Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Pibran

Dossier IA33005640 réalisé en 2012

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • cuvage
    • chai
    • logement

Á rapprocher de

Précision dénomination château viticole
Appellations Pibran
Parties constituantes non étudiées cuvage, chai, logement
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Pauillac
Adresse Commune : Pauillac
Lieu-dit : Pibran
Cadastre : 2012 OB 622 ; 1825 C1 311

Des bâtiments figurent au lieu-dit Pibran sur le plan cadastral de 1825. L'édition de 1868 de l'ouvrage de Cocks mentionne dans la liste des crus artisans et paysans "A Pibran" appartenant à Bichon (20 à 25 tonneaux). Dans l'édition de 1881, un Château Pibran est mentionné et illustré. On y voit un long bâtiment à étage carré et un autre bâtiment doté d'une tour de plan carré. Il est précisé que la propriété provient de la famille Castéja. Dans l'édition de 1886, l'illustration représente une demeure cossue à étage carré ; à partir de cette époque, il faut bien distinguer cette demeure bientôt appelée château La Tour-Pibran, appartenant à J.P. Ardiley, et les bâtiments voisins de Pibran ou Château-Pibran.

Les augmentations et diminutions indiquent l'augmentation de construction d'une maison en 1882 pour le compte de Pierre Ardilley sur la parcelle C 311.

Dans l'édition de 1929 est mentionné le château Pibran, appartenant à Cyp. Decombe. L'édition de 1982 illustre les deux propriétés, l'une château Pibran appartenant depuis 1941 à Paul Billa, l'autre château La Tour Pibran appartenant à Jean-Jacques Gounel. Si le château de la Tour-Pibran a été détruit, la demeure de Pibran est conservée. Il s'agit probablement d'une construction de la 2e moitié du 19e siècle.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle

La demeure de plan rectangulaire présente deux façades principales de 9 travées. Les travées centrales sont surmontées d'un fronton triangulaire souligné par une corniche à modillons. Les ouvertures sont en arc segmentaire, chambranle mouluré à crossettes et agrafes sculptées. Les appuis de fenêtres moulurés sont soutenus par des consoles sculptées et forment un bandeau continu sur l'ensemble des façades. Des tables décoratives rythment également les façades. La façade latérale ouest présente trois ouvertures, dont une fenêtre aveugle et une porte d'entrée surmontée d'une marquise. Un bâtiment abritant un cuvier est situé à l'ouest de la demeure.

Murs calcaire
pierre de taille
Toit tuile creuse
Étages en rez-de-chaussée
Couvertures toit à longs pans
croupe
Techniques sculpture
Représentations fleur feuille cuir découpé médaillon
Précision représentations

Les agrafes sculptées des portes et fenêtres sont composées de cuirs découpés, de médaillons et de feuillages.

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Documentation complémentaire

    COCKS, Charles, FERET, Édouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1881 (4e édition).

    p.194

    (...) Depuis quelques années, le choix des cépages de ce vignoble a été perfectionné et grâce aux bons soins apportés à la culture et à la vinification, il produit des vins corsés et fins, d'une riche couleur, très recherchés surtout en Belgique.

Références documentaires

Bibliographie
  • COCKS, Charles, FERET, Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1881 (4e édition).

    p. 194
  • COCKS, Charles, FERET, Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : 10e éd. Féret, 1929.

    p. 271-272
  • COCKS, Charles, FERET, Edouard. Bordeaux, ses environs et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret Fils, 1982.

    p. 589
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire