Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Cap de Haut

Dossier IA33003580 réalisé en 2010

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • chai
    • cuvage
    • cour
    • parc
    • portail
    • mur de clôture

Dossiers de synthèse

Précision dénomination château viticole
Appellations château Cap de Haut
Parties constituantes non étudiées chai, cuvage, cour, parc, portail, mur de clôture
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Castelnau-de-Médoc
Adresse Commune : Lamarque
Adresse : route du Port
Cadastre : 1826 A 415, 416, 417 ; 2009 AC 554, 555, 559, 588

Le vignoble de Cap de Haut est attesté depuis le 18e siècle et fait partie des terres du Château de Lamarque. Il appartient à cette époque au baron Étienne-François de Brassier. Les bâtiments, notamment le logis de type "chartreuse", sont probablement construits durant ce siècle : en témoigne également la date de 1704 gravée sur le portail d´entrée. Selon Édouard Guillon, le domaine se nomme en 1796 Cap de Haut-Bergeron, du nom de son nouveau propriétaire qui rachète une partie des terres du château de Lamarque et crée un important vignoble.

Sur le plan cadastral de 1826, les bâtiments sont disposés selon un plan en T accompagnés de vastes dépendances. Dans l'ouvrage de Cocks de 1868, le domaine appartient à Le Quien de La Neufville et produit de 110 à 130 tonneaux, puis 140 en 1874. D´après l'édition de 1929, le domaine redevient Château Cap-de-Haut lorsqu'il passe entre les mains du marquis Paul Brunet d'Evry, époux de Georgine de Fumel, fille du comte de Fumel. Les armes des deux familles sont désormais gravées sur le portail d'entrée donnant accès aux bâtiments viticoles.

Leur fille Marie-Louise Brunet d'Evry fonde au cours du 20e siècle avec son mari M. Gromand, la Société Gromand d'Evry qui exploite alors les deux vignobles. Aujourd'hui, la demeure du Château Cap de Haut n'appartient plus à cette famille.

Période(s) Principale : 1er quart 18e siècle
Principale
Dates 1704, porte la date

Les bâtiments, situés à proximité du château de Lamarque et de l'église Saint-Seurin, sont composés d'un corps de logis en rez-de-chaussée avec une aile en retour à l'est et de vastes bâtiments de dépendance à l'ouest, délimitant ainsi une cour.

La façade antérieure du logis est percée de sept baies ; celles situées aux extrémités sont plus étroites. Le chambranle de la porte centrale est composé d'une gorge et d'un tore tandis que les fenêtres présentent un chambranle à crossettes. Les baies centrales sont séparées des fenêtres latérales par des jambes à bossage. La façade est couronnée d'une corniche moulurée et d'une génoise. La façade postérieure donnant sur un parc est flanquée de deux pavillons couverts d'un toit en fausse ardoise.

A l'ouest, deux bâtiments de dépendance sont disposés perpendiculairement et forment une cour clôturée dont l'accès s´effectue, côté rue, par une porte monumentale portant la date de 1704, des armoiries et les initiales GD (probablement pour Gromand d'Evry). Cette porte cintrée en pierre de taille est encadrée de deux pilastres à chapiteau ionique soutenant un entablement mouluré qui est orné d'une imposante agrafe. L'ensemble est couronné de trois pots en amortissement.

Murs calcaire
enduit
pierre de taille
Toit tuile creuse
Étages en rez-de-chaussée, étage en surcroît
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
toit brisé en pavillon
Techniques sculpture
Représentations volute ove pilastre armoiries
Précision représentations

Les pilastres sont ornés de volutes et d'oves, composés d'un coussinet et d'un abaque. Blason de Fumel : d'or aux trois fumets montants d'azur ; supporté par deux lions ; surmonté de la couronne de comte. Blason d'Evry : écartelé, les 1 et 4 levrettes rampantes de gueules colletées d'or, à la bordure brettée de sable, les 2 et 3 d'argent aux têtes de Maures de sable, tortillées d'argent (supporté par deux levrettes) surmonté de la couronne de marquis.

Estuaire

TRAVEE 7
FORBAIE linteau droit (porte) ; plate-bande (fenêtre) ; crossettes (fenêtre) ; gorge (porte) ; tore (porte)
POSRUE en alignement
POSPARC en retrait
POSTOPO plateau
ORIENT sud
VUE vue bornée
CLOT mur de clôture ; portail
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Extraits d'ouvrages

    GUILLON, Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde, avec la description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crus. Bordeaux : [s.n.] 1868. Tome 3.

    Le château Bergeron. C’est un petit édifice situé dans le bourg de Lamarque, à côté de l’église, et qui n’offre que des constructions anciennes surmontées de deux petits pavillons. Il appartenait, au XVIe siècle, à la famille dont il porte le nom ; en 1796, M. Bergeron acheta une partie des terres du château de Lamarque, et la métairie de la Gravette, qui était à M. Le Blanc de Mauvesin, et composa un grand domaine où il fit des plantations d’acacias pour échalasser les vignes, culture encore inconnue dans le département. Il créa aussi le plus grand vignoble de Lamarque.

    Ce petit castel appartient à M. de Laneufville ; c’est le crû le plus important de la commune ; il s’y récolte de 100 à 120 tonneaux de Vins Bourgeois, connus sous le nom de crû de Cap de Haut.

Références documentaires

Documents figurés
  • Travaux dans les marais. Encre, couleurs, calque entoilé, par Richard, 1838.

    Archives départementales de la Gironde : SP 144
Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1929 (10e édition).

    P. 206-207.
  • GUILLON Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde. Bordeaux : Coderc, Dégréteau et Poujol, 1866-1869, tomes 1 à 4.

    T. 3, p. 252-253.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer