Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Lartigue

Dossier IA33004002 réalisé en 2013

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • resserre
    • cuvage
    • chai
    • hangar agricole
    • grange
    • puits
    • écurie

Dossiers de synthèse

Précision dénomination château viticole
Appellations Château Lartigue
Parties constituantes non étudiées resserre, cuvage, chai, hangar agricole, grange, puits, écurie
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Adresse Commune : Valeyrac
Lieu-dit : Lartigue
Adresse : route de la Rivière
Cadastre : 1831 C1 68 à 84 ; 2011 C1 205, 210, 212, 213

Des constructions sont signalées au lieu-dit L’Artigue, sur la carte de Belleyme (1763-1764).

Au début du 19e siècle, Lartigue regroupe deux propriétés viticoles, appartenant aux familles Bédel et Gaillard. Sur le plan cadastral de 1831, il comprend deux îlots de bâtiments organisés chacun selon un plan en L, autour d’une cour.

Au cours des années 1870, M. Laclaverie acquiert les deux propriétés pour former un domaine homogène. Entre 1867 et 1880, il fait bâtir un nouveau logis des bâtiments viticoles et, d’après le registre des augmentations et diminutions de la matrice cadastrale, il fait élever une chapelle en 1875 et une maison pour le cocher en 1880.

Le domaine ainsi établi voit sa production viticole augmenter. D’après l’ouvrage Bordeaux et ses vins, elle passe d’une cinquantaine de tonneaux en 1850 à 200 en 1886. En 1893, le vignoble se diversifie avec des vignes complantées dans les palus.

L’appellation Château Lartigue apparaît pour la première fois dans l’édition de 1898.

En 1974, lors de l’enquête de pré-inventaire, des bâtiments présents sur le plan cadastral ancien sont encore conservés avec une cheminée de style Louis XVI, des boiseries avec alcôve et découpes des panneaux de bois, la porte d’entrée. Ces bâtiments sont en grande partie détruits, certains sont en ruine gagnés par la végétation. Il s'agissait du noyau le plus ancien, remontant au 18e siècle.

Subsistent les constructions de la 2e moitié du 19e siècle (logis, chais) et les ruines d'une écurie.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle

Le domaine est situé au sud-est du bourg, en bordure de la route départementale n°2.

Le logis est entouré d’un parc arboré. Bâti en pierre de taille, il s’élève depuis un niveau de soubassement en un rez-de-chaussée surélevé. Il est couvert d'un toit à croupes en tuile creuse.

La façade principale est tournée au nord. La travée centrale, saillante, forme un avant-corps couronné par un fronton triangulaire souligné de modillons et sculpté du nom LARTIGUE. Elle est percée d’une porte, surmontée d'une corniche et accessible par un escalier droit en pierre.

L’élévation postérieure présente trois portes centrales donnant sur un perron accessible par un escalier. La porte principale, surmontée d'une corniche à denticules, est encadrée de deux pilastres à chapiteaux toscans.

Le corps de logis est complété à l'est par un pavillon couvert d'une toiture brisée en ardoise avec lucarne à volutes. L'élévation est du pavillon est dotée d'une tour polygonale et d'un avant-corps percé d'une porte surmontée d'un fronton triangulaire et accessible par un escalier droit en pierre.

Au nord-ouest, perpendiculairement à la route départementale, se trouvent des dépendances composées d'un corps central encadré de deux ailes en retour : il s'agit peut-être des anciens chais et cuviers. Le toit est débordant soutenu par des aisseliers.

D'autres bâtiments, au sud, sont en ruines et envahis par la végétation. Toutefois, une ancienne écurie est encore repérable avec ses box et ses râteliers.

Murs calcaire pierre de taille
Toit tuile creuse, ardoise
Étages en rez-de-chaussée surélevé, étage de comble
Couvrements
Couvertures toit à longs pans croupe
toit brisé en pavillon
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie
Typologies IC2
Techniques sculpture
Représentations pilastre, fronton, denticule, volute

Estuaire

TRAVEE 7
FORBAIE linteau droit (porte) ; linteau droit (fenêtre) ; chambranle mouluré (porte) ; chambranle mouluré (fenêtre)
POSRUE en alignement
POSPARC en retrait
ORIENT nord-est
VUE vue bornée

Les vestiges des dépendances situées au sud-ouest du logis sont rendus totalement inaccessible par la végétation abondante.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Gironde. 3 P 538 : Matrices cadastrales, 1853 - 1891.

    Archives départementales de la Gironde : 3 P 538
Documents figurés
  • Carte géométrique de la Guyenne dite Carte de Belleyme, feuille n°6, levés vers 1763-1764, éch. 1/43200 env.

  • Plan cadastral napoléonien, 1831.

    section C Archives départementales de la Gironde : 3 P 538
Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1868 (2e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1893 (6e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1908, enrichie de 700 vues de châteaux viticoles (8e édition).

Liens web

(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Bordes Caroline