Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Milon-Duhart

Dossier IA33005635 inclus dans Quais de Pauillac réalisé en 2012

Fiche

Á rapprocher de

Précision dénomination château viticole
Appellations Milon-Duhart
Parties constituantes non étudiées portail
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Pauillac
Adresse Commune : Pauillac
Adresse : quai Antoine-Ferchaud
Cadastre : 1825 D 64 ; 2012 AW 900

Un bâtiment figure à cet emplacement sur le plan cadastral de 1825, disposé perpendiculairement au quai. D'après les illustrations anciennes du bâtiment (Danflou vers 1867 et Lorbac vers 1868), la demeure avec ses baies en arc segmentaire devait dater de la 2e moitié du 18e siècle.

Le cru Duhart-Milon est mentionné dans l'édition de 1868 de l'ouvrage de Cocks comme appartenant à la veuve Castéja et produisant 90 à 120 tonneaux. Il s'agit sans doute de la veuve de Pierre Castéja (1799-1863), fils de Pierre Castéja, maire de Pauillac. Notaire, élu au conseil général en 1839 comme représentant du canton de Pauillac, il devint en 1859 maire de Bordeaux.

Le dessin de la demeure est publié dans l'édition de 1893. En 1908, il appartient à Castéja, notaire, et à Mme Jules Calvé. En 1929, il est entre les mains de la Société civile de Duhart-Milon administrée par A. Delon. Le château a été détruit dans les années 1950. Il apparaît encore sur les vues aériennes de l'IGN en 1950. A cet emplacement, André Cazes a fait construire une maison sur les plans de l'architecte Charles Cauly en 1958. L'architecte Raffy est également intervenu à la fin des années 1970.

Période(s) Principale : 2e moitié 18e siècle
Principale : 19e siècle

Une description du bâtiment aujourd'hui détruit peut être proposée à partir des représentations iconographiques.

La maison était située sur les quais de Pauillac, disposée perpendiculairement à la Gironde, présentant sa façade principale au sud. Elle était séparée de la voie publique par un muret et des grilles. Il s’agissait d'une maison à étage carré, couverte d'un toit à croupes. La façade principale était composée de sept travées. Les fenêtres du rez-de-chaussée étaient à linteau droit avec chambranle mouluré, celles de l'étage en arc segmentaire. La façade orientale était organisée selon quatre travées. Sur la façade occidentale était greffée une partie en rez-de-chaussée surmontée d'une balustrade.

Murs calcaire
pierre de taille
moellon
Toit tuile creuse
Étages en rez-de-chaussée, 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
croupe
États conservations détruit
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • DANFLOU, Alfred. Les grands crus bordelais. Bordeaux, s.d. [1867], t. 2.

  • FERET Edouard. Personnalités et notables Girondins de l'antiquité à la fin du XIXe siècle. Bordeaux : Féret et L'Entre-deux-mers, 2009, fac-similé de l'édition de 1889.

    p. 124
  • LORBAC, Charles de. Les richesses gastronomiques de la France. Les vins de Bordeaux. I partie. Crus Classés, illustré par Charles Lallemand. Paris : Hetzel, [s.d.].

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire