Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Rauzan

Dossier IA33007772 inclus dans Île de Macau réalisé en 2014

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Appellations Rauzan
Parties constituantes non étudiées chai, cuvage, portail
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Sud Médoc Estuaire
Adresse Commune : Macau
Lieu-dit : Rauzan
Adresse : 63 chemin du Bord de l'Eau
Cadastre : 1843 A3 373 , 377 ; 2013 A 420
Précisions


Les bâtiments sont représentés sur le plan de la palu de Macau de 1776. Le propriétaire est alors M. Darche tandis que la maison voisine (actuellement Domaine de Vignolles) appartient à M. Rauzan. Il semble que ces deux propriétés aient interverti leurs noms, ce qui rend leur identification et leur histoire confuses. La propriété passe également entre de nombreuses mains, notamment en 1843 celles de Jean-Joseph Maurel, négociant à Bordeaux. Puis en 1868, la propriété appartient sans doute à M. Vignolles qui y produit 90-120 tonneaux. Dans l'édition de 1874 de l'ouvrage de Cocks et Féret, le domaine de palus "A Rozan" appartient toujours à M. Vignolles et prend définitivement ce nom, tandis que la propriété voisine de Moizin (actuellement Vignolles) appartient à Dejean et Sémédard.

Dans l'édition de 1922, l'illustration du "Cru Rauzan" représente bien cette demeure qui appartient à Mme Puyo, née Guiard.

Les ailes en retour seraient les parties les plus anciennes, pouvant remonter à la 2e moitié du 18e siècle. Selon les matrices cadastrales, la demeure est reconstruite en 1853 par le propriétaire Jean Dumas.

Le domaine produit du vin de palus, jusqu'à 90 tonneaux en 1893.

Dans la seconde moitié du 20e siècle, la demeure est séparée de l'activité viticole.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1853, daté par source

La demeure se situe sur les bords du fleuve au sud du port de Macau.

Le corps de logis de plan rectangulaire, en fond de cour, est complété par deux ailes basses en retour d'équerre abritant les anciens chais et cuvier.

La façade principale est rythmée par 5 travées dont les trois centrales sont encadrées par des tables rectangulaires verticales. Les travées extérieures sont traitées en bossage.

La demeure est composée d'un niveau de soubassement, d'un rez-de-chaussée surélevé accessible par un escalier à double volée avec perron. L'étage est couronné d'une riche corniche à modillons sculptés et denticules. Les baies présentent des encadrements moulurés : les deux fenêtres latérales du rez-de-chaussée sont dotées d'allèges à balustres.

Les façades latérales sont ornées d'une simple corniche denticulée.

Sur la façade postérieure est accolé un bâtiment bas.

Murs calcaire pierre de taille bossage
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, rez-de-chaussée surélevé
Couvertures toit à longs pans croupe
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier symétrique, en maçonnerie
Techniques sculpture
Représentations pilastre, denticule, carré, balustre
Précision représentations

Corniche à modillons.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Matrices cadastrales : Augmentations et diminutions, 1853-1890.

    Archives départementales de la Gironde : 3P
Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1868 (2e édition).

    p. 107
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1893 (6e édition).

    p. 138
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1922 (9e édition).

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes Médoc-Estuaire - Grollimund Florian