Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château fort dit tour de Puy-de-Châlus

Dossier IA24001230 réalisé en 2009

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations tour de Puy-de-Châlus
Dénominations château fort
Aire d'étude et canton Montpon-Ménestérol - Montpon-Ménestérol
Adresse Commune : Montpon-Ménestérol
Lieu-dit : Pey Chalud
Cadastre : 1844 D2 738, 739 ; 1957 D2 811

Le site de Puy-de-Châlus a été occupé à l'époque gallo-romaine, ainsi que le signalent les écrits du 18e siècle (témoignage des années 1759-60) et que l'attestent les fouilles du sommet du monticule en 1891, ayant mis au jour quatre monnaies (médailles de Probus, 276-282, selon Taillefer) et des tessons romains, ainsi qu'"une muraille de 1m50 d'épaisseur et d'une longueur non encore déterminée [...] qui devait constituer autrefois le côté est des fondations d'une tour carrée [...] bâti[e] en énormes briques rouges, réunies par un ciment fort dur [...] ; à 8 mètres de l'angle sud-est de cette construction, les briques ne sont plus disposées en couches à plat mais rangées en plein cintre". Une enceinte plus ancienne a vraisemblablement précédé la construction du château médiéval. Mentionné pour la première fois en 1273 comme "Podium de Caslutz seu Chaslutz" (transaction relative aux limites entre les seigneuries de Gurson et de Montpont), le château de Puy-de-Châlus est dénommé "Castrum de Poy Chalus " en 1376. Aux 13e et 14e siècles, la forteresse du Puy-de-Châlus était le siège de la châtellenie de Montpon qu'elle séparait de celle de Gurson et se trouvait à proximité d'une voie de communication nord-sud. La possession du lieu fut toutefois disputée entre les deux seigneuries et un texte du 13e siècle évoque une "sentence arbitrale rendue par Géraud V, comte d'Armagnac, entre Archambaud II, comte de Périgord et Jean de Grailly, seigneur de Gurçon, par laquelle une moitié de Puy-de-Châlus est attribuée à la châtellenie de Montpon et l'autre à celle de Gurçon". Sa position géographique, au contact de l'Aquitaine anglaise et du comté du Périgord, dont il dépendait, plaça le site castral au cœur des conflits de la guerre de Cent Ans. Le château fut détruit pendant les guerres de Religion. La lecture du plan cadastral napoléonien montre la présence de vestiges dans la première moitié du 19e siècle.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 13e siècle
Principale : Gallo-romain

Situé à environ quatre kilomètres au sud du bourg de Montpon, le château, aujourd'hui disparu, était campé au sommet d'une butte naturelle haute de 131m. Le site accueille aujourd'hui un réservoir d'eau et une antenne relais de télévision.

États conservations vestiges
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Carte de Belleyme, planche n°21, 1762-1783.

  • Plan cadastral napoléonien de Montpon-sur-l'Isle, 1843. Section Les Quatre Vents, feuille D2.

    Archives départementales de la Dordogne : 3 P 3 3267
  • IGN. Carte topographique de la France à 1/50 000 : Montpon-Ménestérol. Série orange, feuille 1735. 2e éd., Paris, IGN, cop. 1981.

Bibliographie
  • ARAGUAS Philippe, FAYOLLE-LUSSAC Bruno, GAUTHIER Marc, MARQUETTE Jean-Bernard. Recherches sur l'habitat fortifié d'époque médiévale en Périgord. Bordeaux : Université de Bordeaux III, CROS, 1981.

    p. 22.
  • GOURGUES Alexis de. La Dordogne. Dictionnaire topographique du département. Paris : Res Universis, 1992, fac-similé de l'édition de 1873 (Monographies des villes & villages de France).

    p. 208, 255.
  • JOURDAIN DE LA FAYARDIE Henri. Mémoires. 1759-1760.

    p. supplé. manuscrites.
  • PENAUD Guy. Dictionnaire des châteaux du Périgord. Bordeaux : Sud Ouest, 1996.

    p. 223.
  • SECRET Jean. Les églises du Ribéracois. Périgueux : éditions Fontas, 1958.

    p. 120.
  • TAILLEFER Henry de. Antiquités de Vésone, cité gauloise remplacée par la ville actuelle de Périgueux, ou description des monumens religieux, civils et militaires de cette antique cité et de son territoire, précédée d'un essai sur les Gaulois, II, 1821-1826.

    p. 189-190.
  • TATIN Robert. Sylva Edobola. 1956.

    p. 118.
Périodiques
  • FAYOLLE Marquis de. "Observations sur les mottes féodales du Périgord", Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, 1911.

  • TAILLEFER Henry de. "Séance du jeudi 5 mars 1891", Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, XVIII, 1891.

    p. 116-117.
  • TAILLEFER Henry de. "La seigneurie de Montpon en Périgord (1344-1789)", Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, XLIII, 1916.

    p. 271.
  • VILLEPELET Ferdinand. "Le Périgord aux archives des Basses-Pyrénées", Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, t. XVIII, 1880.

    p. 333.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Dordogne - Becker Line - Pagazani Xavier - Provost Marion