Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Martinens

Dossier IA33002971 réalisé en 2010

Fiche

Précision dénomination château viticole
Appellations Château Martinens
Parties constituantes non étudiées chai, cuvage, hangar agricole, écurie, étage, grange
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Castelnau-de-Médoc
Adresse Commune : Cantenac
Lieu-dit : Martinens
Adresse : route de Martinens
Cadastre : 1826 E 1305, 1304, 1303 ; 2009 AK 462, 463, 464

Le château Martinens aurait été construit pour la famille White à la fin des années 1770. La construction des chais, du cuvier, de la cour et de la ferme ainsi qu´une campagne de plantation du domaine furent entreprises au début du 19e siècle.

Sur le plan cadastral de 1826, le domaine se compose d´un corps de logis avec deux ailes en retour. Selon les matrices cadastrales, le bâtiment rural de la parcelle E 1305 est converti, en 1875, en maison par le propriétaire M. Jadouin. Détenu conjointement par J. Jadouin et Ducassou à la fin du 19e siècle, puis par Lebègue et Ducassou, le domaine est précisément décrit en 1900, avec l'ensemble des bâtiments qui le composent, à l'occasion d'un projet de vente pour l'établissement de l'école nationale d'agriculture de la Gironde.

La famille de M. Seynat, propriétaire depuis 1946, fait construire un nouveau cuvier avec cuves en inox, situé perpendiculairement à l´ancien.

Période(s) Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 18e siècle

Le château, construit au milieu de ses vignes, se compose d´un corps de logis principal et de deux ailes en retour, clos par une grille et un portail, formant une cour.

L´élévation du corps de logis est ordonnancée. La travée centrale est traitée en ressaut, encadrée par des pilastres en bossage, surmontée d´un fronton triangulaire ; la porte en arc plein cintre est ornée d´une agrafe. Le rez-de-chaussée est percé de quatre baies encadrées d´un chambranle en ressaut puis, à chaque extrémité, d´une porte en arc segmentaire encadrée d´un chambranle renfoncé, dont l´une est abritée par une marquise. L´étage est percé de neuf fenêtres dont l´allège est formée par une balustrade engagée. L´élévation est animée par un bandeau médian et saillant, un bandeau lisse, une corniche à modillons et de pilastres d´angle.

L´élévation postérieure est percée aux extrémités de son rez-de-chaussée d´une porte en arc segmentaire encadrée d´un chambranle renfoncé et d´une fenêtre dont l´appui est en ressaut. La porte au sud est plus large et son accès se fait par un emmarchement. L´étage est ouvert de neuf baies en arc segmentaire dont le chambranle et l´allège sont traités en léger ressaut. La partie centrale de cette façade, aveugle au rez-de-chaussée, est en léger retrait.

Cette façade s´ouvre sur un jardin arboré.

Les deux tiers de ce bâtiment sont occupés au rez-de-chaussée par une cave à vin et un chai à barriques tandis que la totalité de l´étage est dévolu à l´habitat. L´aile nord abrite un chai à barrique, un passage et un cuvier de cuves en ciment. La façade postérieure se compose de deux fenêtres et de quatre portes dont une est en arc plein cintre ; la partie centrale est remaniée pour accueillir la jonction du nouveau cuvier ; six baies sont fermées d´un volet de bois réparties de part et d'autre d'une porte. Les murs sont en moellons, sous un enduit, rythmés par des chaînes harpées, ornés d´une génoise tout le long du bâtiment.

L´aile sud se compose du prolongement du corps de logis principal, en rez-de-chaussée (percé de cinq fenêtres en arc segmentaire dont deux côté jardin). Cette aile se poursuit par une partie en rez-de-chaussée réservée à l´habitation des ouvriers agricoles, des bureaux, puis par une étable et probablement d´une écurie. Les murs sont en moellons et l´encadrement des baies en pierre de taille. L´écurie est entièrement bâtie en pierre de taille et un pavage de pierre est présent devant la porte d´entrée.

Murs calcaire enduit
moellon
pierre de taille
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
croupe
Jardins groupe d'arbres

Estuaire

TRAVEE 9
FORBAIE arc segmentaire (porte) ; arc plein-cintre (porte) ; agrafe
POSRUE en alignement
POSPARC sur rue
ORIENT ouest
CLOT grille ; portail

Jadouin J. (propriétaire) ; Lebègue (propriétaire) ; Ducassou (propriétaire).

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Compléments bibliographiques

    COCKS, Charles, FERET Édouard (co-auteur), VERGEZ, Eugène (collab). Bordeaux, ses environs et ses vins, classés par ordre de mérite. Bordeaux : Ed. Féret et Fils, 6e édition, 1893.

    "Le domaine de Martinens a une étendue de 60 hectares, dont 50 sont consacrés à la vigne. Ce vignoble est situé en partie sur des croupes graveleuses et en partie sur des terres argilo-graveleuses. Il est entièrement complanté en cépages fins, surtout en cabernet-sauvignon, cabernet franc et carménère.

    Ses vins sont renommés à cause de leur grande finesse et de leur bouquet. Ils font de grandes bouteilles et ils ont obtenu une médaille d´or à l´Exposition universelle de 1889".

  • Compléments documentaires

    Projet de vente du château Martinens afin d'y établir l'école nationale d'agriculture de la Gironde. Courrier des propriétaires au préfet, 26 juin 1900 [AD, Gironde : 7 M 130].

    "[...] Ce vaste et beau domaine vinicole est situé sur les communes de Cantenac, Arsac, Soussans et Margaux (...]. Le surplus du domaine est en nature de prairies, de terres et de bois, qui fournissent du fourrage et des grains en quantité suffisante pour subvenir aux besoins de l'exploitation.

    Un grand jardin potager produit des légumes en abondance.

    Les bâtiments existants sont vastes et confortables, ils comprennent :

    1. Un grand château carré, style Louis XVI en parfait état, composé au rez-de-chaussée d'un grand vestibule allant de la cour d'honneur au jardin anglais, un salon de compagnie, un salon à manger, une pièce pour bureau, une cuisine avec office, une cave pouvant contenir cent cinquante tonneaux et trois caveaux pour vins en bouteilles.

    Le premier étage auquel on accède par un large escalier en pierre, prenant naissance dans le vestibule, se compose de huit grandes chambres à coucher, qui pourraient être facilement transformées en salles de cours, de deux cabinets de toilette et d'un cabinet d'aisances.

    Au dessus de l'étage se trouvent de vastes greniers dans lesquels il serait facile d'aménager des chambres.

    2. Les chais immenses qui communiquent avec la cave du château peuvent contenir trois cent cinquante tonneaux, et sont plafonnés et assortis de tous les outils habituels.

    3. Un cuvier modèle avec le matériel nécessaire pour cent vingt tonneaux, soit trois pressoirs, deux presses, onze cuves et des vaisseaux vinaires de toute nature.

    4. Quatre logements pour le régisseur, et des familles de métayers.

    5. Un atelier de tonnellerie.

    6. Une écurie pour six chevaux.

    7. Une remise pour plusieurs voitures.

    8. Une étable pour 15 bêtes à cornes au moins.

    9. Un chai à bois, une buanderie, plusieurs volières, un pigeonnier.

    10. De vastes hangars pour loger tout le matériel agricole, charrettes, tombereau, etc.

    Le château est environné d'un parc ombragé.

    Nous serions disposés à vendre cette belle propriété pour la somme relativement minime de : cent cinquante mille francs. Seraient compris dans ces conditions tous les immeubles par destination servant à la culture et à l'exploitation du domaine, sans exception ni réserves, tels que tombereaux, charrettes, charrues, instruments agricoles de toutes sortes, outils de chai et de tonnellerie, cuves, pressoirs, presses, douilles, baillots, bastes et hottes, gargouilles, paniers à vendanges, etc. ; sont encore compris dans la vente : une voiture, deux chevaux, un âne, plusieurs vaches et génisses, enfin les meubles qui se trouvent au château [...]".

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Gironde, 7 M 130 : Courrier entre le préfet et Me Duga, notaire : projet de création d'une école d'agriculture , 28 juin 1900.

  • AD Gironde, 7 M 130 : Etat détaillé du domaine château de Martinens par le professeur Départemental d'agriculture, 1900.

  • AD Gironde, 7 M 130 : Description du domaine par Lebègue et Ducassou (propriétaires) en prévision de la vente du domaine : projet d'établir une école d'agriculture, 26 juin 1900.

Documents figurés
  • Archives départementales de la Gironde, 3 P 091 : Plan cadastral, 1826.

  • Plan cadastral, Section E, dite de Matheou. Encre couleur, papier, par [s.n.] (géomètre), 1826 [Archives départementales de la Gironde, 3 P 091].

Bibliographie
  • AMBOISE, Valéry (d'). Dictionnaire d'Amboise. Tourette-Levens : Ed. d'Amboise, 1997.

    p. 535
  • GUILLON, Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde, avec la description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crux. Tome 3, Bordeaux, 1868.

    p. 221
Périodiques
  • DEGAS, LURTON, Henri, SEYNAT, Jean-Pierre. Cantenac. Les Cahiers Médulliens, 1997, décembre, n°28.

    p. 27 et 30
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Bordes Caroline