Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château de Sauveboeuf

Dossier IA24004005 réalisé en 2014

Fiche

Parties constituantes non étudiées pigeonnier
Dénominations château
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - canton du département 24
Adresse Commune : Aubas
Lieu-dit : Sauveboeuf
Cadastre : 2015 AB 01 ; 1813 B1 2

Mentionné dès 1365, l’"hospitium de Sauvebuo" appartient au XVe siècle à la famille de Ferrières : "Guido de Ferreriis, domicellus, dominus de la Brunia et de Salvobuou, parochie de Aubasio, dioc. Sarlatensis" (17 juin 1440). La première description (succincte) du domaine est délivrée dans un mémoire sur la châtellenie de Montignac et de ses paroisses rédigé pour Alain d’Albret, comte du Périgord, en 1502 : "En la paroisse du Bas [Aubas], pauvre paroisse et de petite étendue, ne paye nul guet, en laquelle y a un gentilhomme nommé Salvebœuf, qui tient sa metayrie franche, son hostel noble de Saulvebœuf, et est ladite métayrie franche de guet commun". Dès cette époque, les Ferrières sont l’une des familles influentes du Périgord, qui compte dans ses rangs des officiers du roi et des abbés. Le domaine passe au milieu du siècle à Jean II de Ferrières, qui fait une brillante carrière à la cour de France et dans la province de Guyenne. Décédé peu après 1566, il laisse tous ses biens à son fils aîné encore mineur, Jean III de Ferrières. Celui-ci fait un mariage qui lui est fort favorable le 3 octobre 1595 avec Claude des Cars, fille et héritière de François, comte des Cars, chevalier des ordres du roi, et de Claude de Bauffremont. Dans le contrat de mariage, Sauvebœuf est désigné comme "chasteau" pour la première fois : le domaine comprend alors "tous les cens, rentes, droictz et debvoirs seigneuriaulx, domaines, héritaiges, boys, champfroys, jardrins, guarenne et générallement avec touctes ses autres appartenances, déppendances". De cette observation et de la description (en somme, un château environné par des jardins, une garenne, des bois et d'autres terres), on doit aussi inférer que des travaux importants avaient eu lieu dans le courant du XVIe siècle – peut-être, comme souvent en Périgord, à la suite de destructions intervenues au cours de la guerre de Cent Ans.

Jean de Ferrières, après avoir été fait chevalier de l’ordre de Saint-Michel (1596-97) et maréchal des camps et armées du roi (1597 ; brevet remis encore en 1621), après avoir également acheté à Henri IV les droits de justice sur les paroisses d’Aubas et du Cheylard qui lui octroient des pouvoirs étendus sur un territoire d'environ 25 km2 (1598 et 1600), décide de bâtir a novo un "vrai" château, afin de matérialiser dans la pierre ces changements de statut, de sa terre et de lui-même. Le château neuf semble avoir été réalisé en deux phases de chantier, la première à partir de 1623-1624, la seconde de 1631. Ces travaux peuvent être attribués sur critères stylistiques et de mises en œuvre à l'architecte Nicolas Rambourg, à qui l'on doit les châteaux d'Excideuil et de Hautefort.

Partisan de Gaston d’Orléans qu’il tente de soutenir en levant des troupes, Jean de Ferrières sort vaincu avec les autres insurgés à la bataille de Castelnaudary remportée par l’armée royale commandée par le maréchal de Schomberg (1er septembre 1632). Condamné à la peine de mort avec son fils aîné Charles-Antoine, il est contraint de s’exiler en Espagne et décède peu après. Par mesure de rétorsion, sur ordre de Richelieu, décision est prise du "razement de la maison de Sauvebœuf" en 1633. En réalité, Sauvebœuf ne fut que dérasé.

Bien que Charles-Antoine de Ferrières retrouve peu après la faveur royale et que le domaine est érigé en marquisat par Louis XIII vers 1635, le nouveau seigneur semble délaisser Sauvebœuf pour ses domaines du Limousin. En effet, du château entièrement découvert à ce moment, seul le pavillon postérieur droit (nord-est), qui abrite le logis seigneurial, reçoit une nouvelle charpente en 1638 ; et il faut attendre les années 1647/48, soit quatorze ans après le "rasement", pour que le château fasse enfin l'objet d'une campagne de réparations et de recouvrement de l'ensemble de ses parties hautes. Un acte du 9 février 1657 précise que Charles-Antoine de Ferrières "demeur[e] ordinairement à Pierrebuffière", seigneurie qui a, entre autres avantages, celui de lui donner le titre prestigieux de premier baron du Limousin.

La descendance de Charles-Antoine de Ferrières s’éteint avec Marie-Anne de Ferrières, mariée en 1716 à Charles, marquis de Vassan, décédée vers 1765. La fille unique issue de ce mariage, Marie-Geneviève de Vassan, épouse en secondes noces, en 1743, Victor Riquetti (ou Riquetty), marquis de Mirabeau ; elle est la mère du célèbre tribun, qui fit plusieurs séjours à Sauvebœuf. De 1743 à 1745, les époux y font des réparations et mènent grand train. Dans des circonstances qu’on ignore, le domaine revient ensuite à une branche cadette des Ferrières : François de Ferrières, marquis de Sauvebœuf, né au château du Moulin-d’Arnac en 1750, en est propriétaire en 1769. Revenu de son exil après la Révolution (le château avait été mis sous scellés et inventorié en 1793), François de Ferrières vend le domaine au citoyen Chassagne-Latrade (maire d’Aubas en 1813) pour le prix de 80 000 francs par acte passé à Brive le 16 octobre 1803. Sauvebœuf est ensuite revendu, en 1854, au général Deffis ; celui-ci n’a qu’une fille, qui épouse le commandant du génie Baillemont ; leur unique enfant, Mme Bayeron, en hérite. Mme Oberkampff de Dabrun (née Le Cointe) s’en rend acquéreur au tribunal de Sarlat le 19 juin 1891. Dans un article du Bulletin monumental consacré aux fontaines de Sauvebœuf paru en 1893, le baron Émile Oberkampff de Dabrun précise que le château fait "actuellement l’objet de réparations importantes". Les signes les plus évidents de ces travaux de réfection sont aux frontons placés en plusieurs endroits du château : à une lucarne sur cour du pavillon nord-ouest, avec la date "1892" et la mention "renovavit oberkampf de dabrun" ; aux lucarnes du corps de logis, qui présentent un cartouche ovale central portant les chiffres "OE" (pour Émile Oberkampff de Dabrun), "ZO" (pour son épouse Zélia Oberkampff, née Guizot) ou "HO" (pour leur fille Henriette) ; à la porte d’entrée et sur une grande cheminée, à l’intérieur, sculptés aux armes de la famille. Dans le même temps, après la terrible crise du phylloxéra des années 1870-1880, Émile Oberkampff de Dabrun replante des vignes dans son domaine : "un vignoble rouge admirablement situé et soigné de la façon la plus parfaite. Ses vins, faits selon toutes les règles de la science moderne, sont des meilleurs de la contrée et constituent d’excellents vins d’ordinaire". Le château passe par la suite entre différentes mains. Il est inscrit partiellement au titre des Monuments historiques en 1987, et en totalité en 2009. Des travaux de rénovation ont été menés récemment : les couvertures et les planches sont refaits ; les arcades en anse de panier de l’aile est, murées au XIXe ou au XXe siècle, sont rouvertes.

Période(s) Principale : 2e quart 17e siècle
Secondaire : 2e quart 17e siècle
Secondaire : milieu 17e siècle
Secondaire : 2e quart 18e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Dates 1624, datation par dendrochronologie
1631, datation par dendrochronologie
1650, datation par dendrochronologie
1861, porte la date
1892, porte la date, daté par source
Auteur(s) Auteur : Ferrières Jean de,
Jean de Ferrières

Chevalier de l'ordre de Saint-Michel, maréchal des camps et armées du roi, seigneur de Sauvebœuf, Pontbreton, la Tereyrere, Saint-Michel et Beaulieu, mort après le 1er septembre 1632.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
auteur commanditaire, attribution par travaux historiques
Auteur : Rambourg Nicolas,
Nicolas Rambourg ( - 1649)

Voir : Simone Gendry, "Nicolas Rambourg, architecte et sculpteur en Périgord (1559 ? - 1649)" Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1969, tome 96, p. 31-69.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, (?), attribution par travaux historiques, attribution par analyse stylistique

Situé dans un méandre de la vallée de la Vézère, en bordure immédiate de la rive gauche et face à un versant karstique qui domine à cet endroit la vallée depuis l’autre rive, le château de Sauvebœuf se dresse isolé dans la plaine alluviale, surplombant de quelques mètres le cours de la rivière. Il comprend un corps de logis principal en fond de cour (au nord), flanqué de deux grands pavillons quadrangulaires, et un corps de galerie en retour d’équerre à droite (est). Deux pavillons antérieurs (au sud-ouest et au sud-est) complètent l’ensemble. La cour est fermée au sud et à l’est, entre les pavillons, seulement par un mur bas et des piliers entre lesquels prenaient place des grilles en fer. Les fragments d’une ancienne fontaine monumentale sont aujourd’hui remontés dans le garde-corps bordant la Vézère au nord et en appliques aux rez-de-chaussée de l’aile droite.

Murs calcaire moyen appareil
calcaire moyen appareil enduit d'imitation
calcaire moyen appareil bossage
Toit ardoise
Plans plan carré régulier
Étages étage de soubassement
Couvrements
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures terrasse
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie
Techniques maçonnerie
sculpture
Représentations armoiries, blason fronton

Mirabeau, le célèbre orateur, y résida dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvre maison d'homme célèbre
Protections inscrit MH, 2009
Précisions sur la protection

Inscrit partiellement au titre des Monuments historiques en 1987, et en totalité (le château, son terrain et la balustrade nord sur la Vézère ; cad. AB2) en 2009.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Pièces orig. 1132 (fr. 27 616), dossier n° 25 951. Archives originales concernant la famille de Ferrières, seigneurs de Sauvebœuf, 1317-1637.

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Pièces orig. 1132 (fr. 27 616), dossier n° 25 951
  • 1 Mi 391 (Fonds Périgord), 164 (famille De Fellets), fol. 37. Transcription d’un texte original mentionnant "nobilis viri Guido de Fereris, domicellus dominus de La Brunia et de Salvobuou, parochie de Aubasio, dioc. Sarlatensis", 17 juin 1440.

    Archives départementales de la Dordogne : 1 Mi 391 (Fonds Périgord), 164 (famille De Fellets)
  • E. 660. (Cahier in-4°, 5 feuillets, papier). Montre des nobles de Périgord faite pour Alain d'Albret, s.d. (XVe siècle).

    Mention du seigneur de Sauvebœuf Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques : E. 660
  • E. 666. (Cahier in-4°, 9 feuillets, papier). Hommages rendus à Alain d'Albret, comte de Périgord et vicomte de Limoges, par : Héliot de Ferrières, seigneur de Sauvebœuf, de Corn et de La Robertie, 1509.

    Mention d'Héliot de Ferrières, seigneur de Sauvebœuf, de Corn et de La Robertie Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques : E. 666
  • E. 782. (Carton. 2 pièces, parchemin ; 16 pièces, papier. 1502-1514). Rôle des nobles de la châtellenie de Montignac qui devaient l'hommage au comte de Périgord, entre 1502 et 1514.

    Hélie de Ferrières, seigneur de Sauvebœuf Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques : E. 782
  • E. 696. (Carton. 5 pièces, parchemin ; 4 pièces, papier, 1316-1567).

    Rachat des justices de Bars et Saint-Michel, par Jeanne d'Albret, reine de Navarre, au seigneur de Sauvebœuf, (1567 ?). Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques : E. 696
  • Procuration donnée par Gilles de Noailles pour accepter la tutelle de Jean [III] de Ferrières, écuyer, fils mineur de feu Jean [II] de Ferrières, 12 septembre 1572.

    Archives privées (château de Lajudie, Haute-Vienne). Fonds Linards : E04
  • Sentence du sénéchal du Périgord pourvoyant aux tuteurs de Jean [III] de Ferrières, écuyer, fils mineur de feu Jean [II] de Ferrières, 1er octobre 1572.

    Archives privées (château de Lajudie, Haute-Vienne). Fonds Linards : E04
  • Bibliothèque nationale de France. Pièces Orig. 1132 (fr. 27 616), dossier n° 25 951, pièces n° 6-9. Acte d’acquisition par Jean de Ferrières, seigneur de Sauvebœuf, de la haute, moyenne et basse justice d’Aubas, 23 juillet 1598.

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Pièces Orig. 1132 (fr. 27 616), dossier n° 25 951, pièces n° 6-9
  • AD Pyrénées-Atlantiques. B. 1912. (Carton. 3 pièces, parchemin, et 2 pièces, papier). Ventes de la justice d'Aubas en faveur de Jean de Ferrières, seigneur de Sauvebœuf, 1598-1599.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques : B. 1912
  • B. 1916. (Carton. 4 pièces, papier). Vente de fiefs sur le domaine de Périgord à Jean de Ferrières, sieur de Sauvebœuf, etc., 1600.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques : B. 1916
  • IV E 5. Archignac. Rôles des frais faits pour les six carabins assistant au rasement de la maison de Sauvebœuf,1633.

    Archives départementales de la Dordogne : IV E 5
  • AD Gironde. C 2331. Hommages du Périgord. Aveu rendu par Joseph de Ferrières, seigneur de Sauvebœuf, 1679-1680.

    Archives départementales de la Gironde : C 2331
  • Inventaire du château de Sauveboeuf dressé les 20 et 21 avril 1695.

    Archives départementales de la Haute-Vienne : 4 E 31
  • C 4156, fol. 109r° et fol. 145v°. Mentions des aveux, hommages ou dénombrement rendus par les seigneurs de Sauvebœuf, 1500, 1679, 1704, 1717.

    Archives départementales de la Gironde : C 4156
  • Seigneurie de Sauvebœuf. Donation de biens fonds à Aubas en Périgord à la marquise de Vassan, dame de Sauvebœuf, 1782.

    Archives départementales de la Haute-Vienne : 1 E 2/34
  • Q 768. Inventaire des biens meubles du château de Sauvebœuf, 1er mars 1793.

    Archives départementales de la Dordogne : Q 768
  • Ms. 60. Manuscrit d’Eugène Le Roy. Notice sur les châteaux des environs de Montignac, envoyée au sous-préfet de Sarlat le 19 juillet 1810 par M. Desvignes, maire, 1810.

    Archives départementales de la Dordogne : Ms. 60
  • 676 AP (Fonds Oberkampf de Dabrun, 1742-1924)/6. Inventaire des biens des propriétés de la famille Oberkampf de Dabrun, dont le château de Sauvebœuf (Aubas, par. Montignac, Dordogne), s.d. (XXe siècle ?).

    Archives nationales, Paris : 676 AP (Fonds Oberkampf de Dabrun, 1742-1924)/6
Documents figurés
  • Recueil de cartes, plans et profils des ouvrages faits pour la navigation de diverses rivières de Guyenne, levés par M. Ferry dans la visite qu'il en a faite à la fin de l'année 1696. Avec des remarques & mémoires sur lesdits ouvrages. Dessin, encre et aquarelle, par François Ferry, 1696.

    Archives départementales de la Gironde : 3 JC 17
  • Carte de la Guyenne par Belleyme. Reproduction en fac-similé de l'édition du XVIIIe siècle conservée à l'Institut géographique national, par Pierre de Belleyme, IGN.

    Planche n° 23 (1768) Archives départementales de la Dordogne : 1 Fi 2 Dordogne 0013
  • Plan cadastral ancien de la commune d'Aubas, 1813.

    section B, 1ère feuille, 1813, éch. 1/2500 (A.D. Dordogne, 3 P 3 190) Archives départementales de la Dordogne : 3 P 30186 à 30197
  • Héliogravure représentant la fontaine monumentale dans la cour du château de Sauveboeuf, s.d. (avant 1892).

    Collection particulière
  • Héliogravure représentant la fontaine monumentale dans la cour du château de Sauveboeuf, le pavillon nord-ouest et le corps de logis principal avant les travaux d'E. Oberkampff de Dabrun, s.d. (vers 1891/1892).

    Collection particulière
  • Gravure à l'eau-forte, s.d. (vers 1893 ?).

    Collection particulière
  • Gravure représentant le château au nord-ouest, signée en bas à gauche Oberkampff de Dabrun, s.d. (vers 1893 ?).

    Collection particulière
  • Héliogravure de la fontaine du château de Sauveboeuf (publiée dans OBERKAMPFF DE DABRUN (baron), E., « Château de Sauvebœuf », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord. T. XXII (1895), p. 236.

  • Carte postale ancienne.

    Collection particulière
  • Carte postale ancienne.

    Collection particulière
  • Carte postale ancienne.

    Collection particulière
  • Carte postale ancienne.

    Collection particulière
  • Carte postale ancienne.

    Collection particulière
  • Carte postale ancienne.

    Collection particulière
  • Carte postale ancienne.

    Collection particulière
  • Carte postale ancienne.

    Collection particulière
Bibliographie
  • FROIDEFOND DE BOULAZAC Alfred. Armorial de la noblesse du Périgord. 2 tomes. Périgueux : Jouve, 1891, Marseille : Laffitte Reprints, 2006.

    p. 205
  • DUCOURNEAU Alexandre. La Guienne historique et monumentale. Bordeaux : P. Coudert (imp.) 1842 (vol. I), 1844 (vol. II), 300 lithographies.

    Tome 1 : Deuxième partie, Bordeaux, Impr. De P. Coudert, 1842, p. 15-17.
  • GOURGUES Alexis de. La Dordogne. Dictionnaire topographique du département. Paris : Res Universis, 1992, fac-similé de l'édition de 1873 (Monographies des villes & villages de France).

    p. 311
  • HUET, P., et CHABOT, P. de, Notice historique sur Charles-Antoine de Ferrières, marquis de Sauvebœuf, lieutenant général des armées du roi (1596-1663), extraite de l’Histoire généalogique de la maison de Ferrières-Sauveboeuf. Abbeville, Lafosse, 1903.

  • Annuaire mondain (1907), notice « Oberkampff de Dabrun (baron E.) », p. 157.

  • MONTARNAL, J. de, Châteaux et Manoirs de France. VIII : Périgord. Paris, Fréal, Vincent et Cie, [s.d.], pl. 9.

  • CHAIX D'EST-ANGE, Gustave. Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle. Evreux : imprimerie de Charles Hérissey.

    Tome 18 (1922), p. 80-84.
  • SECRET, Jean. Châteaux en Périgord. Paris, J. Delmas et Cie, 1963 (non paginé).

  • HAUTECOEUR, L., Histoire de l’architecture classique en France. Nouvelle édition complétement refondue

    et augmentée. Tome premier, II : La Formation de l’idéal classique. La Renaissance des humanistes (1535-1540 à 1589). Paris, Picard, 1965.

    p. 346
  • HAUTECOEUR, L., Histoire de l’architecture classique en France. Nouvelle édition complétement refondue et augmentée. Tome premier, III : L’architecture sous Henri IV et Louis XIII. La reconstruction de la France. L’architecture religieuse. Paris, Picard, 1966.

    p. 194
  • SECRET Jean. Le Périgord, châteaux, manoirs et gentilhommières. S.l. : Tallandier, 1966.

    p. 231-232
  • SECRET Jean. Châteaux du Périgord. Paris, Nouvelles éditions latines, 1968-1969, 2 tomes.

    Tome I, p. 6
  • GARDELLES Jacques. Dictionnaire des châteaux de France. Guyenne, Gascogne, Béarn, Pays basque. Paris, Berger-Levrault, 1981.

    p. 44-45 (notice par Jean Secret)
  • BABELON Jean-Pierre. Châteauxde France au siècle de la Renaissance. Paris, Flammarion/Picard, 1989.

    p. 763
  • PENAUD Guy. Dictionnaire des châteaux du Périgord. Bordeaux : Sud Ouest, 1996.

    p. 267
  • FOURNIOUX, Bernard. Montignac au Moyen âge : histoire du peuplement et de l’occupation du sol. Périgueux : Bernard Fournioux, 2002.

    p. 106-107
  • DRUEZ Marion, en coll. avec MATHE Vivien. Apport de la prospection électrique à la connaissance du site du château de Sauveboeuf (Aubas, Dordogne). Rapport multicopié, ULR Valor/Université de La Rochelle, Février-mars 2007.

  • FAVALIER Jeanne. Charles-Antoine de Ferrières Sauvebœuf, gentilhomme, condottiere et frondeur, de Richelieu à Mazarin. Périgueux, Pilote 24 édition, 2009.

  • LEBEAUX Mélanie. L’architecture dans le comté de Périgord à la Renaissance (fin XVe-début XVIIe). Évolutions, influences, acteurs. Thèse de doctorat de l’université de Toulouse (dir. : Pascal Julien), Université Toulouse 2 Le Mirail (UT2 Le Mirail), 2013, 4 vol.

    Vol. I, p. 394-402
  • BELINGARD Christelle. Rapport d'analyse par dendrochronologie des charpentes et des plafonds anciens du château de Sauveboeuf, à Aubas (24), Limoges, novembre 2017 (rapport multi-copié non publié).

Périodiques
  • « Extrait d’un mémoire du seigneur d’Albret contre la dame de Montrésor, qui demandait sa part dans la seigneurie de la comté de Périgord ». Le Chroniqueur du Périgord et du Limousin, 1854, p. 134-140.

  • OBERKAMPFF DE DABRUN (baron), E., « Fontaine de Sauvebœuf (XVIIe siècle) », Bulletin monumental. T. VIII (vol. 58), 1893, p. 395-396.

  • OBERKAMPFF DE DABRUN (baron), E., « Château de Sauvebœuf », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord. T. XXII (1895), p. 236-238.

  • Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord.

    Tome XXVII, 1900, p. 340. Bibliothèque nationale de France, Paris
  • Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord.

    Tome LVIII, 1931 p. 238. Bibliothèque nationale de France, Paris
  • FAYOLLE (marquis de), « La fontaine de Sauvebœuf», Revue de l’Agenais. 1931, p. 56-66.

  • GENDRY Suzanne. « Nicolas Rambourg, architecte et sculpteurs en Périgord, 1559 ( ?)-1649 », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord. 1969, p. 31-69.

  • Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord.

    Tome CXIV, 1987, p. 180 Bibliothèque nationale de France, Paris
  • ROYERE Jean-Claude de. « Quel devenir pour la fontaine du château de Sauveboeuf ? », Art et Histoire en Périgord Noir. N° 120, 2010, p. 37-40.

  • FERRIERES DE SAUVEBOEUF Jean-Emmanuel. « Réflexion autour des fontaines monumentales du château de Sauveboeuf », Bulletin de la Société d’Art et d’Histoire de Sarlat et du Périgord noir. N° 128, 2012, p. 27-45.

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Dordogne - Pagazani Xavier