Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Mirande

Dossier IA33007768 inclus dans Île de Macau réalisé en 2014

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations Mirande
Parties constituantes non étudiées chai, cuvage, puits, hangar agricole
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Sud Médoc Estuaire
Adresse Commune : Macau
Lieu-dit : la Ferme
Adresse : 1 chemin de la Ferme
Cadastre : 1810 B5 1499 ; 1843 A4 721 , 723 ; 2013 A 693
Précisions


Mirande est un lieu anciennement occupé si l'on se fie à la date portée de 1635 sur la base du puits, au centre de la cour. Les bâtiments disposés de part et d'autre d'une cour avec un puits sont représentés sur le plan de la palu de Macau en 1776. Le propriétaire est à cette époque Davin, sans doute Louis Davin de Boismarin, receveur des décimes pour le diocèse de Bordeaux. Le cuvier et le chai pourraient dater de cette époque.

La configuration des bâtiments autour de la cour reste inchangée sur les plans cadastraux de 1810 et 1843. En 1843, la demeure compte 6 ouvertures taxées. D'après le registre des augmentations/diminutions, le propriétaire Placide Peyrecave reconstruit le logis en 1848. Au cours de la seconde moitié du 19e siècle, les propriétaires successifs augmentent la production viticole : de 20 tonneaux en 1868 à 50 en 1898.

Au cours du 20e siècle, le cuvier est transformé en hangar agricole et le chai est laissé à l'abandon. Un bâtiment au nord de la cour a été détruit. L'exploitation viticole est aujourd'hui une ferme d'élevage de vaches laitières.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 2e quart 17e siècle
Secondaire : 2e moitié 18e siècle
Dates 1635, porte la date
1848, daté par source

La demeure est située à l'extrémité sud-ouest de l'île de Macau, en bordure de la Maqueline.

Le corps de logis, de plan rectangulaire, présente à l'est une façade principale à 5 travées.

À l'étage, chaque trumeau est scandé par des pilastres à chapiteaux sculptés, motif que l'on retrouve sur la façade latérale nord. Une corniche à modillons règne sur ces deux façades.

Accolé sur la façade postérieure, à l'ouest, le cuvier est ouvert au nord sur une cour par une porte et une baie de décharge.

Le chai qui lui était contigu est en partie ruiné (quelques baies en arc segmentaires subsistent).

Au milieu de la cour, un puits porte la date gravée de 1635 sur la margelle en pierre. La superstructure est en fer forgé.

À l'ouest, de vastes stabulations abritent près de 200 vaches laitières.

Murs calcaire pierre de taille enduit
moellon
Toit tuile creuse
Étages rez-de-chaussée, 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie
Techniques sculpture
Représentations pilastre, feuillage, chronogramme
Précision représentations

Corniche à modillons.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Matrices cadastrales : Augmentations et diminutions, 1853-1890.

    Archives départementales de la Gironde : 3P
Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1868 (2e édition).

    p. 107
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

    p. 144
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes Médoc-Estuaire - Grollimund Florian