, existaient dans le parc en bordure du chemin au nord-ouest : il pourrait s'agir d'anciennes écuries, détruites lors des récents travaux. La demeure est composée de deux ailes en L, articulées sur une tour carrée dans l'angle, abritant l'escalier principal, flanquée d'une tourelle demi-hors-œuvre.

L'aile ouest de deux étages présente une façade de six travées entre deux tours circulaires aux angles sud-ouest et nord-ouest. Le rez-de-chaussée du corps de logis, dont les salles sont voûtées en berceau, est largement ouvert sur l'élévation est, côté cour, par une arcade plein-cintre encadrée par deux oculus. Les pignons découverts sont à redents. Les tours ont un premier niveau voûté en coupole et portent les traces d'anciennes canonnières et de petites fenêtres carrées chanfreinées.

L'aile nord est un corps de logis rectangulaire de deux étages, avec tourelle d'escalier en pierre de taille sur l'angle sud-est. Mis à part cette tour, toutes les élévations sont en moellon calcaire. L'enduit a été supprimé. Une corniche à modillons couronne les élévations. Les toitures à longs pans sont en tuiles creuses et les tours sont couvertes d'ardoises.

Les nouveaux bâtiments ont été construits sur les anciennes dépendances au sud, au-devant de la façade ouest et dans le parc au nord-ouest, le long de la rue André-Clerc.

Murs calcaire moellon
pierre de taille
Toit tuile creuse, ardoise
Étages 2 étages carrés
Couvrements voûte en berceau
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans pignon découvert
toit en pavillon
toit conique
croupe
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie
États conservations restauré
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Etat des fiefs de la maison noble de Saugeron, 1774

    1 E 63 : état des fiefs de la maison noble de Saugeron dans les paroisses de Saint-Genès, Ségonzac, Sainte-Luce, Plassac (1774).

    • Supplique au grand sénéchal de Guienne ou monsieur le lieutenant général. Affiche imprimée, 1774.

    De Bernard Cugneau, ainé majeur, et Suzanne Imbert, veuve d’Elie Cugneau, courtier royal. Elie Cugneau (mort en 1767) laisse pour toute fortune la maison noble de Saugeron dans la paroisse de Saint-Romain en Blayais qui doit être divisée en 6 parties égales. Or les lots sont exposés à saisie de la succession par les créanciers (45 000 L de dettes). Demande à la justice de procéder à la vente de la maison de Saugeron pour s’acquitter des dettes. Affiches.

    • État des fiefs au quint et à la rente relevant de la maison noble de Saugeron dans la paroisse de St-Martin de Lacaussade [...].

    État des fiefs de la maison noble de Saugeron, dans les paroisses de Saint-Simon (marais de Blaye), Braud, Fours, Anglade et Saint-Androny [rentes diverses sur terres et vignes].

    • État des fiefs appartenant à la maison noble de Saugeron, et situés dans les paroisses de Saint-Genès et Segonzac :

    - Le quint des fruits sur le tènement appelé près le Chay, de l’abbaye Saint-Romain, autrement le Deymere, possédé par Romain Coureau [...]. [rentes diverses]

    - Rente sur partie de maison, queruage, en un tenant, au lieu appelé à Peyre [...]

    - Rente sur le tènement de Laurier, Tallemones, Mathieu, Robert et au Soc, [...], dont il y a au lieu appelé aux Robert, maison, chay, queruages et jardins, suivant l’exporle du 8 février 1744.

    - Rente sur le tènement à Mazerolles et environs [...] consistant en maison, terre, chaînevois, aubarède et vignes au Soc

    - Rente sur tenement de maison, masure, fournière, appent, chay, queruages, jardin, autres bâtiments, vignes, terres et autres espèces d’héritages appelé à Maserolle [...].

    • État des fiefs [...] situés en Frédignac, près Saugeron, paroisse Saint-Martin

    - Rente sur tènement appelé à Baulin ou Poulin, possédé par le sieur Leroy ingénieur [...]

    - Rente sur le tènement appelé au Ribot, consistant en une maison, cuvier et partie du cahy, avec un jardin, terre et vigne [...], suivant l’exporle du 20 mars 1744 [...].

    • État des fiefs [...] situés dans les paroisses Sainte-Luce et Plassac.
  • Notice concernant Château Saugeron dans l'édition de 1874 de Bordeaux et ses vins

    P. 419 : Château-Saugeron (Édouard Ollière) : 70 tonneaux.

    Le château de Saugeron commande un joli domaine, situé dans le rayon de l'octroi de la ville de Blaye, comprenant 25 hect., en un seul tenant, dont 2 hect. 1/2 sont consacrés aux jardins et agréments, et 22 hect. 1/2 au vignoble, entièrement situé sur le penchant sud d'une colline, dans un terrain essentiellement rocailleux. Cette exposition du vignoble, et le sol calcaire sur lequel il repose, sont très favorables à la culture de la vigne, et ont valu au château Saugeron d'être classé, de temps immémorial, comme premier cru de la commune de Blaye. Les fruits récoltés dans le verger du château sont exquis, en très grande abondance, et d'une beauté remarquable.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Aveux et dénombrements des biens, domaines et devoirs seigneuriaux relevant du Roi, à cause de son duché de Guienne : Elie Cugneau, pour la maison noble de Saugeron-Lannessan, 1761.

    Archives départementales de la Gironde : C 2257
  • État des fiefs de la maison noble de Saugeron dans les paroisses de Saint-Genès, Ségonzac, Sainte-Luce, Plassac (1774).

    Archives départementales de la Gironde : 1 E 63
  • Matrice cadastrale et états de sections, 1834-1973.

    Archives départementales de la Gironde : 3 P 58/8-18
  • Matrice cadastrale, registre des augmentations et diminutions, 1836-fin du 19e siècle.

    Archives municipales, Blaye : non coté.
Documents figurés
  • Fonds Georges Grange : château Saugeron, maison de retraite du combattant de la Gironde : modernisation, plans, 1971.

    Archives Bordeaux Métropole : 207 S 312
Bibliographie
  • BIROLLEAU-BRISSAC Paulette. Histoire de Blaye. Bordeaux : Ed. de la Société des Amis du Vieux Blaye, 1968.

    P. 87.
  • COTTON DE BENNETOT Arlette. Petit dictionnaire des rues de Blaye. Bordeaux : Imprimerie Biscaye, 1983.

    P. 127-128.
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1868 (2e édition).

    P. 333.
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

    P. 419 [illustration].
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1893 (6e édition).

    P. 562-563 [illustration].
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

    P. 609 [illustration].
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1922 (9e édition).

    P. 846-847 [illustration].
  • GUILLON Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde. Bordeaux : Coderc, Dégréteau et Poujol, 1866-1869, tomes 1 à 4.

    T. II, p. 148-149.
Périodiques
  • COUTURA Johel. « Le château Saugeron-Lanessan à Blaye ». Les Cahiers du Vitrezay, 1986, n° 55.

    P. 25-29.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Beschi Alain