Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Rauzan-Ségla

Dossier IA33003141 réalisé en 2010

Fiche

  • Logis : façade sud.
    Logis : façade sud.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • cuvage
    • chai
    • parc
    • puits
    • cour
    • monument aux morts

Á rapprocher de

Précision dénomination château viticole
Appellations château Rauzan-Ségla
Parties constituantes non étudiées cuvage, chai, parc, puits, cour, monument aux morts
Dénominations demeure, manoir
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Castelnau-de-Médoc
Adresse Commune : Margaux
Lieu-dit : Rauzan-Ségla
Cadastre : 1826 B 269 à 282, 284 ; 2008 AE 29, 30

Le nom du domaine est celui de Pierre Desmezures de Rauzan, bourgeois et négociant bordelais, qui acquiert la maison noble de Gassies en 1661. La séparation du domaine en deux, Rauzan-Gassies et Rauzan-Ségla, date du milieu du 18e siècle. A cette époque (1763), de nombreux remaniements sont apportés aux bâtiments pour constituer deux ensembles distincts. Le nom Ségla est apporté par la fille de Marie-Anne Briet et de Philippe Simon de Rauzan, Catherine, qui épouse en 1785 le baron Pierre Louis de Ségla. En 1835, Gustave de Galard propose dans son ouvrage une illustration du château Rauzan qui ressemble alors à une chartreuse, bâtiment en rez-de-chaussée surélevé avec un pavillon central et deux pavillons latéraux aux extrémités. Édouard Guillon, en 1866, en donne la même description. Il ajoute que devant "se développe une cour, entourée de constructions basses, [...] où il n'y a plus d'appartements de maîtres. A côté s'élèvent d'autres constructions diverses qui font ressembler Rauzan à un village, mais ne lui donne pas un air monumental. Derrière est un jardin potager, et devant s'étend le vignoble". De cet ensemble n'est conservée qu'une partie des chais. C'est principalement à Frédéric Cruse que l'on doit le château actuel : il prend la direction de la propriété en 1903 et fait élever de nouveaux bâtiments par l'architecte Louis-Michel Garros : travaux de remise en état entre 1904 et 1905, rénovation des bâtiments d'exploitation en 1905-1906. Le parc est dessiné par G. Le Breton en 1908-1909. Charles Skawinski est alors régisseur du domaine. Enfin, il fait ajouter à un hangar une "tour observatoire" par l´architecte Alexandre Garros en 1919-1920. En 1986, de nouveaux bâtiments techniques sont construits avec un ensemble de 20 cuves en acier inoxydable et un nouveau chai d'élevage. La maison Chanel devient propriétaire en 1994 : le cuvier a été adapté et les grandes cuves remplacées par des plus petits éléments, correspondant aux surfaces des parcelles. Les chais d'élevage ont été complètement rénovés et une salle de conditionnement (avec une chaîne de mise en bouteilles) est venue compléter l'ensemble.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates 1904, porte la date
1908, porte la date
1661, porte la date
Auteur(s) Auteur : Garros Louis-Michel,
Louis-Michel Garros (1833 - 1911)

Louis-Michel Garros (1833-1911) est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Paris. Il installe son agence au 14 rue Lecoq à Bordeaux. Son fils Alexandre (1867-1953) prend sa suite, suivi par son propre fils Louis (1895-1956). Michel, fils de Louis, né en 1923, fait de même.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Garros Alexandre,
Alexandre Garros (1867 - 1953)

Dynastie des Garros : Louis-Michel Garros (1833-1911) installe son agence au 14 rue Lecoq à Bordeaux. Son fils Alexandre (1867-1953) diplômé de l’École des beaux-arts de Paris, élève de Gerhardt et de Redon, succède à son père. Ses deux fils, Louis (1895-1986) diplômé de l’École des beaux-arts de Paris, élève de Redon et Tournaire et Marcel, (1898-1956) collaborent avec lui avant de lui succéder. Michel, fils de Louis, né en 1923, diplômé en 1953 de l’École des beaux-arts de Paris, élève de Ferret à Bordeaux, succède à son oncle et à son père.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Le Breton G., paysagiste, attribution par source

Les bâtiments s'organisent autour de deux cours : on accède à la première par un châtelet d'entrée formant porche, encadré par deux bâtiments en rez-de-chaussée. Y sont greffées une tourelle circulaire en encorbellement construite en brique et une échauguette de plan carré en pan de bois. Sur le côté nord de cette cour, se déploie la façade des chais et du logis. Entre les deux, un passage voûté permet d'accéder à la seconde cour : côté sud, se trouvent les chais, à l'ouest le logis, au nord des chais (dont un appartenant au château voisin de Rauzan-Gassies) et à l'est le portail d'accès. Le logis présente un plan complexe composé de plusieurs éléments coiffés de toits en pavillon en tuiles plates.

La façade sud présente des lucarnes avec des encadrements en brique. Une arcade (avec l'inscription : "Devise de la Folie d'Artois (Bagatelle) : Sed Apta" ; référence à la citation "parva sed apta", c'est-à-dire "petite mais commode"), également en brique, donne accès à la façade occidentale du logis, complétée par un petit pavillon d'angle couvert d'un toit à l'impériale.

La façade occidentale présente plusieurs décrochements. On y trouve une pierre scellée portant la date 9Xbre 1908, correspondant probablement à la fin des travaux de l'architecte Louis-Michel Garros. Un accès sous un petit pavillon formant porche aboutit à un jardin et à la façade nord du logis. Une série d'arcades sépare ce jardin de la cour nord.

La façade orientale du logis qui donne sur cette seconde cour est marquée par une lucarne traversante en pierre calcaire et brique ; elle est également dotée d'une tourelle en encorbellement coiffée d'un toit à l'impériale, sur laquelle se trouve l'inscription suivante : "Léopard qui dominait une des tours du Château-Trompette".

On retrouve de ce côté de la cour, les chais et le passage voûté menant à la première cour : une porte présente les dates 1661 et 1904 et est surmontée d'un écu représentant une silhouette qui semble porter une épée. L'arcade du passage est surmontée également d'une inscription : DIEU PROTÈGE LA FRANCE, accompagnée des dates des deux guerres mondiales. Enfin, une autre porte est surmontée de l'inscription : "La tradition rapporte qu'en cet endroit la baronne de Ségla née de Rauzan (1761-1828) se plaisait à cultiver ses hortensias".

D'autres chais délimitent la cour au nord ; l'un d'eux appartient au château voisin de Rauzan-Gassies. Cette cour abrite un puits en pierre surmonté d'une structure métallique. Au sud de la première cour, un bâtiment se distingue avec une tour crénelée dotée d'une échauguette. Cette "tour observatoire" porte l'inscription "Tour d'Albret" surmontant un écu et la devise : GRATIA DEI SUM ID QUOD SUM. Quant à l'échauguette, elle porte l'inscription d'une strophe du poème d'Alphonse de Lamartine De la Providence à l'homme. De nouveaux cuviers et chais se trouvent au sud des bâtiments d'origine. A l'ouest, sont encore conservés les piliers et le portail d'entrée dans le parc. On trouve également un monument commémoratif à la mémoire de Louis Ier Bourbon, prince de Condé, mort en 1569 à Jarnac. Enfin, à proximité se trouvent les bâtiments du négociant Ulysse Cazabonne, qui distribue entre autres les vins de Rauzan-Ségla.

Murs calcaire
pierre de taille
Toit ardoise, tuile creuse, tuile plate
Étages étage en surcroît, en rez-de-chaussée
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
toit à l'impériale
toit conique
croupe
États conservations bon état
Techniques sculpture
Représentations armoiries

Estuaire

TRAVEE 5
FORBAIE linteau droit (fenêtre) ; linteau droit (porte)
POSTOPO coteau
VUE vue étendue
CLOT grille ; piliers de portail ; mur de clôture ; allée d'arrivée bordée de feuillus

Skawinski Charles (régisseur).

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • DOCUMENTATION COMPLÉMENTAIRE

    - PIJASSOU, René. Château Rauzan-Ségla : la naissance d'un grand cru classé. Paris : Éditions de La Martinière, 2004.

    Extraits :

    p.75 : construction d´un nouveau chai à Gassies en 1718 par Maître Étienne Dardant, maître architecte.

    p.110 : la querelle du portail de Gassies (1761)

    "le portail d´entrée de la maison noble de Gassies, divisée entre les parties ; lequel portail situé au Levant de la cour de la dite maison a été laissé en commun par le partage pour demeurer libre et afin de servir au passage continuel tant du sieur Roulier que du sieur requérant, leur famille et leurs gens, que nonobstant ce droit, le dit sieur Roulier a fait occuper et embarrasser le dit portail et en dessous d´iceluy en diverses occasions par une charrette chargée de foin qu´il y a laissé en dépôt à diverses reprises, notamment le 13 du courant (...)".

    "pour répondre aux propositions et bienséances que Monsieur Rauzan me demande par son mémoire, j´ai été obligé de faire examiner par des personnes compétentes le parti que je pouvois prendre pour me procurer une entrée ; en accordant le contenu du mémoire de Monsieur Rauzan il s´est trouvé que je pouvais luy céder, de plus qu´il m´a demandé, tout mon chay.

    Pour cet effet, Monsieur Rauzan me cédera toute sa portion de la seconde cour avec les bâtisses qui luy appartiennent y compris le logement du valet de feu Monsieur son oncle avec les greniers qui sont au-dessus. Étant obligé de partager l´autre cour en deux et de faire détruire les offices qui appartiennent à Monsieur Rauzan et, dont partie fera une cour d´entrée et l´autre une cour de décharge. Et, comme il me faut beaucoup démolir de mon cuvier, il me faut aussi reprendre sur ma vigne le terrain que je prends pour entrée.

    Je me trouve pareillement obligé de me faire un chay puisque je cède le mien. Pour cet effet, Monsieur Rauzan me donnera, au derrière de ma grange, 30 à 32 pieds dans sa vigne jusques à une plante, et me donner pareillement 25 à 27 pieds dans la garenne, à prendre depuis mon puits jusques au fossé qui nous est mitoyen.

    Monsieur Rauzan fera aussi démolir l´avancement qui est dans la seconde cour où Monsieur son oncle avait son cuvier, et sera réduit au mur de l´ancien chay qui sert aujourd’hui de cuvier à Monsieur Rauzan. Il me cédera aussy la portion qu´il a dans le jardin.

    Et ayant fait examiner et calculer à quoy la dépense de ce changement pourroit aller, il s´est trouvé que, tout calculé, cela coûtera à Monsieur Rauzan la somme de 24744 livres, suivant le détail circonstancié de Monsieur Laclotte, maître architecte" (1761-1762).

    p.112 : La convention du 24 avril 1763, séparation des deux Rauzan

    "Premièrement, il sera fait un mur de séparation de 7 pieds de hauteur, incessamment et à frais communs, allant du midi au nord, à prendre à quatre pieds de distance, au couchant du mur de la grange de monsieur de Rauzan qui borne la première allée du jardin et, depuis et vis-à-vis le coin du dit mur au midi jusques et vis-à-vis le côté gauche, en descendant du perron qui donne dans le jardin et à la distance, dans celui-là, de 12 pieds du mur de la galerie qui fait face à ce jardin, dans lequel espace de 12 pieds, il sera fait de la même manière un pareil mur qui reliera en angle droit le susdit premier mur à celui de la dite galerie.

    Secondement, le vestibule du grand corps de logis sera incessamment réparé à frais communs, ainsi que ses deux portes d´entrée et de sortie dont nous aurons chacun une clef semblable. Monsieur Roulier pourra fermer par telle porte et autrement qu´il le jugera à propos. Le grand arceau du perron qui donne dans le jardin au couchant, n´y ayant que luy et les siens qui, à l´avenir et de ce jour, y ayent droit d´y passer.

    Troisièmement, Monsieur Roulier cède à Monsieur de Rauzan toute la portion entrées, servitudes et droits en dépendant qu´il a et pourroit avoir dans le bois de haute futaye de la dite maison, joignant le jardin et renfermé dans la clôture ; lequel jardin sera séparé de ce bois par un mur fait comme les précédents, à frais communs et de la hauteur de 7 pieds, à prendre au levant du premier mur sus-énoncé, et à continuer en alignement avec le mur de la susdite grange jusques au mur de clôture au couchant du dit jardin, auquel il sera joint au point distant de 15 toises du côté extérieur Monsieur de Rauzan cède à Monsieur Roulier toute la portion, entrées, servitudes et droits et dépendances qu´il a et pourroit avoir dans le dit jardin, même ceux qu´il prétendait au puits qui y est construit. Le mur de séparation dont on vient de parler restera mitoyen (...).

    Quatrièmement, le four commun dont la gueule est dans la chambre du valet de Monsieur Roulier, sera aussi incessamment détruit et toute servitude et communauté à cet égard éteint, ainsi que celle du passage qui est pour l´arceau qui conduit de la grande cour au bois. Lequel passage demeure entier à Monsieur de Rauzan.

    Cinquièmement, Monsieur Roulier cède à Monsieur de Rauzan une des petites chambres ou hangars qu´il a au-dessous du portail de la grande cour d´entrée commune, laquelle touche les murs du cuvier du sieur de Rauzan ; se réservant celle qui touche le portail en main droite en entrant dans la dite cour ; et sont convenus les dits sieurs de ne point embarrasser au devant de chaque porte dont est question ; même dessous de la voûte du portail d´entrée de la cour de quelque manière que ce soit ; soit celle que le dit sieur Roulier cède ; soit celle qu´il se réserve, de par une espèce de nature et embarras ; faisant en ce une des principales conditions de la présente police ; comme aussi de ne point mettre de cochon dans la dite grande cour, où les dits sieurs logent leurs bœufs et ont leurs charrettes.

    Sixièmement, Monsieur de Rauzan cède à Monsieur Roulier une grange avec son grenier au-dessus qui est dans la cour des décharges où elle a son entrée au midy, joignant du côté du levant la grange de Monsieur Roulier ; du côté du couchant, une grange de Monsieur Rauzan, mur mitoyen dans lequel il y a une porte que Monsieur Rauzan fera murer ; lequel fera encore démolir et tout de suite une petite chambre qui avance dans cette cour, et qui est appuyée à cette dite grange ; de laquelle démolition Monsieur de Rauzan fera retirer les matériaux ;

    Septièmement, il sera fait incessamment et à frais communs un aqueduc au bout du mur de parapet de Monsieur Roulier, joignant les vignes de Monsieur de Rauzan pour servir à l´écoulement des eaux pluviales et autres, venant tant de la susdite cour des décharges que des autres bâtiments qui y fournissent. Lequel aqueduc sera construit en pierre sèche de la longueur de 10 pieds, ayant son ouverture de 12 pouces de large sur 20 pouces de haut. Il sera suffisamment engravé par-dessus jusqu'au niveau des terres sur lesquelles passeront les charrettes de Monsieur de Rauzan pour aller à ses vignes qui sont au couchant (...)".

    p.131

    Expertise d´huissier en 1777 :

    "un château et maison noble appelée Gassies, contenant divers appartement à plusieurs chambres, basses et hautes pour le maître, salles, salons et corridors, cuisines, orangerie, cave, chays, cuvier, écuries, remises ; grange à bois ; parcs à bœufs ; autre grange ; greniers à foin ; append, volières ; parc à cochons ; logements pour l´homme d´affaires et pour tous les valets de mon dit sieur Rauzan et autres offices. Le tout bâti de pierre et couvert de tuiles creuses".

    L´huissier précisait bien que cet ensemble de bâtiments était "distinct de ce qui appartient au dit château et maison de Monsieur Roulier, Trésorier de France, pavillon et mansarde couverts d´ardoises, cour d´entrée, puits et cour d´office, en commun entre mon dit sieur de Rauzan et mon dit sieur Roulier". L´huissier saisissait en outre « un grand et beau jardin appartenant en entier à mon dit sieur de Rauzan, dans le milieu duquel [on découvre] un bassin, labyrinthe et avenues de charmille, terrasse, autre cour d´office avec deux puits à l´un desquels est une pompe ; murs de clôture de toutes parts ; claire-voie en bois du côté du midi ; autre petite claire-voie dans le mur du couchant..., fossés en dehors et contre les murs du couchant et midy du susdit jardin avec un rang d´aubiers, le tout en un tenant, confrontant en entier du levant à un chemin qui conduit du village de Castelnau au susdit bourg de Margaux ; du midy, à un autre chemin qui va du dit lieu au village de Matéou ; et du nord à une pièce de vigne appelée la Garenne appartenant à mon dit sieur Roulier".

    p. 138 : un inventaire de la maison noble de Gassies en 1778.

    Un premier appartement comprenait quatre pièces spacieuses ; un deuxième appartement, "dans la basse-cour", était séparé du précédent "par une allée vitrée". Il paraissait plus vaste puisqu'il comprenait huit pièces. Il semble que le premier était celui du maître, le second, celui des valets et autres employés de Rauzan. Néanmoins l´ameublement révèle une certaine recherche de luxe et de confort, si bien qu´une large partie de ce deuxième appartement devait être dévolu aux maîtres et à leur famille.

    Toutefois il existait des pièces plus spécialisées ; ainsi celle qui était désignée sous le nom de "fournière ou boulangerie" avec son équipement : maie à farine ; deux grandes chaudières, un "moulin à passer la farine" ; trois "pelles à enfourner le pain", etc. La pièce contigüe était une sorte de débarras pour barriques vides, paniers de vendangeurs et autres outils agricoles. Il existait une "chambre haute" du second appartement, c´est-à-dire un premier étage. En outre, près du portail d´entrée de cette seconde cour, se situait la chambre "qui sert à loger les 4 valets bouviers".

    Puis l´huissier ajoutait : "En traversant partie de la même cour, sommes entrés dans le cuvier". Mention du hangar de la seconde cour et du parc à bœufs.

    (...)

    p.276

    Dès 1904-1905, Frédéric Cruse s´empressa de faire exécuter des réparations urgentes. Ces travaux d´entretien et de remise en état concernaient les bâtiments de Rauzan-Ségla ; l´ensemble des travaux furent exécutés en 1904-1905. Dans les années 1905-1906, ce sont les bâtiments d´exploitation qui sont rénovés : transformation du cuvier en chai, construction d´un cuvier neuf de 400 m2 avec 12 colonnes de fonte logées dans de solides fondations en maçonnerie, construction d´un chai de 300 m2 qui comprenait 10 colonnes en fonte.

    En 1908-1909, il s´adresse au pépiniériste Broyer pour aménager un vaste jardin à la française. Neuf devis évaluaient la formation d´allées nouvelles, les travaux de défoncement du sol, des pelouses. On planta des lauriers et 14 arbres de haute futaie.

    Pour aménager le parc, il fit appel à G. Le Breton, architecte paysagiste à Paris (1909).

    Frédéric Cruse fit ajouter une "tour observatoire" par l´architecte Alexandre Garros en 1919-1920. Il s´agissait de "l´érection d´une tour observatoire, adossée contre les hangars". En juin 1919, l´entrepreneur Roy-Balette expédia 3 ouvriers à Parempuyre pour démolir "6 sièges de cuves pour avoir la pierre nécessaire. Ces sièges circulaires en pierres doubles de 0,60 m d´épaisseur ont été soigneusement démolis". A Rauzan-Ségla, les ouvriers de l´entreprise Roy-Balette "ont creusé les fondations de la tour projetée ; ces fouilles en plan circulaire dans l´embarras des racines coupées par le mur de soutènement de la terrasse, sont divisées en deux parties...". L´entrepreneur poursuivait : "Étant donné que l´on manquait de pierres pour édifier la tour, il a été convenu que le complément fourni par nous, serait employé au soubassement et à la partie supérieure crénelée... On a établi en gros Bourg très ferme, la partie du soubassement qui a trois hauteurs d´assises sur la cour et sur le terre-plein". Au-dessus de ce soubassement, monté en vieilles pierres, la grande tour a "3,15 m de diamètre extérieur". On avait établi "une pile en contrefort dans l´angle de la tour, reliée dans le vieux mur, pour soutenir le culot de la petite cour". Cette dernière était bâtie en "pierre de Sireuil". La tour proprement dite avait une hauteur de 4,66 m, y compris l´assise de la corniche". On avait renforcé cette construction par "deux tirants fournis par le forgeron... noyés dans l´ensemble avec du ciment", etc. Puis l´entrepreneur précisait : "Monté et bâti au-dessus de la grande tour, 4 assises de 0,30 m, formant encorbellement, on a placé un tirant en gros fer méplat. Ce tirant fait en six branches reliées par 6 mandrins, fait un développement de 9,75 m".

    L´entrepreneur avait "fourni et placé 5 fers à double T pour soutenir le béton de la terrasse et le dallage en pierre dure". Il avait construit un dallage, avait adapté au-dessus de la grande tour "une gargouille en pierre dure... fournie par nous". En outre, on avait fait "pour les charpentiers une entaille circulaire pour loger une semelle faisant sablière au-dessus de la corniche". Dans "le bas de la grande tour, à la porte d´entrée, on avait posé le seuil circulaire en pierre dure". L´entrepreneur avait également "préparé le sol de la grande tour pour un dallage en grands carreaux de Gironde, fournis par la propriété". Enfin, on avait "badigeonné l´ensemble des murs à l´extérieur, ainsi qu´à l´intérieur de la partie crénelée en ciment et sable noir pour vieillir la pierre".

    - Transcription de la strophe du poème d´Alphonse de Lamartine (1790-1869), De la Providence à l'homme, inscrite sur l´échauguette.

    "Marche au flambeau de l'espérance

    Jusque dans l'ombre du trépas,

    Assuré que ma providence

    Ne tend point de piège à tes pas.

    Chaque aurore la justifie,

    L'univers entier s'y confie,

    Et l'homme seul en a douté !

    Mais ma vengeance paternelle

    Confondra ce doute infidèle

    Dans l'abîme de ma bonté".

Références documentaires

Documents figurés
  • Collection particulière. Château Rauzan-Ségla. Plans du domaine, 19e-20e siècles.

  • AM Bordeaux. Fonds Garros, 208 S.

    667
  • GALARD, Gustave de. Album vignicole ou vues des châteaux et propriétés produisant les vins des meilleurs crus du Médoc et autres lieux du département de la Gironde. Bordeaux : s.d. [1835].

    5e livraison, n°2
Bibliographie
  • COCKS, Charles, FERET, Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : 2e éd. Féret, 1868.

    p. 112
  • COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1908 (8e édition).

    p. 76-78
  • COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1969 (12e édition).

    p. 197-198
  • DANFLOU Alfred. Les grands crus bordelais, Bordeaux : Librairie Goudin, 1867, t. 1 et 2.

  • GINESTET, Bernard. Thomas Jefferson à Bordeaux et quelques autres vignes d'Europe. Bordeaux : Mollat, 1996.

  • GUILLON, Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde, avec la description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crus. Bordeaux, 1866. Tome 3.

    p. 269-271
  • LORBAC Charles (de). Les richesses gastronomiques de la France. Les vins de Bordeaux. I partie. Crus Classés, illustré par Charles Lallemand. Paris : Hetzel, [vers 1868].

  • PIJASSOU, René. Château Rauzan-Ségla : la naissance d'un grand cru classé. Paris : Editions de La Martinière, 2004.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire