Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château de l'Abbé Gorsse de Gorsse

Dossier IA33003125 réalisé en 2010

Fiche

Á rapprocher de

Précision dénomination château viticole
Appellations château de l'Abbé Gorsse de Gorsse
Dénominations demeure, manoir
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Castelnau-de-Médoc
Adresse Commune : Margaux
Lieu-dit : la Bégorce
Cadastre : 1826 A3 788, 789, 790 ; 2008 AB 191

La seigneurie de Labégorce aurait été créée en 1245 par le seigneur de Blanquefort et acquise par Jehan Colom, riche bourgeois de Bordeaux. En 1390, elle passe aux mains des Durasfort, également seigneurs de Bessan (Soussans). Selon Édouard Guillon, le fief est mentionné dans un acte de 1486 comme appartenant à la dona Trenquina de Bédat, épouse du sieur de Sault, seigneur d'Agassac. Il semble que cette seigneurie soit restée associée à celle de Bessan et de la Tour de Mons, l'ensemble appartenant au 17e siècle à la famille de Mons.

Un plan du 18e siècle représente les bâtiments de Labégorce et de l'Abbé Gorce avec les terres alentours appartenant tantôt à Mrs Mercadier, tantôt à Mr Gorse. Un vaste potager est situé à l'ouest des bâtiments. A cette époque, la famille de Gorse était également propriétaire du château de Gorse situé à Cantenac et acquis vers 1835 par le baron de Brane qui lui donne donc le nom de Brane-Cantenac.

La famille de Gorce en est encore propriétaire au 19e siècle, comme l'indiquent les matrices cadastrales, séparé des autres bâtiments revenant à M. Vastapani. Le bâtiment figurant sur le cadastre de 1826 a été largement remanié au 19e siècle, peut-être en 1872, date à laquelle les matrices cadastrales indiquent une augmentation de construction. D'après l'illustration publiée dans l'ouvrage de Gustave de Galard vers 1835, la façade nord-est, avec sa travée centrale surmontée d'un fronton triangulaire, semble être la plus ancienne et la mieux conservée. La façade sud-est, qui constituait certainement la façade principale, présentait une travée centrale à étage carré également surmontée d'un fronton triangulaire. Elle a été remaniée avec l'ajout d'un étage carré sur toute sa largeur. Une photo de la façade occidentale prise en 1975 permet de voir que la travée centrale avec le fronton sculpté a été rehaussée et que les ouvertures ont été largement modifiées. Ces modifications sont apportées par Hubert Perrodo qui rachète l'ensemble en 2002 et effectue de nombreux travaux. Les habitations domestiques qui s'adossaient sur la façade nord-ouest sont détruites tout comme les chais qui étaient situés à l'ouest de la demeure. Le parc, côté sud, est planté en vignes.

En 2013, ce bâtiment a été démonté pierre par pierre : une partie a été remontée dans le bourg de Margaux pour accompagner les nouveaux chais construits par l'architecte Fabien Pédelaborde pour la famille Perrodo. L'ensemble se trouve placé sous l'étampe Marquis d'Alesme, la famille Perrodo ayant racheté les parties viticoles de cet ancien domaine.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Principale : 1er quart 21e siècle

Le bâtiment est composé de deux entités, l'une à étage carré, l'autre en rez-de-chaussée. La façade principale d'origine de la maison semble être la façade sud qui comprend quatre travées, complétées par les deux travées du bâtiment en rez-de-chaussée. Les baies du rez-de-chaussée sont en plein-cintre tandis que les fenêtres de l'étage sont à linteau droit. C'est à cette façade qu'aboutissait l'allée principale visible sur le cadastre de 1826. Aujourd'hui, c'est la façade latérale occidentale, ornée d'un fronton triangulaire brisé avec lucarne passante portant les armes du cru (phylactère avec l'inscription L’ABBÉ GORSSE), qui semble constituer la façade principale. Les ouvertures ont été modifiées par rapport à l'état de 1975, notamment celles du premier étage qui n'existaient pas. D'autre part, la travée centrale a été surélevée. La façade latérale orientale est composée de cinq travées, la travée centrale étant traitée en ressaut et en bossage continu, et surmontée d'un fronton triangulaire percé d'un oculus. Sur la façade nord étaient greffées les habitations des domestiques, aujourd'hui détruites. La distribution intérieure a également été modifiée.

En 2013-2014, le château a été démonté et partiellement remonté au cœur du bourg de Margaux.

Murs calcaire
pierre de taille
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, en rez-de-chaussée
Élévations extérieures élévation ordonnancée sans travées
Couvertures terrasse
toit à longs pans
croupe
États conservations vestiges
Techniques sculpture
Représentations coquille raisin vigne fronton

Estuaire

TRAVEE 3
FORBAIE linteau droit (porte) ; chambranle mouluré (fenêtre) ; linteau droit (porte) ; chambranle mouluré (porte)
POSTOPO coteau
VUE vue étendue
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Soussans, Notes historiques de Robert Gleize, 1970-1993.

Documents figurés
  • GALARD, Gustave de. Album vignicole ou vues des châteaux et propriétés produisant les vins des meilleurs crus du Médoc et autres lieux du département de la Gironde. Bordeaux : s.d. [1835].

    11e, livraison n°1
Bibliographie
  • COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1908 (8e édition).

    p. 84
  • COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1969 (12e édition).

    p. 207

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire