Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Grand-Puy-Ducasse

Dossier IA33005625 inclus dans Quais de Pauillac réalisé en 2012

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • chai
    • cuvage
    • cour
    • portail

Á rapprocher de

Précision dénomination château viticole
Appellations Grand-Puy-Ducasse
Parties constituantes non étudiées chai, cuvage, cour, portail
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Pauillac
Adresse Commune : Pauillac
Adresse : 4 quai Antoine-Ferchaud
Cadastre : 1825 D1 308, 309 ; 2012 AW 47, 766, 770

Une synthèse historique du domaine mentionne un Arnaud Ducasse, marchand à Bordeaux et établi à Pauillac au 17e siècle, à la tête d'un domaine d'environ 4 hectares. Ses fils, Arnaud et Pierre, en 1743, possèdent une maison à Pauillac sur les quais consistant "en vestibule, chambres basses et hautes, cuisine, offices, cuvier et autres bâtiments, cour, jardin fermé, murailles, appartenances et dépendances, tout en un tenant (...)". En 1758, c'est le fils d'Arnaud et neveu de Pierre, Pierre Ducasse, qui hérite de leurs biens. Cette même année, il acquiert une partie du bourdieu Grand-Puy (aujourd'hui Grand-Puy-Lacoste) qui comporte une maison de maître, chai, cuvier, jardins, vignes, prés, bois, aubarède et la métairie de Moussas. Il rétrocédera une grande partie des ces bâtiments à M. Dissac, donnant naissance au château Grand-Puy-Lacoste.

Son fils, appelé également Pierre, prend la succession à sa mort qui survient le 20 août 1797. L'exploitation recouvre alors plus de 60 hectares dont 2/3 plantés en vigne. C'est lui qui fait construire, certainement vers 1820, la demeure actuelle. Sa veuve Jenny Dumas administra Grand-Puy-Ducasse jusqu'en 1835, date de son décès. L'inventaire après décès donne une description du contenu du cuvier qui abritait trois pressoirs et 10 cuves en bois de chêne. Les autres bâtiments consistaient en chais, grenier à grain, remise, chai à bois, buanderie, grenier à foin, écurie, basse-cour, logement du jardinier et maison de l'homme d'affaire. Leurs filles, Clémence et Paméla, se marièrent respectivement avec Adrien de Chauvet et Jean-François Duroy de Suduiraut ; Clémence était déjà décédée en 1835 et Paméla mourut en 1838. La succession ne fut définitivement réglée qu'en 1858. L'édition de 1868 de l'ouvrage de Cocks et Féret mentionne et illustre le château Ducasse Grand-Puy appartenant au baron Duroy de Suduiraut. Il est indiqué qu'il est "depuis 150 environ dans la famille de M. le baron Duroy de Suduiraut, Pierre Paulin, petit-fils de M. Ducasse. Il est divisé en trois grandes parties : l'une, au nord de Pauillac, est attenante aux crus de Pontet-Canet et de Mouton-d'Armailhacq ; une autre est située à l'ouest de Pauillac, au lieu même de Grand-Puy, vaste vignoble qui fut démembré au milieu du siècle dernier ; à cette époque M. Ducasse an acquit une grande partie et donna à son cru le nom de Ducasse-Grand-Puy ; la troisième partie se trouve contigüe au cru de Batailley (...). De vastes chais, une spacieuse et confortable habitation situés sur les bords du fleuve, à Pauillac même, en forment le centre d'exploitation". L'édition de 1908 offre également une illustration. En 1932, une société civile est créée. Après la guerre, la demeure devint le siège de la commanderie de Bontemps créée en 1949. En 1971, elle passe entre les mains de de la maison de négoce bordelais Mestrezat-Preller. Le cuvier inox a été installé à la fin des années 1980. Depuis 2004, Château Grand Puy Ducasse compte parmi les propriétés de CA Grands Crus, filiale du Groupe Crédit Agricole. L'intérieur du château a été redécoré dans les années 2006.

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle

La demeure est située sur les quais de Pauillac, en fond de cour et encadrée de bâtiments de dépendance formant une cour en U, délimitée par un muret avec grille et portail. Composée d'un étage carré, la maison présente une façade ordonnancée de 9 travées. La travée centrale formant un léger ressaut est surmontée d'un fronton triangulaire souligné d'une corniche à modillons et percé d'un oculus. Un bandeau médian sépare rez-de-chaussée et étage ; un autre bandeau relie les appuis des fenêtres de l'étage. La façade postérieure en moellons présente des irrégularités, traces de remaniements et de reprises peut-être d'un bâtiment plus ancien. A l'intérieur, 6 pièces s'organisent en enfilade. Un escalier tournant à jour est situé dans la partie sud. Côté nord, depuis la cuisine, on accède à un caveau souterrain voûté. A l'étage, un long couloir, côté ouest, dessert les chambres. L'aile sud est en rez-de-chaussée surélevé avec un caveau voûté en soubassement ; elle abrite aujourd'hui des bureaux. L'aile nord était composée d'un bâtiment à étage carré qui devait correspondre au logement du régisseur. Il est accolé à un bâtiment servant peut-être d'écurie (aujourd'hui salle de réception) et qui communique avec le cuvier et le chai. Un autre bâtiment, probablement un cuvier, est construit dans le prolongement mais n'appartient pas au domaine de Grand-Puy-Ducasse.

Murs calcaire
pierre de taille
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, en rez-de-chaussée
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
croupe
Escaliers escalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie
États conservations remanié, restauré
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Collection particulière, Notice historique du domaine de Grand-Puy-Ducasse, s.d..

Documents figurés
  • Photographie, façade principale. Photographie, vers 1868 [photographie identique à celle publiée dans l'ouvrage d'Alfred Danflou] [AD Gironde, 9 J 260].

Bibliographie
  • COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1908 (8e édition).

    p. 236-237
  • COCKS, Charles, FERET, Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : 2e éd. Féret, 1868.

    p. 138
  • DANFLOU, Alfred. Les grands crus bordelais. Bordeaux, s.d. [1867], t. 2.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire