Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Sainte-Luce-La-Tour

Dossier IA33004595 réalisé en 2013

Fiche

Précision dénomination château viticole
Appellations Château Sainte-Luce-La-Tour
Parties constituantes non étudiées chai
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite)
Adresse Commune : Blaye
Lieu-dit : Sainte-Luce
Cadastre : 2017 AK 3

Un ensemble de bâtiments figure sur le plan cadastral de 1832, ainsi que trois moulins à vent dans leur voisinage immédiat. Selon la matrice, l'essentiel est alors détenu par la veuve Lévêque ou Lévesque, domiciliée à Rousset (commune de Berson), et par François Caisson à Sainte-Luce.

Le registre des augmentations et diminutions de la matrice enregistre la démolition d'un moulin à vent en 1871 (parcelle B 1750), puis la démolition d'une maison en 1886 (parcelle B 1751) au nom de Jean Gélineau. Il s'agit du docteur Gélineau (1828-1906), natif de Blaye, médecin de marine puis médecin civil, spécialiste des maladies nerveuses, qui constitue à cette époque un domaine viticole sur la colline de Sainte-Luce et fait édifier dans ces mêmes années, sur une hauteur face à l'estuaire, une vaste demeure aux allures de château. La construction en est confiée à l'architecte blayais Aurélien Nadaud, auteur de plusieurs réalisations d'esprit néo-gothique dans les environs.

Après la mort du docteur sans postérité, la propriété passe dans les biens de sa nièce Berthe, épouse de Lucien Nadaud, fils et architecte successeur du précédent, mentionné à la tête du cru dans l'édition de 1922 de Bordeaux et ses vins.

Le château a été détruit lors du bombardement du port de Blaye en août 1944. Des travaux de reconstitution du vignoble et des bâtiments ont été mis en œuvre dès la fin des années 1940 par le propriétaire d'alors, Robert Jacot. D'après une vue aérienne de l'IGN, la maison actuelle, à l'emplacement du château, était en chantier en 1960.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Auteur(s) Auteur : Nadaud Aurélien,
Aurélien Nadaud (1833/10/26 - 1899/09/17)

Fils de Pierre Nadaud, procureur du roi près le tribunal de première instance de Blaye, et de Ninette Mourgon (COTTON DE BENNETOT A., Dictionnaire des rues de Blaye, p. 50 note 1) et père de Lucien Nadaud, également architecte à Blaye.

AD Gironde. 2 O 3172 : Blaye, 7 rue du Monteil (1885-1886).

Autre orthographe rencontrée : Nadeau.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Le château, implanté sur les hauteurs du sud de la ville, au voisinage du hameau de Sainte-Luce, occupait le rebord de l'escarpement rocheux dominant l'estuaire. Autant que la documentation figuré permet d'en juger, il était composé d'un corps de logis rectangulaire à étage flanqué au nord d'une tour circulaire hors-œuvre, formant belvédère, et de diverses annexes en rez-de-chaussée. Le crénelage de la tour et les fenêtres en arc plein-cintre à remplage, conféraient à la bâtisse un caractère néo-médiéval affirmé.

Murs calcaire moellon enduit
Toit tuile mécanique
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans croupe
États conservations détruit
Techniques
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Présentation du domaine du Château Sainte-Luce-la-Tour dans les éditions de 1893 et 1949 de Bordeaux et ses vins

    - 1893, p. 566 [illustration] :

    Le cru de Sainte-Luce-la-Tour est admirablement situé au sud de la ville de Blaye, à côté de la vieille chapelle de Sainte-Luce, au sommet du coteau qui domine la Gironde.

    Cette construction récente, pittoresque et confortable, due aux plans de M. Nadeau [sic], architecte à Blaye, est entourée d'un excellent vignoble que M. le Dr Gélineau agrandit tous les jours par des acquisitions judicieusement faites, telle que celle du Prieuré des abbés de Saint-Sauveur, et qui sont complantées en cépages de 1er choix pour constituer un des meilleurs 1ers crus de Blaye, dont la production atteindra et dépassera bientôt 30 tonneaux.

    - 1949, p. 925 :

    [...] Cette construction récente [...] a été entièrement anéantie par le bombardement aérien d'août 1944, mais se reconstruit, ainsi que les bâtiments, sous les directives de son propriétaire [Robert Jacot], qui modernise toutes les installations et en fera une exploitation modèle de la région, qu'il sera intéressant de visiter, avec la mise en bouteille au château. [...]

Références documentaires

Documents d'archives
  • Matrice cadastrale et états de sections, 1834-1973.

    Archives départementales de la Gironde : 3 P 58/8-18
  • Matrice cadastrale, registre des augmentations et diminutions, 1836-fin du 19e siècle.

    Archives municipales, Blaye : non coté.
Bibliographie
  • COTTON DE BENNETOT Arlette. Petit dictionnaire des rues de Blaye. Bordeaux : Imprimerie Biscaye, 1983.

    P. 47-50.
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1893 (6e édition).

    P. 567 [illustration].
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1922 (9e édition).

    P. 846.
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1949 (11e édition).

    P. 925.
Multimedia
  • Blaye en un siècle. CD-ROM, Société des amis du vieux Blaye ; Association philatélique de l'arrondissement de Blaye, 2003.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Beschi Alain