Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Pomys

Dossier IA33008638 réalisé en 2013

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Précision dénomination château viticole
Appellations Pomys
Parties constituantes non étudiées orangerie, pavillon de jardin, mur de clôture, jardin potager, jardin d'agrément, puits
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Hydrographies Gironde la
Adresse Commune : Saint-Estèphe
Lieu-dit : Pomys
Cadastre : 1825 E2 2448, 2449 ; 2015 OE 3419, 3420, 3116, 3142

Les mentions les plus anciennes de Pomys ou Poumeys remontent à la fin du 17e siècle, dans l'inventaire après décès de Guy de Maniban, président de la Cour des Aydes, daté du 3 janvier 1689. Il avait acquis des biens à Saint-Estèphe en 1676, parmi lesquels peut-être Poumeys.

Lors de l'inventaire après décès de Guy, ses biens sont visités et expertisés, notamment "la maison de Poumeis" : y sont mentionnés un vestibule, une chambre "à main gauche" , la chambre "où logeoit feu Monsr", l'antichambre, la cuisine, le cuvier avec 6 cuves, un "parq" avec 3 bœufs, le "chay" et un grenier.

Sa fille, Marthe, épouse le 10 janvier 1673 à Bordeaux paroisse Sainte-Eulalie, Raymond de Lacoste, seigneur d'Estournel en Quercy.

C'est Alphonse de Maniban qui hérite de Poumeys au début du 18e siècle. Puis en 1758, lors d'un partage, Guy Destournel de Maniban (1723-1791), petit-fils de Raymond de Lacoste et de Marthe de Maniban, est bénéficiaire de Poumeys ; à sa mort en 1791, son fils Louis Gaspard Destournel (1762-1853) en hérite.

Dans la première moitié du 19e siècle, Louis Gaspard Destournel fait reconstruire le château de Pomys ; son nom est resté lié au cuvier orientalisant qu'il fait également édifier à Cos, mais il résidait à Pomys. Les bâtiments de dépendance sud, et notamment le hangar, portent la date 1845. C'est probablement à cette période qu'il engage d'importants travaux à Pomys. Les motifs sculptés des pavillons du jardin et de la tour crénelée sont très proches du décor de Cos d'Estournel ; on trouve également sur la tour nord les armoiries (toutefois modifiées) de la famille d'Estournel. Les augmentations et diminutions du cadastre indiquent la construction achevée de deux pavillons en 1849 (qui sont imposés en 1867, alors que Charles Martyns est propriétaire).

Dans un ouvrage daté 1850, la demeure est ainsi décrite : "Pomys ! une blanche villa italienne, calme et douce, à moitié perdue au milieu de ses jeunes ombrages ! Terrasses, colonnades, jardins anglais, fontaines jaillissantes dans leurs frais bassins de marbre, prairies, vergers, parc immense !".

Les travaux ont peut-être été conduits par l'entrepreneur de bâtisses Guillaume Escarraguel, dit Escarraguel père (voir notes manuscrites de Mme Cabane, archiviste).

En 1852, Louis Gaspard Destournel vend à Charles Cecil Martyns, rentier, demeurant à Paris, Hôtel Bristol, représenté par Jérôme Chiapella, négociant, les domaines de Cos d'Estournel, de Pomys, de l'Abbaye de l'Isle à Ordonnac, de Cos Gaston Labory et de Bidouilloux (communes de Cissac et Saint-Sauveur). Le domaine de Pomys s'étend alors sur environ 62 hectares dont 29 hectares de vignes et est composé "d'un château de construction récente, de vastes bâtiments d'exploitation, jardin anglais, garenne, cour, écuries, remises, vignes, prairies, terres labourables, oseraies, bois taillis et de haute futaie, pacage et chemin". M. Martyns laisse "jouir M. Destournel pendant sa vie mais à titre de simple droit d'habitation de toute la partie du château de Pomys qui se trouve au midi, à partir du vestibule qui reste commun ainsi que la cuisine actuelle établie dans la partie nord dont l'usage sera aussi commun avec droit de passage dans le corridor intérieur pour arriver à cette cuisine".

Une lithographie représentant le château "appartenant à Mr. C. C. Martyn" montre l'état du château et de ses jardins à l'est : on remarque que la demeure n'est pas dotée à cette époque de lucarnes ; les deux pavillons carrés présentent des toitures galbées agrémentées de clochettes, identiques aux pavillons de Cos d'Estournel ; au centre du jardin, un jet d'eau est entouré de bosquets, des allées sont ménagées avec des ponts. Les augmentations et diminutions du cadastre ancien mentionnent l'augmentation de construction du château en 1866 (revenu qui passe de 100 à 300 francs) : Charles Martyns a donc sans doute opéré des modifications sur la demeure.

En 1869, les domaines de Pomys et de Cos sont rachetés par la famille Errazu. Le château est alors remanié, notamment les lucarnes qui portent l'initiale de la famille (E). Il est ainsi illustré dans l'édition de 1874 de l'ouvrage de Cocks et Féret. Un plan du château et de ses bâtiments d'exploitation est dressé en 1886.

D'après les éditions successives des ouvrages de Cocks et Féret, le domaine passe en 1889 à MM. Hostein, frères, propriétaires du château Montrose ; puis en 1894 à Louis Charmolue, marié à une demoiselle Hostein.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Auteur(s) Auteur : Escarraguel Guillaume,
Guillaume Escarraguel (1er avril 1778 - 21 mai 1863)

1778 (Lasserre-de-Prouille, Aude) - 1863 (Pauillac). Souvent nommé Escarraguel père dans la documentation.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur de maçonnerie, (?), attribution par tradition orale

Le domaine de Pomys est situé à l'est du hameau de Leyssac. Il se compose d'une demeure donnant sur un jardin à l'est et sur une cour à l'ouest, délimitée par des bâtiments de dépendance (viticoles au nord et agricoles au sud).

Élevé d'un étage, le château présente deux façades au décor soigné et sur lesquelles sont greffés des portiques, de plan rectangulaire à l'ouest, semi-circulaire à l'est, larges de trois travées. Le traitement des façades est similaire, composées de 7 travées, les travées aux extrémités étant délimitées par une jambe à bossage. Un bandeau médian ainsi que le bandeau formé par les appuis des fenêtres du premier étage règnent sur l'ensemble des façades. Les fenêtres de l'étage présentent des chambranles moulurés et sont surmontées de corniches. Une corniche à modillons souligne la toiture brisée en ardoise percée de 7 lucarnes de chaque côté. Ces lucarnes présentent un fronton cintré couronné d'un décor sculpté de grappes de raisin, de rinceaux, de coquilles, de fruits ; certaines d'entre elles portent l'initiale E de la famille Errazu. Le décor des portiques est également particulièrement soigné : le portique à l'est est formé de huit colonnes à chapiteaux de type corinthien à palmes avec un gorgerin orné d'un quadrillage avec fleurettes ; à l'ouest le portique est composé de 6 colonnes à chapiteaux toscans soutenant un balcon à balustrade.

Côté jardin se trouvent trois tours, deux de plan carré et une de plan polygonal.

Les deux tours de plan carré sont disposées symétriquement de part et d'autre de la façade est du château. Elles présentent la même mise en œuvre, construites en pierre de taille avec au premier niveau un bossage continu en table, et au deuxième niveau un appareillage en pierre de taille marqué. Les chaînages d'angle sont traités avec un bossage adouci aux angles. La tour sud abritait semble-t-il un puits : le décor des tables sculptées fait référence à cette thématique aquatique avec la représentation de dauphins adossés de part et d'autre d'un trident. A l'étage, les fenêtres sont surmontées de tables décoratives en plein-cintre sculptées de feuillages et de joncs. Une corniche à modillons couronne l'ensemble du pavillon ; la tour nord présente des tables cintrées ornées de vases, de fleurs et de palmes à l'étage et de tables rectangulaires avec double guirlande de fruits avec rubans au rez-de-chaussée. Cette tour, dotée d'une cheminée, abritait, d'après le plan de 1886, un bureau.

La tour de plan octogonal présente un traitement différent dans la mise en œuvre de la pierre de taille et dans la sculpture du décor. Ici les bossages qui soulignent les angles ne sont pas adoucis ; les encadrements des jours percés sur trois niveaux (rectangulaires au rez-de-chaussée, ovales au premier étage, à crossettes et accolade renversée au deuxième étage) présentent une sculpture fouillée de feuillages, de guirlandes de fleurs, de volutes. La tour est couronnée d'une frise de rinceaux avec motifs de ruches, de modillons et de créneaux également sculptés. La porte d'entrée est surmontée d'armoiries sous forme d'un écu portant trois étoiles avec un chevron, encadré de volutes et souligné d'une guirlande végétale ; les têtes d'un lion et d'une licorne, une ancre et une pagaie complètent l'ensemble.

Le parc qui se déploie à l'est du château est planté d'arbres ; une butte artificielle et un kiosque ont été aménagés. Au nord, le jardin potager était accompagné d'une orangerie aujourd'hui en ruines. L'ensemble était clos d'un mur en moellons et de piliers de portail maçonnés.

Murs calcaire pierre de taille
moellon enduit
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble
Couvrements
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans brisés croupe brisée
Escaliers escalier intérieur : escalier tournant à retours, en maçonnerie
Techniques sculpture
Représentations balustre, couronne végétale, guirlande, fruit, raisin, fleur, fronton, dauphin, monogramme, lion, licorne, armoiries, rame, ancre, vigne, trident, ruche, rinceau, volute
Précision représentations

Au-dessus de la porte de la tour octogonale figurent des armoiries quasi identiques à celles surmontant le portail monumental de Cos d'Estournel : toutefois, la tour qui figure à Cos est ici remplacée par un chevron péri, correspondant peut-être au remaniement apporté par un propriétaire postérieur.

Ces armoiries n'ont pu être identifiées et rattachées à la famille d'Estournel ou la famille Lacoste de Maniban, dont est issu Louis Gaspard Destournel : il s'agit peut-être d'armoiries fantaisistes inventées par ce dernier au début du 19e siècle.

Estuaire

TRAVEE 7
FORBAIE plate-bande (fenêtre) ; chambranle mouluré (fenêtre) ; corniche (fenêtre) ; plate-bande (porte)
POSRUE autre
POSTOPO plateau
ORIENT est
VUE vue bornée
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Documentation complémentaire

    AD Gironde, série E suppl. (inventaire)

    -1719-1730 : Registre des baptêmes, mariages et sépultures de l'église de St Estèphe : inhumation de Guy de Maniban, chevalier, seigneur de Livran, ancien président à la Cour des Aides, fils de feu Alphonse de Maniban et de feu Henriette de Larochefouceau (17 décembre 1721).

    -1768-1791 : Registre des sépultures de l'église de St Estèphe : inhumation de Marguerite Laforgue, épouse de M. Destournel, écuyer (19 octobre 1771).

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1899 à 1922, Projet de création d'un hôpital auxiliaire au château Pomys, 1915/07/04.

  • Documentation conservée au château Pomys

    D’après des recherches menées par Madame Cabane (Les Amis des Archives de la Gironde, section généalogie), vers 1988 ( ?).

    Notes manuscrites :

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Courrier à entête de l'Atelier de recherches et d'échanges Les Amis des Archives de la Gironde, section généalogie, Madame Cabane à Monsieur Arnaud au château Pomys, 8 octobre 1988.

    Mention des factures concernant la construction du château réalisé par G. Escarraguel, architecte à Pauillac ; Destournel aurait réalisé lui-même le plan du château ; Pomys vient des Maniban arrivé par mariage chez Destournel qui sont originaires du Quercy.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Notes manuscrites : récapitulatif Château Pomys.

    Mention de Poumeys dans l'inventaire après décès de Guy de Maniban, 3 janvier 1689.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Notes manuscrites de Madame Cabane (?).

    Le patronyme d'Estournel est entré dans la famille de Maniban par le mariage le 7 février 1673 à Bordeaux Ste Eulalie de Raymond de Lacoste seigneur d'Estournel en Quercy avec Marthe de Maniban, fille de Guy de Maniban président de la Cour des Aydes et Marie de Lavie ; la propriété de Poumeys appartient à la famille de Maniban d'après l'inventaire après-décès du Président en 1688 ; en 1758, partage des biens délaissés par Hélaine de Maniban, chanoinesse de Poussay, petite fille de Guy de Maniban : Guy Destournel Maniban (petit-fils de Raymond de la Coste et de Marthe) est bénéficiaire de Poumeys.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Arbre généalogique Guy de Maniban : notes manuscrites.

    Lignée de Louis Gaspard Destournel (1762-1853), fils de Guy d'Estournel de Maniban (1723-1791) et Marguerite Laforgue.

    Actes évoqués du 17e au 20e siècle :

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Contrat de mariage entre Raymond Lacoste d'Estournel et Marthe de Maniban, 10 janvier 1673.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Acquisition de Guy de Maniban de biens à St Estèphe issus de la succession Bonnefon, 10 avril 1676.

    Me Ferret.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Hommage de Raymond de La Coste seigneur d'Estournel époux de Marthe de Maniban pour sa maison noble de Montluc (St Sever), 13 juin 1687.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Inventaire après décès de Guy de Maniban, 9 novembre 1688.

    Me Banchereau ; 3 janvier 1689 (3 E 258) ; description de Poumeys?

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Inventaire suite au décès de Guy de Maniban le 9 novembre 1688, 3 janvier 1689.

    Son fils : Alphonse de Maniban, conseiller du roy en la cour des Aydes de Guyenne ; hostel à Bordeaux rue Bouhau, paroisse Ste Eulalie ; bourdieu la Croix Maron (dans la palue de Bordeaux) ; lieux appelés A Lauzac et A Lacoste (paroisse de Cenon) ; maison noble La Barrière (Artigues) ; maison à Libourne ; maison de Poumeis (St Estèphe) : sommes entrés dans le vestibule de la maison où nous avons trouvé un cabinet de bois de pin fort uzé à deux portes dans lequel il s'y est trouvé deux cuillères d'argent (...) ; sommes entrés dans la chambre à main gauche ; chambre où logeoit feu Monsr ; l'antichambre d'icelle ; la cuisine ; le cuvier de ladite maison avec 6 cuves, 2 qui écoulent 6 tonneaux chacune et les autres quatre tonneaux et demi chacune fort usées, un pressoir fort usé, une foulloire et six douils et 3 gargouilles, 6 bastes et 2 comportes, 2 enthonnoirs ; du cuvier sommes entrés dans le parq : 3 bœufs de médiane grandeur, 2 charrettes garnies avec deux araires ; dans le chay : 3 barriques de vidange, et de là sommes montés au grenier ; Maison A Geniquet paroisse de St Girons en Blayès ; inventaire des titres et papiers conservés dans le cabinet de la maison principale rue Bouhau à Bordeaux.Collection particulière (Château Pomys), non coté, Achats et permutation de biens à St Estèphe par Alphonse de Maniban : achat à Nicolas Leyse?, 25 novembre 1690.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Testament de Marie Lavie, 27 février 1691, Me Banchereau (3 E 283).

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Testament de Lancelot Joseph de Maniban, abbé commendataire de l'abbaye ND de Cognac, 1 mars 1698.

    Me Banchereau ; ouvert le 7 février 1700 ; succession réglée qu'en 1758 : c'est Guy de Lacoste de Maniban qui héritera de la maison de Poumeys (2 E 937b).

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Achats et permutation de biens à St Estèphe par Alphonse de Maniban : échange avec Jean Wouch, 18 octobre 1699.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, État de liquidation des biens délaissés par Guy de Maniban et Marie de Lavie établi à la demande de Guy Donissan de Citran contre Alphonse de Maniban héritier général et universel, 24 décembre 1706.

    2 E 934c.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Inventaire après décès d'Alphonse de Maniban, chevalier, seigneur de Saint-Felix et de la Bougraine, conseiller du roy en ses conseils et président en la cour des Aydes et finances de Guyenne (décédé le 31 janvier 1711?), 20 avril 1711.

    Son fils Guy de Maniban, donataire contractuel ; hôtel, rue Bouhaut paroisse Sainte-Eulalie (à Bordeaux?) ; bourdieu de la Croix Marron dans la palu de Bordeaux ; bourdieu A Lauzac dans la paroisse de Cenon entre deux mers ; bourdieu A Lacoste ; bourdieu de Poumeys dans la paroisse de Saint-Estèphe : "maison du bourdieu" : mention de l'inventaire qui y avait été fait le 14 janvier 1699 : avons trouvé tous les mêmes meubles meublants vaisseaux vinaires bestiaux et autres effets (...) à l'exception néanmoins des tapisseries ny en ayant aucune à présent, plus nous avons trouvé outre le contenu au susdit inventaire, un bœuf, deux cuves neuves, l'une écoulant 5 tonneaux et l'autre quatre (...) ; inventaire des titres et papiers.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Accord entre Messire Guy de Maniban et dame Hélène de Maniban, chanoinesse, comtesse de Poussey, sa sœur, 21 avril 1711.

    Me Banchereau (3 E 318).

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Lots de partage après décès de Dame Hélaine de Maniban, chanoinesse de Poussay, 13 mai 1728.

    1er lot : maison de Poumeys, partage qui ne prendra effet qu'en 1758, fonds Donissan de Citran ; "maison de Poumeys située dans la paroisse de St Estèphe en Médoc avec toutes ses appartenances, sans y comprendre les vaisseaux vinaires et meubles qui appartiennent à M. le Marquis de Lontendre ; évaluée à 54 000 livres.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Notes manuscrites : Registre des mariages et sépultures, paroisse St Eloy de Bordeaux (1754-8 février 1787) dressé par son curé Fourcade (AD Gironde, 4 E 464).

    Mariage de Guy de Lacoste d'Estournel, fils légitime de noble Honoré Lacoste Destournel de Maniban, seigneur de la maison noble de Pomès et de Caux habitant de Bordeaux paroisse Ste Colombe et de feue Marguerite Dubuisson, avec Marguerite Laforgue, fille de feu Jean Laforgue commandant pour le Roy au Camp de St Louis et quartier de la Cul ? et de Marie Barthelemy, 12 juin 1754.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Testament d'Honoré de Lacoste d'Estournel, 3 mars 1755.

    Me Benedict, notaire à Montcuq.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Notes manuscrites : registre des baptêmes, mariages et sépultures pour les années 1755 et 1756, paroisse de Saux? et St Martin son annexe (AD Tarn et Garonne 3 E 1150).

    Messire Honnoré de Lacoste Destournel est mort dans son château Destournel paroisse de St Martin le 21 octobre 1755.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Échanges réalisés par Guy Lacoste Maniban seigneur d'Estournel en sa maison noble de Poumeys, entre le 11 septembre 1758 et le 22 mars 1759.

    Me Moutardier.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Vente par Gérome en faveur de Mre Guy Destournel de Maniban, écuyer, seigneur Destournel et de partie des fiefs de Vallée et Roussillon en Médoc, demeurant à Bordeaux rue de La Lande, paroisse Ste Eulalie, 7 août 1775.

    C 4889? ; Rauzan notaire.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Échange de terres à St Estèphe, Guy d'Estournel de Maniban, 11 août 1779.

    2 E 1963 bis.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Mémoire pour la dame Marie-Sanny Gaston, épouse du sieur François-Armand Labory, agissant comme héritière sous bénéfice d'inventaire, de feu sieur Hyacinthe Gaston, son père, et le dit sieur Labory, partie au procès (…) demandeurs et appelans de 2 jugements rendus par le Tribunal de première instance de Lesparre le 21 août 1829 et le 9 juin 1831 contre le sieur Louis-Gaspard Destournel, juillet 1832.

    Document imprimé (59 pages) ; en 1802, le sieur Destournel sépara ses vins de Cos de ceux de Pommys qui jusque-là n'avaient fait qu'un même vin ; en 1822, le sieur Labory sépara aussi, pour la première fois, ses vins de Cos de ceux de Blanquet qui se fesaient ensemble ordinairement, et passaient dans le commerce sous le nom de Gaston. Il les classa au rang des 4e crus de Médoc, tandis que le sieur Destournel avait mis les siens au 3e rang : distinction tout à fait idéale, puisqu'il n'existe aucune différence dans ces vins, et que les négociants les estiment le même prix. C'est de cette époque que date le commencement de la jalousie du sieur Destournel, de ses tracasseries et du projet de s'emparer par empiètement d'une partie des propriétés de la famille Gaston (...) ; rappel de la succession complexe du sieur Gaston : sa veuve et sa fille encore mineure, mariée au sieur Labory, conseillés par Catherine Cascail, mariée en secondes noces au sieur Mandon, tonnelier du sieur Gaston ; mais cette dernière tenta de s'attribuer quelques pièces appartenant à la veuve Gaston ; le sieur Destournel fit de même : il aurait fait construire des échoppes sur un terrain devant la maison de la veuve Gaston qu'il lui avait cédé selon un accord verbal : elles masquent la maison de la dame Labory ce qui avait fait négliger d'en embellir l'entrée ; en 1826, la veuve Gaston décida d'"orner ce contour" du terrain qui entourait la maison ; nombreux procès engagés ; litige sur des bois situés à Fondgrand ; mention des lignes seigneuriales, tracées selon les indications données par une exporle ou reconnaissance féodale de 1733 concernant la seigneurie de Charmail ; mention de la seigneurie du sieur Guy Destournel, fief de Maniban ; PLAN.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Vente entre Pierre Berdot, cultivateur au village de Marbuzet, et sa fille Marie Bardet, cultivatrice, épouse de Raimond Bousquet, employé au lazaret, à Pierre Dumas, forgeron et à Magdelaine Berard son épouse, une bâtisse servant de cuvier avec un terrain? en place, au village de Leyssac, du levant de la route qui va au puits, au puisage duquel la dite bâtisse a droit, 8 juillet 1839.

    Pour la somme de 2000 frcs ; Roux : notaire.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Extrait de titres translatifs de propriétés dressé en exécution des articles 2183 et 2184 du code Napoléon, suivant contrat au rapport de M. Louis François Curt et de M. Pierre Castéja, notaires à Bordeaux à la date du 24 juillet 1852, 20 novembre 1852.

    Joseph Justin Roux, agissant en qualité de mandataire de M. Louis-Joseph-Gaspard Destournel, propriétaire, chevalier de la Légion d'honneur domicilié au château de Pomys : a vendu à M. Charles Cecil Martyns, rentier, demeurant à Paris, Hôtel Bristol, représenté par Jérôme Chiapella, négociant demeurant à Bordeaux :

    -le domaine de Cos d'Estournel, composé d'un château à trois pavillons, divers bâtiment d'exploitation, vigne, prairies, bois, taillis, jardin anglais, terre, barbotière et oseraie d'une contenance de 45 ha 7 a 10 ca dont 34 ha de vignes ;

    -le domaine de Pomys d'une contenance de 61 ha 88a 40 ca dont 29 ha de vignes, composé d'un château de construction récente, de vastes bâtiments d'exploitation, jardin anglais, garenne, cour, écuries, remises, vignes, prairies, terres labourables, oseraies, bois taillis et de haute futaie, pacage et chemin ;

    -le domaine de l'abbaye de L'Isle situé dans la commune d'Ordonnac, composé de prairies, terres labourables, vignes, bois taillis, maison, jardin, emplacement et oseraie, ce domaine est en un seul tenant à l'exception d'une pièce de bois qui en séparé : total de 65 ha, 34 a, 90 ca dont 5 ha de vignes ;

    -le domaine de Cos Gaston Labory consistant en maison de maître, bâtiment d'exploitation, chai, cuvier garni de ses vaisseaux vinaires, vignes, prairies, jardins anglais et d'agrément, landes , oseraie, jardin potager, bois taillis et terre, d'une contenance de 37 ha, 99 a, 65 ca dont 24 ha de vigne ;

    -le domaine de Bidilloux situé dans la commune de Cissac et par extension de celle de Saint-Sauveur avec maison de maître, cuvier, chai, logements de cultivateurs, hangar, parcs à bœufs et à vaches, écuries, parcs à brebis, terres labourables, grands pins, semis de divers âges, vignes, bois taillis, acacias, landes et autres masures de fonds ;

    Vente qui comprend tous les vaisseaux vinaires et le matériel ainsi que tout le mobilier meublant du château Pomys (voir inventaire du 24 juillet 1852?) et la récolte de l'année ; exempté de la vente : les deux voitures de M. Destournel et ses deux chevaux, le cheval de son domestique, tous les vins en barrique existant dans les chais qui resteront dans les chais pendant un an et les vins en bouteille du caveau particulier de M. Destournel ; M. Martyns doit laisser jouir M. Destournel pendant sa vie mais à titre de simple droit d'habitation de toute la partie du château de Pomys qui se trouve au midi, à partir du vestibule qui reste commun ainsi que la cuisine actuelle établie dans la partie nord dont l'usage sera aussi commun avec droit de passage dans le corridor intérieur pour arriver à cette cuisine ; de lui laisser aussi user du mobilier qui garnit la partie du Château de Pomys, dans laquelle il a le droit d'habiter, ainsi que des porcelaines, cristaux, objets de ménages et du linge ; de lui fournir provenant du jardin du domaine de Pomys les fruits et les légumes nécessaires à son usage ; de lui fournir également chaque mois et par douzième, la nourriture de ses trois chevaux qu'il aura le droit de loger dans les écuries du château, si mieux n'aime M. Martyns les nourrir lui-même avec les siens ; de lui laisser loger encore dans les remises du château les deux voitures qu'il s'est réservées ; enfin M. Destournel aura la faculté de se promener avec les personnes de sa maison et celles qu'il recevra chez lui dans les jardins, bois et agréments du domaine de Pomys ;

    Somme totale : 50786 frcs pour les frais de culture et autres débours réalisés par Julien Calvé aîné + un million de frcs (40000 pour le mobilier et 960000 pour les immeubles) ; nombreuses créances de M. Destournel pour une somme totale de 54000frcs ;

    Voir vente par M. Gaurens du domaine de Cos Labory à M. Destournel ;

    État des immeubles compris dans la vente : cuvier et chai du domaine de Pomys : 13 cuves cerclées en fer, pouvant écouler ensemble 180 tonneaux ou 1627 hl 20l, 4 pressoirs, 5 gargouilles cerclées en fer, 13 comportes cerclées en fer, 22 douils, 3 cerclées en bois et en fer, 44 bastes, 8 pelles en bois, 10 râteaux, 4 cannes, une presse avec sa vis et ses accessoires, 8 entonnoirs avec robinets, 3 fouets, 1 trompe en cuivre, 1 tire-esquive, bastes pour tirer au fin, une chaîne en fer pour rincer les barriques, deux baussets? pour percer les barriques, un soufflet pour le tirage au fin, une tarière, une asse de tonnelier, un grand soufflet pour le tirage au fin des foudres, un robinet en cuivre pour les cuves, un pour les foudres et deux pour les barriques, deux enclumes ?, 4 foudres cerclées en fer pouvant contenir 253 hl, 12 l ou 28 tonneaux, 2 entonnoirs neufs non garnis, 4 bidons ; les chais sont garnis de tins, cinq échelles pour les cuves, une machine pour percer les barriques, un moulin pour ? le blé, un autre moulin pour mâcher les graines pour les chevaux, quatre marmites en fer, quatre marmites en fer pour les vendanges, une paire de balances avec ses poids, 30 barriques de piquette, 73 paniers de vendanges, un couteau et un rouleau. Outils de jardinage (...) ; 5 paires de bœufs avec leurs jougs et accessoires, une paire de chevaux pour la charrue, 8 charrettes avec leurs cordes, 4 tombereaux pour les bœufs et un pour les chevaux, un charriot, une grande herse plate, une herse recourbée, 6 courbes à bœufs, 7 cabats, 6 consoles dont 5 garnies, 4 fourches en fer, 6 tridents?, 5 pelles en fer, un gros charriot à 4 roues pour les chevaux, une petite charrette à brancards ;

    Domaine de l'abbaye de l'Isle (...) ;

    Domaine de Bedilloux (...) ;

    Domaines de Cos d'Estournel et Cos Gaston Labory : 5 paires de bœufs avec leurs jougs et leurs autres accessoires, 7 charrettes, 5 tombereaux, 6 cabats, 7 courbes, 8 coutrilles et 6 coutres, 7 fourches en fer, 6 tridents, 5 pelles en fer ; cuviers et chais : 8 cuves cerclées en fer pouvant écouler ensemble 778hl 40l ou 85 tonneaux, un pressoir double et deux petits, une presse avec vis en fer et ses autres accessoires, 4 gargouilles cerclées en fer et une cerclée en bois, 11 douils les unes cerclées en fer les autres en bois, 8 comportes cerclées en fer, 3 grandes échelles et un tréteau pour le service des cuves, 4 entonnoirs cerclés en fer à robinets et 2 ordinaires, 2 paniers pour faire le vin, 7 pelles en bois, 15 râteaux, 25 bastes cerclées les unes en fer, les autres en bois, une canne cerclée en fer, 3 boustines, 2 petites cailles cerclées en fer, 72 barriques de piquette, une baille ? pour la faire, une échelle pour charger le vin, 23 tins pour les barriques, un ?, une tarrière, un soufflet pour tirer le vin, un tire esquive, un 3 pieds ;

    État des meubles meublants et des objets mobiliers :

    -domaine de Pomys, château, rez-de-chaussée : dans le vestibule : deux statues en plâtre sur un piédestal ; dans le salon de compagnie, dans le salon à manger, dans un corridor à côté, dans la cuisine, dans la souillarde, dans une petite chambre à côté, dans une chambre éclairée au levant et au midi, chambre à côté éclairée au couchant et au midi, Premier étage, dans une chambre éclairée au couchant et au midi ; dans une chambre éclairée au levant et au midi, petite chambre éclairée au levant, à côté de celle de M. Destournel, dont le mobilier n'est pas compris dans la vente, dans la salle de billard (billard en noyer), dans le corridor, dans une chambre à côté de la salle de billard éclairée au levant, dans une chambre à alcôve éclairée au levant, dans une chambre à côté éclairée au levant et au nord, dans une petite chambre éclairée au couchant, linge ; dans le jardin : 40 orangers, dans le chai : 240 barriques neuves de l'année dernière cerclées de fer, bois merrain et barriques commencées non terminées, 1000 litres de vin vieux mis en bouteille, 1000 bouteilles vides, 96 barriques de vidange ; dans la cour ; dans l'étable : 7 vaches, 2 génisses d'un an estimées ensemble 2000 francs, 1 taureau de 2 ans et 2 veaux ;

    -A la Marquette : 7 vaches, une génisse d'un an, un veau ; dans l'écurie : un cheval pour l'homme d'affaires, une selle, un petit char à bras ;

    -Domaine de l'abbaye de l'Isle (...) ;

    -Domaine de Bedilloux ;

    -Domaine de Cos d'Estournel et Cos Gaston Labory (seulement 10 chaises mentionnées, une petite chaudière en cuivre et 5 couteaux à manche de cuivre) ;

    Récoltes faites cette année sur les différents domaines ;

    Tableaux des inscriptions et hypothèques (voir 2 juillet 1845 succession d'Anne Pauty, veuve de Hyacinthe Gaston ; 11 mai 1826 voir acte passé chez Macaire à Bdx ; Jean Henri Gaurens, hypothèque du 17 avril 1848 et acte chez Macaire 7 février 1849 ; hypothèque 8 mars 1852/inscription 9 avril 1852 Guillaume Escarraguel 8926 frcs.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Actes sur la succession de JLG d'Estournel acceptée sous bénéfice d'inventaire par Marie-Thérèse Lambert Desgranges, née Dupérier de Larsan, 1853 ( ?).

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Échanges de parcelles de vigne entre Mme Errazu et les époux Eyssan, 8 janvier 1874.

    Me Lamena, Pauillac.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Échanges de parcelles de vigne entre Grazillon et Dumas, 22 juillet 1908.

    Me Vialard, Pauillac.

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Vente du château Pomys par la Société des Grands Vins de Pauillac à M. Pullum, 3 février 1939.

    Étude de Me Peyrelongue à Bordeaux ; Société des Grands Vins de Pauillac (installée aux Tourelles) dissoute par l'AG extraordinaire du 28 janvier 1938 ; château Pomys, cru bourgeois, consistant en château, maisons de régisseur et de domestiques, hangar, chai, cuvier, écurie, remise, grange, parc, terres, luzernes, vignes, jardin au lieu-dit Bocq ;

    Origines de propriété : Max Louis Paul Véro et Mme Anne Pierrette Juliette Pauline Mathieu (acte de vente chez Antoine Peyrelongue le 21 octobre 1936) ; Louis Pene et Suzanne Brubala (acte de vente chez Me Charbonnel à Lesparre le 4 septembre 1926) ; Laurent Ginestet et Marthe Anne Juliette Darnat (Me Vialard à Pauillac et Me Charbonnel à Lesparre, 1er décembre 1921 et 29 décembre 1921) ; Louis Charmolue et Marie Thérèse Hostein (3 février 1918 : avec Cos d'Estournel) ; vente des héritiers de Joachim Marie de Errazu à Jean Jules Hostein Jeune et à Jean Hostein (père de Mme Charmolue) son frère les domaines de Cos et le château Pomys 29 juillet 1899, Me Dumas à Pauillac).

    Collection particulière (Château Pomys), non coté, Vente du château Pomys par M. Pullum à M. Arnaud, propriétaire demeurant à Leyssac, 28 février 1951.

    Me Garraud, Pauillac ; une pièce de vigne détachée du domaine de Château Pomys, d'une contenance de 4ha 38 a 75 ca sur laquelle se trouve édifié au nord un corps de bâtiment comprenant : étable, écurie, remise et hangar, le tout en mauvais état destiné à être en partie démoli, vaste cour entre les bâtiments et la dite pièce de vigne et encore vaste cour au nord (section E 3115 et 3118).

Références documentaires

Bibliographie
  • CHAREAU P., MAILLÉRES G. Guide de Bordeaux à la mer. Bordeaux : Typographie Lavertujon, 1865.

    p. 111
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1868 (2e édition).

    p. 141
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

    p. 527
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1893 (6e édition).

    p. 217
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

    p. 220
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire