Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Cantenac-Brown

Dossier IA33002970 réalisé en 2010

Fiche

Œuvres contenues

Précision dénomination château viticole
Appellations Château Cantenac-Brown
Parties constituantes non étudiées étable, écurie, remise, parc, château d'eau
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Castelnau-de-Médoc
Adresse Commune : Cantenac
Cadastre : 1826 E 1085 à 1088 ; 2009 AH 465à 467, 482 à 486

Le domaine est né au milieu du 18e siècle avec M. Boyd, écuyer du roi qui achète quelques parcelles de terres sur la paroisse de Cantenac et crée un premier vignoble ; la demeure semble être un simple corps de logis.

M. Brown, négociant britannique, achète le domaine et l´agrandit : le cadastre de 1826 montre un ensemble de plusieurs bâtiments, dont un avec une cour fermée. Après sa mort, en 1852, la propriété est divisée et c´est un banquier de Beauvais, M. Gromard, qui achète le château et conserve le nom de Brown. Le vignoble est classé depuis 1855 comme troisième grand cru.

En 1860, Armand Lalande fait l´acquisition du domaine et l´augmente considérablement en étendant le vignoble sur les communes voisines, à savoir Margaux et Arsac (soit sur plus de 150 ha). Puis il fait bâtir une demeure, dès 1862 d´après les matrices cadastrales. Les travaux débutent dès 1865-1867 (une augmentation de construction est mentionnée pour le château et le niveau de soubassement de l´aile sud porte la date du 12 mai 1866). Le premier maître d´œuvre n´est pas connu avec certitude, mais il s´agit vraisemblablement du bordelais Ernest Minvielle, architecte qui a signé les réalisations suivantes. Celui-ci va concevoir dès 1874 un projet dans le style « élisabéthain » ou « Tudor » pour l´agrandissement du château, la reconstruction des communs (dont une sellerie en 1878) et l´ensemble des dépendances viticoles. Il dessine le parc ainsi que des éléments de décor, telles la cheminée du salon ou la grille d´entrée. Des dessins sont encore donnés en 1897 pour des supports de presses.

Au tournant du siècle, Laure Lalande par son mariage apporte le domaine à une famille de courtiers irlandais, les Lawton. En 1941, le château accueille l´hospice de vieillards de Nancy. Le domaine, resté en propriété familiale jusqu´en février 1987, est acheté par la Compagnie du Midi ; revendu en 2006 à la famille Halabi, des travaux de restaurations, d´extension des dépendances dans un pastiche du bâti existant et de modernisation des installations vini-viticoles sont effectués alors.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1866, porte la date
Auteur(s) Auteur : Minvielle Ernest, architecte, attribution par source

Le château se compose d´un corps de logis flanqué de deux ailes peu saillantes en retour d´équerre. Il comprend un niveau de soubassement, un rez-de-chaussée, un étage carré et un étage de comble. Les élévations principales sont ordonnancées selon une alternance de travées et demi-travées. Le rythme est renforcé par la bichromie brique et pierre des chaînages et des tables décoratives.

La façade comporte un léger avant-corps précédé d´un porche en pierre de taille, dont les arcades en arc segmentaire reposent sur des colonnettes corinthiennes engagées. Voûté d´arêtes, il soutient une terrasse à l´étage, dotée d´un garde-corps en pierre de taille et ferronnerie. Une large croisée en arc segmentaire à double meneau et traverse est encadrée par deux demi-croisées étroites et rectangulaires. L´avant-corps terminé par un pignon chantourné est percé d´une baie à meneau et double traverse, encadrée de tables décoratives en brique. Il est couronné d´un amortissement sphérique. De part et d´autre, les baies sont à double meneau et les lucarnes sont coiffées d´acrotères.

Les ailes en retour d´équerre conservent également le rythme et le vocabulaire du corps de logis, avec un bandeau en pierre. L´aile nord est prolongée par une terrasse. Les façades latérales sont rythmées par trois travées. Le rez-de-chaussée s´ouvre par trois baies ; l´étage marqué par un bandeau en pierre est percé d´une baie centrale ; l´étage de comble est ouvert par une lucarne géminée ornée de besants.

La façade postérieure a le même vocabulaire, rythme et décor que la façade principale. Le changement réside dans le portique portant une terrasse. Elle est soutenue par des poteaux en fonte reposant sur un dé surmonté d´un morceau d´entablement orné de colonnettes engagées aux angles, reliés par des réseaux de fer forgé formant arcade. Le balcon est doté d´un garde-corps en pierre et ferronnerie. Le rez-de-chaussée des ailes présente un bow-window, en pierre de taille surmonté d´une terrasse à balustrade, abritée par une marquise.

Le traitement des souches de cheminée, sur logettes, en pierre de taille et jumelées participent au pittoresque néo-élisabéthain de l´ensemble. Le château est pensé avec le parc.

Minvielle a dessiné un parc d´agréments avec des allées pour la promenade, des pièces d´eau et un potager. Le parc est agrémenté d´une fabrique en pierre de taille et brique. Elle est conçue comme une tour crénelée, on y accède par un escalier en pierre sous lequel est aménagé ce qui serait une réserve d´eau.

Murs pierre
brique
Toit ardoise
Étages rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Couvertures toit à longs pans
pignon découvert
Escaliers escalier dans-oeuvre
Jardins groupe d'arbres
Techniques sculpture
Représentations feuillage écu
Précision représentations

Rinceaux sculptés sur l'arc du porche de la façade principale. Les lucarnes sont ornées de motifs de bésants. Le fronton est décoré d'un écu surmonté d'un plylactère et d'une pointe de diamant.

Estuaire

TRAVEE 9
FORBAIE plate-bande (porte, fenêtre)
POSTOPO coteau
VUE vue étendue
CLOT mur de clôture maçonné ; portail ; piliers de portail
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Annexes

  • Extraits bibliographiques

    DANFLOU, Alfred. Les grands crus bordelais. Bordeaux : Librairie Goudin, 1867, t. 1 et 2.

    "M. A. Lalande possède la propriété de Brown-Cantenac, qu´il acheta à M. Gromard, banquier à Beauvais, en 1860. Ce riche et beau domaine fut, il y a quelques années, la propriété de M. Brown, négociant à Bordeaux et très grand propriétaire en Médoc. M. Lalande a cru devoir conserver à la propriété le nom de Brown-Cantenac".

    MERILLAU, Jacques. Châteaux en Gironde. Paris : Delmas, 1956.

    "Lorsque M. Armand Lalande se rendit acquéreur, en 1860, du domaine Brown, un grand troisième cru du Médoc, qui tenait sont nom d´un négociant bordelais, son ancien propriétaire, nul château ne s´élevait au milieu de ses vignes.

    Viticulteur remarquable et homme d´entreprise, M. Lalande ne tardait pas à donner à son vignoble une place de grand choix et à lui attirer une haute clientèle. (...) Cantenac-Brown va emprunter à l´Angleterre son style Queen Ann, son appareillage de pierres et de panneaux de briques apparentes, ses hauts pignons à échancrures. N´étaient les vignes qui l´entourent, on pourrait se croire dans le Dorsetshire ou le Devon".

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Gironde, 67 w 530 : Délibération conseil Municipal, 1941.

Documents figurés
  • Archives départementales de la Gironde, 3 P 091 : Plan cadastral, 1826.

  • Plan cadastral, Section E, dite de Matheou. Encre couleur, papier, par [s.n.] (géomètre), 1826 [Archives départementales de la Gironde, 3 P 091].

  • Plans du domaine, projets et photographies. Dessin, encre et lavis, par Minvielle Ernest, 1872-1897

    Archives municipales, Bordeaux : 150 S [fonds Minvielle] : rec. 227, Cantenac 67-90
Bibliographie
  • CHARIOL G. Les grands vins du Médoc et du Sauternais, Bordeaux [s.n.], 1903.

    Archives départementales de la Gironde : BIB Alb 7
  • DANFLOU, Alfred. Les grands crus bordelais. Bordeaux : Librairie Goudin, 1867, t. 1 et 2.

    p. 12
  • Le patrimoine des communes de la Gironde. Tome 1 Paris : Flohic éditions, 2001.

    p. 534
  • GUILLON, Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde, avec la description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crux. Tome 3, Bordeaux, 1868.

    p. 219-221
  • LORBAC Charles (de). Les richesses gastronomiques de la France. Les vins de Bordeaux. I partie. Crus Classés, illustré par Charles Lallemand. Paris : Hetzel, [vers 1868].

  • LAROZA, Olivier. Guide touristique, historique et archéologique de Bordeaux et de la Gironde. Pessac : Féret et fils, 1988.

  • MERILLAU, Jacques. Châteaux en Gironde. Paris : Delmas, 1956.

    p. 28
Périodiques
  • DEGAS, LURTON, Henri, SEYNAT, Jean-Pierre. Cantenac. Les Cahiers Médulliens, 1997, décembre, n°28.

    p. 29-39
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Bordes Caroline