Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Kirwan

Dossier IA33003089 réalisé en 2010

Fiche

Œuvres contenues

Précision dénomination château viticle
Appellations château Kirwan
Parties constituantes non étudiées vivier, parc, mur de clôture, serre, logement
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Castelnau-de-Médoc
Adresse Commune : Cantenac
Lieu-dit : Kirwan
Cadastre : 1826 C 645 à 664 ; 2009 AC 192 à 198

Marc Kirwan fait l´acquisition, à la fin du 18e siècle, du domaine de Colling Wood (nom du précédent propriétaire). Il agrandit le domaine qui forme dès lors une trentaine d´hectares de vignes.

Sur le plan cadastral de 1826, le domaine comprend l'habitation et les deux longs bâtiments de dépendances. Les bâtiments d'exploitation agricole, en revanche, ont été construits dans la 2e moitié du 19e siècle.

Un plan de 1856 indique que le domaine appartient à cette époque à Philippe Godard. Son fils, Camille, qui fonde une maison de négoce de vins et spiritueux active à Bordeaux et à Cognac, y engage des travaux dès 1860, si l'on se fie aux matrices cadastrales qui indiquent la conversion de deux remises, un bureau et une maison en maison. Il sollicite l´architecte Ernest Minvielle pour la rénovation du logis. Toutefois, un plan en élévation proposant des remaniements de façade et une toiture brisée avec lucarnes n'a, semble-t-il, pas été adopté. L'intervention d'Ernest Minvielle paraît s'être concentrée sur la distribution intérieure (plan daté 1878). Il a probablement aussi collaboré au dessin des "jardins anglais" : il propose un plan du réseau d'alimentation d'eau avec notamment le puits artésien, qui d'après Édouard Féret, fut le premier creusé en Médoc, d'une profondeur de 85 mètres et d'un débit de 300 litres par minutes.

A la mort de Camille Godard en 1881, sa fortune et le domaine de Kirwan sont légués à la Ville de Bordeaux qui le gère jusqu'à sa vente au début du 20e siècle à la famille de négociants Schÿler. C'est au cours du 20e siècle que les deux lucarnes en oeil-de-boeuf en zinc ont été ajoutées.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Auteur(s) Auteur : Minvielle Ernest, attribution par source

La demeure est construite sur une terrasse fermée par un garde-corps en pierre ajouré.

L´élévation principale (est) compte 5 travées et un étage, encadrée de pilastres d´angle à bossage. De part et d'autre, deux portails en plein-cintre sont surmontés d'un garde-corps d'attique ajouré en pierre. La travée centrale se compose de la porte d´entrée, de la porte-fenêtre de l´étage s´ouvrant sur un balcon avec un garde-corps en ferronnerie, surmontée d'une lucarne en pierre, encadrée d'ailerons à volutes. Ces baies sont en plein-cintre. La toiture d'ardoise est percée de deux autres lucarnes en œil-de-bœuf en zinc.

L´élévation postérieure (ouest) est identique ; deux bâtiments de dépendance y sont greffés perpendiculairement. L'un abrite un logement dont les ouvertures, encadrées de pierre de taille sont chanfreinées ; l´autre est occupé par une remise et un garage.

Deux ailes de dépendance (chais et cuvier) sont disposées parallèlement au sud.

Le jardin se déploie à l'est de la demeure : il est composé d'allées sinueuses, d'une roseraie et d'arbres aux essences variées (charmes, platanes, saules pleureurs...). Une serre accolée à un pigeonnier (?) est située au sud du château. Un vivier délimite le jardin au sud-est, selon un plan en L : des passerelles et un pont un pierre portant une inscription ([C] A R) permettent de l'enjamber. Il est doté de vannes pour réguler le niveau des eaux. Un puits artésien, aujourd'hui équipé d'une pompe, y est conservé.

Le jardin est clôturé à l'est par un muret avec grille et portail à piliers en pierre de taille, à bossage vermiculé un-sur-deux, avec un couronnement cintré et denticulé, surmonté d'une boule en amortissement : ils portent l'inscription : KIRWAN.

Murs calcaire
pierre de taille
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans croupe

Estuaire

TRAVEE 5
FORBAIE arc plein-cintre
POSRUE en alignement
POSPARC en retrait
ORIENT est
VUE vue étendue
CLOT piliers de portail ; portail ; mur de clôture ; grille
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Extraits bibliographiques

    DANFLOU, Alfred. Les grands crus bordelais. Bordeaux : Librairie Goudin, 1867, t. 1 et 2.

    "Toujours est-il que le château actuel est un palais en miniature ; pour s'en convaincre, on n'a qu'à jeter les yeux sur la photographie que nous en donnons.

    Combien est gracieuse, coquette, cette habitation avec ses balcons, ses toits couverts d'ardoise, ses larges fenêtres où la lumière et l'air peuvent pénétrer à flots.

    Des massifs d´arbres y étalent une luxuriante verdure, et de la terrasse, qui s´étend sur toute la longueur de l´édifice, on jouit de points de vue admirables ; la grande porte d´entrée, avec son plein cintre, semble indiquer que le propriétaire de Château-Kirwan pratique largement l´hospitalité, et qu'il sait remplir avec un goût exquis les devoirs qu'impose la propriété d'un vignoble distingué.

    Ce propriétaire est M. Godard, très honorablement connu des viticulteurs et œnologues girondins. Nous avons visité le château et le vignoble, dans les premiers jours de septembre 1685 [erreur : 1865] ; nous avons vu les pampres chargés de raisins, et nous avons pu nous convaincre que la récolte présentait de magnifiques apparences.

    Pour ce qui concerne la qualité des produits, nous dirons que les courtiers bordelais les placèrent en tête des troisièmes crûs, dans le tableau de classification qu´ils dressèrent à la suite de l´Exposition de 1855".

    GUILLON, Édouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde, avec la description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crus. Tome 3, Bordeaux, 1868.

    "Il fut bâti au XVIIIe siècle par messire Marc de Kirwan, le créateur du cru qui porte son nom et qui en était propriétaire en 1789. Depuis cette époque Château Kirwan a appartenu successivement à M. Deschryver et à M. Godard.

    Ce dernier propriétaire y a joint depuis quelques années le cru de Ganet-Lassalle, qui en était voisin, et qui est aujourd´hui confondu sous le nom de cru Kirwan.

    Ce château moderne n´est à proprement parler, qu´une grande maison carrée, sans tourelles et sans pavillons, mais coquette et gracieuse, avec sa large porte, ses fenêtres sculptées, ses balcons, ses toits ardoisés, sa terrasse, sa blanche façade, ses jardins, ses grands arbres, ses pelouses, ses vastes servitudes nouvellement établies, ses charmilles et ses pièces d´eau entretenues par un puits artésien".

Références documentaires

Documents figurés
  • Archives départementales de la Gironde, 3 P 091 : Plan cadastral, 1826.

  • Plan du logis, encre et papier, par Ernest Minvielle, 1878.

    Archives municipales, Bordeaux : 150 S [fonds Minvielle] rec 227, Cantenac, 91-94)
Bibliographie
  • DANFLOU, Alfred. Les grands crus bordelais. Bordeaux : Librairie Goudin, 1867, t. 1 et 2.

  • GUILLON, Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde, avec la description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crux. Tome 3, Bordeaux, 1868.

  • FERET Edouard. Statistique générale du département de la Gironde. Bordeaux : Féret, 1878.

    p. 159-161
  • FERET Edouard. Personnalités et notables Girondins de l'antiquité à la fin du XIXe siècle. Bordeaux : Féret et L'Entre-deux-mers, 2009, fac-similé de l'édition de 1889.

    p. 285
  • LORBAC Charles (de). Les richesses gastronomiques de la France. Les vins de Bordeaux. I partie. Crus Classés, illustré par Charles Lallemand. Paris : Hetzel, [vers 1868].

  • Schröder et Schÿler, 250 ans d'histoire du vin de Bordeaux. In [catalogue d'exposition]. Bordeaux : [s.n.], 1989.

    p. 20-21
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Bordes Caroline