Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château de la Grande Filolie

Dossier IA24001365 réalisé en 2011

Fiche

NOTE DE SYNTHÈSE

Les origines et la première campagne de travaux

Le domaine doit certainement son nom à la famille de La Filolie qui possédait au Moyen Âge des biens à Montignac et dans ses environs : en 1339 notamment, Bernarde de Saint-Fergoeix, femme de Guillaume de la Filolie, vend à Raimond Duval, seigneur de "Palautzy" (Pelvézy, à Saint-Geniès), une parcelle de vigne située sur la paroisse de Brénac (AD Pyrénées-Atlantiques, E 607, Inventaire des archives du château de Montignac en 1546, N° 13, fol. 381v°). Selon toute vraisemblance, les biens de cette famille sont passés au XVe siècle à la famille de Beaulieu : en 1479, Antoine de Beaulieu tient par sa femme Brandelys du Chesne une maison noble située au bout du pont de Montignac (Loc. cit., E 780). En 1496, Antoine est procureur de Montignac ; il dresse avec Antoine de Salaignac, gouverneur pour le sire d'Albret en Périgord et Limousin, le procès-verbal de la prise de possession des comté et vicomté pour celui-ci (Ibid., Chap. 1, N° 15, fol. 10v°- 11r° : 1er décembre 1496). C'est à lui que nous devons dans ces années la construction à l'extrémité d'un éperon bordé par le Doiran et son petit affluent d'un premier logis composé de deux corps disposés en équerre (au nord et à l'est) dans une petite cour (environ 21 x 28 m) défendue par deux tours circulaires au sud. Un jardin, au nord, à la pointe de l'éperon, borde directement le corps de logis principal - disposition qui se retrouve, à une autre échelle, à Duras et à Cadillac. Les fenêtres sont caractéristiques de la période comprise entre 1490 et 1510 (comparables à celles du château de La Salle à Saint-Léon et du manoir de Cramirac à Sergeac, tous deux datés par dendrochronologie) : ébrasement à chanfrein concave, croisillon à listel et appui à grande scotie droite soulignée par une fine moulure torique en partie inférieure et un listel épais en partie supérieure. On doit inférer de l'absence d'aveu rendu par les seigneurs de la Filolie aux seigneurs châtelain de Montignac au Moyen Âge et au début de l'époque moderne que celui-ci relevait d'une autre juridiction.

Le XVIe siècle

Le 31 janvier 1531 (n.st.), le fils d'Antoine, prénommé comme lui, se marie avec Catherine Vigier, issue d'une grande famille du Périgord (Annexe I : fol. 11v°, mention). Cinq ans plus tard, Antoine II de Beaulieu est dit "seigneur de La Filolie". En 1538, il est chargé par François Ier, en tant que trésorier et receveur d'Albret et de Périgord, d'une commission visant à poursuivre les faux-monnayeurs dans le duché de Guyenne (Catalogue des actes de François Ier, t. II, p. 609, n° 10302). En 1540-1541, il rend foi et hommage au roi de Navarre pour ses biens situés à Montignac. En 1550 (2 janvier 1550 n. st.), il cotise encore au rôle de la noblesse du diocèse de Sarlat ("Liste ancienne des gentilshommes taxés en Périgord. Diocèse de Sarlat", Bulletin SHAP, tome XIII [1886], 186-191), puis, le 24 juin 1556, il teste avec le titre d'"escuyer, seigneur de La Filolie" (Annexe I : fol. 11v°, mention). Son fils aîné, Jean, épouse Marie de Doublet le 2 novembre 1561 (ibid.), mais celui-ci décède sans doute quelques années plus tard, car on trouve, en 1578, François de Beaulieu (son frère cadet ?), "seigneur de la Filolie" (AD Pyrénées-Atlantiques, B 1865). François entre au service de Henri III, roi de Navarre (futur Henri IV), duquel il reçoit le don d'un pré situé à Montignac en 1578 (ibid.) et un remboursement en 1580 (Loc. cit., B 2416) - peut-être s'agit-il du "sire de Beaulieu" mentionné comme valet de chambre du roi de Navarre en 1576 (Loc. cit., B 2241).

Une importante campagne de travaux au tournant du XVIIe siècle

Nous sommes tentés d'attribuer les importants travaux qui eurent lieu dans la seconde moitié du XVIe ou au début du XVIIe siècle à son fils, Jean de Beaulieu, qui est attesté comme seigneur de La Filolie dès 1581 (Bulletin SHAP, tome XI [1884], p. 45) et rend hommage au roi de Navarre pour sa maison noble "du Chaigne" à Montignac en janvier 1583. Là encore, la datation ne repose que sur des critères internes et la comparaison avec d'autres réalisations de la région : les fenêtres à chanfrein droit avec appui mouluré à doucine (analogues aux fenêtres du château d'Auberoche à Fanlac, daté après 1616), les ouvertures de tir à redans (comme à Auberoche encore ou au château de Sauvebœuf, daté par dendrochronologie de 1623) ou constituées d'une simple fente de tir horizontale comme de nombreux châteaux du tournant du XVIIe siècle de la région (Séguinot daté de 1595, Cadillac à partir de 1598, etc.). Un contexte très favorable pour Jean de Beaulieu à cette époque conforte cette hypothèse de datation : en 1598 (23 août), il acquiert de Henri IV la justice de la Filolie, qui relève désormais directement du roi, ce qui revient à dire que la seigneurie est érigée en plein-fief avec droit de haute justice ; en 1600 (24 octobre), il contracte pour son fils aîné Guillaume un beau mariage avec Marthe de Sédières, la sœur de François de Sédières, chevalier de l'ordre du roi et gentilhomme de sa chambre, seigneur de Coulonges (Annexe I : fol. 10v°, mention).

La campagne de travaux menée à ce moment fut d'importance (voir IVR72_20182403039NUDA). La cour réduite fut agrandie vers l'ouest au prix de grands travaux de terrassement pour racheter le dénivelé du terrain de ce côté. Un nouveau grand corps de logis rectangulaire (environ 38,5 x 8,5 m) fut établi de ce côté, dressé sur un étage de soubassement rachetant le dénivelé, orienté en fonction du terrain de l'éperon et parallèlement au cours de l'affluent du Doiran, afin de donner des vues aux habitants sur un second jardin, bien plus vaste que le premier (environ 93 x 92 m), aménagé au fond de la petite vallée de l'affluent de sorte que celui-ci, canalisé, constitue l'axe de composition central des parterres ; de petits canaux disposés perpendiculairement à cet axe ferment les parterres au nord et au sud. En outre, la pente de l'éperon entre le nouveau corps de logis et le jardin est aménagée en terrasses pour offrir des vues surplombantes sur les parterres. Résolument tournée vers l'agrément, la nouvelle demeure n'en est pourtant pas moins pourvue d'une défense redoutable : elle est flanquée de deux tours rectangulaires à l'ouest, percées de nombreuses ouvertures de tir pour armes à feu, et un fossé est creusé afin de barré l'éperon au sud. De ce côté est aménagé un passage cocher défendu par un pont-levis et une échauguette en encorbellement percée d'orifices de tir circulaires. Une chapelle est bâtie à proximité, au sud de la cour.

Les propriétaires, du XVIIe au XXe siècle

Guillaume de Beaulieu succède à son père dès le 11 octobre 1610, date à laquelle il rend aveu au roi pour la Filolie (Annexe I : fol. 11r°, mention). Mais il décède à son tour quelque temps plus tard et le domaine revient à son frère cadet A son tour, Guillau, qui a contracté un très fils mariage avec Marguerite de Souillac de Montmège le 14 février 1640 ; mais Jean meurt peu après, avant le 18 septembre 1642, date à laquelle Marguerite dresse un premier testament (AD Dordogne, 3 E 2267). Par ce mariage, les Beaulieu obtiennent la terre de Gaubert.

Le 17 février 1665, leur fils, Jean III de Beaulieu, seigneur de la Filolie, de Gaubert et de Paulin, contracte lui aussi une belle alliance en la personne d'Angèle Hippolyte de Salignac, (demi-) sœur du célèbre Fénelon. L'inventaire des biens meubles dressé au château en 1692 (Annexe I) révèle la présence de nombreux tableaux, d'une bibliothèque, d'objets de luxe... ; dans l'étage de soubassement de l'aile gauche, un cellier et un cuvier comportent de nombreuses barriques de vin. L'inventaire témoigne également de l'importance de l'emprise foncière importante de la seigneurie : à cette date, pas moins de dix métairies sont implantées autour du château, dont quatre dans la paroisse de Brénac (Montignac ; ce sont : une métairie aux Reynaux, deux à Fontas et une à Play) et les six autres à Saint-Amand (les métairies de Laborie, La Roubinie, la Peytivie, du moulin de la Filolie, des Drouille haute et basse, de Mortefons).

Le château passe ensuite aux des Cars, aux Chapt de Rastignac, aux de Beauroyre, puis à partir du XVIIIe siècle et jusque récemment, change de mains de nombreuses fois. La croix de Malte ornant les clés de voûtes de la chapelle et du porche d'entrée sont peut-être à lier à Dominique de Beauroyre, seigneur de la Filolie, qui à la fin du XVIIIe siècle était chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis. La carte de Belleyme montre que le domaine était en partie consacré à la vigne à cette époque. Au XIXe siècle, le château possédait encore deux cours figurées sur le cadastre ancien et séparées par des bâtiments aujourd'hui disparus. Le plan de Rousselet (1892) montre une aile de communs, également disparue, qui ferme l'ensemble à l'est. La tour d'escalier entre les corps de logis nord et ouest n'y apparait pas. Cette tour est également absente sur une carte postale réalisée vers 1910. Elle a vraisemblablement été bâtie peu avant la première guerre mondiale.

Documentation

Archives

- AD Dordogne. 3 E 2286 Inventaire des effets du sieur de la Filolie, 1692 (Annexe 1).

- AD Dordogne. Q 385. Procès-verbal de visite du château, 9 avril 1809 (Annexe 2).

Documents figurés

- Carte de Belleyme, XVIIIe siècle, planche n° 23 levée en 1768.

- Plan du domaine de La Grande Filolie, 1809 (AD Dordogne. Q 385).

- Plan cadastral de la commune de Saint-Amand-de-Coly, 1818 (AD24. 3P3 4062-4077), section E, 1ère feuille.

Bibliographie

- FROIDEFOND DE BOULAZAC Alfred. Armorial de la noblesse du Périgord. Périgueux : Jouve, 1891 (Marseille : Laffitte Reprints, 2006), tome 1, p. 209.

- SECRET Jean. Le Périgord, châteaux, manoirs et gentilhommières. S.l. : Tallandier, 1966, p. 232-233.

- ARAGUAS Philippe. "Saint-Amand-de-Coly, château de la Grande Filolie". Congès Archéologique du Périgord Noir, 137e session. Paris : Société Française d'Archéologie, 1982, p. 25-29.

- BOLARD Laurent. La Renaissance en Périgord, châteaux et civilisation. Périgueux : Fanlac, 1996, p. 176.

- PENAUD Guy. Dictionnaire des châteaux du Périgord. Bordeaux : Sud Ouest, 1996, p. 132-133.

- BELINGARD Jean-Marie. Le Périgord des maisons fortes. Périgueux: Pilote 24, 1999, p. 109-110.

Appellations de la Grande Filolie
Dénominations château
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Montignac
Adresse Commune : Saint-Amand-de-Coly
Lieu-dit : la Grande Filolie

Le domaine doit certainement son nom à la famille de La Filolie qui possédait au Moyen Âge des biens à Montignac et dans ses environs. Selon toute vraisemblance, les biens de cette famille sont passés au XVe siècle à la famille de Beaulieu. En 1496, Antoine de Beaulieu est procureur de Montignac ; il dresse avec Antoine de Salaignac, gouverneur pour le sire d'Albret en Périgord et Limousin, le procès-verbal de la prise de possession des comté et vicomté pour celui-ci. C'est à lui que peut être attribuée dans ces années la construction à l'extrémité d'un éperon un premier logis composé de deux corps disposés en équerre (au nord et à l'est) dans une petite cour défendue par deux tours circulaires au sud. Un jardin, au nord, à la pointe de l'éperon, borde directement le corps de logis principal. Les fenêtres sont caractéristiques de la période comprise entre 1490 et 1510 (comparables à celles du château de La Salle à Saint-Léon et du manoir de Cramirac à Sergeac, tous deux datés par dendrochronologie).

Les importants travaux qui eurent lieu dans la seconde moitié du XVIe ou au début du XVIIe siècle sont probablement à attribuer à Jean de Beaulieu, qui est attesté comme seigneur de La Filolie dès 1581 et rend hommage au roi de Navarre pour sa maison noble "du Chaigne" à Montignac en 1583, dans un contexte très favorable pour lui : en 1598 (23 août), il acquiert d'Henri IV la justice de la Filolie, qui relève désormais directement du roi ; en 1600, il contracte pour son fils aîné Guillaume un mariage avec Marthe de Sédières, la sœur de François de Sédières, chevalier de l'ordre du roi et gentilhomme de sa chambre, seigneur de Coulonges.

La campagne de travaux menée à ce moment fut d'importance. La cour fut agrandie vers l'ouest au prix de grands travaux de terrassement pour racheter le dénivelé du terrain de ce côté. Un nouveau grand corps de logis rectangulaire fut établi de ce côté, dressé sur un étage de soubassement rachetant le dénivelé, orienté afin de donner des vues aux habitants sur un second jardin, bien plus vaste que le premier. En outre, la pente de l'éperon entre le nouveau corps de logis et le jardin est aménagée en terrasses pour offrir des vues surplombantes sur les parterres. Résolument tournée vers l'agrément, la nouvelle demeure n'en est pourtant pas moins pourvue d'une défense redoutable : elle est flanquée de deux tours rectangulaires à l'ouest, percées de nombreuses ouvertures de tir pour armes à feu, et un fossé est creusé afin de barré l'éperon au sud. De ce côté est aménagé un passage cocher défendu par un pont-levis et une échauguette en encorbellement percée d'orifices de tir circulaires. Une chapelle est bâtie à proximité, au sud de la cour.

Le 17 février 1665, Jean III de Beaulieu, seigneur de la Filolie, de Gaubert et de Paulin, fils de Jean II et de Marguerite de Souliac, contracte une alliance avec Angèle Hippolyte de Salignac, (demi-) sœur du célèbre Fénelon. L'inventaire des biens meubles dressé au château en 1692 révèle la présence de nombreux tableaux, d'une bibliothèque, d'objets de luxe... ; dans l'étage de soubassement de l'aile gauche, un cellier et un cuvier comportent de nombreuses barriques de vin. L'inventaire témoigne également de l'importance de l'emprise foncière de la seigneurie : à cette date, pas moins de dix métairies sont implantées autour du château.

Le château passe ensuite aux des Cars, aux Chapt de Rastignac, aux de Beauroyre, puis à partir du XVIIIe siècle et jusque récemment, change de mains de nombreuses fois. La croix de Malte ornant les clés de voûtes de la chapelle et du porche d'entrée sont peut-être à lier à Dominique de Beauroyre, seigneur de la Filolie, qui à la fin du XVIIIe siècle était chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis. La carte de Belleyme montre que le domaine était en partie consacré à la vigne à cette époque. Au XIXe siècle, le château possédait encore deux cours figurées sur le cadastre ancien et séparées par des bâtiments aujourd'hui disparus. Le plan de Rousselet (1892) montre une aile de communs, également disparue, qui ferme l'ensemble à l'est. La tour d'escalier entre les corps de logis nord et ouest n'y apparait pas. Cette tour est également absente sur une carte postale réalisée vers 1910. Elle a vraisemblablement été bâtie peu avant la première guerre mondiale.

Période(s) Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : limite 16e siècle 17e siècle
Secondaire : 18e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle

Le site occupe un éperon peu élevé pointant vers le nord et bordé de deux vallons. Le vallon occidental est parcouru par le Doiran, ruisseau affluent de la Vézère. Il alimente l'étang du moulin. Organisé autour d'une cour ouverte à l'est, le château se compose, au nord, d'un corps de logis construit selon un plan en "L" enserrant une tour d'escalier carrée munie d'une porte à accolade défendue en hauteur par une bretèche. Il s'agit du manoir primitif, seul bâtiment à étage du château. Les combles sont éclairés de lucarnes à fronton-pignon. L'aile nord se prolonge vers l'ouest par un logis en rez-de-chaussée devant lequel s'élève une tour polygonale liant le manoir au corps de logis ouest. Celui-ci, très développé en longueur surmonte un étage de soubassement voûté d'un berceau segmentaire abritant le chai. Une tour rectangulaire occupe l'angle sud-ouest de ce corps. Une seconde, de plan identique, le flanque à l'extrémité nord de son gouttereau. Elles sont couronnées par un chemin de ronde sur mâchicoulis. Des bouches à feu ovales ou à redents les défendent. Sur les combles du logis, côté cour, au nord, une lucarne à fronton trilobé et acrotères, orné d'une coquille répond à celle du corps en retour reliant le manoir. Au sud, une seconde lucarne à croupe domine une porte d'accès. La clé de son arc porte un écu armorié. L'aile sud juxtapose plusieurs édifices : l'ancienne écurie, le porche d'accès voûté d'ogives dont la bretèche sur consoles abritait les flèches d'un pont-levis, la chapelle dédiée à l'Immaculée Conception à la nef également voûtée d'ogive et au choeur en berceau plein-cintre, puis un logis modeste en rez-de-chaussée, dit "maison du concierge". Il s'appuie contre une tour circulaire à toit conique qui marque l'angle sud-est du château. L'ensemble est en moellon de calcaire avec de rares parties de mur en pierre de taille. La toiture, très complexe, est couverte en lauze de calcaire. Au sud du château, un colombier occupe les hauteurs de l'éperon. Les dépendances de la ferme se développent sur le coteau ouest du vallon oriental. Le domaine possède plusieurs métairies ainsi que de nombreuses cabanes maçonnées ou en pierre sèche.

Murs calcaire moellon
calcaire pierre de taille
Toit calcaire en couverture
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Couvertures toit à longs pans croupe
toit en pavillon
toit conique
toit polygonal
Techniques sculpture
Représentations armoiries coquille
Précision représentations

La clé de l'arc de la porte du logis ouest porte des armoiries non identifiées : écartelé au premier d'un château, au second d'un chevron avec trois poissons, deux en chef un en pointe, au troisième de trois tours, deux au chef une en pointe, au quatrième de trois cornes d'abondance, deux en chef une en pointe. Les frontons-pignons de deux lucarnes portent des coquilles sculptées en creux.

Statut de la propriété propriété privée
Protections inscrit MH, 1947/03/18
Précisions sur la protection

le château : inscription par arrêté du 18 mars 1947.

Annexes

  • ANNEXE I : Inventaire après décès de Jean de Beaulieu, seigneur de La Filolie, dressé au château de La Filolie, 1692 (AD Dordogne. 3 E 2286).

    Inventaire après décès des papiers et biens meubles de Jean de Beaulieu, seigneur de La Filolie, dressé au château de La Filolie, 1692 (3 E 2286).

    « Inventaire des effets de seigneur de la Filolie.

    Aujourd’huy dix-septiesme jour du mois de juin mil six cent quatre vingtz douze dans le chasteau de la Filolie, parroisse de Sainct Amand apres midy, regnant Louis, par devant nous, notaires royaux soubsignés et temoins bas nommés, a esté present et personnellement establi Mr Jean Calmine Laporte, prestre et prieur de Monbrun, faisant pour dame Ipolite Angele de Salaignac, vefve de messire Jean de Beaulieu, seigneur de La Filolie et autres places suivant sa procuration du quinziesme du present mois receue par De Veziat, notaire royal, lequel a requis estre par nous procedé a l’inventaire des biens meubles et effects dudit feu seigneur de La Filolie dans le present chasteau pour la conservation des droits et ipotheques quy sont acquis a lad. dame et en consequence de son contract de mariage que autrement et demerer nantie du tout pour la conservation des memes droicts et ipotheques suivant laquelle requisition nous avons procedé aud. inventaire comme s’ensuit :

    Premierement, estants entrés dans le cabinet au coin du salon dud. chasteau avons trouvé une liasse de contracts dans laquelle est le contract de mariage de deffunct noble Jean de Beaulieu, seigneur de La Filolie, avec dame Ipolite Angele de Salaignac, dame de La Filolie, en dactte du dix-septiesme fevrier mil six cens soixante cinq, signé Vaquier, notaire royal, cotté par lettre A.

    Plus, le contract de mariage de noble Guilhaume de La Filolie et dame Marthe de Sedieres de Colonges, dactté du vingt-quatriesme du mois d’octobre mil six cens receu signé par extraict et vidimus Veyssière et Chapgier, notaires, cotté par lettre B.

    [fol. 1v°] Plus, autre contract de mariage de [partie manquante : messi]re Jean [de Beaulieu, seigneur] de la Filolie et de damoiselle Marthe de Colonges dactté du quatriesme fevrier dame Margueritte de Souilhac, dactté du quatorzieme fevrier mil six cens quarente, signé Grangier, notaire royal, avec l’insignuation au pied du premier de juin mil six cent quarente un en original signée de Gerard, lieutenant general et Izac, greffier, cotté par lettre [C].

    Plus, un testament mutuel d’entre Jean de Beaulieu, chevalier, et dame Margueritte de Souilhac de Montmege, du vingt-neufiesme octobre mil six cens cinquante huict avec coppie d’un ecrit contenant plusieurs legats par eux faicts et l’acte d’evengelization du dernier dudit mois d’octobre aud. an et un codicille de lad. dame du quatriesme fevrier mil six cens septante huict et acte d’evengelization d’icelluy du meme jour, le tout signé Sussac, greffier commis pour le roy, ++° [dans l’interligne :] ensemble la requete presentée au senechal et exploicts donné en consequence aux fins de l’inventaire dud. testament du 4 et 5 may 1678 attaché audit testament ++° cotté par lettre D.

    Plus, une coppie du codicille de dame Margueritte de Soulhac de Montmege, dame de la Filolie, du quatriesme fevrier mil six cens septante huict avec l’acte d’evengilization du meme jour signé Broussard, notaire royal, avec coppie d’un billet ecrit par lad. dame au seigneur de Rastignac du cinquiesme desd. mois et an signé dud. Broussard, cotté par lettre E.

    Plus, un contract en original portant delaissement de la jouissance de Mortefor en faveur de la damoiselle de Laborie du vingtieme du mois de novembre mil six cens cinquante huict signé La Filolie, contractant, de Gautier, present, Bauzeguet, present, et Laserre, notaire royal et cotté par lettre F.

    Plus, un contract en original passé entre deffuncte dame Margueritte de Souilhac, dame de La Filolie, et messire Jean de Beaulieu, seigneur de La Filolie, son fils, portant reglement par provision des pretentantions [sic] et droict qu’il avoir contre elle dans lequel il y a sept divers differans blancs a remplir des sommes signés de Monmege, contractante, de La Filolie, contract, Duva De Laval, present, Veyssiere, present [fol. 2r°] Boresdon, notaire royal, du

    dixiesme du mois de septembre mil six cent septante cotté par lettre G.

    Plus, le testament de deffunct messire Jean de Souilhac de Monmege, colonnel des cent suisses, du huictiesme may mil six cens cinquante cinq signé Grangier, notaire royal, et cotté par lettre H.

    Plus, une coppie du testament de feu Guilhaume de Beaulieu, seigneur de la Filolie, en dactte du dernier du mois de septembre mil six cent trente six, receu par Veyssiere, notaire royal, cotté I.

    Plus, le testament de damoiselle Marthe de Sediere, vefve de noble Guilhaume de Beaulieu, dactté du vingtiesme du mois de fevrier mil six cens quarente cinq, retenu par Desplas, notaire royal, et cotté par lettre K.

    Plus, le codicille de lad. damoiselle Marthe de Sedieres, du 21 dud. mois de fevrier 1645, signé Desplas, notaire royal, cotté par lettre L.

    Plus, une quittance de la somme de cinq cens livres donnée par led. seigneur feu sei de la Filolie, a damoiselle Catherine de Beaulieu, damoiselle de Laborie, sa seur, du 20 novembre 1648, signé Laserre, notaire royal, cotté par lettre M.

    Plus, un contract d’obligation en original consentie par Me Pierre Goudour, advocat en parlement du lieu de Monfort en faveur de lad. damoiselle de Laborie, dactté du 21 fevrier 1671, signé Goudour, debiteur, pour 160 lt., Brousse, acceptant, RoqueJeoffre, present, Beusse, present, et Lagrange, notaire royal, cotté par lettre N.

    Plus, un contract d’obligation consenti par Henry de Beaulieu, escuyer, sieur de La Vergne, habitant du lieu du Genestat, parroisse de St-Genies, en faveur de damoiselle Catherine de Beaulieu, damoiselle de Laborie, de la somme [fol. 2v°] de 63 lt. 17 s. en dactte du 10 may 1666, signé Dironde, notaire royal, cotté O.

    […]

    [fol. 3v°] Plus, le testament de Izabeau d'Esparbes de Lussan d'Aubetere, du 20 novembre 1636 avec l'extraict et vidimus prins sur l'original signé Escarolle pour avoir retiré le susd. original signé Castanier, present Dayres, témoin, et Dubas, notaire royal, cotté EE.

    Plus, une lettre de Mr de Laborie faisant pour le Chapitre de Sarlat avec un quittance de rente sur le tenement de la garderie en faveur de deffunct Mr de La Filolie de la somme de 60 lt. icelle quittance du 9 septembre 1677 signée Laborie du Masnegre, cottée FF.

    Plus, une quittance donnée par feu Mr de la Filolie en faveur de damoiselle Guilhaumette de Neuville, en consequence de la police passée entre led. seigneur de la Filolie et le seigneur de Montmege, lad. quittance de la somme de six cens trante six livr trois livres du 8 may 1686 avec une expedition de lad. police au pied signé Demons, notaire royal de Brive, et cotté par lettre GG.

    Plus, un contract d'acquisition faict par led. seigneur de la Filolie de Jeanne Roux, vefve de feu Thené Besne pour la somme de 386 lt. du 9 septembre 1679 signé Broussard, notaire royal, et cotté HH.

    Plus, autre contract d'acquisition faict par led. seigneur de la Filolie de Jean Rouchette pour la somme de 40 l.t. en dactte du 9 du mois d'avril 1676 signé dud. Broussard, et cotté HH JJ.

    Plus, un contract d'eschange de mariage de messire Jean de Beaulieu, seigneur de la Filolie, et damoiselle Margueritte de Souilhac de Montmege du 14 février 1640 signé Grangier, notaire royal, cotté par lettre KK.

    Plus, quittance de Mr de Bousquier en faveur de Madame de la Filolie pour la somme de 133 lt. 6 s. du 2 juillet 1666 signée Bouquier avec un memoyre y attaché portant reception d'autres sommes non signé cotté LL.

    [fol. 4r°] Plus, un contract de baillette faict en faveur de feu Mr. de la Filolie par Thony Lapeyre de la mesterie du Plays du 15 septembre 1679 signé Broussard, notaire royal, cotté par double lettre MM.

    Plus, le cinq quittances données par aud. le sieur de la Filolie par Anthoine Roux, la premiere de la somme de vingt cinq livres du 24 du mois d'avril 1681 signée La Filolie, Perot, Andrieu et Chanet, notaire royal ; la seconde par Thoni Roux de la somme de 86 lt. 96 lt. du 21 janvier 1684 signée La Filolie, Jarlet present et Dironde, notaire royal ; la troysieme est un receu de la somme de 15 lt. signé Laserre, laquelle somme led. seigneur de la Filolie auroit payé a la liberation d'Anthoine Roux, débiteur d'icelle aud. Laserre par obligation du 19 du mois de fevrier 1674 attachée aud. receu signée Laserre acceptant et Chanet, notaire royal, led. receu dactté du 26 janvier 1684 ; la quatrième est donnée par Jean Besne et Jeanne Roux de la somme de 30 lt. du dernier du mois de mars 1681 signé La Filolie, La Coste present, Gardette present et Veyssiere, notaire royal ; la cinquiesme et derniere est donnée par led. Jean Besne et Jeanne Roux le i aoust 1681 signée d'Estruc present et dud. Veyssière, notaire royal, et cottées par lettre et attachées ensemble NN.

    Plus, un contract d'obligation en original consenty par Jean Souleyret, homme d'armes du bourg de Caillac en Quercy, en faveur dud. seigneur de La Filolie de la somme de 200 l.t. du 14 aoust 1674 signé Souleyret, débiteur, La Filolie acceptant, Beauregard present et Mazin et Broussard, notaire royal, cotté par lettre OO.

    Plus, trois contracts d'acquisition faicts par deffunct Mr. de la Filolie du sieur Martin pour [plusieurs sommes rayées] 217 lt. x s. dacttés des 9 janvier 1672 [fol. 4v°] 28 avril 1679 et 13 juin 1677 receus par Veyssière, notaire, avec les quittances dess payemens des 21 septembre 1676 signées dud. Veyssière et 14 janvier 1680 signée Aubarbier et 29 mars 1681 signé Campaigne, le tout attaché ensemble et cotté par lettre PP.

    Plus, un contract de transaction passé entre led. seigneur de la Filolie, Gaultier, Broussard et Valette du 6 juillet 1688 avec ses quittances des payemens des 30 octobre 1687 4 fevrier et 7 juillet 1688 signées de Jayles, notaire royal et cotté par lettre QQ.

    Plus, contract d'acquisition faict par led. seigneur de Jean Chabrelis du lieu de Peuch, parroisse de Terrasson, pour la somme de 112 lt. du i septembre 1679 signé Brossard, notaire royal, avec la quittance en original de lad. somme de 112 lt. attachée aud. contract du 28 juin 1682 signée de Lignet, present, et Broussard, notaire royal, cotté RR.

    Plus, un contract de transaction passé entre deffunte dame de la Filolie et Anthoine Noaillanes pour les cauzes y contenues du 6 aoust 1664 signé Broussard, notaire et cotté SS.

    Plus, un contract de transaction passé entre led. seigneur de la Filolie et Catherine Noaillabes pourtant delaissement de biens en faveur de lad. Nailanes pour la somme de 365 lt. a elle due par la feu dame de la Filolie du 17 septembre 1679 signée du Broussard, notaire royal cotté TT.

    Plus, une quittance donnée par Thony Bouythou et Marie Noailanes, conjoincts, a dame Margueritte de Souilhac de Momege de la somme de 18 lt. du 9 fevrier 1669 signé Bouquiet faisant pour lad. dame et Veyssière, notaire royal et cotté par lettre VV.

    Plus, autre quittance donnée par Jean Lapeyre a dame Ipolite Angele de Salaignac, dame de la Filolie, de la somme de 70 lt. icelle en dactte du i juin 1687 signée Veyssière, notaire, cottée XX.

    [fol. 5r°] Plus, une police passée entre le seigneur evesque de Sarlat et lesd. feu seigneur et dame de la Filolie en dactte du 27 juillet 1678 signée Francois, evesque de Sarlat, cotté YY.

    Plus, une liasse de quittances de tenem rente du tenement de La Siolue contenant lez quittances signés Gatinel, Villeneuf, Chanteloube, Gardette et autres, cotté ZZ.

    Plus, un arpentement des maisons, bourg et parroisse de Paulin, numeroté depuis chifre un jusques a chifre 115 signé Monmege pour avoir delivré le susd. arpentement le 10 septembre 1676 cotté par lettre triple AAA.

    Plus, une lieve de rentes de la parroisse de Paulin de l'année 1674 en dix-neuf feuillets ecris, signés de Valade et J. Valade, cotté par lettre tripple BBB.

    Plus, un memoyre des titres trouvés dans le livre a nous exibé par le sieur Marqual touchant les rantes a nous ceddées par led. seigneur marquis de Montmege dans la parroisse de Paulin, en 17 feuilets non signé, cotté par lettre CCC.

    Plus, une autre lieve de rente de lad. terre de Paulin des années 1670, 71, 72 et 1673 ecrite sur le papier timbrés en neuf feuilets de papier le 10 estant en blanc signé de Valade et J. Valade cotté par lettre DDD.

    Plus, un acte de sommation faict a la requete du seigneur et dame de la Filolie aux tenanciers de la terre de Paulin de leur payer la rente a eux [fol. 5v°] due et ceddée par le seigneur de Montmege avec diverses notifications et responces desd. tenanciersc en dactte du 15 fevrier 1671 signé de Brossard, cotté par lettre EEE.

    Plus, autres deux actes de sommation faicts ausd. tenanciers pour la meme chose signés Broussard, notaire royal, des 21 decembre 1671 et 15 fevrier 1672, cotté par lettre FFF.

    Plus, un compte faict entre led. feu seigneur de la Filolie et le s.r Valade en dactte du 7 janvier 1680 signé La Filolie, de Valade, J. Valade, Gardet, present, et Broussard, present, cotté par lettre GGG.

    Plus, autre lieve de rente de Paulin en seze feuilets signée de Valade et J. Valade, cottée HHH.

    Plus, un contract de rante de bled faict par le seigneur et dame de la Filolie, mere et fils, en faveur de Jean Valade du 6 juin 1676 en original signé de Montmege, La Filolie, de Valade, Joffre, Bourderie, present, et Dironde, notaire royal, cotté par lettre JJJ.

    Plus, autre contract de rante de bled faict par lesd. seigneur et dame a Jean et autre Jean Valade du 29 may 1674, signé Broussard, notaire royal, cotté par lettre KKK.

    Plus, un contract de cession faict par la dame de Montmege en faveur de la <deffuncte> dame de la Filolie du 20 novembre 1666 signée Bosredon, notaire royal, cotté par lettre LLL.

    Plus, une recognoissance generalle des habitans et tenanciers du village de la Roubinie et la Mejinial en faveur du seigneur de Montaut du 10 juin 1630 signée Besse et cotté par lettre MMM.

    Plus, une lieve raisonnée de la rente due a la seigneurie de Gaubert en xv seze feuilets contresignés en plusieurs endroictt par led. seigneur de la Filolie, cotté par lettre NNNN.

    [fol. 6r°] Plus, une liasse de papiers consernant les rentes de Drouille et la chapelle de St Amand en quatorze pieces dont quelqu'unes sont informes, cotté par lettre OOO.

    Plus, un livre terrier et recognoissances de la terre de Gaubert numeroté depuis chifre i jusques a chifre 27 signé Besse, notaire, couvert de parchemin avec deux recognoissances attachées aud. terrier expediées par Mercier, collationner de Monteil et Vivier, cotté par lettre PPP.

    Plus, un contract d'acquisition faicte par la dame de la Filolie du 29 juin 1671 signé Dironde pour la somme de 95 lt. cotté QQQ.

    Plus, une quittance donnée par Mr. de Gaubert a deffunt Mr de la Filolie de la somme de 300 lt. du 3 fevrier dernier signée Condemine, notaire royal, cotté par lettre RRR.

    Plus, un contract d'acquisition faict par le seigneur de la Filolie de noble Noel Arnal, escuyer, sieur de la Tour, du domaine de la Peytuie du 16 may 1647, signé Laserre, notaire royal ; ensemble, un proces verbail de l'estat des bastimens dud. domaine du 19 juin aud. an 1647 signé Lagrange et une quittance en original de la somme de 1000 lt. payée par le seigneur de la Filolie a noble Jacques Boussier, escuyer, sieur de Vallette, du 8 novembre 1649 signée Valette, La Filolie, Vedrene, present, Le Vech present et Lalande, notaire royal, le tout attaché ensemble, cotté par lettre SSS.

    Plus, une obligation de soixante six livres consentie en faveur de dame Angele de Salaignac, dame de la Filolie, par Anthoine Chinié en original signée Veyssiere, notaire royal, cottée par lettre TTT.

    Plus, une obligation en original de la somme de 50 lt. consentie par Bertrand Seuret en faveur de Me Jean Bouquier, advocat, du 12 avril [fol. 6v°] 1685 signée Boussier, notaire royal, avec la quittance au pied donnée en faveur dud. feu seigneur de la Filolie a la descharge dud. Seuret du 9 novembre 1691 signée Bouquiet, notaire, cotté par lettre VVV.

    Plus, une procedure faicte a la requete du sieur Vieuber contre led. seigneur de la Filolie en sept pieces attachées ensemble pour les cauzes y contenues avec une promesse dud. sieur de Vieuber par laquelle il promet aud. seigneur de la Filolie de luy remttre une promesse de 47 lt. qu'il devoit a Larmonye, tailleur de Paris, cotté par lettre XXX.

    Plus, une liasse en sept pieces concernant des affaires que led. feu Mr de la Filolie avoit avec le feu Mr de Ponpadour pour argent presenté quy luy a esté payé, cotté par lettre YYY.

    Plus, un arrentement du moulin de Losse, faict en faveur de damoiselle Anne de Saint Clar, femme du seigneur de Losse, par Geraud, Pierre et Martin Mayaudon, avec un extraict et vidimus dud. arrentement exibé et retiré par Francois Mayaudon du lieu de la Cave de Terrasson, signé Mayaudon pour avoir exibé et retiré coppie Savignac et Broussard, notaire royaux, cotté ZZZ.

    Comme aussi avons trouvé dans le placart quy est dans le cabinet dud. seigneur de la Filolie deux cassettes, l'une est vuide et dans l'autre nous avons trouvé un sac de papiers dans lequel s'est trouvé le contract de mariage dud. feu sieur de Fialets avec la damoiselle Catherine de Beaulieu, damoiselle de Gaubert, du 17 octobre 1661, signé Royerre, notaire royal ; plus, une quittance de la somme de quatre mille huict cens livres en capital payée par led. feu seigneur de la Filolie aux seigneurs de Fialets, de Vignerlat et de Queyrou du 30 juin 1666 signée Dironde, notaire royal ; plus, un conte portant quittance de la somme de 300 lt. en faveur dud. seigneur de la Filolie du 23 mars 1684 1683 signée C. de Beaulieu et La Filolie ; plus, un contract de vente du domaine du Bois consenty par led. seigneur de la Filolie en faveur de la dame de [fol. 7r°] de Felets en dactte du 7 juillet 1684 pour la somme de quatre mille quatre cens livres signé Maigne, notaire royal de la ville de Brive ; plus, un contract de convention passé entre led. feu seigneur de la Filolie et lad. dame de Feletz du meme jour 7 juillet 1684 signé dud. Maigne ; plus, une quittance de la somme de douse cens livres en capital et quatre cens quatre livres en interest payé par led. seigneur de la Filolie a lad. dame Fialets du 12 avril 1684 signé dud. Dirdone, notaire royal ; plus, le contract de mariage du seigneur de la Contye et damoiselle Margueritte Descorl [?], damoiselle de Fialets, du 9 septembre 1684 signé Martin, notaire royal ; plus, un prorogé donné par la dame de Fialets aud. feu seigneur de la Filolie pour le payement de la somme de dix mille livres de sa constitution du 12 mars 1685 signée C. de Beaulieu ; plus, une dix-sept quittances en une liasse attachées ensemble de payemens faicts sur la constitution ou interests de la deunte dame de Feletz despuis le contract de 1684 jusques a present, paraffées de moy, Veyssière, et les notaires soubsignés, avec quatre memoyres non signés de fornitures faictes non signés, le tout montant a la somme de deux mille neuf deux cens vingt neuf livres, sauf erreur de calcul ; plus, une liasse de quittances avant led. contract de 1684, treze en nombre, parafées par moy dict, notr Veyssiere, avec une liasse de lettres ++° [ajouter au bas du feuillet :] et un memoyre ecrit de la main dud. feu seigneur de la Filolie portant qu'il a donné 37 lt. en trois louis d'or a Mr de la Contye du x decembre 1691 et le contract de mariage de Mr de Fialets avec madamoiselle de Vilhac et 8 janvier 1690 signé Besse, notaire royal ++°, le tout remis dans sac et cotté par lettre quatriple AAAA.

    Plus, un billet portant obligation de deffuncte Margueritte de Souilhac, dame de la Filolie, en faveur de la dame de Cosnac, pour huict cent livres portant depot de la vesselle d'argent y enoncée led. billet dactté du 24 avril 1674 signé Montmege pour avoir receu lad. somme et cotté par lettre BBBB.

    Plus, deux quittances de la somme de cent livres et chasqune payée par lad. deffuncte dame de la Filolie a la descharge de son mari aux religieux et religieuses de Montignac des 12 decembre 1659 et 22 fevrier 1660 [fol. 7v°] signées sous Angelique de Salaignac, abbesse, et Chanet Gardier, avec plusieurs contes et memoyres de payemens faicts par lad. dame a la descharge dud. feu seigneur son mari et cotté par lettre CCCC.

    Plus, une promesse de 440 lt. de Mr le comte de Fenelon en faveur de deffunct Mr de la Filolie du 30 avril 1684 signée La Mothe-Fenelon, cotté par lettre DDDD.

    Plus, avons trouvé dans lad. cassette un autre sac consernant les payements faicts par led. feu seigneur de la Filolie dans lequel est une quittance donnée par led. seigneur de Gaubert de tous les revenus de la legitime paternelle depuis le mois de mars de l'année 1665 jusques au mois de mars 1673, icelluy inclus, en dactte du 20 avril 1673 signé Gaubert de la Filolie ; plus, un conte faict et arresté entre feu Mr de la Filolie et Mr de Gaubert portant quittance de la somme de deux mille livres en dactte du 23 mars 1683 signé Gaubert et La Filolie. Plus, une quittance donnée par led. seigneur de Gaubert aud. seigneur de la Filolie de la somme de 2000 lt. du 30 janvier 1690 signée Dironde, notaire royal ; plus, autre quittance de la somme de quinze cens livres payée par led. seigneur de la Filolie aud. seigneur de Gaubert du 8 may 1684 signée dud. Maigne, notaire royal ; plus, une lettre d'echange tirée sur Boyer, banquier, de la somme de quatre cens livres en faveur dud. sieur de Gaubert, signée de Nanot du 29 mars 1672 ; plus, une lettre de Mr de Gaubert suivant laquelle Mr de la Filolie a payé la somme de xi lt. a Thomas Sautet et celle de 15 lt. a Seguin Dragon et encore celle de 145 lt. au meme Seguin comme resulte des receus endossés en lad. lettre du 6 fevrier, 3 mars et 15 mars 1684 signés Mayaudon et Seguin ; plus, autre receu de Mr de Gaubert de la somme de deux cent quarente livres ecrit et signé de sa main du 22 avril 1684 16784 ; autre recu dud. sieur de Gaubert de la somme de 240 lt. du 2 avril 1675 signé Gaubert ; plus, autre receu dud. sieur de Gaubert de la somme de quatre cens quatre vingts livres du 8 janvier 1677 ecrit et signé de [fol. 8r°] dud. sieur de Gaubert ; plus, autre receu dud. sieur de Gaubert de la somme de neuf cens quatre vingts sept livres treze sols quatre deniers comprins le billet de 487 lt. 13 s. 49 ceddé sur les fermiers de Gaubert du 6 fevrier 1681 signé dud. sieur de Gaubert ; plus, autre billet dud. sieur de Gaubert en faveur dud. seigneur de la Filolie de la somme de 240 lt. du 7 juin 1678, signé de Beaulieu et Gaubert ; plus, une quittance en original de la somme de quatre cens livres payée par Mr de la Filolie a Mr de Gaubert et delivrée a Francois Tallarie, dict Maragon, dragon dans la compagnie de Mr de Gaubert, suivant sa lettre attachée a lad. quittance dactté du 4 may 1687 signé La Filolie, Maragou, dragon, Vertuelle, present, et Jaylé, notaire royal, et lad. lettre du 20 avril ecrite et signée de la main dud. sieur de Gaubert ; plus, un receu de Mr de Gaubert de la somme de mille livres du 24 may 1684 signé Gaubert ecrit au dos de la delegation de Mr de la Filolie du 28 desd. mois et ans signé La Filolie ; plus, autre receu dud. sieur de Gaubert en faveur dud. seigneur de la Filolie pour douze cens livres du 20 janvier 1681 signé Gaubert et contract du 13 fevrier 1680 signé Lescure, notaire royal, tous lesquels papiers, quittances, ensemble diverses lettres, missives dud. sieur de Gaubert, nous avons remis dans led. sac et cotté EEEE.

    +[dans la marge :] Lad. cotte est sy-dessus + Plus, un receu de Mr de la Contye de 673 lt. 6 s. en faveur de Mr de la Filolie du 13 septembre 1691 signé La Contye de Boysseul, led. receu endossé au bas d'une lettre de Mr de Gaubert cotté FFFF.

    Plus, l'inventaire des papiers et meubles du feu seigneur de la Filolie du 5 novembre 1669 signé Broussard, notaire royal en trente-cinq feuilets de papiers cotté GGGG.

    Plus, une transaction avons ouvert un coffre dans lequel nous avons trouvé une petite cassette dans laquelle avons trouvé :

    Premierement, une transaction entre la dame et le seigneur de Losse, mère et [fol. 8v°] fils du 5 septembre 1613, collationné a Re[...] par Besse, notaire royal, collationné a l'original par monseigneur du Bernard, conseiller secretaire du roy, maison et couronne de France. Plus, une obligation de la somme de trois mille livres consentie par monsieur de Miremond au nom et comp comme procureur du seigneur de Losse en faveur du sieur de Bordes, lieutenant particulier de Limoges du 8 avril 1625, signé de Labrousse, notaire royal, laquelle dicte somme led. seigneur de Miremond a payé a la descharge dud. seigneur de Losse. Plus, autre quittance de la somme de vingt mille livres donnée au seigneur de Montmege par la dame mareschalle d'Aubetere a la descharge du seigneur de Losse en dactte du 30 may 1625, receue par Grelos et Besse, notaire royaux, collationnée par par led. seigneur du Bernard con. Plus, un contract d'ipotheque de la terre de la Rochegaubert faict par Blaise Lapeyre, curé de Terrasson, procureur du seigneur de Losse au seigneur et dame de Montmege pour lad. somme de vingt mille livres du 24 mars 1624 receue par Besse et Jayle, notaires royaux, avec la ratiffication de lad. ipotheque faicte par led. seigneur de Losse du 26 mars 1624 receue par led. Besse. Plus, une transaction passée entre Jean Grelos, procureur de Monsieur le mareschal d'Aubeterre, Jean de Vabres, procureur de Jean de Losse, Jean de Souilhac, seigneur de Montmege, et autres touchant la restitution de mademoiselle d'Aubeterre autres fois mariée a Losse, ledict contract du 29 mars 1624 receu par Mayne et Besse, notaires royaux, avec la ratiffication dud. seigneur de Losse du 30 mars 1624 receue par Besse. Plus, une quittance de la somme de douze cent livres par le seigneur de Losse aud. seigneur et dame de Montmege faisant le final payement de la somme de trente quartre mille cinq cent livres du prix de la vante de Gaubert du 14 fevrier 1640 receue par Grangier, notaire royal. Plus, une liasse de quittances contenant treze pieces pour faire voir que les creanciers de monsieur de Losse ont esté payés du mariage de mademoiselle d'Aubetere mariée a Losse lesd. pieces parafées de Moy[...], notaire, Veyssière. Plus, une quittance de la somme de pour laquelle Gaubert a esté ipothequé signée de Montmeges du [fol. 9r°] 6 juin 1637. Plus, une obligation de Mr de Losse au seigneur de Montmege pour la somme de trois mille livres du 26 juin 1637 signée Savignac, collationnée des papiers de Savignac. Plus, un autre contract d'obligation en original consentie par Messire Jean de Losse en faveur de damoiselle de Ponpadour, damoiselle de Montmege, et messire Jean de Souilhac, seigneur de Montmege, du 8 novembre 1634, signé Montmege, Ponpadour, Losse, de Bouquier, present, de Vedrene, present, et Grangier, notaire royal. Plus, un inventaire des meubles et bestiaux des meteries de Gaubert du 26 juin 1643 signé Grangier, notaire royal. Plus, un memoyre informe des reparations faictes a Gaubert dont le premier article est du premier 15 mars 1640 toutes lesquelles pieces et papiers ont esté remis dans lad. cassette un sac soubs cotté HHHH.

    Plus, avons trouvé dans une cassette dud. coffre une transaction passée entre le seigneur marquis et dame de Montmege et la dame et seigneur de La Filolie en original receue par Bosredon et Laval, notaires royaux, du dernier septembre 1670 cottée par lettre JJJJ.

    Plus, un contract de cession faict par Jean Labouverie et autres heritiers de feu Mr Anthoine Sage, abbé de Terrasson, en faveur du deffunct seigneur de Montmege capitaine de cent suisses des arrerrages de rente quy pouvoient estre deubs aud. sieur Sage en dactte du 22 mars 1644 et autres cessions faicte par le sieur Grangier, abbé dud. Terrasson, au seigneur de la Filolie, du 4 novembre 1646 le i signé Grangier et l'autre de Rupé, notaires royaux. Plus, un contract portant reception par lad dame de Monmege des contractt de vente de Salaignac du consentement de Mr de la Filolie du 29 mars 1656 signé de Jaye et Grangier, notaire royaux. Plus, une quittance de la somme de cent mille livres donnée par led. seigneur de Montmege comme [fol. 9v°] procureur des seigneur et dame de Montmege, les pere et mere du seigneur marquis de Vardes du 4 juin 1655 signé Moreau et Hueau, notaires de Paris ; plus, un contract de vante faict par le seigneur de Mont[m]ege du domaine de La Plante du sieur de Tornier du 3 fevrier 1656 signé Grangier, notaire royal ; plus, une quittance du sieur de Tournié pour trois mill huict cens livres et remise dud. domaine de La Planche du vingt huictiesme aoust signée Grangier, notaire royal ; plus, du une liasse de sept receus donnés par les cappitaines du regiment de Montmege qu'on juge papiers inutilles ; plus, une quittance des lits et vantes dues au roy a raison des biens delaissés par le seigneur de Montmege au seigneur de la Filolie avec une descharge des sequestres en dactte du 19 mars 1676 signée Montmege, Montmege de Fiteria et la descharge des sequestres de Fiteria seulement ; plus, l'inventaire et lots de partage des meubles qu de feu Mr. de Montmege des 9 juin 1655 signé Perch et Auzier et 14 janvier fevrier 1656 signé Grangier, notaire, et dernier janvier 1656 signé Grangier, notaire royal ; plus, un acte par lequel Mr de Montmege prend la qualité d'heritier testamentaire pur et simple de deffunct Mr de Montmege a l'egard de Mr le marquis Daros, seulement, dactté du 24 novembre 1674 receu par Prillac et Jayse, notaires royaux par extraict et vidimus du 13 decembre 1674 ; plus, un estat des revenus baillés par le seigneur marquis de Montmege au seigneur de La Filolie, non signé ; plus, une quittance de la somme de mille six cens trente livres donnée par la dame de La Filolie a Anthoine Murat, meunier de Terrasson du 28 fevrier 1669 signée Broussard, notaire royal ; plus, une liasse de lettres missives ecrites par le deffunt seigneur de Pelevezy a la dame de Montmege et le sieur de Ler du Cheylar aux deffuncts seigneur et dame de Montmege La Filolie ; plus, autre liasse de lettres ecrites par le deffunt seigneur de Montmege aux deffunts seigneur et dame de Montmege ; plus, une autre liasse de lettres ecrites par le seigneur de Montmege au seigneur de la Filolie ; plus une [fol. 10r°] promesse de la somme de trois cens livres faicte par le seigneur de Montmege au seigneur de La Filolie du 30 mars 1644 signé Montmege avec deux lettres missives dud. seigneur de Montmege de la meme année ; plus, une obligation en original de la somme de 4000 l.t. consentie par le seigneur de Montmege en faveur de lad. dame de La Filolie en dactte du 8 fevrier 1654 signé Montmege, Maigne present, Prevot, present, Lagrange, notaire royal ; plus, une promesse de la somme de six cens soixante seze livres consentie par led. feu seigneur de La Filolie en faveur du seigneur abbé de Montmege du 26 septembre 1678 signé La Filolie avec la quictance au pied de la somme signée Labbé de Montmege ; plus, un acte touchant la saisie de Montmege du 14 may 1669 ; plus, une liasse pour servir de memoyre dans les affaire de Mr de Montmege et de Mr de La Filolie avec quelques papiers dans une autre petite liasse contenant des memoyres instructions pour la maison de La Filolie, lesquelles liasses et papiers nous avons attachés ensemble et remis dans lad. cassette cotté KKKK.

    Plus, une autre cassette dans laquelle nous avons trouvé trois liasses de memoyres, lettres, missives, actes informes et autres papiers inutilles cottés par lettre ZZ LLLL.

    Plus, le contract de mariage d'entre Mr de La Filolie avec dame Angele de Salaignac, dame son expouse, dactté du 17 fevrier 1664, signé Vaquier, avec l'insignuation au pied dud. contract en original en dactte 20 juin aud. an signée Monzie, lieutenant particulier, La Ville et Lagrange, greffier, cotté par lettre MMMM.

    Plus, un contract d'ipotheque faict par Jeanne del Combela a Jean Dahus des biens y enoncés de la somme de 100 l.t. dactté du 24 fevrier 1648 avec la subrogation au pied faicte par led. Dahus aud. seigneur de La Filolie [fol. 10v°] et quittances au pied des 3 avril 1640, 25 avril 1652, 23 may 1643 et 24 avril 1654, le tout signé Veyssiere, notaire royal ; plus, autre ipotheque faict par Jean Couderc en faveur de Jean Resses pour la somme de cinquante livres du 23 avril 1635 avec la subrogation et quittance au pied faicte en faveur dud. seigneur de La Filolie de l'an 1654 lettr le tout signé Veyssiere cotté par lettre NNNN.

    Plus, un contract de transaction passé entre Marie Izabeau et autre Marie de Beaulieu, damoiselle, et noble Henry de Beaulieu, sieur de La Vergne, du premier du mois de juin 1666 signé Lagrange, notaire royal, cotté par lettre OOOO.

    Plus, avons ouvert un cabinet d’Alemaigne a neuf tiroirs dans lequel nous avons trouvé le contract d’acquisition de la terre et justice de la Filolie et de diverses rentes et fondalité avec la ratiffication de commission de sa majesté, le tout attaché ensemble lad. commission sellée en cire rouge des 30 décembre 1600, signé Henry, et 23 aoust 1598, signé Chaudru, notaire royal cotté par lettre PPPP.

    Plus, quattre quittances du huictiesme dernier payé au roy par la deffunte dame de La Filolie, la premiere de la somme de soixante unze livres quinze sols et la deuxiesme de 22 l.t. 10 s., la troysieme de la somme de trois 46 l.t. 5 s. 136 l.t. 5 s. et la derniere de cent douse livres dix sols en dactte des 5 juin, 22 decembre 1676, 16 fevrier et 12 novembre 1677, le tout signé Vaquier, laquelle taxe avoit esté faicte pour raison des biens alienés du temporel de Terrasson, paraffés par moy dict Veyssiere et cottées par lettre quatriple QQQQ.

    Plus, un receu donné par le sieur du Cluzel d'un contract d'engagement et aliennation de certains domaines du 19 avril 1598 signé du Cluzel et dactté du 8 aoust 1687 avec une procuration attachée [fol. 11r°] aud. receu du 7 du mois d'aoust 1687, signé Pasquet, notaire royal, parafé par moy dict, notaire, Co Veyssiere, cotté par lettre quatriple RRRR.

    Plus, un contract de transaction passé entre le seigneur marquis d'Autefort et dame Margueritte de Souilhac, dame de La Filolie, du xi du mois de novembre 1662 signé Veyssiere, notaire royal, avec une quittance au pied de la somme de unze cens unze livres et quinze sols d'un costé et cent livres d'autre du 23 septembre 1663, signée dud. Veyssiere, cotté par lettre SSSS.

    Plus, un hommage rendu au roy par Jean de Beaulieu, escuyer, seigneur de la Filolie, du 19 janvier 1583, signé Griffoul, notaire royal. Plus, un autre hommage rendu au roy par noble Guilhaume de Beaulieu, escuyer, seigneur de la Filolie du xi octobre 1610, signé de Basrle, greffier, plus autre hommage rendu au roy par noble Jean de Beaulieu, en datte du i de fevrier 1668, signé de Rousseau, plus autre hommage rendu par led. feu seigneur de la Filolie du 30 may 1679 avec une ordonnance portant permission de faire publier son adveu et denombrement du 4 mars aud. an signé Cholé et de Lala, greffier, plus deux proces-verbaux pour la recherche des hommages des xi octobre 1610 et 10 aoust 1609 de toutes lesquelles pieces nous avons attaché ensemble et cottés par lettre TTTT.

    Plus, un proces verbal de descharge des francs fiefs pour led. seigneur de La Filolie faict par le commissaire desd. francs fiefs du 7 fevrier 1630 signé de Chassain, commis du greffier et cotté par lettre VVVV.

    Plus, un contract de vante faict par noble Guilhaume de Beaulieu a Mr Guilhaume Aubarbier, prestre, du domaine de La Reye du 15 septembre 1623 signé Veyssiere, notaire royal, cotté par lettre XXXX.

    Plus, une coppie de la commission de sa majesté pour la continuation [fol. 11v°] de la vante de son domaine en Guyenne le 7 fevrier 1643, 1543, 1578, lad. copie collationnée par Le Teneur, cottée par lettre YYYY.

    Plus, le contract de mariage de noble Guilhaume de Beaulieu et damoiselle Marthe de Sediere du 24 octobre 1600 signé Rousseau, notaire royal, avec l’insignuation au pied du 24 novembre 28 novembre 1601, signé Gerard, lieutenant general et de Geraud, greffier, cotté par lettre ZZZZ

    Plus, le testament de noble Jean de Beaulieu, du 20 janvier 1525 [sic pour 1625 ?], signé Placis, notaire royal et cotté par lettre cinquiesme AAAAA.

    Plus, autre testament de noble Jean de Beaulieu, du 6 janvier 1583, signé de Beaulieu, testateur, et Barbier, notaire royal, en original, cotté par lettre BBBBB.

    Plus, autre testament d’Anthoine de Beaulieu, escuyer, seigneur de la Filolie, du 24 juin 1556, signé de Blistel, notaire royal, et cotté CCCCC.

    Plus, le contract de mariage de noble Jean de Beaulieu, escuyer, seigneur de la Filolie et de damoiselle Marie de Doublet, du 2 novembre 1561, signé Gros, cotté par lettre DDDDD.

    Plus, un contract portant recognoissance faicte par noble Jean de Beaulieu du mariage de damoiselle Marie de Doublet, femme dud. Jean du 23 jour du mois de decembre 1561, signé Le page, notaire royal, et cotté par lettre EEEEE.

    Plus, un contract de mariage passé entre noble Anthoine de Beaulieu et Catherine Vigier, damoiselle, du dernier de janvier 1530, signé Jeune [ou Seune] notaire, cotté par lettre FFFFF.

    Plus, le testament de lad. feue Catherine Vigier, damoiselle, du 21 avril 1560, signé M. Seune, cotté par lettre GGGGG.

    Plus, un arresté de decret des biens de Catherine D’Auriac, rendu [fol. 12r°] au parlement de Guyenne en faveur de noble Jean de Beaulieu, du 4 avril 1596, signé de Pontac, cotté HHHHH.

    Plus, deux quittances données par Catherine Noailanes aud. feu seigneur de la Filolie du 4 decembre 1667 et 29 mars 1670 signées de moy dict Veyssiere, notaire, et cottées par lettre JJJJJ.

    Plus, une obligation de Mr. de Saint-Chamassi a Mr de la Filolie pour six cens septante cinq livres du 19 aoust 1677 avec la ratiffication attachée a lad. obligation du 20 dud. mois signé de Mondesse, notaire royal ; plus, une cession faicte par led. sieur de St-Chamassi aud. seigneur de La Filolie sur son mestayer de Chabral pour 220 lt. du 21 dud. mois signée Jayle, notaire royal, le tout attaché ensemble et en original cotté par lettre KKKKK.

    Plus, une procuration de Madame de Peyraux donnée a deffunt Mr de La Filolie du 4 juillet 1655 signée Raffailhac avec une promesse de lad. dame aud. seigneur de la Filolie de 300 lt. du 2 fevrier aud. an 1655 signée de Montmege ; plus, autre receu de lad. dame dud. seigneur de La Filolie de la somme de deux cent soixante livres signée de lad. dame du 28 octobre 1660 au bas de laquelle il est dict que despuis il a esté envoyé la somme de cent livres a lad. dame de Peyraux, le tout attaché ensemble et cotté par lettre LLLLL.

    Plus, un acquiet de la somme de 600 690 lt. de Mr de La Filolie en faveur de feu Mr l'evesque de Sarlat pour les causes y contenues dactté du 19 decembre 1665 et cotté MMMMM.

    Plus, un Chaptal portant obligé de Peyre Esclafer et Mondine Boyssiere pour 129 lt. du 26 juin 1669 signé Dironde, notaire royal, cotté par lettre NNNNN.

    [fol. 12v°-24v° : suite de l'inventaire des papiers]

    [A la suite :]

    Et advenant le dix-neufiesme jour desd. mois de juin au susd. 1692 par devant les notaires royaux soubsignés et presens lesd. temoins bas nommés et requerant, led. sieur de Monbruns pour ladite dame led. avons continué led. inventaire comme suit :

    Premierement, sommes rentrés dans led. cabinet dans lequel nous avons trouvé trois livres in-quarto tomes in-octavo de la Vie des [...], deux tomes in-quarto de la cour sainte, les parafrazes sur les pseaumes par Goudeau in-quarto, les Istoires tragiques de nostre temps en petite in-quarto, les livres.

    Plus, les livres de Boyleau, un tome en petit in-cuarto.

    Plus, Entretiens sur les vies des peintres, un tome en grand in-cuarto. [André Félibien, Entretiens sur les vies et sur les ouvrages des plus excellens peintres anciens et modernes. "1re partie. - Paris : Le Petit", 1666, 5 vol. in-4° ; ou réédition : Paris, Sebastien Mabre-Cramoisy, 1685-1688, 2 vol. in-4°).

    Plus, un tome de l'imitation de Jesus-Chrit en grand in-cuarto.

    Plus, l'Iliade d'Homere, un tome en petit in-cuarto.

    Plus, le parfaict mareschal en grand in-cuarto.

    Plus, L'histoire des guerres civilles de France, en deux tomes in-folio.

    Plus, lettres de Gonbau, un tome in-cuarto.

    Plus, deux tomes de l'histoire de Venize, en petit in-cuarto.

    Plus, un tome des galeries des Dames, in-octavo.

    Plus, La promenade de Versailles, In un tome in-cuarto.

    Plus, l'Ecole des [...], un tome in-octavo.

    Plus, L'usage des pasions, un tome in-octavo.

    Plus, Le second thome de la vie de Mr. le mareschal de Gassion, in-octavo.

    [fol. 25r°] Plus, l'histoire de Mr. de Guisse, un tome in-octavo.

    Plus, Les oraisons funebres de Mr. l'abbé Flecher, un tome in-octavo.

    Plus, Le carractere des passions, deux tomes in-octavo.

    Plus, Les memoyres de Monsieur Dagout, un tome in-octavo.

    Plus, deux tomes du partere historique, in-octavo.

    Plus, Lucier [...] par Ablaneout, in-octavo.

    Plus, le Journal du cardinal de Richelieu, in-douze, deux tomes du consel de la Sagesse.

    Plus, un tome de memoyres de Mr. de Basonpierre.

    Plus, Le voyage d'un homme de qalité, intome en douse [sic pour un tome en in-douze].

    Plus, un tome sur Des Refelections sur la misericorde de dieu in-douse ; un tome des oeubres de la Fontaine, in-douse ; un tome d'Henriete et Silvie de Moulieres in-douse ; un tome de Lettres portugaies in-douse ; un tome de l'istoire du ministere du cardinal Mazarin in-douse ; un tome du dialogue des Morts in douse ; Discours sur l'egalité de deux sexes un tome in-douse ; un manuscrit de Ciceron, un tome couvert d'un tres mechant parchemin in-cuarto ; un tome de la Filosofie de Picolomini couvert de parchemin in-cuarto ; deux petits livres de parchemin pour la maniere de se bien composer, in-douse ; La jurisprudance des contracts couvert de parchemin un tome en grand in-octavo ; les heures de Seneque, un tome in-folio ; deux tomes de la Decade de Tite Live ; L'art de connoistre les livres hommes ; recour des arrests notables des cours souveraines de France en grand in-cuarto ; La conferance des ordonnances royaux in-folio ; trois tomes du Dicionere istorique neuf in-folio.

    Plus, une vielle vie de Saincts en un tome in-folio rompue et la page dechirée.

    Plus, un tome de in-folio de l'histoire des gueres civilles de France, dont le commensement en est "A dire...".

    [fol. 25v°] Après quoy avons ouvert un autre coffre ou nous avons trouvé la vaysselle d'argent sur quoy c'est presenté messire Joseph <de Salaignac> de Fenelon, chevalier, seigneur de Chasteau-Bouchet, en vertu de la procuration de generalle et irrevocable du seigneur abbé de Fenelon, confrere pour toutes les affaires de la sucession du feu seigneur evesque de Sarlat, leur oncle, dont il est heritier beneficiere, lad. procuration en dactte du 27 aoust 1689, receue par Levasseur et Langé, notaire de Paris, lequel a declaré supposer ce que la vaysselle d'argent quy est dans led. coffre aux armes de <Salaignac de> Fenelon et dud. feu seigneur evesque qui parmy les effects dud. feu seigneur de La Filolie entre les mains duquel lad. vaysselle avoit esté mise en depot par led. feu seigneur de Salaignac soit prise dans l'inventaire quy se faict par devant nous dict notaires des effects dud. feu seigneur de La Filolie et demande icelle luy estre remise comme aussi led. sieur Laporte des Monbrun a dict et declaré que dans led. coffre il y a une petite escuelle d'argent rompue aux armes de Bourg, laquelle appartient en son propre a lad. dame de La Filolie comme luy ayant esté donnée par Mr le comte de Fenelon, ainsin il declare supposer a ce qu'elle soit mise dans l'inventaire desquelles [...] a esté faict acte aux parties pour leur servir ainsi que de raisons. [Signatures à la suite :] Salagnac ; Fenelon ; Laporte [paraphe] ; de Montbrun.

    Dont lequel dict coffre nous avons trouvé premierement quatre plats d'argent aux armes de Monmege pezant [blanc] ; plus, douse assiettes aussi d'argent aux armes de Montmege pezant [blanc] ; deux grands flambeaux d'argent ausd. armes pezant [blanc] ; une ecurelle avec son couvercle d'argent aux armes de la Filolie pezant [blanc] ; un sucrier d'argent aux armes de [fol. 26r°] la Filolie pezant [blanc] ; une vinegrete d'argent sans armes pezant [blanc] ; douze culieres d'argent asses petites et de plusieurs façons sans armes ; une autre culiere sans armes ; deux autres culieres a cu queue ronde aux armes de Monmege ; douse fourchetes petites hors deux qu'y sont asses grandes sans armes la queue d'une fourchete rompue ; deux fourchetes a queue ronde aux armes de Monmege ; une meschante petite escuelle rompue aussi d'argent aux armes de feu Mr. de Bourg ; trois assiettes creuzes aux armes de Salaignac et Fenelon ; deux moyens flambeaux aux armes de Salaignac Fen et Fenelon ; deux eguieres, l'une couverte et l'autre sans couvercle aux armes de Salaignac et Fenelon ; une petite saliere aux armes de Fenelon ; huict culieres aux armes de Fenelon ; huict fourchetes aux armes de Fenelon ; le tout d'argent et pezant le tout scavoir, celles quy est aux armes des Monmege cinquante marcs sept onces poids de marc et toutes celle quy est aux armes de La Filolie pezant quatre marcs deux onces et toute celle quy est aux armes de Salaignac Fenelon pezant plus aur vingt trois marcs six onces ++° [au pied de la page :] et l'escuele aux armes du Bourg pezant un marc, la vinegrete sans armes pezant un marcs deux onces, les treze culieres et douse fourchettes avec une queue de fourchete rompue quatre marcs et deux onces. [Signatures : Laporte [paraphe] ; de Monmege ; Veyssière ++° ; plus, avons trouvé dans led. coffre cent getons d'argent pezant deux marcs ; avons aussi trouvé dans le meme coffre douse assiettes d'estain fin aux armes de La Filolie et de Fenelon pezant douse livres trois quarts poids de marcs.

    Plus, une ecritoire.

    Plus, un fusil faict a Tulle par Queyrou ; plus, une paire de pisolets faicts a Sarlat par de Vaux ; plus, une espée a revers, la poignée d'argent.

    Plus, un tableau representant la Nativité Vierge avec le petit Jesus.

    Plus, six pourtrais d'hommes et femmes ; plus, un miroir avec le bois d'ebene dont la glace est de la longueur de douse pouces ; plus, avons ouvert un autre coffre dans lequel avons trouvé deux une paires de haut de chausses ; plus, un manteau coleur de drap coleur de noizette garny d'une tresse d'or autour ; plus, une paire de gans blancs a frange noire ; plus, un justecorps de drap noir doublé de ras. [fol. 26v°] Plus, une doublure de justecorps sans manches ; plus un deux justecorps fort usés trois d'esté ; plus trois mechans paires de bas, le tout remis dans led. coffre. Plus, avons ouvert une demy garde-robe trouvé led. cabinet quatre chemises de toyle d'Olande et neuf de toyle de Paris usées, deux de toyle du pays, deux cravates a dentelle usées, trois de mosoline usées ; plus, une cravate a pan de France bordée ; plus, une ousse avec des chapes de pistolet de drap gris de fer tout neuf bordés d'un galon d'argent ; plus, un rouleau de vingt cinq aulnes de boyradis ; plus, un lict garny de rideaux violet <de drap du pays> avec une petite frange avec le traverlict et sousbassement de meme, un matelas, un cuyssin et une couverte blanche, et de lad. dud. cabinet.

    Et dud. cabinet, sommes entrés dans le salon quy est a tenant dans lequel nous avons trouvé garny de sept pieces de vielle Bergame usées.

    Plus, deux vielles tables garnies de deux meschans tapis de Bergame, deux fauteuils remercés garnis l'un de mouquete fort usé et l'autre de toyle peincte ; plus, six cheze garnies de paille ; plus, deux petits chenés de fer battu, une taque.

    Et dud. salon sommes entrés dans un entre deux pour aller a la chambre de Madame dans lequel avons trouvé une couchete garnye d'une pailiasse, d'une coyte et cuyssin de plume pezant quarente livres avec une mechante couverte blanche ; plus, une garde-robe dans lequel est le ling de Madame, huict petit pourtrais d'hommes ou femmes.

    Et dud. entre-deux sommes entrés dans une antichambre dans laquelle avons trouvé un lict garny de meme que celluy que nous avons trouvé dans le cabinet de Monsieur de La Filolie avec sa paliasse, coyte, cuyssin de plume pezant cinquante livres avec un mathelas et une couverte de meme etofe, un fauteul recouverte fort usé garni d'une toyle peinte usée ; plus, une garderobe [fol. 27r°] ou est le linge de la damoiselle Franion.

    Et dellà sommes entrés dans la chambre de lad. dame de La Filolie que nous avons trouvée garnyes de quatre paires de vielle Bergame dans laquelle y a un lict de drap gris usé, le siel de lict, dossier et cortepointe, bordure et campanes de toyle façon de la Chine [mots rayés] avec la pailasse, son cuyssin, coyte de plume pezant soixante livres avec un matelas sur la corniche de la cheminée il y a six petit huict petits vases de vere que led. sieur de La Porte a dict avoir esté donnés a lad. dame par la dame de Rastignac ; plus, y avons trouvé un fauteul remersé garny d'un vieux broqart de soye laquelle garniture avec un careau de velours rouge fort usé que et feu Monsieur de Sarlat avoir avoit donné a lad. dame ainsi que led. sieur de La Porte a dict ; plus, un grand miroir dont la glace a vingt cinq pousses de hauteur et vingt de largeur avec son quadre de bois garny de huict plaques de cuivre lequel led. sieur La Porte a dict avoir esté donné a lad. dame par la damoiselle de Laborie ; plus, un petit miroir de toylette avec quelques plaques d'argent usés et fort [...] de l'heredité de lad. damoiselle ; plus, avons trouvé dans lad. chambre la garniture d'un lict a bendes de sarge noire usées doublé d'un tafetas jaune avec sa contrepointe piquée de meme et son dossier, siel de lict aussi piqué pareillement ; avons trouvé dans lad. chambre de bandes d'ouvrage trente quatre, lesquels lict et bandes led. sieur de La Porte aud. nom a declaré appartenir a lad. dame comme luy ayant esté donné le lict par la dame de La Marche et les bendes par Madame de Salaignac. [Signatures :] Laporte [paraphe] ; de Monbrun.

    Et de là sommes passés dans la sale basse ou nous avons trouvé sept pieces de tapisserie de verdure a demy usée, trois tapis sur trois tables asortissant ladite tapisserie a demi usés, sept chezes a bras couvertes de tapisserie et quatre autres quy ne sont pas a bras, [fol. 27v°] le tout fort usé. De plus, un deux fauteuls et cinq chezes garnis d'ouvrage a l'eguille, laquelle garniture a l'eguile led. sieur de Laporte aud. nom a dict appartenir a ladite dame de La Filolie pour luy avoir esté donnée par Madame de Fenelon, sa seur, abbesse des Religieuses de Nostre-Dame de Sarlat. Plus, deux fauteuls remersés garnys de broqart et fort vieux et usés ; plus, trois chezes de bois sans aucune garniture ; plus, une cuvete de cuivre rouge de la contenance de quatre seaux d'eau pezant cinquante livres avec deux sarcles de fer dont elle est garnye ; plus, deux chenet de fer fort vieux et sur la cheminée quy est garny de bois de noyer y a un bois d tableau representant Monsieur le Cardinal de Richelieu et quatre portrais de chasque costé. [Signatures :] Laporte [paraphe] ; De Monbrun.

    Et de lad. sale sommes entrés dans la chambre quy est au bout de lad. sale que nous avons trouvé garnye de six pieces de tapisserie de verdure quazy toute neufve, ensemble d'un grand lict d'un burat coleur de feu, grangé de soye de la meme coleur melé de fil d'argent et doublé d'une toyle aussi d'argent avec quatre pommes aussi garnies de meme frange avec une couverte doublée de toyle et son dossier de meme toyle d'argent avec pareille frange avec trois soubastes asortissantes auquel lict il y a une assés mechante couverte blanche, une coyte et un cuyssin pesent cent cinquante six livres et deux matelas de laine usés, une balase de grosse toyle, le tout a demy usé ; de plus, deux fauteuls et sept chezes avec leurs dossier, le tout garny de meme estofe que et frange que led. lict a laquelle chambre y a un grand rideau de drap blanc garny d'une petite frange que dessus quy est au devant la croysée quy est. Plus, un grand miroir [fol. 28r°] avec son quadre noir, la glace est d'environ vingt six pousses d'auteur avec une table de bois noir et d'ung deux gridons [sic pour guéridons] assortisans y ayant a la cheminée deux chesnet de moyene grandeur quy sont garnys d'erain a demy usés ; y ayant trois tableaux, l'un est sur la cheminée representant une Magdelaine penitante et deux paysages.

    Apres quoy sommes passés dans l'antichambre quy est a costé de lad. chambre ou nous avons trouvé un chalict presque neuf sans aucune garniture qune coyte et cuyssin pezant cent livres, un mathelas de laine et une mechante couverte blanche, le tout fort usé, ensemble deux grands bancs garnis d'une Bergame presque rompue, trois chezes persées et deux chesnés de fer de fonte.

    Et de là montant par le degré sommes entrés dans une autre chambre ou nous avons trouvés deux licts quy sont garnis d'une couverture de ras vert faict a ousse avec leurs couvertes de meme fort usées ou il y a chasqun sa paliasse et cuyssin fort usé pezant les deux licts cent soixante livres, et en outre un matelas fort usé a chasqun six chezes scavoir trois garnyes d'un ras feuille morte et les autres d'une mechante Bergame ou toyle tout a faict usées.

    De là sommes entrés dans une grande chambre que nous avons trouvé garnye de neuf pieces de tapisserie de haute lise vielle et quy n'est pas egale, deux grands lits de ras feuillemorte garnys de frange de soye melée et leurs dossiers a l'un desquel licts y a une couverte de meme etofe et une autre blanche et a l'autre une courtepointe de toyle indienne a un chasqun desquels il y a une coyte et cuyssin de plume pezant tout ensemble lesdites coytes et cuyssin cent nonante et sept livres, deux matelas de laine et une deux paliasses, sezes chezes, [fol. 28v°] cinq a bras garnyes de meme etofe que lesd. lits sans frange, ensemble une petite table couverte d'un tapis de meme etofe que les lits garnis d'une petite frange autour. Plus, deux chenés de fer et une cheze persée.

    Avons aussi trouvé dans un bouge au sortir de lad. chambre une couchette garnye avec de sa coyte et cuysisin pezant cent cinquante livre avec une mechante balese et un mechant coffre bahut sans fonds.

    Et dessendant sommes [entrés] dans une petite chambre appelée la chambre de mademoiselle de Laborie garnye de six pieces de Bergame fort usée, ensemble d'un grand lict de ras coleur de feuile morte bordé d'un ruban bleu avec son doussier et couverte trenante de meme etofe et une autre couverte blanche de catheloigne, une coyte et cuyssin de plume pezant cent trente quatre livres et un matelas de laine assés bonnes, une paliasse, une cheze a bras garnye d'un ras gris, huict autres chezes, une garnye de meme estofe que le lict et les autres sept d'une ouvrage, le tout fort usé avec une forme quy est garnye de meme et que les sept chezes, ensemble une petite table couverte d'un petit tapis pres d'usé de meme etofe que led. lict avec une petite frange de soye melée et deux chenés de fer battu.

    Et estans sortis nous avons passé dans une chambre quy est a la main gauche appellée a l'orengerie ou nous n'avons rien trouvé et continuant sommes allés dans le fournial quy est atenant ou nous avons trouvé un fer peyrol de fonte fendu.

    Ensuite, avons trouvé dans une chambre en bas ou nous avons trouvé un mestier de tisseran et un vieux chalict avec une garniture et ousse fort usée et un mechant cuyssin et courte pezant vingt livres trente livres.

    Et encores avons trouvé dans une autre petite chambre tout [fol. 29r°] atenant et vis a vis de la chapelle un petit lict de camp avec des rideaux vers et ousse d'estoffe de pays fort usés, une coyte et cuyssin pezant cinquante livres, un matelas et contrepoincte de laine fort usés et une couverte verte aussi fort usée, une table avec un meschant tapis et deux chezes de paille.

    Et de là sommes entrés dans la chapelle dud. chasteau y avons trouvé :

    Premierement, un devant d'autel de camelot vert avec quatre bandes en broderie et une quy traverse ; plus, deux credanses de camelot vert sans garniture ; plus, deux petits corporaux de brocart vert ; plu, un missel et demi usé, un vieux teigitur quy ne peut plus servir, un tapis sur led. autel d'etofe de pays de coleur feuille morte, une chezuble blanche avec l'étofe, manipule et voyle de gros de tour a fleurs, le tout garny d'une dantelle d'or et d'argent faux et une chesuble violette avec etolle et manipule d'une vielle etofe de soye avec la croix de bandes en broderie sans voyle, une chezuble noire avec etolle et minipule [sic] d'une vielle etofe de soye avec la croix d'une etofe de laine blanche avec des lames d'argent ; un voyle de tafetas tout usé et dechiré ne pouvant plus servir, une chesuble amarante vielle et usée avec etolle et manipule, le tout sy usé qu'il ne peut servir presque plus lad. chezuble garnye d'un espece de ruban vert, trois napes demy usées, un petit crucifix d'or blan, deux petits mechant chandeliers de bois, un calice d'argent aux armes de Monmege et Ponpadour pesant avec sa patere sans estre doré [blanc] ; deux aubes avec leurs amicts et une mechante seinture quy ne peut plus servir, l'une desquelles aubes est de toyle de St-Jean garny d'une grosse dantelle et l'autre d'une toyle quy est faicte dans le present chasteau ; un mechant devant d'autel de ras noir a deux bendes et croix de toyle blanche quy est ors d'estat de pouvoir servir, deux burettes de verre, l'une desquelles est cassée, une bourse de corporaux avec sa pale corporal et purificatoires.

    Et attendu que l'heure est tarde, nous sommes retirés jusques au [fol. 29v°] lendemain a continuer led. pr. inventaire faict led. jour dix-neufvieme juin, an sud., es presences de messire Marc Joseph de Gordin. Et advenant le vintiesme desd. mois et an et par devant lesd. notaires et au meme requis avons continué ledict inventaire comme chevalier, seigneur de La Roussie et Pauliac, habitant en son chasteau de La Roussie, parroisse de Proyssan, et Mr. Me. Jean de Bouilhac, advocat en parlement et juge de Montignac et y habitant, temoins requis quy ont signé avec led. sieur de La Porte en vertu de sa procuration et nous dits notaires. [Signatures :] Laporte [paraphe] ; de Monbrun ; La Roussie ; De Bouilhac.

    Et advenant le vingtiesme desd. mois et an et par devant lesd. notaires et au meme requis avons continué ledit inventaire comme suit :

    Estans dans une petite chambre quy est au bout de l'ecurie ou nous avons trouvé un bois de lict fort usé garny d'un ras gris, la garniture faicte en ousse toute dechirée ou il y a un lict de plume consistant en coyte, cuyssin pezant nonante cinq livres avec une mechante couverte blanche trs usée, ensemble une mechante couchete ou il y a un <lict et> cuissin de plume presque deschiré quy a pezé trente livres avec une couverte blanche fort usée, ensemble deux mechantes chezes pliantes de sangles et dans lad. ecurie avons trouvé une mechante couchette dont la garniture est de paille avec une coyte de plume pezent cinquante cinq livres.

    Et de lad. ecurie serions venus dans la cuisine dud. chasteau ou il s'est trouvé deux tables, l'une carré et l'autre d'une piece de bois servant a lad. cuysine, quatre pots de fer dont il y en a deux de rompus, troys poyles, deux chauderons de cuivre, deux tourtieres, un rachaud, un pilon de metail, deux bassins d'airain blanc et un peyrol de cuivre [fol. 30r°] un chai de la contenance de tr quatre seau d'au, un mortier de marbre, un alambic de fer en fonte quy n'a que deux pieds, deux mechantes garderobes sans fasson, une grande pelle, trois cramelieres, deux chenés en fonte, partie d'une taque, deux briches de fer, une grille.

    Plus, la vaysselle de la maison consistant en trois grands plats, bassins, deux en auvalle et un ron, pezant dix-sept livres, deux plats moyens pesant unze livres, deux vielles assiettes mazarines pezant six livres, trois petits plats et quatre assietes creuzes pezant vingt livres, sept petits plats pezant douse livres, cinq dousaine et demie d'assiettes comunes pezant quatre vingts dix livres, une eyguiere, cinq chandeliers, trois ronds et un a l'antique, avec quatre petites salieres pezant dix livres, plus deux chopines et une oliviere pesant six livre de vieux etain desoudé ou fondu consistant en une eguiere, quatre chandeliers, quatre plats fondus, le tout en hors d'estat de servir et un moutardier pezant vingt un livre, revenant le tout le prix dud. estain a deux cens vingt deux livres ayant faict porter d'un garderobe de l'office dans la presente cuysine ce qui ce trouve au-dessus du contenu au proces verbail de [...] pour pezer v° [ajouter dans la pliure :] et inventorier tout l'etain ensemble. [Signatures :] Laporte [paraphe] ; De Monbrun ; La Roussie ; De Bouilhac. v°.

    Plus, avons trouvé dans l'entredeux de la sale et du salon une grande garderobe a l'entique a huict armoires dans laquelle nous avons trouvé deux bouteilles et quatre verres.

    Dans l'office, avons trouvé trois petites garderobes dans l'une desquelles il y a vingt trente quatre servietes fines <partie a demy> fort usées et rompues <et l'autre moitié plus que demi usées>, six servietes grosses a demi usées, trois linceulx de brin a demi usés, douse dousaines de servietes fines que led. sieur de La Porte a dict estre de l'heredicté de lad. damoiselle de Laborie, cinq napes fines et demi napes plus que demy usées et rompues en [fol. 30 v°] divers endroicts que led. sieur de La Porte a dict estre de lad. heredité de lad. damoiselle de Laborie, vingt neuf servietes et servietes fines a ne pouvoir pas servir, quatre servietes rompues grossieres a ne pouvoir pas servir, trois napes encore a ne pouvoir pas servir, quatre fort mechans linceulx, un paire de linceulx de toyle d'Olande fort bons, un autre paire de toyle de maison plus que demy usés, un autre paire de toyle de Paris assés bons, un paire de linceulx de belle toyle de maison a demy usées, deux napes aussi a petite flandre a demi usées, une dousaine de grand servietes de grand flandre, quatre napes de grand flandre aussi a demy usées, plus deux paires de linceulx de brin assés fins et demi usés, une paire de linc dix paires de linceulx grossiers de brin, une dousaine et demi de servietes grossieres presque neufves et une dousaine a demy usées, six napes fines fort usées, quatre napes grossiere a demi usés, six napes ou torchons de de cuysine, huict tourchons de cuysine, le tout a demy usés. Dans un autre desd. garderobes, n'avons trouvé que quelques pots de terre. Dans la troysieme garderobe, il n'y a rien et nous a esté dict que c'est la ou l'on faict retirer la vesselle.

    Et dans le grenier, nous avons trouvé deux grands coffres dans l'un desquels ou estoit le [...] et quy n'a poinct de serrure, nous avons trouvé des vieux papiers de rebut fort anciens et en mauvais estat et rongé des ras ; plusieurs cayses, l'une desquelles n'a pas de couvercle et quatre vielles cheze rompues dans un cabinet quy est au bout du grenier dedans la tour, nous avons trouvé une piece de [fol. 31r°] tapisserie de verdure et dans un autre grenier un porte broche de fer battu. Sommes allés ensuite dans les autres greniers appellés galatas ou nous avons trouvé de la laine quy n'est pas lavée pezant soixante livres, plus soixante quartons de noix que led. sieur de La Porte a declaré avoir esté vendues avant son deces a la vefve du seigneur de Monmeges, procureur, et par elle payés aud. feu seigneur de La Filolie avant son deces ; plus, dix douse quartons chastaines seches, dix-huict quartons froment.

    Plus, avons trouvé dans la boulengerie au bout de la cuysine un tamis pour bluter le blé la farine, plus un autre tamis de petite valeur, deux routissoir de fer dont il y en a un de rompeu, plus un garderobe de peu de valeur, plus un peyrol de cuivre de la contenance de quatre seau d'eau ou envirron.

    Et de là estant allés dans les ecuries, y avons trouvé deux mulets noirs, une jument noire, un cheval gris, une jument baye et une mulete baye, deux selles et basts desd. mulets avec un littiere, le tout estimé par Lacoste, mareschal appellé pour c'est effect quy a dict faire lad. estimation en homme d'honneur et consciance, et a estimé, scavoir : la jugement [sic pour jument] noire, scavoir le jugement noire [sic pour la redite] deux cent cinquante livres, les deux mulets, leurs basts, selles et littre deux cens soixante livres, le cheval gris pour vingt escus, la jument beye dix escus et la petite mule dix escus, valant trente livres.

    Plus, estans montés dans le grenier a foin y avons trouvé deux ou trois quintaux de foin ou environ.

    Et de là, estant allés dans la grange quy est hors du chasteau et joignant icelluy y avons trouvé deux vaches <vielles> estimées douze livres, plus quatre couchons estimés vingt livres, quatorze moutons estimés vingt une livres et deux petites chevres estimées trois livres dix sols [fol. 31v°] et ayant faict le tour dud. chasteau avons trouvé que les murailles et couverture d'icelluy sont en bon estat.

    Et ce faict, nous sommes rentrés dans led. chasteau et cave d'icelluy dans laquelle nous avons trouvé dans huict bariques et trois baricous vingt charge de vin ou environ, quatorze bariques vuides de diverses contenances fisant avec les plaines vingt-cinq ; plus, estants entrés dans le cuvier joignant lad. cave y avons trouvé sept cuves et neuf bariques de vuide de diverses contenances quatre paires de comportes et deux caresons parmy lesquels led. sieur de Laporte a dict y en avoir trois appartenantes au sieur Bouquier de Terrasson ; plus.

    Plus, avons trouvé dans le cabinet quy est au bout du grenier et dans une tour dud. chasteau vingt livres de fil de brin et craville blanchy ; plus, six livre de fil de brin aussi blanchy en pelotons ; plus, unze livres de fil d'estoupe primes en echevaux ; plus, vingt six livres de grossieres en eschevaux ; plus, vingt huict livres de fil prins non blanchy pour quinze livres de fil d'estoupes non blanchies ; plus, cinquante six livres d'estoupe grossières.

    Et ce faict, nous sommes retirés et remis la continuation a demain de faict led. jour vingtiesme juin mil six cent nonante deux es presances de Marc Joseph de Goudin, escuyer, seigneur de La Roussi, Pauliac escuyer et autres places, habitant en son chasteau de La Roussie, parroisse de Prouyssan et Monsieur Jean de Bouilhac, advocat en parlement juge de Montignac et habitant, temoints cognus quy ont signé avec led. sieur de Laporte aud. non et nous dits notaires. [Signatures :] Laporte [paraphe], De Monbrun ; La Roussie ; De Bouilhac, present.

    [fol. 32r°] Et advenant le vingt uniesme dud. mois et an et par devant nous dits notaires au meme requis dud. sieur Laporte aud. nom, sommes allés en la mesterie des Reynaux scittué dans la parroisse de Brenac deppendante dud. chasteau et trouvé qua la grange dicelle est en bon estat hors qu'il faudra y faire et passe le tuiller et accommoder un peu le pignon quy est a main drtoie en entrant il y a un appentis fort ruyné et non couvert, refaire le chapial de l'estable, un peu plus que de la moytié, le tout estimé par Thoni Galan, charpentier de la parroisse de Saint-Amand, et Jean Burc, masson de la parroisse de Brenac, appellés pour lad. estimation, lesquels jugent qu'il en coustera pour le dix livres pour la couverture de l'estable joignant la grange qu'il faut resuivre ou pour resuivre la grange sept livres ; pour la maison de la mesterie quy a besoin d'estre planchée et reme dessus et remettre quelques planches dessous et faire passer le tuillet sur lad. maison sans comprendre le planché trois livres ; le clidier est en mauvais estat et pour l'acommoder, il faut trente sols et pour la couverture de plus avons trouvé dans la meme meterie quatre boeufs, une vache et un veau apres la vache avec leurs jougs garnis, le tout de la valeur de cent quatre vingts livres, les couchons de la valeur de huict livres quatre quatorze brebis et deux chevres avec une chevrette charette dont le metayer doit avoir avoir la moytié laquelle charete est de la valeur de vingt livres, le tout suivant l'estimation quy en a esté par Jean Noailanes, metayer dud sieur Dironde, procureur d'office.

    Et de lad. mesterie des Reynaux, nous sommes portés a Fontas ou il y a deux mesteries, l'une desquelles est perpettuelle [fol. 32v°] jouye par Jeanne Pigeon Brezegieres, vefve de Thoni Noailanes, ou il y a une maison entre les bastimens de l'autre meterie de Fontas, il y a aux environs desd. bastimens un cellier et une grange deppendante de lad. metterie perpettuelle, laquelle est en bon estat et outre ce dessus il y a le sechoir et l'estable de brebis deppendante de lad. meterie perpetuelle qu'il faut refaire estant tout a faict ruynés, nous avons aussi trouvé dans lad. mesterie deux beufs, deux vaches et une petite velle quy tete avec leurs jougs dont lad. Jeanne Brezegieres a dict en avoir la moytié, le tout estimé cent livres, les couchons sept livres unze brebis et deux chevres ; plus, une charete fustiere cinq livres, le tout [...] l'estimation quy en a esté faicte par led. Jean Noailanes, l'autre meterie de Fontas que Tony Maniere faict valoir, nous avons trouvé les bastimens en tres mauvais estat et le charpentier estime que pour la charpente qu'il faut accommoder ou pour la couverture il faut quarente cinq livres en fournissant par le mettre, les materiaux sur place, le planché de lad. maison ne vaut du tout rien, et pour mettre le chapial de lad. maison quy menasse de ruyne quy esté appuyé, accommoder le degré et le ballet et une mureille en dedans qu'il faut reprendre sou oeuvre, le masson estime qu'il faut quarente livres et matiere sur place ; il y a de plus ausd. meteries deux fours ruynés et comme il en faut necessairement un, le masson estime qu'il faut huict livres il y a de plus trois beufs et une velle avec leurs jougs garnis estimés cent livres, les couchons [fol. 33r°] six livres dix brebis et deux chevres suivant l'estimation dud. Noailanes.

    Et de là serions alés a la mesterie del Plays ou nous avons trouvé tous les bastimens en bon estat hors quelques tuilles qu'il faut remettre et le four qu'il faut faire tout de nouveau pour lequel remettre il faut huict livres il y a aussi quatre petits beufs et une velle avec leur jougs garnis estimés cent livres, seze brebris et un mouton de l'année passée, deux chevres et une chevrette, les couchons estimés sept livres et une charrette douse livres pour recommoder, laquelle le metayer a dict avoir fourny quatre livres et le tout estimé suivant par led. Noailanes.

    Et de là nous sommes portés aussi a la meterie de Laborie ou nous avons trouvé la maison en bon estat hors la couverture qu'il faut reparer la moytié de lad. maison haute planchée et l'autre moytié n'est quazy pas ; il y a une a tenant la maison une autre maison basse en bon estat mais point du tout planchée, la grange en bon estat hors d'une goutiere, le clidier en bon estat hors un coin et un peu de muraille a la porte ; il y a aussi un estable ou il faudrait faire un chapial et toute la couverture ; et pour reparer toutes ses couvertures desd. bastimens le charpentier estime qu'il faut huict livres et matiere sur plasse et pour le masson pourtout ce qu'il y a affaire aud. bastimens de Laborie estime qu'il faut quinze livres et matiere sur place ; il y a de plus quatre beufs et un veau avec leurs jougs garnis estimés cents vingt livres, les couchons dix huict livres, une mechante charette dix douse, six brebis et deux chevres, suivant que le tout a estimé par led. Noailanes.

    Et de là, serions allés a la meterie de La Roubinie ou nous avons trouvé la maison en asses bon estat : il y faut quelques tuilles pour la couverture et une porte, la premiere chambre est [fol. 33v°] planchée et l'autre ne l'ait point, la grange a besoin d'estre recouverte et d'estre suivy partout et le fleys de lad. grange estre rompue et apuyée et le basseul de la porte est aussi rompeu ; et pour reparer lesd. susd. choses, il a esté estimé qu'il faloit pour le recouvrir au charpentier dix livres, le four a besoin qu'on y fasse de neuf les soles et qu'on le repare et pour le masson a estimé qu'il faloit trois livres et matiere sur place, l'estable et le cledier sont en bon estat et nous a esté dict par le metayer que lad. meterie est en afferme et que le fermier est chargé et responsable des bestiaux.

    Et de là, serions allés a la mesterie de la Peytivie ou nous avons trouvé la grange en fort bon estat, la couverture de la maison a besoin de resuivye en son entier a la reserve de la cave quy est joignante lad. maison ; le contours de la tour quy est au coin de tout coin de lad. maison soutenu par des machicolis de bois est en ruyne ; il a trois trefs de la chambre quy [est] entre la cave et la maison quy ont rompeu chasqun dans le bout, lesquels il faut reparer a neuf ; un petit bastiment derrier lad. maison avec une fue ronde pres d'icelluy sont entierement ruynés, le sechoir au derrier de lad. maison a besoin de recouvrir et de racomoder le pignon du cotté du chemin, le four est en bon estat, le toit a couchons est peu de chose, couverte de brande ; les experts sy dessus nommés estiment que les susd. reparations cousteront trente six livres. De plus, il y a dans lad. mesterie trois beufs et un joug garny estimés cent livres, une charete vingt livres, les couchons dix sept livres et huict brebis, le tout suivant l'estimation quy a esté faicte par led. Noailanes.

    Et de là sommes dessendus au moulin de la Filolie quy a besoin de recouvrir par un coin ref reparer quelque peu de muraille du costé de l'escluze et remettre un trau d'etreul [fol. 34r°] au pressoir a huille, le tout de la valeur d'environ douse livres. Et avons trouvé dans led. moulin <a bled> est garny de deux meulles neuves. Et de plus nous a dict le meunier avoit vendu une paire de beufs quatre vingts treze livres et q depuis le deces dud. seigneur de La Filolie et qu'il les avoit achetés auparavant quatre vingt livres ayant esté convenu entre led. feu seigneur et luy qu'il seront a moytié a condition que Mr de La Filolie luy tiendroit en conte sur ce qu'il luy pouvoit devoir pour le revenu dud. moulin, ce qu'il a dict n'avoir pas encore esté faict. Il y a aussi des couchons estimés quinze livres, cinq brebis et deux chevres, deux montures et un petit asnon estimés douse livres de chas le tout suivant l'estimation dud. expert.

    Et de là, serions allés aux mesteries de Drouilhe haute et basse, la maison et grange de la haute d'environ cinquante ; conbles travaillée par Ramonnet a besoin de retuiller et reparer quelque peu de muraille, le tout pour unze livres par les expert sy dessus, il y a aussi deux beufs, deux veaux, une vache, une petite velle et deux bouriques et les jougs garnis cent cinquante livres, une charete a moytié quinze livres, les couchons sept livres, quinzes brebis et moutons deux chevres suivant l'estimation dud. Noailanes.

    Et de là, serions allés de la meterie basse de Douilhe travaillée par Jean Demons, la grange de laquelle n'a besoin de rien, la maison a besoin d'une porte et de tuilles, la chambre de besoin d'y remettre cinq conbles et de refaire la muraille, le fournial a besoin de tuilles, le tout estimé quarente livres ; il y a de plus quatre petits beufs, une vache et un petit beuf, le joug garny tout estimé cent cinquante livres, la charete dix livres, vingt six brebis et un petit mouton de l'année passée et deux chevres suivant l'estimation dud. de Noailanes.

    Et de là, sommes allés a la metertie de Mortefons, la maison de lad. mesterie a besoin de faire vingt sept brasses de muraille autour et de remettre l'entiere charpente, la grange de lad. meterie a besoin aussi de refaire la charpente, le sechoir en a besoin [fol. 34v°] aussi toutes lesquelles et le tout coustera quarente cinq livres suivant l'estimation quy a esté faicte par lesd. Burc et Galar nous avons pareillement trouvé dans lad. meterie quatre petits Vaux avec leur joug garny, tout estimé quatre vingt livres, la charete douse livres, les couchons six livres, quinze brebis, trois petits moutons et deux chevres par led. Noailanes.

    Toute lesquelles estimations ont esté faites comme dict est scavoir desd. bastimens par lesd. Burc et Galar et desdits bestiaux par led. Noailanes. De tous lesquels biens meubles effets, titres <et> meubles et effects, titres, papiers et autres effects choses mentionnées et contenues au present inventaire led. sieur de Laporte aud. non de procureur fondé s'est chargé pour lad. dame, laquelle demeure nantie du tout pour la conservation de ses droicts et ipotheques a elle depuis en consequance de son contract de mariage ou autrement faict et clos le present inventaire led. jour vingt uniesme juin aud. an mil six cens quatre vingts douse. Et par devant nous dits notaires es presances de messire Marc Joseph de Goudin, escuyer, seigneur de La Roussie, Pauliac et autres places habitant en son chasteau de La Roussie, parroisse de Proyssan et Mr Me Jean de Bouilhac, juge de Montignac et y habitant, temoins, quy ont signé avec led. sieur Laporte, en vertu de sa procuration du quinziesme du present mois et nous dit notaires. [Signatures :] Laporte [paraphe] ; de Monbrun ; La Roussie, presant. De La Combe, present ; De Bouilhac, present ; Veyssiere, notaire royal, quy ay receu led. inventaire avec Me Bernard La Combe, duquel a esté faict deux originaux.

  • ANNEXE II : Procès-verbal de visite du château, 9 avril 1809 (AD Dordogne. Q 385)

    Nota : Les numéros cités dans le texte renvoient au plan qui accompagne le texte, à la même cote (cf. IVR72_20182403033NUC2A)

    "[fol. 1r°] Aujourd'huy neuf avril mil huit cents neuf, nous, Jean Requier, notaire impérial à la résidence de Montignac, au département de la Dordogne, expert nommé par arrêté de Monsieur le Préfet du département, à l'effet de procéder à l'expertise valeur de 1790 du revenu actuel du château de La Filolie, sittué dans les communes de Montignac et Saint-Amant provenant de Bauroire Vilhac et cedé à la Caisse d'amortissement en exécution de la loi du 24 avril 1806.

    Nous sommes transporté avec Monsieur le receveur des domaines au bureau de Montignac, au dit château de La Filolie, où nous avons trouvé Monsieur Boredon, fermier du domaine, auquel nous avons fait connaitre le motif de notre transport.

    Nous avons ensuitte de concert avec le dit sieur receveur procédé à l'estimation des biens ainsi qu'il suit.

    Château et dépendances

    Il se compose :

    1° d'un corps de batiment à gauche en entrant, qui demandes des réparations très urgentes pour ne pas tomber. En ruines.

    2° En retour de la cour d'un autre corps de bâtiments composé de cinq pièces en partie boisées, mais les boiseries en très mauvais état.

    [fol. 1v°]

    3° d'un autre corps de batiment toujours en retour de la dite cour composé de plusieurs pièces dont une servant autrefois de chapelle, le tout en très mauvais état, partie desquels bâtimens est occupée par les métayers.

    Les couvertures de ces édifices sont dans le plus mauvais état, et toutes les croisées manquent de carreaux.

    4° D'une grange en bon état sur la longueur de 52 mètres et la profondeur de huit mètres, la couverture ayant besoin d'être réparée.

    5° D'une terrasse au nord servant autrefois dse parterre contenant 4 ares en partie écroulée dans ce moment, ensemencée de bled d'hiver.

    Ces bâtiments et dépendances qui avaient un grand prix avant la division des biens de la Filolie sont dans ce moment beaucoup trop considérables et deviennent en raison de leur délabrement une charge pour l'acquéreur, aussi ils ne sont portés, savoir : ceux qui servant à l'exploitation du domaine et au logement des métayers, qui, pour un revenu annuel de dix francs, cy................................................................................................................................................................................. 10 francs ;

    Et ceux qui sont réservés pour le logement du maître pour un revenu anuel [sic] de quinze francs, cy........................................................................................ 15 francs ;

    = 25 francs.

    [fol. 2r°] Cy contre.......................................................................................................................................................................................................................... 25 francs.

    (Voyés le plan n° 1)

    6° D'une terre nouvelement défrichée, qualité médiocre, située au levant, contenant 41 ares 15 centiares (n° 2 du plan) d'un revenu annuel de six francs, cy... 6 francs ;

    7° D'un chamfroid sur lequel se trouve bâti un pigeonnier et une jarrissade attenant mal peuplée contenant le champfroid 78 ares et la jarrissade 52 ares (n° 3 du plan) d'un revenu annuel de dix francs, cy............................................................................................................................................................................................ 10 francs ;

    8° D'un morceau de pré coderc dont plus de la moitié sans aucun produit contenant 19 ares (n° 4 du plan) d'un revenu annuel de trois francs, cy................. 3 francs ;

    9° Au midy d'un terre labourable autrefois servant de jardin dont moitié ensemencée en bled d'hier et l'autre moitié en jacheres, contenant 65 ares (n° 5 du plan) d'un revenu de trente cinq francs, cy.................................................................................................................................................................................................... 35 francs ;

    10° D'une terre ditte de la Rebiere du château, en partie ensemencé de bled d'hivers, partie en champfroid contenant quatre hectares 29 ares (n° 6 du plan) d'un revenu annuel de cent vingt francs, cy...................................................................................................................................................................................................... 120 francs ;

    11° D'un pré dit pré colombié, qualité médiocre, contenant 33 ares (n° 7 du plan) d'un revenu de vingt francs, cy..................................................................... 20 francs ;

    12° D'une jarrissade ditte delvignal en partie mal peuplée contenant 4 hectares vingt huit ares (n° 8 du plan) d'un revenu annuel de douze francs, cy.......... 12 francs.

    = 231 francs.

    [fol. 2v°] De l'autre part................................................................................................................................................................................................................ 231 francs.

    13° D'une terre ditte Delfaux, mauvaise aqualitée, contenant 45 ares (n° 9 du plan) d'un revenu de cinq francs, cy.................................................................. 5 francs.

    Total du revenu actuel valeur de 1790 deux cents trente six francs, cy........................................................................................................................................ 236 francs.

    Le cheptel à la charge du fermier consiste en une paire de boeufs, une vahce et une charette qui nous ont été représentés, le tout évalué par les procès-verbaux de l'adjudication centrale du maire et du receveur de Terrasson des 24 florial an 7 et 21 nivose an 13 à la somme de quatre cents vingt francs.

    Les semences sont également évaluées par lesd. procès-verbal à la somme de quatre vingt dix-francs.

    N'ayant plus rien à estimer au dit domaine, nous avons clos le présent procès-verbal pour être adressé aux autorités compétentes et avons signé à La Filolie le dit jour neuf avril 1809.

    [Signature :] Requier [paraphe]".

Références documentaires

Documents d'archives
  • Étude Veyssière, Montignac (1641-1653).

    Testament de Marguerite de Souliac, dame de La Filolie, 18 septembre 1642. Archives départementales de la Dordogne : 3 E 2267
  • Inventaire des effets du sieur de la Filolie (1692).

    Inventaire des effets du sieur de la Filolie (1692) Archives départementales de la Dordogne : 3 E 2286
  • Procès-verbal de visite du château, 9 avril 1809

    Archives départementales de la Dordogne : Q 835
Documents figurés
  • Carte de la Guyenne par Belleyme. Reproduction en fac-similé de l'édition du XVIIIe siècle conservée à l'Institut géographique national, par Pierre de Belleyme, IGN.

    Planche n° 23 (1768) Archives départementales de la Dordogne : 1 Fi 2 Dordogne 0013
  • Plan du domaine de La Grande Filolie, 1809 (AD Dordogne. Q 385).

    Archives départementales de la Dordogne : Q 385
  • Plan cadastral de la commune de Saint-Amand-de-Coly. Dessin, encre et aquarelle, par Lacoste, 1818.

    Section E, 1ère feuille Archives départementales de la Dordogne : 3P3 4062-4077
Bibliographie
  • ARAGUAS Philippe. "Saint-Amand-de-Coly, château de la Grande Filolie". Congès Archéologique du Périgord Noir, 137e session. Paris : Société Française d'Archéologie, 1982.P; 25-29.

    p. 25-29
  • BELINGARD Jean-Marie. Le Périgord des maisons fortes. Périgueux: Pilote 24, 1999.

    P. 109-110
  • BOLARD Laurent. La Renaissance en Périgord, châteaux et civilisation. Périgueux : Fanlac, 1996.

    p. 176
  • SECRET Jean. Le Périgord, châteaux, manoirs et gentilhommières. S.l. : Tallandier, 1966.

    p. 232-233
  • PENAUD Guy. Dictionnaire des châteaux du Périgord. Bordeaux : Sud Ouest, 1996.

    p. 132-133
  • FROIDEFOND DE BOULAZAC Alfred. Armorial de la noblesse du Périgord. 2 tomes. Périgueux : Jouve, 1891, Marseille : Laffitte Reprints, 2006.

    tome 1, p. 209
Périodiques
  • ROUSSELET Octave. "Le château de la Filolie (Dordogne)". Bulletin Monumental, 1892, p. 350-368.

    p. 350-368
  • OBERKAMPF DE DABRUN Emile. "La Filolie". Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, T 23, 1896, p. 290-291.

    p. 290-291
(c) Conseil départemental de la Dordogne ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Marabout Vincent - Pagazani Xavier