Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Coufran

Dossier IA33006673 inclus dans Hameau de Cadourne, ancienne paroisse Saint-Martin réalisé en 2014

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Précision dénomination château viticole
Appellations Coufran
Parties constituantes non étudiées jardin, colombier, chai, cuvage, mur de clôture
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Lesparre
Adresse Commune : Saint-Seurin-de-Cadourne
Lieu-dit : Cadourne
Adresse : route de Cadourne
Cadastre : 1831 A1 119 ; 2014 A1 1108

Le lieu-dit Coufran figure sur la carte de Belleyme dans la 2e moitié du 18e siècle. Selon l'abbé Baurein, la maison noble de Coufran appartient à M. de Brane.

Des bâtiments sont organisés en U, délimitant une cour, sur le plan cadastral de 1831.

Le domaine appartient en 1850 à la famille de Verthamon. On y produit 65 tonneaux. Dès 1868, la production atteint 130 à 150 tonneaux. En 1869, la propriété passe entre les mains de P. Célérier aîné, qui y produit encore 140 tonneaux en 1874. Pierre Célérier avait également acquis en 1859 le château Tronquoy-Lalande à Saint-Estèphe. La production diminue à la fin du 19e siècle (80 tonneaux). La demeure est illustrée dans l'édition de 1898 de l'ouvrage de Cocks et Féret : elle appartient encore à la famille Célérier. Le domaine compte alors 110 hectares dont 35 plantés en vigne.

La propriété est rachetée en 1924 par Louis Miailhe, issu de la famille de courtiers en vin de Bordeaux. Il se rend également acquéreur, avec son frère Édouard, du Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande à Pauillac. Le château est toujours détenu par cette famille.

L'actuelle demeure constitue l'aile ouest des bâtiments, et figure sur le plan cadastral de 1831. Certaines parties datent peut-être de la fin du 18e ou du début du 19e siècle (ailes basses en rez-de-chaussée avec baies en arc segmentaire).

Selon le registre des augmentations et diminutions des matrices cadastrales, une augmentation de construction est réalisée pour le compte de Marie de Verthamon en 1862. Puis des constructions nouvelles sont indiquées en 1871-1872 pour Pierre Célérier : il s'agit sans doute du pavillon à étage et de la tour qui viennent compléter la chartreuse d'origine.

La propriété conserve par ailleurs à l'extrémité des jardins, au sud-ouest, un colombier, figurant sur le plan cadastral de 1831 et datant certainement du 18e siècle, voire du 17e siècle.

Période(s) Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle

L'ensemble est situé à l'ouest du village de Cadourne.

Les bâtiments s'organisent selon un plan en L, avec le logis constituant l'aile ouest.

Il s'agit d'un bâtiment en rez-de-chaussée couvert de tuile et surmonté d'une balustrade, marqué en son centre par un imposant pavillon à étage coiffé d'une toiture brisée en ardoise, complété d'une tour de plan carré sur son flanc sud.

Le jardin se déploie à l'ouest : à l'angle sud-ouest se trouve un colombier.

Les parcelles de vigne se trouvent au nord : une tour-belvédère permet d'embrasser le paysage.

Site non visité.

Murs calcaire moellon enduit
pierre de taille
Toit tuile creuse, ardoise
Étages en rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Couvertures toit à longs pans croupe
toit brisé en pavillon
toit en pavillon
Techniques sculpture
Représentations fronton, volute, balustre

Estuaire

TRAVEE 12
FORBAIE linteau droit (porte) ; plate-bande (fenêtre) ; couvrement saillant (porte) ; corniche (fenêtre)
POSRUE autre
POSPARC en retrait
POSTOPO coteau
ORIENT ouest
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Documentation complémentaire

    COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

    Le domaine de Coufran appartient à la famille Célérier depuis 1869. Sa contenance est de 110 hectares, dont 35 vignes et le reste en prairies, jardins et agréments et dépendances. Le vignoble est admirablement situé sur des croupes composées d’argile et de graves argileuses et complanté presque exclusivement en cabernet-sauvignon. Il produit un vin très corsé et en même temps bouqueté. Ces qualités le font rechercher et apprécier, surtout en Angleterre.

    COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1929 (10e édition).

    Le château Coufran, qui a appartenu pendant plus d’un demi-siècle à la famille Célérier, a été acquis par M. Louis Miailhe qui a porté à la reconstitution du vignoble les plus grands soins, particulièrement en ce qui concerne des cépages. Planté presque exclusivement de cabernet et de merlot, le vignoble, d’une superficie d’environ 25 hectares, occupe une des plus belles croupes du Médoc, dominant le fleuve. L’ensemble de la propriété est d’une superficie totale d’environ 200 hectares. En dehors du vignoble, qui produit une moyenne de 100 tonneaux, il existe un important centre d’élevage de vaches laitières. Le château Coufran a obtenu les récompenses suivantes : médaille d’argent au concours de la prime d’Honneur en 1926-1927 ; diplôme de médaille d’or du Comice agricole du Médoc, 1927 ; médaille d’argent à M. Louis Miailhe pour la reconstitution du vignoble.

Références documentaires

Bibliographie
  • BAUREIN Abbé. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Labottière (frères), imprimeur libraires, 1784, t.1.

  • COCKS Charles. Bordeaux, ses environs et ses vins, classés par ordre de mérite, reproduction intégrale de l'édition de 1850. Bordeaux : Ed. Féret et Fils, 1984.

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1868 (2e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Riberolle Jennifer