Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Guillonnet

Dossier IA33006204 réalisé en 2011

Fiche

Précision dénomination château viticole
Appellations Château Guillonnet
Parties constituantes non étudiées cour, chai, cuvage, pigeonnier, écurie, grange, portail
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite) - Saint-Ciers-sur-Gironde
Adresse Commune : Anglade
Lieu-dit : Guillonnet
Cadastre : 1828 B3 1604, 1605 ; 2010 B3 3673, 3697, 3698

Les bâtiments paraissent datables entre la seconde moitié du 18e siècle et le début du 19e siècle, par le parti général, les arcs segmentaires de certaines ouvertures et la modénature. En outre, selon une information orale, l´intérieur de l´ancien cuvier porterait la date de 1772 et le vestibule du logis celle de 1806. Le plan cadastral de 1828 montre que les bâtiments sont déjà organisés autour d´une cour. D´après la matrice, la propriété appartenant à M. Lefort est composée de deux maisons (parcelles 1604 et 1605), d´un jardin au sud (parcelle 1063) et des vignes à l´ouest (parcelle 1602). Dans la seconde moitié du 19e siècle, le domaine passe entre les mains du courtier Charles Lalande. C´est à partir de cette période que les bâtiments connaissent quelques transformations : les matrices cadastrales mentionnent en effet une augmentation de construction du logis principal en 1855 (parcelle 1604) et une nouvelle construction du même bâtiment en 1859. La dépendance située au nord de la cour abritant le chai, le cuvier, ainsi que les écuries, est probablement agrandie à cette époque. Le Château Guillonnet est mentionné dans l´édition de Cocks et Féret de 1868 et représente le seul Ier cru bourgeois de la commune, avec une production de 60 à 70 tonneaux : cette information est répétée jusque dans l´édition de 1893. Dans celle de 1898, René Menenteau est le nouveau propriétaire et le reste durant la première moitié du 20e siècle. L´implantation d'une cave coopérative dans la commune en 1948 a pour conséquence l´arrêt de la production viticole du château. Le chai tombe alors en désuétude. La réhabilitation des bâtiments n´intervient que dans la seconde moitié du 20e siècle, lorsque M. Normand rachète le domaine. Un bâtiment situé à l´ouest du logis abrite le nouveau chai à barriques et les cuves en inox et la partie ouest du logis est transformée en salle de dégustation. En 2008, la propriété est agrandie avec la plantation de nouvelles vignes.

Période(s) Principale : 2e moitié 18e siècle
Principale : 1er quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Dates porte la date

Le Château Guillonnet est situé au sud-ouest du hameau du même nom et comprend : un logis et des bâtiments de dépendances organisés autour d´une cour, accompagnés au nord par un bâtiment viticole. Un jardin s´étend au sud et les vignes se déploient à l´ouest. La propriété est délimitée côté route par un muret avec grille et piliers maçonnés ; au centre, un portail monumental est flanqué de deux piliers surmontés d'amortissements. Cette entrée donne directement sur la cour, bordée à l´ouest par le corps de logis, caractérisé par un volume linéaire, composé d´un rez-de-chaussée et d´un comble à surcroit. Sa façade principale bâtie en moellons est organisée selon dix travées marquant une alternance entre deux baies et une porte (celle de la dixième travée est remaniée). Les ouvertures sont en arcs segmentaires. Les deux portes sont à couvrement en arc segmentaire surmonté d´une corniche. Au nord de la cour, le bâtiment abritant les anciennes écuries ainsi que les anciens chais forme un important volume et est couvert d´un toit à croupes. Au sud de la cour, un autre bâtiment de dépendances en rez-de-chaussée est percé d´une porte en arc segmentaire délardé et est prolongée à l´est par un pigeonnier. Ce dernier, formant l´angle sud-est de la cour, est couvert d´un toit en pavillon et présente des trous d´envol. A l´arrière de cet ensemble s´étend un jardin. Le bâtiment viticole, remanié, est localisé au nord de la cour. Une large porte en arc surbaissé est percée sur le pignon est.

Murs calcaire
enduit
moellon
Toit tuile creuse, tuile mécanique
Étages en rez-de-chaussée, comble à surcroît
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
croupe
Techniques sculpture
Représentations vase, guirlande, godron guirlande
Précision représentations

Portail surmonté de vases d'amortissement ornés de godrons, de guirlandes et d'écailles.

Estuaire

TRAVEE 10
FORBAIE linteau droit (fenêtre) ; plate-bande (porte) ; arc segmentaire (porte) ; arc segmentaire (fenêtre) ; corniche (porte) ; chambranle mouluré (fenêtre) ; chambranle mouluré (porte) ; corniche (porte)
POSRUE autre
POSPARC en retrait
POSTOPO vallée
ORIENT est
VUE vue bornée
CLOT mur de clôture ; grille ; piliers de portail ; portail
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • BESCHI Alain, STEIMER Claire, BARROCHE Adrienne (Photographe) et al. Estuaire de la Gironde : paysages et architectures viticoles : Aquitaine Poitou-Charentes. Lyon : Lieux dits, 2015 (Images du patrimoine).

    P. 124.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer