Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Haut-Bages-Libéral, ancien château Balogues

Dossier IA33005645 réalisé en 2012

Fiche

Œuvres contenues

  • Ferme
    Pauillac, Dauprat, Saint-Lambert, chemin de Balogue
Précision dénomination château viticole
Appellations Haut-Bages-Libéral, Balogues
Parties constituantes non étudiées jardin, mur de clôture, portail, resserre, chai, cuvage, puits, ferme
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Pauillac
Adresse Commune : Pauillac
Lieu-dit : Saint-Lambert
Cadastre : 1825 H 125 à 132 ; 2012 BE 78, 79

Les bâtiments figurent en partie sur le plan cadastral de 1825 au lieu-dit Balogues.

L'appellation Haut-Bages-Libéral a été attribuée à ce site seulement à partir de 1960. Auparavant, un domaine Haut-Bages est mentionné dans l'édition de 1874 de l'ouvrage de Cocks et Féret comme appartenant à Mme Libéral. Il existe aussi à la même époque un cru bourgeois Haut-Bages appartenant à Mme veuve Paul Desse et un château Haut-Bages appartenant à M. Averous, dont une illustration est proposée : il s'agissait d'une chartreuse avec pavillon central à toit brisé et tour d'angle qui a probablement été détruite et dont l'emplacement n'a pas été identifié. Il y a donc confusion entre Balogues et Haut-Bages. Les bâtiments actuels, la demeure et les chais, datent en partie du 18e siècle (baies en arc segmentaire, allèges en ressaut).

Selon les augmentations et diminutions du cadastre, deux maisons sont construites pour le compte de M. Cazeaux en 1860 et 1865 (parcelle H 126).

En 1868, Balogues appartient à Mme veuve Paul Desse. Dans l'édition de 1881, le domaine est indiqué comme appartenant au député Cazeaux. Il s'agit de Barthélémy-Georges Cazeaux-Cazalet (1861-1911), viticulteur originaire de Loupiac, fondateur en 1884 du comice viticole et agricole du canton de Cadillac ; il a publié plusieurs ouvrages sur la viticulture, notamment sur le greffage.

En 1908, Balogues est entre les mains d'Elissagaray, ancien maire de Pauillac, gendre du député Cazeaux : le nom Haut-Bages lui a été accolé. Dans l'édition de 1929, le château Balogues-Haut-Bages est illustré et correspond bien à l'actuel Haut-Bages-Libéral ; il appartient alors à MM. Wagner et van Mens. Dans l'édition de 1982, il est indiqué que le château Haut-Bages-Libéral appartient depuis 1960 à la société civile Charreules, dont les actionnaires sont répartis au sein de la famille Cruse. Le cuvier est mentionné comme ayant été construit suivant les techniques préconisées par les grands œnologues du Bordelais.

En 1982, le domaine est acheté par Claire Villars-Lurton qui engage en 2001 des agrandissements et notamment la construction d'une verrière pour la réception des vendanges, réalisée par l'architecte bordelais Fabien Pédelaborde.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 1er quart 21e siècle
Dates 2001, daté par tradition orale
Auteur(s) Auteur : Pédelaborde Fabien, architecte, attribution par source

Sur le cadastre de 1825, les bâtiments sont disposés en U avec des dépendances situées au sud. On retrouve aujourd'hui la même disposition même si les espaces de vinification ont été largement agrandis à l'est et que les dépendances ont été remaniées. La demeure présente une façade sud donnant sur une cour. En rez-de-chaussée surélevé, elle est accessible par un escalier droit symétrique et dotée d'un étage carré. La façade est composée de trois travées. Les baies du rez-de-chaussée présentent des arcs segmentaires, tandis que celles de l'étage sont à plate-bande. Les appuis des deux fenêtres du rez-de-chaussée sont moulurés et les allèges traitées en léger ressaut. Les appuis des fenêtres de l'étage sont également moulurés et forment un bandeau continu qui court sur l'ensemble des façades. A l'ouest, en retour d'équerre, une aile avec un toit à un pan présente des oculus de forme ovale aveugles. La surface du mur est animée de jambes à bossage et de tables en renfoncement. Les ouvertures ont été modifiées exceptée l'une d'elles présentant un arc segmentaire et un appui mouluré. La cour est délimitée également par le chai qui se trouve dans le prolongement de la demeure, greffé sur sa façade latérale est, ainsi que le pignon d'un ancien chai dont le fronton présente une corniche et des rampants moulurés. Une grille avec un portail, dont les montants en fonte sont ornés de motifs végétaux, clôt la cour au sud. La façade nord de la demeure donne sur le jardin : elle présente le même ordonnancement que la façade principale. Seul l'escalier présente une forme différente : droit et perpendiculaire à la façade, il est accessible par une terrasse. La distribution intérieure s'organise autour d'un vestibule central traversant. Un escalier en bois donne accès à l'étage. L'ensemble de la décoration a été refaite au début du 21e siècle.

Le jardin est délimité au nord par un mur de clôture. Une resserre de plan carré est coiffée d'un toit en pavillon en ardoise. Elle présente 3 portes en plein-cintre et est ornée d'une corniche à denticules. Les chais ont subi de nombreux remaniements : on remarque d'anciennes portes murées ainsi que des oculus aveugles. Les dépendances qui servent aujourd'hui de lieu de stockage conservent une façade nord avec trois baies en plein-cintre. La propriété dispose de deux cuviers, l'un contenant 16 cuves en béton et l'autre 16 cuves en inox. Une verrière, servant de réception des vendanges, relie les deux cuviers.

Murs calcaire
enduit
pierre de taille
moellon
Toit tuile creuse
Étages rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, en rez-de-chaussée
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
croupe
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier symétrique
escalier de distribution extérieur : escalier droit
escalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour
Techniques sculpture
Représentations denticule
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1868 (2e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1881 (4e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1908, enrichie de 700 vues de châteaux viticoles (8e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1929 (10e édition).

  • FERET Edouard. Bordeaux et ses vins, classés par ordre de mérite dans chaque commune.... Bordeaux : Féret et Fils, 1982. 13e édition revue et augmentée par Claude Féret.

  • FERET Edouard. Personnalités et notables Girondins de l'antiquité à la fin du XIXe siècle. Bordeaux : Féret et L'Entre-deux-mers, 2009, fac-similé de l'édition de 1889.

    p. 130
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire