Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château les Chaumes

Dossier IA33005060 réalisé en 2012

Fiche

Appellations château viticole
Parties constituantes non étudiées resserre, chai, cuvage, hangar agricole, logement, écurie, jardin, puits
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite) - Blaye
Adresse Commune : Fours
Lieu-dit : les Chaumes
Cadastre : 1832 B2 1749 ; 2011 B2 1423

Au milieu du 18e siècle, sur la carte de Belleyme, une maison isolée avec quelques vignes est mentionnée aux Chaumes. Selon Édouard Guillon, elle aurait été bâtie pour M. Croupon, ce qui pourrait correspondre aux initiales sculptées sur une agrafe de la façade principale. Cette maison figure sur le plan cadastral de 1832, se composant d’une cour fermée autour de laquelle s’articulent le logis et deux bâtiments de dépendances construits perpendiculairement à ce dernier. Un jardin se situe à l’arrière du logis, clos par un mur. Les états de sections indiquent la qualité des parcelles entourant les bâtiments, soit principalement des vignes, mais également à l'ouest un verger sur la parcelle n°1746 et au sud un bois d’agrément sur la n°1754.

Dans les années 1860, Édouard Guillon décrit le logis comme : "une espèce de villa italienne couronnée par une terrasse et précédée de servitudes et d´une cour grillée d´où s´avance une allée d´ormeaux qui la relie à la route. Elle est ombragée par un beau bouquet d´arbres et dans une agréable situation ; elle est entourée d´un vignoble". Aujourd’hui, le domaine a conservé cette organisation et le logis son aspect de villa avec la balustrade de couronnement. Les dépendances ont conservé leurs façades mais des remaniements sont opérés au cours du 20e siècle, transformant ainsi les anciennes écuries et les anciens logements d’ouvriers en bureaux et locaux de stockage.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle

Le domaine, édifié au cœur de ses vignes, est situé à l’extrémité est de la commune, le long de la route départementale 937 reliant Blaye à Saintes. Les bâtiments en retrait sont accessibles par une allée d’arbres menant jusqu'à la cour, fermée par un portail, autour de laquelle sont distribués les différentes constructions.

La maison est bâtie en rez-de-chaussée surélevé sur une cave en sous-sol. Le corps de logis est encadré de deux ailes basses et symétriques : celle au nord abrite la cuisine et la buanderie et celle au sud un bureau. La façade principale comprend une travée centrale en avant-corps peu saillant précédé par un emmarchement formant perron. Cette travée encadrée de pilastres est percée d’une porte en anse de panier enrichie d’une agrafe portant les initiales sculptées IC. De part et d’autres sont percées deux fenêtres à linteau droit, chacune surmontée d’une table décorative nue. L’ensemble du corps principal, agrémenté d’une frise de canaux et d’une corniche à denticules et modillons, est coiffé par une balustrade de couronnement en façade. L’élévation postérieure, ne portant aucun décor, s’ouvre sur un jardin fermé par une grille et un portail, dans lequel se trouve un puits. Les ailes sont parées d’une corniche moulurée.

Au sud-ouest du logis est située une remise en moellon dont la façade, ornée d’une génoise, conserve une pierre d’évier.

Au nord-est de la cour un bâtiment rectangulaire s’élève depuis un rez-de-chaussée avec un comble à surcroît. Il s'agit de l´ancienne écurie et des logements d´ouvriers. Ce bâtiment abrite désormais les chais et des bureaux. La façade sud-ouest, sur la cour, est ornée d’un bandeau mouluré et des trous d’envols y sont percés.

Lui faisant face, un bâtiment rectangulaire est bâti parallèlement. Il abrite le cuvier et un chai. La façade sur la cour est ornée d’un bandeau mouluré et d’une statuette sculptée au-dessus de la porte d’entrée du cuvier. Ce dernier comprend des cuves en ciment.

Murs calcaire
enduit
moellon
Toit tuile creuse
Étages en rez-de-chaussée surélevé
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans croupe
Techniques sculpture
Représentations denticule
Précision représentations

La corniche de la façade du logis est agrémentée de denticules.

Estuaire

TRAVEE 5
FORBAIE linteau droit (fenêtre) ; arc segmentaire (porte)
POSRUE en alignement
POSPARC parcelle enclavée
ORIENT sud-est
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Complément bibliographique

    - GUILLON Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde. Bordeaux : Coderc, Dégréteau et Poujol, 1866 tome 1, p. 173-174 :

    "LES CHAUMES. Ce logis, situé dans l´est de la commune de Fours, près de la route de Blaye à Saintes, a été bâti par M. Croupon, puis a appartenu à la famille Fauries Saint-Hubert ; il est aujourd'hui à Mme Lapeyre. C´est une espèce de villa italienne couronnée par une terrasse et précédée de servitudes et d´une cour grillée d´où s´avance une allée d´ormeaux qui la relie à la route. Elle est ombragée par un beau bouquet d´arbres et dans une agréable situation ; elle est entourée d´un vignoble".

    - COCKS Charles, FERET Édouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition), p. 111 :

    "1er bourgeois

    Aux Chaumes (Doat) ….. 40 t.

    Le domaine des Chaumes, situé sur la Rte Nle, comprend 19 hect., dont 2 en bâtisses et prairies, 17 en vignes, situées sur un terrain élevé, de nature variée, tantôt argileux, tantôt siliceux, sur sous-sol de terre dure. Ce vignoble produit un vin exceptionnel des plus recherchée de la contrée, et dont la marque est très connue en Belgique, en Hollande et en Angleterre".

    - COCKS, Charles, FERET, Édouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : 10e éd. Féret, 1929 :

    "Petite résidence bourgeoise du XVIIIe siècle (le vignoble est plus ancien). Pelouses, vieux ombrages, vue sur le domaine d´où l´œil s´étend sur toute la région, le fleuve, Pauillac, le Médoc. Superficie : 22 hectares environ.

    Terroir tantôt argilo-calcaire, tantôt argilo-siliceux, ferrugineux, sur sous-sol dur, bien exposé, où malbec, merlot, cabernet et quelques autres cépages de choix, produisent un vin rouge de belle tenue, moelleux, savoureux, délicat.

    Le château Les Chaumes, cru exceptionnel par l´ancienneté de son origine et celle aussi des sa réputation incontestablement méritée, est, du reste, classé de tout temps, l´un des mieux côtés au premier rang des premiers crus du Blayais. Vendue par les Faure de Saint-Hubert, cette propriété appartient, depuis plus de cent ans, à la famille de M. Louis Lapeyre, aïeul de M. et Mme Rousseau-Doat, les propriétaires actuels.

    Culture et soins expérimentés appliqués avec, en vue de la quantité, le souci d´une production modérée (60 tonneaux environ), assurent la finesse des vins et maintiennent le bon renom et la faveur dont ils jouissent auprès du commerce bordelais et à l´étranger. Sous leur vieille estampe « Les Chaumes Veuve Lapeyre », Hollande, Belgique, Angleterre, Allemagne et généralement les pays du nord de l´Europe, les goûtent et les recherchent particulièrement, ce qui explique les plus fortes primes accordées à leurs prix de vente.

    Dans la cave, une intéressante réserve de vin des meilleures récoltes faites sur le domaine depuis plus de soixante ans atteste autant leur belle conservation que leurs remarquables qualités en vieillissant.

    M. Rousseau possède aussi château Miquelon, tout en haut de la côte de Saint-Martin-Lacaussade, bordant et dominant la route nationale - 6 hectares 1/2, vins généreux en chair, couleur et bouquet."

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan cadastral, Section B dite du Bourg, 2e feuille. Encre couleurs, papier, par Delâge-Dumoulin (géomètre), mars 1832.

    Archives départementales de la Gironde : 3 P 172
Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1929 (10e édition).

  • FERET Edouard. Statistique générale du département de la Gironde : Classification des vins, quantités récoltées par chaque propriétaire et prix de vente 1874. Dessins. Eugène Vergez. Bordeaux : Féret, 1874.

  • GUILLON Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde. Bordeaux : Coderc, Dégréteau et Poujol, 1866-1869, tomes 1 à 4.

    p. 173-174
(c) Région Aquitaine - Inventaire général ; (c) Conseil général de la Gironde - Bordes Caroline