Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château la Tour Gayet

Dossier IA33006474 réalisé en 2011

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination château viticole
Appellations château la Tour Gayet
Parties constituantes non étudiées resserre, cuvage, chai, puits
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite) - Blaye
Adresse Commune : Saint-Androny
Lieu-dit : Gayet
Cadastre : 1832 F 918, 290, 923, 924, 937 à 939 ; 2010 F3 825, 828, 914 à 916

Le logis est probablement bâti vers 1788 comme l’indique la date inscrite sur l’agrafe de la porte. Le plan cadastral de 1832 indique des constructions, un jardin et un vivier à l’emplacement de l’actuel domaine viticole, cependant aucune tour n’y figure. Celle-ci a probablement été construite entre la fin du 19e et le début du 20e siècle, lors d'un remaniement général, puisque ce n’est que dans l’édition de 1922 de Bordeaux et ses vins qu’apparaît la première mention de château la Tour-Gayet ; précédemment, le domaine est seulement mentionné sous le nom de "Gayet". Il appartient à la famille David tout au long du 19e siècle et jusqu’au milieu du 20e siècle.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle
Secondaire : 2e moitié 19e siècle
Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Dates 1788, porte la date

Situé au sud-est de la commune, le domaine se compose d´un logis s´élevant sur un étage. Sa façade principale compte 5 travées, la porte centrale est en arc plein-cintre, ornée d'une agrafe portant la date de 1778. Un bandeau médian saillant souligne l´étage et une corniche moulurée accompagnée d´une génoise couronne l´ensemble.

Les bâtiments de dépendances se déploient à l'est.

Murs calcaire moellon enduit
Toit tuile creuse, ardoise
Étages 1 étage carré
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans croupe
toit conique
Typologies IC4
Statut de la propriété propriété privée, Accès refusé par le propriétaire.

Annexes

  • Complément bibliographiques

    COCKS, Charles, FERET, Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : 9e éd. Féret, 1922 :

    "Appartenant depuis un siècle et demi à la famille David, le vignoble le Gayet a toujours été classé comme premier cru bourgeois dans toutes les éditions de Bordeaux et ses vins qui se sont succédées depuis la création de l´ouvrage, il y a près de quatre-vingts ans. Depuis 1899, il s´est accru par suite de l´acquisition de la majeure partie du vignoble limitrophe Dufresne, figurant aussi comme 1er cru bourgeois dans toutes les éditions de Bordeaux et ses vins. Le domaine est situé sur un petit plateau d´où on aperçoit à 1.800 mètres à l´ouest la masse imposante des eaux du fleuve Gironde et, en face, sur l´autre rive, Pauillac et les châteaux des grands crus médocains. La propriété, en terrain argilo-calcaire, sur fond pierreux, comprend 17 hectares, dont 14 de vignes rouges (malbec, cabernet, merlot) et 1 de vignes blanches (sémillon, sauvignon, colombar), le tout greffé sur plants américaines soigneusement sélectionnés.

    Grâce à cet encépagement, au sol et à des soins de culture et de vinification pour lesquels rien n´est ménagé, les vins du château La Tour-Gayet se font remarquer par leur degré alcoolique, leur couleur et leur finesse qui, de tout temps, avant comme après la guerre de 1914, les ont fait apprécier tant en France qu´en Hollande, Belgique et Allemagne. C´est pourquoi, très recherchés par le commerce bordelais, ils sont toujours vendus aux plus hauts prix des premiers crus du Blayais".

Références documentaires

Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1868 (2e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1908, enrichie de 700 vues de châteaux viticoles (8e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1922 (9e édition).

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Bordes Caroline