Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Paveil

Dossier IA33003383 réalisé en 2010

Fiche

Œuvres contenues

Précision dénomination château viticole
Appellations château Paveil
Parties constituantes non étudiées chai, cuvage, parc, orangerie, vivier, maison
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Castelnau-de-Médoc
Adresse Commune : Soussans
Lieu-dit : Paveil
Cadastre : 1827 A1 136 à 147 ; 2009 AR 227

Aux 17e et 18e siècles, le château appartient à la famille de Bretonneau. A cette époque, la demeure consiste, selon Édouard Guillon, en "un petit rectangle, surmonté d'un pavillon central, dominant le vallon et le village où l'on descendait par un double escalier tournant". Il s'agit certainement du pavillon sud, doté de portes en arc segmentaire et présentant un chambranle à gorge et à tore, pouvant dater du milieu du 18e siècle. Le plan cadastral de 1827 permet d'imaginer l'aspect du château à cette époque : l'aile sud se prolongeait du côté du parc, une autre aile lui faisait face pour fermer la cour au nord. Ainsi l'allée principale dans les vignes arrivait-elle au centre de la cour dominée par le pavillon. Cette aile n'existe plus aujourd'hui. Le chai et l'aile nord délimitaient une autre cour, séparant ainsi la partie habitation et la partie exploitation. Le château est acquis dans la 1ère moitié du 19e siècle par M. Minvielle. Ce dernier agrandit les bâtiments et en change l'orientation. Une gravure non datée montre l'ancienne façade principale (ouest) donnant sur le jardin et la route qui passait en contrebas. Cette route est finalement condamnée et le parc est agrandi. Un second pavillon imitant l'architecture du premier est ajouté et l'aile nord est allongée venant fermer la cour : la façade orientale devient alors la façade principale. En 1862-1863, le domaine est vendu à la famille de Luze qui en est toujours propriétaire aujourd'hui. Une illustration publiée dans l'ouvrage de Cocks et Féret de 1874 montre les deux pavillons et les deux ailes en retour. Un plan du domaine dressé en 1890 représente le parc et les différents bâtiments.

Période(s) Principale : milieu 18e siècle
Principale : 1ère moitié 19e siècle

Les bâtiments forment un U autour d'une cour disposée à l'est tandis que le parc se déploie à l'ouest. La partie habitation est installée dans l'aile sud sommée d'une balustrade d'attique et dans le corps central avec pavillon. L'ancienne orangerie, en retour d'équerre côté jardin, ouverte par de vastes baies cintrées, est également convertie aujourd'hui en habitation. Le chai est accessible par le second pavillon, qui débouche sur une cour abritant auparavant une écurie. Les façades orientales et occidentales du chai conservent la trace de vastes ouvertures encadrées de pilastres à bossages. L'aile nord abrite également un cuvier et l'ancien chai de vieillissement : les espaces ne conservent plus leurs fonctions d'origine. Depuis la terrasse aménagée à l'ouest, deux allées ouvrent sur le parc : le dénivelé mène à une vaste pièce d'eau qui servait de vivier.

Murs calcaire
pierre de taille
moellon
Toit tuile creuse, ardoise
Étages en rez-de-chaussée, 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
croupe
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • GUILLON, Édouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde, avec la description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crus. Bordeaux : [s.n.] 1866. Tome 3.

    ""Il y avait dans Soussans, dit l'abbé Baurein, un village appelé Pabeil, dont les différentes possessions ont été réunies sous la main d'un particulier... Celui-ci y a fait construire une maison qui a retenu le nom de cet ancien village".

    Ce village était situé à l'ouest du bourg de Soussans, sur le bord du ruisseau qui sépare cette commune de celle d'Avensan. C'est là que le particulier que le docte abbé ne nomme pas, mais qui devait être M. de Bretonneau, fit bâtir, sous le règne de Louis XVI, le château de Paveil ou Pabeil, qui fut un petit rectangle, surmonté d'un pavillon central, dominant le vallon et le village où l'on descendait par un double escalier tournant. La famille de Bretonneau garda le château de Paveil jusque sous le règne de Louis-Philippe ; puis la tradition raconte ainsi la mésaventure de M. Minvielle, son successeur : M. Minvielle avait fait une fortune considérable en Espagne, et après l'avoir réalisée en espèces, il s'acheminait vers la France avec les siens lorsqu'ils furent dévalisés en traversant les Pyrénées et ne sauvèrent de la bagarre qu'un mulet portant de trente-cinq à quarante mille francs. Ce fut avec cette somme que M. Minvielle acheta le castel et le domaine de Paveil.

    M. Minvielle transforma le château, l'augmenta d'un pavillon, y ajouta des servitudes et en fit l'édifice actuel ; puis il fit démolir le village, établit à la place un jardin, creusa un vivier, sur les bords duquel Mlle Minvielle planta de ses mains quelques peupliers carolines, qui sont aujourd'hui fort beaux. M. Minvielle étant mort, ses héritiers vendirent le château, en 1863, à M. de Luze fils, le propriétaire actuel ; leur père l'avait payé 30 000 francs, ils le vendirent 400 000 ; il fallait qu'il eût beaucoup prospéré dans leurs mains.

    Le château Paveil est un joli corps de logis, d'une forme très allongée, surmonté de deux pavillons ; aux deux extrémités s'avancent des ailes formant des servitudes et des logements, entourant un vaste parterre, fermé du quatrième côté par une grille. Devant le château est le vignoble, les agréments sont du côté de l'ouest ; là s'étend une pelouse descendant jusqu'au vivier, lequel couvre une surface de 150 mètres de long sur 20 de large ; sur le coteau, en face, s'étend une garenne qui est une délicieuse promenade pendant la chaleur.

    La propriété se compose de 108 hectares de vignes et de quelques bois ; il s'y récolte 150 à 160 tonneaux de vins, classés dans les Bourgeois Supérieurs".

    COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1969 (12e édition) .

    P.242

    "Le château Paveil est une très ancienne propriété qui a appartenu pendant de longues années, aux XVIIe et XVIIIe siècles, à la famille de Bretonneau, dont un des membres épousa, sous le règne de Louis XV, une fille du chevalier de Rauzan (...) .

    La propriété fut achetée en 1862 par le baron Alfred de Luze (...) .

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Gironde, 4J 407-456 : Fonds de Luze, 1747-1930.

Documents figurés
  • Dessin aquarellé, par Dobler, Henry, 1913 [Collection particulière].

  • Eau-forte, non signée, non datée [Collection particulière].

  • Plan du domaine, par Coutaut E. L. (géomètre), 1890 [Collection particulière].

Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

    p. 128
  • COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1969 (12e édition).

    p. 242
  • GUILLON, Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde, avec la description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crus. Bordeaux : [s.n.] 1866. Tome 3.

    p. 297-298
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire