Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château de la Cassagne, actuellement demeure

Dossier IA24001380 réalisé en 2011

Fiche

Appellations château de la Cassagne
Parties constituantes non étudiées logement, porcherie, poulailler, remise
Dénominations château fort
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Terrasson-Lavilledieu
Adresse Commune : La Cassagne
Lieu-dit : le Château
Cadastre : 1825 D1 18 ; 1986 D1 11

Au Moyen Âge, le château, situé à l'écart du bourg, est la demeure de la famille éponyme et le siège d’une seigneurie, qui relève de la vicomté de Turenne. De l’édifice primitif, il reste sans doute un mur dans la cave, très repris à plusieurs périodes, mais dont l’appareillage en opus spicatum, pourrait remonter au XIe ou XIIe siècle : la fourrure des murs d’enceinte de l’abbaye de Saint-Amand-de-Coly du XIIe ou du XIIIe siècle et du château de Limeuil, qui date peut-être de la même époque, ainsi qu’aux murs gouttereaux de l’église du Cheylard (Les Farges), entre le IXe et le XIIe siècle, présentent un appareillage similaire.

À partir du démembrement de la vicomté de Turenne par Blanche de Castille en 1251, La Cassagne (avec les paroisses de Ribeyrac, d’Espéluchat, de Montfort, d’Alhiac, de Carlux, de Creisse, de Larche, de Terrasson et de Jayac) relève alors des possessions d’Hélie Rudel, seigneur de Bergerac. Entre 1308 et 1316, son seigneur, Aymeric de La Cassagne, conseiller à la cour du roi de France Philippe IV, entre en conflit avec Geoffroy de Pons à propos de la féodalité et de la justice de La Cassagne, notamment de ses droits de basse et haute justice. Ainsi, en 1308, Aymeric est-il attaqué violemment par Geoffroy dans ses possessions. De son côté, en 1322, Aymeric commet des exactions contre les Hospitaliers de la proche commanderie de Condat. En 1328, un autre membre de la famille, Almanin (ou Amalin), damoiseau, obtient un jugement du parlement de Paris au sujet d’un droit de péage sur une forge et l’extraction de minerai à La Cassagne. Entre temps, Jacques de Pons, seigneur de Pons, l’un des descendants d’Hélie Rudel, vend à Jean de Bretagne, comte de Périgord et vicomte de Limoges, les châtellenies de Larche (en Limousin) et de Terrasson (en Périgord), dont les paroisses et seigneuries de Salignac, Commarque, Pelvézy, Saint-Geniès, La Cassagne, Giac et la commanderie de Condat sont des membres dépendants. À partir de ce moment, les seigneurs de La Cassagne rendent aveu et hommage au comte de Périgord.

Le château est entré à une date inconnue dans la famille de Domme. En 1364, au moment d’une accalmie dans la guerre de Cent Ans (paix de Brétigny), Gilbert de Domme, sénéchal de Périgord, vend le « locum seu castrum de la Cassanha » à Bertrand d'Aytz : il restera dans cette famille, qui releva le nom de La Cassagne, au moins jusqu’au milieu du XVIe siècle. Des travaux ont probablement été réalisés par cette famille après la guerre de Cent Ans. Le 24 avril 1498, Hugues de La Cassagne, seigneur du lieu et de Vielval, fait un très beau mariage en épousant Marguerite de Hautefort. C’est peut-être ce couple qui fit réaliser des travaux au château : la cave voûtée en plein-cintre située sous le bâtiment principal actuel comprend la partie inférieure d’un escalier en vis à marches portant noyau et contremarches délardées pouvant dater du tournant du XVIe siècle. Hugues de La Cassagne et Marguerite de Hautefort ont pour fils Jean de La Cassagne, seigneur du lieu et de « Belpeuch » en 1529, qui rend hommage, le 20 septembre 1541, pour ce dernier repaire noble au roi de Navarre, seigneur-châtelain de Montignac. La seule tour de flanquement de la plateforme subsistante présente un orifice de tir pour armes à feu qui pourrait remonter à la seconde moitié du XVIe siècle.

Au début du XVIIe siècle, la seigneurie appartient à la famille Coustin de Bourzolles, puis elle change à nouveau de main à une date inconnue : entre 1675 et 1677, Jacques de Hautefort, seigneur marquis de Saint-Chamans, fait proclamation du dénombrement de la terre et seigneurie, avec moulins, cens, rentes et autres devoirs en dépendant, au roi de France à cause de son comté de Périgord. La seigneurie possède encore son droit de haute justice sur la paroisse en 1760. La planche n° 23 de la carte de Belleyme révèle qu’à cette période, le site du château était entièrement environné de vignes, ce que confirme encore le cadastre ancien en 1825 : le colombier circulaire est situé au milieu d’une vaste parcelle plantée de ceps. Une nouvelle demeure noble, de plan massé, fut probablement rebâtie au cours de la seconde moitié de ce siècle sur les vestiges de l’ancienne : les façades ordonnancées et les fenêtres à plate-bande en arc segmentaire suggèrent cette datation.

Période(s) Principale : limite 12e siècle 13e siècle , (?)
Principale : limite 15e siècle 16e siècle , (?)
Principale : 2e moitié 18e siècle
Secondaire : milieu 19e siècle

La demeure, de plan rectangulaire, est en réalité une construction de plan en U auquel une construction annexe couverte d'un toit brisé fut adossée au sud, entre les deux ailes en retour. L'ensemble de ces corps de logis est couvert en ardoise. Les façades sont rythmées par de grandes fenêtres à plate-bande clavée en arc segmentaire. Leur symétrie est due à la création de fausses fenêtres sur les trumeaux (au droit des murs de refend). A l’intérieur, un couloir central commande les pièces du rez-de-chaussée ainsi qu’un escalier tournant, qui dessert l'étage carré et les combles. Un souterrain, creusé dans la roche, est accessible depuis la cave ; il suit deux directions différentes. La porcherie surmontée du poulailler, derrière le logis, n'apparaît pas sur le cadastre de 1825.

Murs calcaire
pierre de taille
moellon
Toit ardoise
Étages sous-sol, 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
croupe
Escaliers escalier intérieur : escalier tournant, en charpente
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • BnF, mss. Lespine, t. 26

    Bibliothèque nationale de France, Paris
  • Copie de plusieurs vidimus d'actes portant jugement du conflit entre Aymeric de La Cassagne et Geoffroy de Pons sur la féodalité et la justice de La Cassagne (1308-1316).

    Archives nationales, Paris
  • Hommages rendus à Henri II, roi de Navarre, dans le comté de Périgord,1541.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques : B 1791
  • Inventaire des archives du château de Montignac par Jean Fabre, évêque d'Aure, 1546.

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques : E 607
  • Dénombrement de la terre et seigneurie de La Cassagne par Jacques d'Hautefort, seigneur marquis de Saint-Chamans, au roi de France à cause de son comté de Périgord, 1675-1677.

    Archives départementales de la Dordogne : B 1178
Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien de La Cassagne, dessin aquarellé, 1825.

    section D Archives départementales de la Dordogne : 3 P 3 999 à 1006
Bibliographie
  • GOURGUES Alexis de. La Dordogne. Dictionnaire topographique du département. Paris : Res Universis, 1992, fac-similé de l'édition de 1873 (Monographies des villes & villages de France).

    p. 56
  • PENAUD Guy. Dictionnaire des châteaux du Périgord. Bordeaux : Sud Ouest, 1996.

    p. 63
  • BOUTARIC Edgard. Actes du parlement de Paris (1254-1328). Paris : Henri Plon, 1867

    p. 3564, 6893
  • COUSIN Victor. Madame de Hautefort et madame de Chevreuse. Nouvelles études sur les femmes illustres du XVIIe siècle. Paris : BnF, 2016.

  • COURCELLES Jean-Baptiste-Pierre. Histoire généalogique et héraldique des pairs de France. Tome 2. Paris : Arthus Bertrand, Treuffel et Wurtz, 1822.

    p. 88
  • FURGEOT Henri. Actes (jugés) du parlement de Paris (1328-1350). Paris : Ed. Plon-Nourrit & Cie, 1920.

    p. 28
  • PERGOT A.-B. La vie de Saint Sour, ermite et premier abbé de Terrasson, avec une notice historique sur l'abbaye de Terrasson. Paris : J. Lecoffre et Ce, 1857.

    p. 293-294
Périodiques
  • MAMIER G. " Gilbert de Dome, sénéchal du Périgord (suite) ". Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, tome 5, 1878.

    p. 247-272
  • Hommages rendus à Henri II, roi de Navarre, Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord, tome 25, 1898.

    p. 371-376
(c) Conseil départemental de la Dordogne ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Becker Line - Pagazani Xavier