Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Falfas

Dossier IA33008766 réalisé en 2014

Fiche

Á rapprocher de

Précision dénomination de maître
Parties constituantes non étudiées chai, cuvage, remise agricole, grange, logement, puits, portail
Dénominations maison, manoir
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite)
Hydrographies Gironde la Dordogne la
Adresse Commune : Bayon-sur-Gironde
Lieu-dit : Béchade
Adresse : R. D. 133E7
Cadastre : 1820 A 295 ; 2015 A 718 à 720

Le château Falfas serait construit à l'emplacement du pavillon de chasse des seigneurs de Lansac aux 14e et 15e siècles, puis de la maison noble des seigneurs de Riveaux.

Le château appartenait au 17e siècle à la famille Farfal qui compte Gaillard Farfal, avocat au parlement de Bordeaux, mort en 1683, et Antoine Farfal, seigneur des Rivaux. C'est cette famille qui fait construire le château et lui donne son nom, déformé, de Falfas.

Selon Paul Roudié, le château pourrait dater de 1630. Les chaînages d'angle, les fenêtres à traverse et meneaux, les lucarnes et le décor sculpté correspondent à une construction du début 17e siècle. L'architecture a été comparée à celle de l'hôtel Lecomte, rue du Mirail à Bordeaux. L'appentis qui double le corps de logis et qui est équipé de la tourelle en encorbellement a sans doute été ajouté dans un second temps, mais probablement assez rapidement au vu du style des ouvertures et de cette tourelle.

Des remaniements y ont été apportés au 18e siècle : ainsi, une fenêtre de la façade ouest porte la date de 1771. La terrasse avec ses ferronneries date aussi sans doute de cette époque. Sur la carte de Belleyme, le site apparaît sous le nom "les Rivaux".

Par alliances matrimoniales, les familles de Launay, de Laborde et de Briançon se succèdent au 18e siècle.

Des bâtiments figurent à cet emplacement, au lieu-dit Béchade, sur le plan cadastral de 1820. A cette époque, le domaine appartient à la famille Béchade : Vital Béchade, né à Bordeaux en 1756, pourvu en 1785 de la charge de conseiller en la Cour des aides, conseiller à la Cour de Bordeaux, reçut le 16 juillet 1819 par lettres patentes du roi Louis XVIII le titre héréditaire de baron avec anoblissement en tant que besoin et avec institution en majorat de son domaine de Lanzac, en Périgord. Il est aussi propriétaire du château de la citadelle de Bourg. Il acquiert Falfas en 1810 ; il meurt en 1842 laissant un fils, Jean-Jacques Émile, baron de Béchade, né en 1794, qui fut de 1827 à 1862 conseiller à la Cour de Bordeaux, et une fille, la vicomtesse de Chasteigner : il s'agit d'Eléonore de Béchade qui épouse le 27 février 1821 François Casimir de Chasteigner (leurs armoiries d'alliance figurent sur une verrière de l'église de Bayon).

En 1893, le domaine appartient à Emilien Destanque et produit 180 tonneaux. Les lambris bas boisés et le plafond peint dans le salon datent sans doute de la fin du 19e siècle. C'est probablement à cette époque également que les chais et cuviers sont reconstruits.

L'iconographie du 19e siècle témoigne des transformations du château : fenêtres à meneaux et fenêtres simples à traverse devenues portes, fenêtre murée, souche de cheminée ajoutée...

Au 20e siècle, une cuisine est greffée sur le pignon nord.

Période(s) Principale : 1ère moitié 17e siècle
Secondaire : 3e quart 18e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Dates 1771, porte la date

Le château de Falfas se situe sur les hauteurs de Bayon, entouré de vignes. Il se compose d'un corps de logis rectangulaire sur lequel viennent se greffer deux pavillons carrés. Un escalier en vis en pierre distribue les pièces du corps principal et du pavillon sud. Le rez-de-chaussée du pavillon nord-est abritait une chapelle à voûte en arc de cloître déprimée. La grande salle du rez-de-chaussée accueille un salon. Une tourelle en encorbellement couverte d'ardoise est greffée à l'angle nord-ouest de l'appentis qui double le corps de logis.

La porte donnant accès à l'escalier intérieur, à la jonction entre le corps principal et le pavillon sud, présente un décor soigné : l'arc en plein-cintre mouluré est orné de trois clés passantes en table et pointe de diamant. Il est surmonté d'un fronton interrompu à volutes rentrantes percé d'un œil de bœuf et soutenu par des consoles sculptées. Une bretèche est aménagée au-dessus de la porte ornée d'une table moulurée ornée d'un cuir découpé et d'un médaillon lisse couronné d'un heaume et de feuillage. Une ouverture est ménagée au-dessus de ces éléments sculptés. Les baies du rez-de-chaussée ont été modifiées : elles étaient équipées d'un meneau, chacune des parties étant surmontée d'une table avec corniche continue. A l'étage, les fenêtres sont à traverse et meneau. Les encadrements de toutes ces ouvertures sont en pierres de taille harpées. Les fenêtres de l'étage des deux pavillons présentent un décor spécifique de modillons sculptés de masques grimaçants, de visages d'hommes et de femme. Ces pavillons sont dotés de lucarnes à frontons triangulaires. Le corps de logis principal présente un pignon découvert avec amortissements au sommet et au niveau des crossettes formées par les rampants assisés en sifflet. On ne retrouve pas les modillons sculptés sur les fenêtres : seuls deux pots sont sculptés encadrant l'allège de la fenêtre de comble du pignon sud.

De hautes souches de cheminée en pierre de taille sont couronnées d'amortissements.

Chais et cuvier sont abrités dans deux longs vaisseaux au sud du château.

Un portail avec grande arche surbaissée et porte piétonnière donne accès à la cour du château. Un autre portail dans la cour dessert le bois. Un escalier conduit à un puits ménagé sous la terrasse.

Murs calcaire moellon enduit
Toit tuile creuse, ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble
Couvertures toit à longs pans pignon découvert
toit en pavillon
toit conique
Escaliers escalier intérieur : escalier en vis sans jour, en maçonnerie
Techniques sculpture
Représentations volute, pointe de diamant, médaillon, heaume, cuir découpé, tête d'homme, tête de femme, masque

Estuaire

TRAVEE non applicable
FORBAIE arc plein-cintre (porte) ; agrafe (porte) ; couvrement saillant (porte) ; plate-bande (fenêtre) ; chambranle mouluré (fenêtre) ; plat-bande (porte) ; corniche (porte)
POSRUE autre
POSPARC en retrait
POSTOPO coteau
Statut de la propriété propriété privée
Protections inscrit MH, 2008/01/03
Précisions sur la protection

Le château en totalité (cad. A 719) : inscription par arrêté du 3 janvier 2008.

Annexes

  • Documentation sur la fontaine de Falfas

    AD Gironde, 2 O 777. Délibération du conseil municipal, 18 avril 1888.

    Approuvant le traité entre la commune et M. Largeteau propriétaire du domaine de Falfax : ce dernier s'engage à faire construire une fontaine et faire nettoyer l'abreuvoir, la commune assurant l'entretien.

    AD Gironde, 2 O 775. Extrait du procès-verbal des délibérations du conseil municipal : Donation par M. et Mme Bonnefon de la fontaine et du vivier de Falfas à la commune, 1913/06/01.

    Mme Fernand Bonnefon, née Irène Bichon, et Fernand Bonnefon offrent à la commune de Bayon la fontaine et le vivier de Falfas qu'ils ont acquis dernièrement par acte authentique passé devant Me Perron, notaire à Gauriac, le 4 mai 1912, ainsi que le petit sentier qui conduit à la dite fontaine et une superficie de terrain d'une contenance de 6 ares environ.

  • Documentation complémentaire

    AD Gironde. E suppl 2454 – GG1

    -Cérémonies du baptême de Jean-Baptiste, fils de Guillaume de Launay, sieur de la Duboisserie et d’Anne de Farfal.

    -Inhumation d’Antoine Farfal, seigneur des Rivaux (19 novembre 1709).

    -Baptême de Marie, fille de Gaillard Farfal, avocat au Parlement, et de Françoise de Laborde.

    AD Gironde. E suppl 2455 – GG2

    -Mariage entre Guillaume Delaunay, receveur au bureau de la Comptablie de Bourg, et Anne de Farfal (5 février 1674).

    -Mariage entre Thomas de Rostegui, écuyer, sieur de Tastes, et Marie Farfal (25 novembre 1676).

    -Inhumation de Françoise Laborde, épouse de Gaillard Farfal (27 décembre 1673).

    -Inhumation de Gaillard Farfal, sieur Des Rivaux (16 avril 1683).

    -Baptême de Marie, fille de M. de Launé, seigneur des Rivaux, et de Marie Rapet (7 septembre 1711).

    AM Bayon-sur-Gironde, Archives de la fabrique. Autorisation de l'archevêque de Bordeaux pour la création d'une chapelle au château de Falfas, 1892/02/23.

    Autorise M. l'abbé Destanque, aumônier des enfants assistés, à établir le chemin de la Croix dans l'oratoire privé appartenant à son frère à Bayon.

Références documentaires

Bibliographie
  • COQUILLAS Didier. Les rivages de l'estuaire de la Gironde du Néolithique au Moyen-Age. Thèse d'histoire : Bordeaux 3, 2001.

  • GUILLON Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde. Bordeaux : Coderc, Dégréteau et Poujol, 1866-1869, tomes 1 à 4.

    tome 2, p. 213
  • LARRIEU Bernard (Dir), DUCLOT Jean François (Dir). Léo Drouyn, les albums de dessins. Léo Drouyn en Haute-Gironde

    p. 92-93 Archives départementales de la Gironde : BIB MF 977 (12)
  • ROUDIÉ Paul. "Manoirs et maisons de campagne du XVIIe siècle en bordelais". 104e Congrès national des Sociétés savantes. Bordeaux, 1979, p. 397 à 411.

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire