Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Deganne ou casino

Dossier IA33002203 réalisé en 2011

Fiche

Appellations dit Château Deganne
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Arcachon (commune)
Adresse Commune : Arcachon
Adresse : 161 boulevard de la Plage
Cadastre : 2013 AE 947

Le grand projet immobilier de création de la ville d'Hiver d'Arcachon fit aussi la fortune d'Adalbert Deganne. Ingénieur né dans la Marne en 1817, A. Deganne vient travailler pour la ligne de chemin de fer Bordeaux - La Teste. Il rencontre alors la jeune Nelly avec qui il se marie et qui lui apporte en dot une grande partie des terrains formant aujourd'hui la ville basse d'Arcachon. Le château auquel il laisse son nom a été construit pour lui en 1853. La ressemblance avec le château de Boursault dans la Marne est évidente. La demeure emprunte des éléments du vocabulaire architectural de la Renaissance. Le château actuel est le résultat de plusieurs remaniements importants. Adalbert Deganne n'y habita presque jamais. Le prestige de sa belle demeure lui suffisait : il n'y passa d'ailleurs que ses derniers jours, en 1886. Les héritiers d'Adalbert Deganne prêtèrent un temps le château pour accueillir un pensionnat de jeunes filles puis il devint un casino, en 1902. Les architectes Marcel Ormières -fils d'Eugène, auteur de centaines de villas à Arcachon et Alphonse Peigne sont chargés des travaux qui sont achevés en 1904 : un escalier à double révolution aboutit maintenant au vestibule des salons. Sous l'escalier se trouve une grande galerie qui traverse toute la largeur du château et permet au public d'accéder au hall donnant sur le Bassin. Le côté front de mer est agrandi, une salle de concert ayant été construite sur l'ancienne terrasse. Des cartes postales montrent ce grand ensemble relativement épargné par les deux guerres. Acheté par la ville en 1989, le château est rénové, mais la salle dite des Ambassadeurs et le théâtre sont démolis. Une salle des congrès et un auditorium sont installés en 1991. Le chantier de ce Palatium a été confié au cabinet d'architectes bordelais Trinqué et Tournier avec collaboration de l'agence arcachonnaise de l'architecte Yvan Dupouy. Placé dans la perspective de la large avenue du Général-de-Gaulle -anciennement rue du Château aménagée par A. Deganne l'édifice a tout l'aspect d'un casino récemment construit.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates 1853, daté par source
1904, daté par source
1989, daté par source
Auteur(s) Auteur : Ormières Marcel,
Marcel Ormières (24/06/1853 - 10/02/1941)

Notices biographiques : Ferret P. 481 et Guérin : Des hommes et des activités.

Les villas Ormières d'Arcachon, Le Festin n°89, 2014


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Ormières Eugène,
Eugène Ormières

Signature portée sur l'élévation de la rue Lamartine.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Peigne Alphonse, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Trinqué, architecte, attribution par source
Auteur : Tournier, architecte, attribution par source
Auteur : Dupouy, architecte, attribution par source
Personnalité : Deganne Adalbert, commanditaire, attribution par source

L'édifice est construit en pierre. Il présente un niveau de soubassement, 2 étages carrés et 1 étage de comble éclairé par des lucarnes en chien assis. Le corps de logis principal est de plan rectangulaire. Il est couvert par un toit à longs pans et croupes (ardoise). Pour l'élévation antérieure : la partie centrale est composée de 3 travées, elle est couverte par un toit en pavillon, avec de part et d'autre 3 autres travées. De part et d'autre de ce corps principal, un pavillon couvert par un toit en pavillon (tourelles dans l'angle couvertes d'un toit conique). Sur l'élévation postérieure (côté mer) la partie centrale en saillie par rapport au corps principal du logis était de plan polygonal, couverte par un toit polygonal. Le corps de logis principal est cantonné de tours (toit conique).

Murs pierre
Toit ardoise
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 2 étages carrés, étage de comble
Couvertures toit à longs pans
toit conique
toit en pavillon
croupe
Escaliers escalier de distribution extérieur
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • BOYE Michel. Arcachon de A à Z. Saint-Cyr-sur-Loire : Alan Sutton, 2009.

    P. 87-90
  • KELLER Eliane. Arcachon. Métamorphoses. Editions Equinoxe, 1992.

    P. 26-29 (Ill.)
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Charneau Bertrand