Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Croizet-Bages

Dossier IA33005686 inclus dans Hameau de Bages réalisé en 2012

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • chai
    • cuvage
    • logement
    • hangar agricole
    • cuisine
Genre d'ouvrier
Précision dénomination château viticole
Appellations Croizet-Bages
Parties constituantes non étudiées chai, cuvage, logement, hangar agricole, cuisine
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Pauillac
Adresse Commune : Pauillac
Lieu-dit : Bages
Adresse : rue du Port de la Verrerie
Cadastre : 2012 AZ 13 à 18, 321, 322, 252 ; 1825 Gbis 642, 637, 699, 644 à 650

L'origine du nom du domaine provient des propriétaires au 18e siècle, les frères Croizet, notaire et huissier à Pauillac. Au début du 19e siècle, ils vendent leur domaine de Bages à Jean Puytarac. Ce dernier revend l'ensemble à la famille Calvé qui fait construire un château dans le bourg de Pauillac, à distance des bâtiments d'exploitation. L'édition de 1868 de l'ouvrage de Cocks et Féret mentionne Julien Calvé comme propriétaire de Croizet-Bages, produisant 45 à 60 tonneaux. Des constructions sont également attestées dans le hameau de Bages en 1876, pour le compte de ce dernier (augmentations/diminutions : parcelles G643, 645), correspondant aux logements d'ouvriers.

Dans les années 1930, le château est vendu et dissocié du domaine.

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, le domaine est acheté par Paul Quié, courtier en vin et propriétaire à cette époque du château Bel Orme Tronquoy Lalande à Saint-Estèphe. Il produit également des vins en Algérie. La modernisation du domaine est opérée par la mécanisation des cultures et l'adoption d'un cuvier béton.

Entre 1970 et 1980, le renouvèlement du vignoble entraîne l'extension des bâtiments de stockage ; en 1988, le domaine est doté d'un nouveau cuvier en inox : l'ancien cuvier est alors transformé en lieu de stockage.

Dans les années 1990, les anciens logements d'ouvriers viticoles sont transformés en salle de dégustation et en bureaux.

En 2000-2001, un nouveau projet de réaménagement modifie à nouveau la fonction originelle des bâtiments.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle
Principale : 2e moitié 20e siècle
Principale : 1er quart 21e siècle

Les bâtiments se situent à l'ouest du hameau de Bages. Ils se répartissent le long de la rue du Port de la Verrerie et des Vignerons.

Ils sont composés des anciens cuviers et chais au nord, associés à des logements d'ouvriers ainsi qu'à l'ancienne cour de dépendances avec hangar et atelier. Au croisement des deux rues se trouve le bâtiment de l'ancienne cuisine des vendanges. Et au sud, les logements d'ouvriers abritent aujourd'hui des bureaux ; les bâtiments de stockage portent sur leur pignon le nom du domaine.

Murs calcaire
enduit
moellon
Toit tuile creuse
Étages en rez-de-chaussée, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1868 (2e édition).

    p. 138
  • QUIE-NAYEL Paul-Henri. L'architecture viticole aujourd'hui : outil, image et accueil au château Croizet-Bages à Pauillac. Bordeaux : Ecole d'architecture et de paysage de Bordeaux, Travail Pratique de Fin d'Etude, 2005.

    p. 76-90
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire