Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Nexon-Lemoine

Dossier IA33007922 réalisé en 2015

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Appellations Nexon-Lemoine
Parties constituantes non étudiées parc, remise agricole, ferme
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Sud Médoc Estuaire
Adresse Commune : Ludon-Médoc
Lieu-dit : Lacoste
Adresse : 4 rue de Nexon
Cadastre : 1843 A4 1102 ; 2013 AM 25
Précisions


Le château apparaît sur un plan terrier levé durant la seconde moitié du 18e siècle. Il est mentionné sous l'intitulé "bourdieu à M. Lemoine" composé d'une demeure, de son parc, de dépendances agricoles et de logements.

La demeure présente un plan en L avec bâtiment en retour à l'ouest. La façade principale (sud) est marquée par un décrochement et un escalier en fer à cheval décentré. Un grand jardin se développe à l'est, composé d'un jardin potager, d'un parterre avec un point d'eau central (fontaine ?), d'un verger ; le tout cerné de viviers et de fossés en eau dont le franchissement est assuré par des ponts. L'allée principale mène, à l'est, à la "Cour des Parges" avec bâtiments agricoles et d'habitation, certains pour les "valets".

Il semblerait que la famille Lemoine, d'une lignée de la haute magistrature libournaise, ait acquis le domaine voisin de Dodin au début du 18e siècle. Ce serait au cours de ce siècle qu'ils auraient constitué le bourdieu moderne avec la demeure et ses jardins.

Le 11 mars 1757, maître Jean Lemoine, époux de Françoise Fau, décède dans sa maison de campagne. Ce dernier avait acquis un an plus tôt la charge de Président au présidial de Libourne pour 22000 livres. Son fils Jean-Baptiste réside dans sa "maison de campagne à Ludon" en 1770. Il cumule plusieurs offices de maire de Libourne, lieutenant général de la sénéchaussée... On pourrait donc supposer une construction dans la seconde moitié du 18e siècle d'une maison associant villégiature et production viticole (l'étage de soubassement a peut-être abrité d'anciens chais).

La demeure subit des transformations avant 1843, date à laquelle le plan cadastral montre un plan régulier en U.

En 1868, Astolphe de Gay, baron de Nexon en Haute-Vienne en devient propriétaire. Il modernise le domaine dans les années 1870 avec la création d'une petite écurie de course, détruit le bâtiment accolé à l'ouest de la demeure en 1871 (registre des augmentations/diminutions). La production de vin atteint 40 tonneaux en 1874.

La famille Nexon vend le domaine dans les années 1930.

Dans les années 1950, le fronton est orné de sculptures réalisées par François Calderon, sculpteur formé à l’École des Beaux Arts de Bordeaux.

Un changement de propriétaire dans les années 1970 correspond à un réaménagement des extérieurs et des intérieurs par l'architecte Raymond Mothe.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 1ère moitié 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Auteur(s) Auteur : Caldéron François,
François Caldéron ( - 2014)

Sculpteur formé à l’École des Beaux Arts de Bordeaux.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, signature
Auteur : Mothe Raymond, architecte, attribution par tradition orale

Le château est situé au sud du bourg, entouré de vigne à l'est et au sud, de zones de pacage vers l'est.

Le corps principal est complété par deux ailes en retour d'équerre qui formant une cour sur la façade postérieure.

La façade principale présente un avant-corps à fronton triangulaire percé de trois ouvertures en plein cintre à clés passantes à bossage. Un escalier à double volée droite mène au perron ; l'imposte de la porte est décorée par une ferronnerie avec les lettres JB ; le fronton percé d'un oculus est enrichi d'un décor sculpté avec deux lions tenant un écu avec armoiries surmonté d'une couronne ainsi que des grappes de raisin. La signature du sculpteur "F. CALDERON" est visible en bas à gauche du fronton.

Les parties latérales de la façade sont percées de trois baies en arc segmentaire ; la partie à l'ouest est animée par des jambes à bossage dans chaque trumeau.

Chacune des ailes indique un niveau de soubassement portant le rez-de-chaussée surélevé, les ouvertures sont en arc segmentaire.

La façade postérieure est dotée d'un escalier de quelques marches qui donne accès à la porte. L'ensemble est surmonté d'une corniche moulurée et d'un rang de génoises.

Des anciens bâtiments de dépendance, remaniés, sont situés à l'est du domaine.

Murs calcaire pierre de taille enduit
moellon
Toit tuile creuse
Étages en rez-de-chaussée surélevé
Couvertures toit à longs pans croupe
toit à deux pans noue
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie
Techniques sculpture
ferronnerie
Représentations pilastre, fronton, raisin, lion, armoiries, monogramme
Précision représentations

Armoiries non identifiées : écartelé au 1 d'un animal passant ; au 2 d'un bâton ; au 3 de fasces ondées ; au 4 de fleurs de lys (?).

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan ou carte n° 20 représentant le bourdieu de M. Lemoyne, avec le tènement de Dodin, vers 1770.

    Archives départementales de la Gironde : 2 Fi 493
Bibliographie
  • DUCHESNE Paul. La chronique de Ludon-en-Médoc. Bordeaux : Rousseau frères, 1960.

    p. 109
  • FERET Edouard. Statistique générale du département de la Gironde : Classification des vins, quantités récoltées par chaque propriétaire et prix de vente 1874. Dessins. Eugène Vergez. Bordeaux : Féret, 1874.

  • GUINODIE Raymond. Histoire de Libourne et des autres villes et bourgs de son arrondissement. Bordeaux : chez Henry Faye, 1845, t. 1 et 2.

    t. 2, p. 188
Périodiques
  • Revue : Maisons et décors n°29, août 1977

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes Médoc-Estuaire - Grollimund Florian