Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Mendoce

Dossier IA33007141 réalisé en 2012

Fiche

Précision dénomination château viticole
Appellations château Mendoce
Parties constituantes non étudiées cour, puits, parc, cuvage, chai, écurie, colombier, logement, hangar agricole, étable, laiterie
Dénominations château
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite) - Bourg
Adresse Commune : Villeneuve
Lieu-dit : Mendoce
Cadastre : 1819 A 427 à 439 ; 2011 A1 954

Les éléments les plus anciens du château seraient la tour sud-ouest du logis et le colombier, datables du 15e ou du 16e siècle. A cette époque, le domaine serait connu sous le nom de la maison noble du Vernou. En 1559, des documents évoquent un mariage entre Isabeau de Giscard de La Coste, veuve de Pierre de Conges, seigneur du Vernou et propriétaire des lieux, et Jean de Mendosse, seigneur du Cros de Seignan et de Moulon. Le nom de "Mendosse" apparaît ainsi pour la première fois sous cette graphie. La propriété passe entre les mains des descendants successifs jusqu´à ce que le château soit vendu en 1714 par Henry de Beaumont de Gibeaud à Jean Tolvie, maître chirurgien et bourgeois de la ville de La Rochelle. Dans l´acte notarial, il n´est fait mention que du Grand Salon ; les pièces localisées au nord de ce dernier ne figurent pas dans l´inventaire. Il est donc très probable que le château ait été agrandi par la suite, et notamment pour Jean Tolvie au 18e siècle. Le domaine apparaît sur une carte de 1716 sous le nom de Mandosse ; sur une autre carte de 1751, le château, implanté à proximité du chenal du Brouillon, est visible sous le nom de "Tolvie". Sur le plan cadastral de 1819, les bâtiments sont composés du logis flanqué de tours, d´un pigeonnier et de nombreuses dépendances organisées autour d´une cour. Après la famille Tolvie, Mendoce appartient au milieu du 19e siècle à la famille Laulannié de Sainte-Croix, comme l'attestent les différentes éditions de Cocks et Féret entre 1850 et 1898. Des transformations du château sont réalisées durant cette période. En effet, selon les matrices cadastrales, une partie du logis est démolie en 1857 puis reconstruite en 1858 et en 1870. L´illustration publiée dans l´édition de 1893 montre la façade sud-ouest du logis, quasiment identique à celle d´aujourd’hui ; la façade occidentale est néanmoins abritée par une sorte d´auvent, disparu depuis. Dans cette même édition, la production s´élève à 220 tonneaux. Le domaine viticole est alors à son apogée. Au début du 20e siècle, la production décline puisque, selon l´édition de 1908 de Coks et Féret, Aurélien Bertaud, nouveau propriétaire, produit 50 tonneaux. En 1977, le domaine est acheté par Philippe Darricarrère qui procède à des restaurations, des maçonneries notamment. La production atteint aujourd’hui une moyenne de 75 tonneaux.

Période(s) Principale : 15e siècle, 16e siècle , (?)
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Secondaire : 20e siècle

D´une superficie de 14 hectares répartis entre deux coteaux séparés par le ruisseau du Brouillon, le château Mendoce est composé d´un corps de logis de plan rectangulaire flanqué de tours d´angles, de bâtiments viticoles et autres dépendances. La façade principale du corps de logis, donnant sur un parc arboré, est orientée au sud et semble divisée en deux parties. La partie est correspond au logis principal, rythmé de trois travées et couvert d´un toit en ardoise à longs pans, prolongée au sud par un bâtiment annexe en retour, couvert d´une demi-croupe. La partie ouest présente une tour à pan-coupé coiffée d´un toit en pavillon en ardoise et une tour d´angle bâtie en moellons, couverte d´un toit conique également en ardoise, percée de bouches à feu. La façade latérale occidentale en moellons et aussi flanquée au nord d´une tour à toit conique construite dans le même matériau. La façade postérieure présente une autre tour à l´angle nord-est, avec toit conique. A l´est du corps de logis se trouve un colombier qui se caractérise par sa forme circulaire massive et son toit conique couvert de tuiles plates. Il comporte une "randière" destinée à empêcher l'accès des rongeurs, et une lucarne. Les murs intérieurs sont aménagés de nombreux trous de boulins répartis en une vingtaine de niveaux. A l´ouest, les bâtiments viticoles sont organisés de part et d´autre d´une cour, fermée du côté ouest par un mur de clôture avec portail et piliers. Le bâtiment au nord est le cuvier, en moellons, d´une longueur de 21 mètres, mais qui abrite aujourd’hui le chai à barriques. Au sud se trouvent l´ancien chai également bâti en moellon, qui est désormais dévolu à une salle d'exposition, et l´ancienne écurie transformée en salle de dégustation. Au sud du corps de logis, de l´autre côté du parc, se trouvent plusieurs bâtiments contigus les uns aux autres abritant respectivement, d´est en ouest : des logements d'ouvriers, un espace de stockage, un hangar et la maison du régisseur. Cette dernière est percée sur la façade principale, au sud, d´une porte et d´une baie à linteau délardé en arc segmentaire.

Murs calcaire moellon enduit partiel
Toit tuile creuse, ardoise
Étages 1 étage carré, comble à surcroît, en rez-de-chaussée
Couvertures toit en pavillon
toit conique
toit à longs pans
demi-croupe

Estuaire

TRAVEE 3
FORBAIE linteau droit (porte) ; linteau droit (fenêtre)
POSRUE autre
POSPARC en retrait
POSTOPO palus
ORIENT sud
VUE vue étendue
CLOT mur de clôture ; piliers de portail
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Annexes

  • Extraits des Cocks et Féret

    - COCKS, Charles, FERET, Édouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : 6e éd. Féret, 1893, p.546.

    "Le Château-Mendoce commande un domaine de 34 hectares, presque entièrement consacrés à la vigne et situés sur les coteaux exposés au Sud-Ouest.

    Le vignoble qui occupe environ 100 journaux, est complanté par tiers en cabernet, malbec et merlot. Sa production moyenne est de 220 tonneaux.

    Ses vins sont classés au rang des 1ers crûs bourgeois du Bourgeais. Ils se distinguent par leur corps, leur grande finesse et leur bouquet".

    - COCKS, Charles, FERET, Édouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : 10e éd. Féret, 1929, p. 1037.

    "Le Château de Mendoce, situé sur la limite des cantons de Blaye et de Bourg, dont il dépend, est d´une très vieille origine".

  • Extrait de l'ouvrage d'Édouard Guillon sur les châteaux historiques de la Gironde

    GUILLON, Édouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde. Bordeaux : Coderc, Dégréteau et Poujol, 1866-1869, t. 2, p. 260.

    Le petit château de Mandosse est situé au nord du bourg de Villeneuve, près des limites du Bourgeais. Ce fut d´abord un corps-de-logis rectangulaire avec des tours aux angles ; puis l´une d´elles fut démolie et il n´en est resté que trois de différentes époques ; la plus ancienne est percée de meurtrières pour armes à feu ; les autres, qui ont été remaniées, en sont dépourvues.

    Le corps-de-logis se divise en deux parties : à l´Ouest sont des bâtiments anciens à toit coniques, au Nord un joli rectangle moderne flanqué de deux tours ; à côté s´élève une fue, et dans la façade est encastrée une tourelle octogone moderne.

    L´histoire de ce château est à-peu-près inconnue, et peu d´auteurs en ont parlé. On trouve au XVe siècle un Bertrand de Mandosse, qui était seigneur de Bisqueytan dans l´Entre-deux-Mers ; puis, au XVIIe, un M. de Mandosse, qui était enseigne de la place de Blaye. Il paraît avoir appartenu depuis aux de Jouglain, qui étaient seigneurs de Villeneuve avant la Révolution. Il a été ensuite divisé entre plusieurs propriétaires, puis acheté complètement par Melle Laulannier, qui habite le Périgord.

    Ce petit castel, assis dans un cadre de verdure et élevant ses pointes ardoisées dans le ciel bleu, forme un gracieux édifice entouré d´arbres, de prairies et d´un vignoble rouge qui rapporte de 80 à 100 tonneaux classés dans les deuxièmes crûs du Bourgeais.

Références documentaires

Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1893 (6e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1929 (10e édition).

  • DARRICARRERE, Philippe. Quelques habitants du château Mendoce au cours des siècles, août 2011.

  • GUILLON Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde. Bordeaux : Coderc, Dégréteau et Poujol, 1866-1869, tomes 1 à 4.

    T. II, p. 260.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer